L'alimentation du cheval

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
Auteur
14926 vues - 238 réponses - 7 j'aime - 32 abonnés

Shalam

Maître
    

Trust : 170  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1089
L'alimentation du cheval
Posté le 13/01/2016 à 16h16

Bon, les sujets sur l'alimentation, on en a toute l'année pour tout et n'importe quoi.

Parfois, il y a de vrais soucis, mais souvent, les soucis sont causés par une simple méconnaissance du fonctionnement du cheval.

Je vous propose de faire un petit récapitulatif très simple sur la façon de nourrir, et surtout, d'expliquer comment ça fonctionne. Je n'ai pas la prétention de détenir une façon de faire miracle, mais après quelques années de pratique sur le terrain, et beaucoup de recherches sur le sujet, complétées par des formations sérieuses, je pense pouvoir partager quelques infos avec ceux qui seraient un peu perdus dans ce domaine.

Je vais volontairement énormément vulgariser la chose, n'entrant pas dans les détails au moins pour la présentation, le but étant que tout le monde puisse facilement se faire une idée. J'utiliserais également des exemples volontairement très « évidents », souvent rapportés à l'humain, pour imager au mieux. Donc pas de panique si parfois, mes exemples semblent tirés par les cheveux, c'est fait exprès.

Bien sur, j'invite tout le monde à compléter ce que je pourrais dire, l'idée c'est que chacun puisse venir se renseigner, poser des questions et comprendre dans un même sujet. Nous sommes plusieurs à bien connaître tout ça sur le forum (celles à qui je pense se reconnaîtront) donc ça me semble intéressant de profiter de l'expérience de chacun.


(Je vais volontairement poster à la suite en réponse afin de ne pas avoir une page d'intro énorme)


[b]PAGE 1: Généralités sur l'alimentation
PAGE 2: Calcul de rations, tableaux INRA[/b]
PAGE 5: exemple d'équilibrage de ration, pulpe de betterave/son de blé (Rapport Ca/P)
PAGE 6: Généralités sur l'alimentation du jeune cheval, tableau des besoins


Petit lien à consulter, très intéressant, merci Cicitt :)
http://www.hautes-pyrenees.chambagri.fr/fileadmin/documents_ca65/Elevage_et_Diversification/Articles_autres_productions/Alimentation__%C3%A9quine/Alimentation_%C3%A9quine_1.pdf

Édité par shalam le 20-12-2016 à 14h37

Shalam

Maître
    

Trust : 170  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1089
3 j'aime    
L'alimentation du cheval
Posté le 13/01/2016 à 16h16

I) Comment ça vit, un cheval ?

Le cheval est un herbivore monogastrique (un seul estomac) qui, dans la nature, passe 75 % de son temps à manger. Il mange diverses herbes, et cette variété assure un certain équilibre alimentaire. Pour manger, il marche toute la journée : pas au pas de course non, il se déplace tranquillement, de touffe d'herbe en touffe d'herbe, de prairie en point d'eau, et cette activité contribue entièrement au fonctionnement de son système digestif. Par conséquent, moins un cheval marche, moins son système digestif est efficace. Pour vous donner un exemple que tout le monde connaît, les médecins conseillent souvent aux gens qui ont des soucis de transit de faire un peu plus de sport en plus d'une alimentation riche en fibres : c'est un moyen simple de réactiver un organisme devenu paresseux à cause de la sédentarité.

Le reste du temps, le cheval fait de petites siestes, glandouille avec ses potes et fait des papouilles à son best friend, quand il n'est pas occupé à compter fleurette à sa douce, où à s'occuper des bébés.

Bon, normalement, là dedans, il n'y a rien que vous ne sachiez déjà. Et pourtant, il y a les fondements de l'alimentation de nos chevaux de loisirs ou de sport.

II) Comment ça fonctionne ?

C'est là que ça devient plus compliqué. Donc je vais tenter de faire très simple.

Comme le cheval ne rumine pas, il est obligé de mâcher, beaucoup, beaucoup, afin de réduire n'importe quelle nourriture en tout petits morceaux. Et quand je dis petit, c'est vraiment riquiqui, c'est ça qui va permettre à la nourriture d'être dégradée efficacement dans le système digestif.

Moins la nourriture est bien mâchée, moins elle est bien digérée  (d'où l'éternelle question qu'on pose quand il y a un souci : « ton cheval a t il vu le dentiste? ») Un cheval qui mâche mal, en clair, c'est un voyage instantané de la ration de la bouche au trou de balle... Votre cheval fait littéralement caca des euros. Et c'est un peu dommage, surtout par les temps qui courent, parce que c'est la crise, ma p 'tite dame !

Quand votre cheval mâche bien, il envoie donc une bouillie d'aliment, composée de ce qu'il a mangé, et d'une quantité à peu près équivalente de salive dans son estomac. Attention quand même, plus la nourriture est sèche, plus il a besoin de salive, donc... on pense à bien abreuver, surtout l'hiver, quand l'alimentation passe au 100% sec.

Le volume efficace de l'estomac est d'environ 12 litres. Voilà pourquoi les grosses rations de céréales sont inutiles : 5 litres de céréales + 5 litres de salive et le compte y est... (l'estomac n'étant jamais totalement vide, sauf exception dont nous parlerons plus tard)

Dans l'estomac, la trappe appelée cardia se referme. C'est ce clapet qui empêche le cheval de vomir. Ce qui entre ne sort donc jamais par la bouche ! Dans le meilleur des cas, si vous nourrissez trop, c'est poussé plus rapidement vers la sortie, les aliments ne seront que partiellement digérés... Et vous aurez encore jeté vos euros par la fenêtre.

Si vous avez nourri correctement, l'estomac va préparer la bouillie vers la suite, en la pourfendant en morceaux encore plus petits grâce aux enzymes. Attention, les enzymes ne sont pas assez forts pour dégrader la cellulose. Votre cheval ne digère donc pas son foin dans l'estomac, il le prépare !

Une fois tout bien préparé, direction l'intestin grêle, qui va poursuivre la digestion enzymatique. En gros, c'est là où est digérée la majeure partie des aliments concentrés, plus pauvre en cellulose que n'importe quel aliment fibreux.

Et après un court séjour dans l'intestin grêle, direction le gros intestin. Ici, c'est le repaire des microbes. Ils font un travail acharné pour assimiler tout ce qui a été délaissé par l'intestin grêle. Ces microbes sont ultra efficaces, et mieux encore, ils sont capables de se spécialiser : Plus l'alimentation du cheval est stable, plus les microbes sont efficaces ! Voilà pourquoi il n'est pas recommandé de changer violemment d'alimentation.

Imaginez... ça fait 10 ans que les microbes de l'usine à microbe sont habitués à découper du foin de pré et des granulés. Et tout à coup, BAM, vous leur envoyez de l'orge et de la luzerne. Branle bas le combat, personne ne sait comment dégrader efficacement ces trucs là ! Encore, ils auraient vu quelques grains d'orge passer ces derniers temps, ils auraient eu le temps d'élaborer une stratégie, de s’entraîner, et de former quelques microbes spécialisés. Mais là...personne ne sait, les microbes se trouvent aussi dépourvus qu'une poule qui a trouvé un clou ! Alors, faute de bien savoir traiter le nouvel aliment tout de suite, le microbe va faire ce qu'il sait faire. C'est pas bien adapté, mais en attendant d'avoir trouvé une solution au problème, le microbe va se débrouiller, et vogue la galère. Du coup, il est évident qu'il va mal faire le travail, puisqu’il n'est pas formé à sa nouvelle tâche : il va gaspiller...

Une fois que la digestion microbienne est terminée, il y a des restes, les fibres non digestibles sont évacuées avec tous les déchets, et c'est la fin de la digestion.

En tout, il faut compter de 24 à 48 heures pour un cycle complet de digestion, selon le cheval, et son alimentation.

Édité par shalam le 13-01-2016 à 16h33



Shalam

Maître
    

Trust : 170  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1089
2 j'aime    
L'alimentation du cheval
Posté le 13/01/2016 à 16h47

III) Alimenter le cheval domestique

Alors, là où ça se complique sévèrement, c'est pour nos chevaux domestiques. Ils ont déjà une activité plus soutenue que n'importe quel cheval sauvage, qui, je le rappelle, passe la majorité de son temps en mode économie d'énergie, faut pas s'presser !

Ils marchent également beaucoup moins, et n'ont pas accès à la même variété alimentaire qu'un cheval dans la nature. Qui plus est, un cheval sauvage carencé et donc, inapte au travail n'est pas forcément inapte à la vie sauvage. Un cheval de sports ou de loisirs mal nourri devient rapidement inutilisable. C'est là ou notre utilisation du cheval demande un vrai raisonnement et des compromis entre ses besoins de cheval, et l'alimentation qu'on va lui fournir.

A) Les Fibres : la base

Un cheval DOIT manger des fibres : herbe, foin (ou sources de fibres alternatives dans certains cas particuliers : je pense notamment à la pulpe de betterave réhydratée pour les chevaux sans dents)

Les fibres sont ce qui lui permet de s'entretenir : ça use les dents, ça remplit l'estomac, et ça fournit la chaleur l'hiver (la digestion microbienne est une source de chaleur indispensable pour réchauffer un cheval quand il fait froid)

Le cheval est conçu pour recevoir de la fibre quasi en continu. Si vous arrêtez de le nourrir pendant quelques heures, il va se passer un phénomène très pratique, dont il ne faut cependant pas abuser : Si le cheval ne mâche et ne déglutit plus, un message est envoyé à l'estomac : attention, plus rien n'arrive de là haut !! L'estomac va donc prévoir de garder un petit quelque chose à digérer...

Sauf que, si ça dure trop longtemps... la bile va continuer d'être produite. Le cheval n'a PAS de vésicule biliaire, il produit de la bile en continu. Imaginez donc les ravages que peuvent causer les diètes forcées : de la bile en permanence, et rien à digérer... la bile va finir par attaquer les tissus, avec les soucis que ça comporte.

C'est donc pour ça qu'il est absolument impératif que le cheval reçoive de la fibre régulièrement : mieux vaut 3 rations de foin par jour quand on doit rationner (une petite pause toutes les quelques heures n'est pas grave) qu'une grosse ration (le cheval va tout manger, et se retrouver le ventre vide loooongtemps)

Aussi, il faut veiller à ce que la fibre soit bien digestible : on évitera donc la paille en trop grande quantité, ses fibre étant intéressantes pour compléter une ration de foin et occuper le cheval, mais trop peu digestibles pour être un aliment distribué seul. Sinon, gare aux coliques !

La digestibilité du foin est importante aussi, dans la mesure ou un foin de bonne qualité va être dégradé en grande partie : peu de crottins, bien moulés = foin « utile » et bien digéré.

Si votre cheval crotte abusément en mangeant du foin, c'est qu'une grande partie n'est pas assimilée. Le foin peu digestible (mais de bonne qualité) est intéressant pour les poneys notamment, qui sont équipés pour être ultra efficaces dans leur digestion, et donc souvent sujets à la fourbure.

Je parle volontairement peu de l'herbe, puisque les soucis de nourrissage apparaissent peu quand les chevaux sont au pré et donc quand ils disposent de fibres en continu. La majorité des question sur l'alimentation survient quand les gens rentrent les chevaux pour l'hiver. (curieux non?)

En résumé, pour un cheval en bonne santé, distribuez le foin intelligemment, afin que votre cheval ne reste pas le ventre vide pendant des heures.


B) Les rations

Chez un cheval qui ne fait pas grand chose, ou doté d'un métabolisme sympa, l'herbe ou le foin peuvent suffire à l'entretenir.

Quand le cheval travaille, ou dans certaines périodes clés de sa vie, le cheval a besoin d'un concentré qui pallie les manques du foin.

On va ajouter du concentré pour diverses raisons : le froid, une activité plus soutenue, vieux cheval, cheval d'élevage...

Comme je l'ai dit précédemment, le cheval ne PEUT pas recevoir des tonnes de concentrés en une fois. Déjà parce que son estomac n'est pas extensible, et ensuite parce qu'il y a toujours des restes d'alimentation dans l'estomac. Idéalement, les rations, pour être bien assimilées, ne doivent pas dépasser 4 litres (2 gamelles!). Si vous devez donner plus, il faudra fractionner les repas autant que nécessaire.

Il est important que le cheval reçoive ses rations après le foin, ou entre deux apports de foin suffisamment rapprochés pour qu'il n'y ait pas de phénomène d'évacuation rapide de la ration.

Imaginons : ventre vide, ration, foin : la ration arrive tranquillement, elle commence à être digérée, et bim, le foin arrive : il va falloir faire de la place, et tant pis pour la ration, elle va être éjectée vers l'intestin grêle sans aucune forme de politesse.
C'est ce qui se passe quand un cheval va au paddock quelques heures sans manger, et qu'il rentre avec sa ration à disposition : il va se jeter dessus avec le ventre vide depuis plusieurs heures, et c'est cuit pour l'assimilation.

Maintenant, imaginons le cas d'un cheval qui a de la fibre en continu : il a de la fibre dans le ventre, sa digestion a donc une vitesse normale régulée par cette fibre . La ration arrive dans une quantité raisonnable, et va donc être intégrée dans le processus de digestion sans qu'il y ait une urgence à vidanger. Il y a de la fibre avant, de la fibre après, le flux d'alimentation est donc stable. La ration sera efficacement digérée.

Donc il est impératif d'articuler la distribution des rations sur la base de l'alimentation riche en fibres. Sinon, c'est inutile, voire néfaste.

Édité par shalam le 13-01-2016 à 17h09



Tinangebleu

Membre ELITE Or
  

Trust : 142  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 31738
1 j'aime    
L'alimentation du cheval
Posté le 13/01/2016 à 16h54

Intéressant ce post pour les totales novices en matières d'apports alimentaire du cheval

Perso chez moi c'est le foin, donc la fibres qui est privilégiés.
Soit c'est donné en trois fois la journée de façon à ce que jamais le râtelier ne soit vide , soit je bourre une fois le matin et une fois en soirée pour qu'ils puissent en avoir toute la nuit, c'est suivant selon le gâchis qu'ils peuvent me faire en donnant de grands coups de têtes pour virer le foin par terre

Compléments si besoins et de toute façons sur une poulinières y en aura

Soit elle peut se contenter d'un mélange orge/maïs/avoine et CMV, soit je m'embête pas du tout et je table sur un aliment concentré haut de gamme...
Ceci afin de lui apporter tout ce dont le cheval à besoin et en moindre quantité, toujours dans l'esprit de ne pas vouloir surchargé l'estomac au profil de la fibre

Cymoril

Membre d'honneur

Trust : 45  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1484
2 j'aime    
L'alimentation du cheval
Posté le 13/01/2016 à 17h06

Ha c'est très intéressant comme sujet! J'y avais pensé que ça manquait un sujet complet sur l'alimentation, c'est une vraie jungle quand on se lance ...

Shalam

Maître
    

Trust : 170  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1089
3 j'aime    
L'alimentation du cheval
Posté le 13/01/2016 à 17h11

Bon voilà, j'ai posé les très grandes lignes.

Si ça vous tente, je pourrais ensuite aller un peu plus dans le détail, en expliquant les besoins, avec des tableaux de ration et les calculs, et en tentant d'expliquer certains cas particuliers (genre le jeune cheval, la poulinière...)

En espérant que ça soit utile

Paki

Membre d'honneur

Trust : 114  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1333
0 j'aime    
L'alimentation du cheval
Posté le 13/01/2016 à 17h11

Ce sujet tombe bien !

Mon compagnon et moi comptons ouvrir notre pension. Pour le moment, nos chevaux mangent de l'orge avec des granulés Destrier sport en mélange + Foin 2 fois par jours.

Ce sont des chevaux de sport, pour la suite lorsque nous serons chez nous, on souhaitais arrêter l'orge. Selon nous, trop acide. En plus de ça, dans un soucis pratique, ce n'est pas l'idéal quand on a beaucoup de chevaux.

Nous avons fait appel à Destrier (qui ne nous a toujours pas rappelé) et Lambey. Nous voulions passer à une alimentation uniquement granulés + floconnés + foin, toujours 2 fois par jours.

Qu'en pensez-vous ?

Shalam

Maître
    

Trust : 170  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1089
0 j'aime    
L'alimentation du cheval
Posté le 13/01/2016 à 17h12


cymoril a écrit le 13/01/2016 à 17h06:
Ha c'est très intéressant comme sujet! J'y avais pensé que ça manquait un sujet complet sur l'alimentation, c'est une vraie jungle quand on se lance ...


Tu m'étonnes, surtout qu'on entend tout et son contraire. Le truc, c'est que tant qu'on ne comprend pas tout, il est impossible de s'y retrouver dans la multitude de solutions qui s'offrent à nous.

Il n'y a pas qu'une façon de bien nourrir, en revanche, il faut comprendre comment ça se passe pour faire les bons choix

Cymoril

Membre d'honneur

Trust : 45  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1484
3 j'aime    
L'alimentation du cheval
Posté le 13/01/2016 à 17h15

Moi ce qui m’intéresserait c'est un texte qui répertorie clairement les différents types et usages des principaux aliments, grains, aliments industriels, granulés, floconnés, cmv ...
Je pense que ça pourrait en aider plus d'un.

Paki

Membre d'honneur

Trust : 114  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1333
0 j'aime    
L'alimentation du cheval
Posté le 13/01/2016 à 17h21

Si j'ai bien compris, l'idéal et de donner la ration de granulés après une ration de foin.

Du coup, comment fais tu pour des chevaux qui vivent en boxes ? Tu démarrer le matin d'abord en leur donnant une ration de foin, une fois terminée, tu leur donne leur ration, de nouveau une ration de foin, etc ?

Peux tu en exemple donner une journée type d'alimentation pour un cheval de sport au mieux ?

Shalam

Maître
    

Trust : 170  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1089
2 j'aime    
L'alimentation du cheval
Posté le 13/01/2016 à 17h22


paki a écrit le 13/01/2016 à 17h11:
Ce sujet tombe bien !

Mon compagnon et moi comptons ouvrir notre pension. Pour le moment, nos chevaux mangent de l'orge avec des granulés Destrier sport en mélange + Foin 2 fois par jours.

Ce sont des chevaux de sport, pour la suite lorsque nous serons chez nous, on souhaitais arrêter l'orge. Selon nous, trop acide. En plus de ça, dans un soucis pratique, ce n'est pas l'idéal quand on a beaucoup de chevaux.

Nous avons fait appel à Destrier (qui ne nous a toujours pas rappelé) et Lambey. Nous voulions passer à une alimentation uniquement granulés + floconnés + foin, toujours 2 fois par jours.

Qu'en pensez-vous ?



L'orge ça peut être bien dans plusieurs cas de figure, et notamment quand on la produit soi même: sur une structure, ça permet une vraie économie.

Par contre, quand on commence à devoir acheter l'orge, et qu'il faut l'aplatir, je trouve que c'est se donner beaucoup de mal pour pas grand chose.

D'autant que l'orge n'est valable qu'avec un correcteur de céréales, et que selon les profils de chevaux qu'on a sur la structure, on finit par être limités et par devoir faire des tambouilles maison très compliquées.

Quant au floconnés, je m'excuse d'avance si je heurte la sensibilité des adorateurs de cet aliment, ce n'est ni plus ni moins qu'un produit marketing: un cheval qui n'a pas de souci de santé peut parfaitement manger un granulé classique de bonne qualité. Les jolies petites céréales apparentes font surtout plaisir à voir pour les propriétaires, et hormis quelques cas particuliers, je privilégie les granulés, beaucoup moins chers à l'achat.

Enfin, faire des mix granulés/floconnés, là encore, je ne sais pas si c'est judicieux: un aliment qu'il soit floconné ou granulé est conçu pour être complet quand il est la seule source de concentré. Mélanger revient à tout déséquilibrer, donc il vaut mieux faire un choix, et s'y tenir: les rations seront équilibrées, et l'organisme du cheval pourra s'habituer à sa ration.

Shalam

Maître
    

Trust : 170  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1089
0 j'aime    
L'alimentation du cheval
Posté le 13/01/2016 à 17h28


paki a écrit le 13/01/2016 à 17h21:
Si j'ai bien compris, l'idéal et de donner la ration de granulés après une ration de foin.

Du coup, comment fais tu pour des chevaux qui vivent en boxes ? Tu démarrer le matin d'abord en leur donnant une ration de foin, une fois terminée, tu leur donne leur ration, de nouveau une ration de foin, etc ?

Peux tu en exemple donner une journée type d'alimentation pour un cheval de sport au mieux ?



Alors, je vais te donner le programme que je met en place chez moi, sachant que j'ai de tout, des vieux, des jeunes, et des poulinières...


Il y a 3 distributions de foin par jour. La ration du soir tient toute la nuit. Mes chevaux sont sur paille, ce qui fait qu'en admettant qu'ils mangent tout leur foin dans la nuit, ils ont quand même de quoi s’occuper en attendant que j'arrive (concrètement, ça n'arrive quasi jamais que je retrouve le boxe vide de tout foin ou paille, dans le sens ou j'adapte précisément les rations à tout le monde)

Quand les chevaux vont dehors, soit il y a un peu d'herbe, soit il y a une ration de foin dans le paddock.

Ensuite, selon les besoins, je donne le complément. Ceux qui n'ont pas besoin de grand chose (poneys) ont quand même des rations fractionnées, pour éviter la cohue dans l'écurie au moment de nourrir: mes poneys peuvent très bien avoir une ration juste de carottes quand le 3eme repas de la journée arrive par exemple. Ils ont quand même leur ration de granulés au même moment que les autres, c'est juste un peu moins, tant pis si je dois fractionner un litre l'aliment.

Pour les autres, je fractionne entre 2 et 4 repas de concentrés par jour. Comme ils ont du foin pour toute la journée, je n'ai jamais aucun souci pour nourrir et trouver le moment idéal pour donner la ration. En tout, ça fait entre 5 et 7 prises alimentaires par jour quand ils sont au boxe.

Édité par shalam le 13-01-2016 à 17h32



Shalam

Maître
    

Trust : 170  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1089
0 j'aime    
L'alimentation du cheval
Posté le 13/01/2016 à 17h31


cymoril a écrit le 13/01/2016 à 17h15:
Moi ce qui m’intéresserait c'est un texte qui répertorie clairement les différents types et usages des principaux aliments, grains, aliments industriels, granulés, floconnés, cmv ...
Je pense que ça pourrait en aider plus d'un.


C'est du boulot, mais ça peut se faire si on s'y met tous

Du coup, je peux préparer ça, mais ça me prendra un peu de temps, parce que ça suppose de faire des tableaux de ration et c'est pas rien à expliquer clairement

Édité par shalam le 13-01-2016 à 17h36



Paki

Membre d'honneur

Trust : 114  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1333
0 j'aime    
L'alimentation du cheval
Posté le 13/01/2016 à 17h40


shalam a écrit le 13/01/2016 à 17h22:


L'orge ça peut être bien dans plusieurs cas de figure, et notamment quand on la produit soi même: sur une structure, ça permet une vraie économie.

Par contre, quand on commence à devoir acheter l'orge, et qu'il faut l'aplatir, je trouve que c'est se donner beaucoup de mal pour pas grand chose.

D'autant que l'orge n'est valable qu'avec un correcteur de céréales, et que selon les profils de chevaux qu'on a sur la structure, on finit par être limités et par devoir faire des tambouilles maison très compliquées.

Quant au floconnés, je m'excuse d'avance si je heurte la sensibilité des adorateurs de cet aliment, ce n'est ni plus ni moins qu'un produit marketing: un cheval qui n'a pas de souci de santé peut parfaitement manger un granulé classique de bonne qualité. Les jolies petites céréales apparentes font surtout plaisir à voir pour les propriétaires, et hormis quelques cas particuliers, je privilégie les granulés, beaucoup moins chers à l'achat.

Enfin, faire des mix granulés/floconnés, là encore, je ne sais pas si c'est judicieux: un aliment qu'il soit floconné ou granulé est conçu pour être complet quand il est la seule source de concentré. Mélanger revient à tout déséquilibrer, donc il vaut mieux faire un choix, et s'y tenir: les rations seront équilibrées, et l'organisme du cheval pourra s'habituer à sa ration.


Merci pour cette réponse !!!

Le hic de l'orge c'est parce qu'on serait obligés de l'acheter et l'applatir nous même... D'où aussi le fait qu'on chercher à aller au plus simple mais je ne savais pas vraiment si l'orge avait un réel apport pour le cheval ou si l'alimentation uniquement au granulé était suffisante.

Pour les floconnés, je fais partie de la populace qui ne voit pas les granulés sans les floconnés mais comme tu dis, c'est du marketing qui marche bien ! Je pensais que cela avait un réel intérêt pour le cheval !!! Bon public...

Tinangebleu

Membre ELITE Or
  

Trust : 142  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 31738
0 j'aime    
L'alimentation du cheval
Posté le 13/01/2016 à 17h41


paki a écrit le 13/01/2016 à 17h11:
Ce sujet tombe bien !

Mon compagnon et moi comptons ouvrir notre pension. Pour le moment, nos chevaux mangent de l'orge avec des granulés Destrier sport en mélange + Foin 2 fois par jours.

Ce sont des chevaux de sport, pour la suite lorsque nous serons chez nous, on souhaitais arrêter l'orge. Selon nous, trop acide. En plus de ça, dans un soucis pratique, ce n'est pas l'idéal quand on a beaucoup de chevaux.

Nous avons fait appel à Destrier (qui ne nous a toujours pas rappelé) et Lambey. Nous voulions passer à une alimentation uniquement granulés + floconnés + foin, toujours 2 fois par jours.

Qu'en pensez-vous ?



Tournez vous vers le lambey si pas le choix, destrier c'est pas le meilleur

Shalam

Maître
    

Trust : 170  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1089
0 j'aime    
L'alimentation du cheval
Posté le 13/01/2016 à 17h43


paki a écrit le 13/01/2016 à 17h40:


Merci pour cette réponse !!!

Le hic de l'orge c'est parce qu'on serait obligés de l'acheter et l'applatir nous même... D'où aussi le fait qu'on chercher à aller au plus simple mais je ne savais pas vraiment si l'orge avait un réel apport pour le cheval ou si l'alimentation uniquement au granulé était suffisante.

Si si, c'est intéressant mais ça peut vite devenir une vraie contrainte, surtout si tu as une structure à gerer

Pour les floconnés, je fais partie de la populace qui ne voit pas les granulés sans les floconnés mais comme tu dis, c'est du marketing qui marche bien ! Je pensais que cela avait un réel intérêt pour le cheval !!! Bon public...


Le floconné c'est bien pour les chevaux qui se goinfrent par exemple, ça réduit les risque de bouchon oesophagien. Ceci dit, très souvent c'est inutile car c'est la même compo qu'un granulé, juste plus joli.

Ceci dit, j'ai pas non plus d'aversion pour le floconné hein, là, c'est au choix de chacun
Page(s) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
L'alimentation du cheval
 Répondre au sujet