"dépression", témoignage.

 Répondre au sujet
Auteur
1063 vues - 10 réponses - 0 j'aime - 5 abonnés

Luckystars

Membre d'honneur

Trust : 359  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1302
"dépression", témoignage.
Posté le 10/02/2020 à 13h46

Bonjour,

pour situer rapidement le contexte, n'ayant pas envie de m'étaler là dessus, je pense avoir des symptômes dépressifs, je ne sais pas si c'est passager, si c'est autre chose. J'ai un fort mal être depuis mon adolescences, que j'ai 14-15 ans à peu près. Mais depuis plusieurs mois cela s'empire. J'ai déjà vu une psy à deux reprises, mais ça n'allait pas.
Bref, je pense consulter urgemment. Mais d'ici là je m'inquiète. Je suis en plein échec niveau études, j'ai toujours rien "branlé" scolairement mais me suis toujours débrouillée. Mais la fac demande un minimum de travail, que je ne fournis pas. Cela est dû à un fort manque de motivation, a du malaise dans le milieu scolaire mais aussi au fait que je n'arrive à me confronter à rien. Et outre la fac cela se retranscrit sur tous les domaines. J'ai arrêté le cheval, pourtant seul chose qui me plaît vraiment, depuis au moins 3 ans, mes autres activités aussi.
Je me vois très mal évoluer dans la vie, la société. Je n'aime rien, j'ai l'impression de ne pas réfléchir de la bonne façon, que c'est inutile et que je tourne en rond, que c'est une réflexion inefficace. Bref, typique de la dépression, tout est insurmontable et désagréable.
Alors, avez vous été confronté à une quelconques forme de dépression ? Y a t-il des séquelles ? Peut on vraiment changer sa façon de penser, apprécier la vie tout simplement ? (oui, ça fait très dépressif comme tournure de phrase )

Voilà voilà, merci d'avance de partager votre expérience, qu'il faut avoir quelque peu intime.

Sayo

Apprenti
  

Trust : 73  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 255
0 j'aime    
"dépression", témoignage.
Posté le 10/02/2020 à 14h14

Dans une moindre mesure, dans un ancien travail, j'ai fait un burn out à cause d'une seule personne. C'était mon binôme direct et la personne qui devait me former. Le courant n'est jamais passé entre nous (j'ai mes tords aussi, tout ne vient jamais d'une seule personne) et là où on aurait pu rester dans l'indifférence, c'est devenu viscéral. Aucune confiance, des réflexions sans cesse (mauvaises et personnelles). Bref enfermée 8h par jour, 5 jours par semaine dans un petit bureau, ça m'a très vite pesé.
J'ai commencé à ne plus savoir me lever (à dormir 15h d'affilé et être fatiguée), mon compagnon qui me sortait du lit à pas d'heure, l'envie de rien (seul mon cheval arrivé à me garder motivé et à me faire du bien), la boule au ventre le dimanche soir vers 18h-18h30, l'envie de pleurer, ne plus être capable de postuler ailleurs car je me disais que j'étais nulle, que je n'étais pas capable d'assurer le poste qu'on proposait. C'est mon compagnon qui m'a fait comprendre que ce n'était plus possible et que ça ne pouvait pas durer. Ma mère s'en est aussi vite rendue compte et comme on se dit tout, elle n'a pas dû insister longtemps pour que je lui en parle.

Pour m'en sortir, j'ai pris une décision qui je n'ai jamais regretté. Malgré les difficultés à retrouver du travail (bien que quand on cherche, on trouve), j'ai décidé de quitter mon CDI et de poser un préavis d'un mois. Et après l'avoir annoncé à mon chef et à mes collègues que je partais, c'était une libération. Des personnes avec qui je m'entendais bien n'arrêtaient pas de me dire "ça fait longtemps qu'on t'a pas vu bien" car oui, j'étais bien de savoir que c'était fini, que je n'allais plus la voir et que je serai tranquille ! Sans revenu mais en paix !
Depuis j'ai retrouvé un travail, j'ai repris confiance en moi grâce à des petites missions par ci, par là et grâce aussi à de supers personnes.

Luckystars

Membre d'honneur

Trust : 359  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1302
0 j'aime    
"dépression", témoignage.
Posté le 10/02/2020 à 14h36

sayo Je vois, donc c'est comme un déclic au final ? Ce qui semble assez logique vu la situation dans laquelle tu étais. J'avoue espérer qu'un déclic m'arrive aussi, mais rien ne sert de le chercher quoi ^^

Dancewithem

Novice

Trust : 18  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 44
0 j'aime    
"dépression", témoignage.
Posté le 10/02/2020 à 14h48

luckystars salut ! Je suis dans le même cas que toi. Peut être qu'un thérapeute peut t'aider ? Pour certains çà marche ! (Moi non...)
Sinon, je ne sais pas trop quoi t'en dire

Luckystars

Membre d'honneur

Trust : 359  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1302
0 j'aime    
"dépression", témoignage.
Posté le 10/02/2020 à 14h50

dancewithem Tu pourrais développer un peu plus ?
Oui, je vais consulter, mais j'espère très franchement que ça va m'aider, dans le cas contraire je commencerai à vraiment m'inquiéter ...

Dancewithem

Novice

Trust : 18  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 44
0 j'aime    
"dépression", témoignage.
Posté le 10/02/2020 à 14h53

luckystars Personnellement je me sens décalée avec la réalité et très à l'écart de la société. Je n'osais pas m'affirmer avant, maintenant je prends plus la hargne. La dépression m'a prit beaucoup de choses pour ma part (mes amis notamment) et m'a bouffée pendant longtemps. Maintenant j'essaye d'en faire une force, pas que la dépression ce soit coool! Mais après avoir fait tout ce qui m'avait été demandé par mon medecin, je me suis dis eh puis merde, ça ne marche pas, et j'ai commencé à accepter ma dépression, à l'assumer un peu plus (bien que ça ne soit en rien une fierté!)
Ça m'a permit de rencontrer d'autres personnes qui avaient l'esprit plus large. Ou d'autres qui pensent la même chose que moi.
Alors même si aujourd'hui je ne suis toujours pas heureuse et bien dans ma peau, maintenant que j'ai appris à vivre avec ça va mieux.

Sayo

Apprenti
  

Trust : 73  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 255
0 j'aime    
"dépression", témoignage.
Posté le 10/02/2020 à 14h54

luckystars disons que je n'avais pas 30 000 solutions devant moi. Soit je continuais de supporter ça jusqu'à ce que je l'encastre dans un mur (ou que je me tire une balle), soit je me mettais en arrêt maladie longue durée pour burn out (mais comme je n'avais que 25 ans, premier cdi, je me suis dit pour un début de carrière ça commence mal) ou alors démissionner.
Ce qui m'a aussi beaucoup aider, outre le fait que mon compagnon ne comprenait sur l'instant pas que quand on est dans la spirale de la dépression tout semble impossible, il m'a aussi énormément poussé à prendre une décision, à ouvrir les yeux et à m'aider financièrement (la démission fait que tu ne peux pas avoir de chômage, donc je me retrouvais sans revenu). Ma mère m'a aussi beaucoup aidé et m'a rassuré qu'elle m'aiderait aussi financièrement si j'avais dû mal à retrouver du travail. 1 mois après ma démission et de bonnes vacances pour quitter le quotidien, j'étais en mission d'intérim donc je n'ai pas eu besoin de quoique ce soit.

Mais oui, ça était une libération quand je me suis dit que je ne la recroiserai plus dans le monde du travail, que c'était fini et que je pouvais recommencer autre chose, ailleurs. C'est vrai que mon expérience est pour quelque chose de précis, ce n'est pas une dépression chronique qui revient pour "tout".

Paodrey

Initié
 

Trust : 22  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 146
0 j'aime    
"dépression", témoignage.
Posté le 10/02/2020 à 17h44

luckystars
Je reconnais un peu la moi d'il y a quelques années dans ton discours, qui laissait de côté sa vie parce que c'était "trop dur de s'y mettre" (les cours, les stages, l'administratif...). En fait c'était plus de l'anxiété que de la dépression, j'avais peur que les choses soient trop difficiles, douloureuse à accomplir. A force j'étais très fatiguée moralement et tout devenait "trop dur", je pleurais si j'arrivais pas à ouvrir une porte du premier coup, à ouvrir un pot de confiture, si je faisais tomber un objet... donc j'ai apparenté ça à une dépression, mais avec le recul à mon avis c'était autre chose.

J'en ai parlé à un généraliste d'abord parce que j'avais peur qu'on me dise "mais c'est bon, arrête de chouiner, t'as rien du tout". Il m'a conseillé d'aller voir un psychiatre assez vite (plutôt qu'un psychologue parce qu'apparemment le premier est remboursé par la sécu (ça c'est vrai) et pas le deuxième (ça j'en sais rien), pas d'autre argument). Celle que j'ai choisie m'a fait une "thérapie classique" si je puis dire, avec des séances d'hypnose. J'ai tout de suite accroché avec elle, mais je pense que ça dépend des praticiens, à mon avis il ne faut pas hésiter à changer si l'un ne te convient pas. Elle m'a énormément aidée, il y a des choses qui restent difficiles mais j'ai pu terminer mon cursus et commencer ma vie pro en douceur, alors qu'à mes yeux c'était insurmontable 6 mois auparavant !

Pourquoi tu as arrêté tes activités, si c'est pas indiscret ? Tu as envie de les reprendre ou pas du tout ?

Lovely.g.h.b

Apprenti
  

Trust : 24  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 284
0 j'aime    
"dépression", témoignage.
Posté le 10/02/2020 à 19h18

luckystars


Salut, alors je me reconnais dans pas mal de points.

Depuis mes 10/12 ans, une impression de ne pas appartenir à la société, l'impression d'être seule à glisser et rien pour me raccrocher.

Je suis partie en internat au lycée, mais j'avais toujours de grands passages à vide: plus l'appétit pendant des jours, somnolence toute la journée.

J'ai lutté parce que je voulais impérativement avoir au moins mon bac.
Mais quand je suis entrée à la fac, ça a été un échec. Encore plus de monde et je me sentais encore plus seule.
Une impression d'inutilité constante.
J'ai beaucoup de mal à lier des liens avec les gens (c'est un euphémisme, en vrai je n'ai qu'un seul ami et mon homme)

J'ai lâché la fac, je suis allée bosser parce qu'il faut bien manger.
Honnêtement, c'est très difficile pour moi de me rappeler de quand date une vrai période où je me suis sentie heureuse.

J'ai enchaîné pas mal de boulot, car tout m'ennuie, je me lasse de tout. Je ne ressent aucun plaisir d'effectuer les tâches qu'on me confie.

Aujourd'hui j'ai un boulot pas mal payé, beaucoup d'avantages, alors je me force à m'investir dans mon boulot.

Mais dans ma vie privée, si je n'avais pas mon chien et mon homme, je serais une loque.
J'ai déjà abandonné tout ce qui me rendais heureuse avant parce que je n'y trouve plus de plaisir.

J'ai beaucoup de passages sombre ou je broie du noir, ou je m'enferme dans une bulle sans réussir à avoir contact avec qui que ce soit.
C'est la vie.

J'ai consulté des médecins, des psy et autres, leur seule réponse ça a été des médocs qui me rendais encore plus amorphe.

Au final, je sais pourquoi je suis comme ça, je connais les chocs psychologiques qui m'ont conduit là.
Mon homme et mon unique ami les connaissent aussi, alors ils savent que je peux vriller du jour au lendemain.

J'ai appris à vivre avec, je ne pense pas être un jour une de ces personnes profondément heureuse, je me contente d'apprécier les moments où j'arrive un peu à sortir la tête de l'eau.

Hannah59

Initié
 

Trust : 20  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 132
0 j'aime    
"dépression", témoignage.
Posté le 10/02/2020 à 21h50

Bonsoir,
comme l'a dit Paodrey, il faut trouver le thérapeute qui convient. Le thérapeute est une personne à qui on va se livrer et faire confiance, donc tout le monde ne convient pas, c'est une question de feeling...donc ne pas hésiter à en essayer d'autres.
J'ai connu une période comme ça, dans une formation qui ne me plaisait pas du tout, dans un lieu où je ne me sentais pas à l'aise...j'ai fini par y trouver quelques copines, sans sans elles je serais restée toute seule (ce sont elles qui ont fait un pas vers moi, je suis très timide et vais difficilement vers les gens). Bizarrement, cette période a duré 2-3 ans, et je n'en garde presque aucun souvenir. Ce qui m'a aidée? Un charmant jeune hmme qui est aujourd'hui mon mari, et la réussite d'un concours que je voulais avec des études qui me correspondaient enfin.
Je vois malgré tout un psychiatre depuis quelques années, mais bon...je ne suis plus un fantôme... ;)

Charlyserre

Apprenti
  

Trust : 46  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 336
0 j'aime    
"dépression", témoignage.
Posté le 10/02/2020 à 22h08

Je suis exactement dans la même situation.

Depuis le collège (je dirais mes 14 ans) j'ai tous les symptômes de la dépressions, j'ai été consulté une psychanalyse/hypnotiseuse à mes 15 ans qui m'as diagnostiqué une dépression, des troubles anxieux et une possible phobie scolaire.
Comme toi j'ai toujours eu des facilités à l'école (j'ai eu mon bac en relisant que ma philo par exemple ) sauf que bah à la fac ça ne marche pas comme ça. J'ai loupé ma première L1 à cause de ça (et je suis probablement en train de louper ma 2e L1 d'ailleurs) car j'étais incapable de sortir de mon lit tellement je voulais plus rien faire ou alors j'enchainais les crises d'angoisse rien qu'à l'idée de devoir m'intégrer à nouveau ou de rater mes études. Et j'ai non seulement aucune motivation pour mes études mais en plus aucune idée d'orientation car à cause de ça je suis incapable de me projeter (bah oui je pensais même pas être arrivé si loin mdrr). J'ai également arrêté tous ce qui me faisait plaisir et je me suis isolée (surtout cette année), heureusement que j'ai encore une amie extravertie qui me force à sortir de chez moi de temps en temps

Je pense que mon conseil serait de bien te renseigner sur le professionnel qui te convient. Comme je t'ai dit, j'ai été voir une psychanalyste (freudienne) à mes 15 ans qui m'a fait beaucoup plus de mal que de bien. Là en théorie j'ai trouvé une psychologue qui pourrait me convenir (mais ça fait depuis Septembre que j'essaie de trouver le courage de l'appeler mdrr). Il y a des psychologues, des psychothérapeutes, des psychanalystes, des psychiatres, ... Si jamais les deux que tu as été voir ne t'ont pas convenu, essaie peut être de trouver un avec une autre "spécialisation" ? Par exemple si t'as été voir un psychiatre, peut être tenté un psychothérapeute ou un psychanalyste etc
Ca peut être long avant de trouver la bonne personne mais je suis sûre que c'est possible, il faut surtout pas que tu abandonnes !

En tout cas je te souhaite pleins de courage à toi et aux autres personnes qui témoignent sur ce post !
"dépression", témoignage.
 Répondre au sujet