Quand on remet le pied à l'étrier

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2
Auteur
1181 vues - 20 réponses - 2 j'aime - 8 abonnés

Horsejuju26

Initié
 

Trust : 28  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 113
Quand on remet le pied à l'étrier
Posté le 24/01/2021 à 22h18

Bonsoir camarades de CA

Voilà un nouveau topic un peu carnet de bord, qui je l'espère aussi ouvrira à des possibles discussions et partages d'expérience.

Alors le topo. Moi, 21 ans, qui alors qu'elle avait arrêtée l'équitation suite à une année noire de chutes et tout genre et des études post-bac prenantes, une envie de remonter surgit. Que ceux qui voudront qualifier ceci de caprices le fasse, je sais que jeune j'avais bataillé pour monter à poney et n'ai pu que "tardivement" face à certains pour devoir arrêter car mes parents avaient trop peur pour moi. Et finalement, il y a deux ans, alors que je regardais le monde de l'équitation de loin mais avec une certaine nostalgie, j'ai la possibilité d'être animatrice pendant tout le mois de juillet dans une "colo poney". Un réel plaisir de se lever avec les chevaux dans le pré à côté, de sensibiliser les petits à ce qu'est l'équitation, bref, une piqure de rappel de ce qui m'avait fait me battre pour pouvoir commencer les cours à l'époque.

Pourtant toujours en région parisienne lors de ma troisième année post-bac, j'ai ni le temps de reprendre ni de réels centres vers lesquels me tourner après une mauvaise expérience dans une écurie du 91. Arrive je suppose une prise de maturité, un renouveau dans ce à quoi j'aspire pour ma vie, il faut que je reprenne l'équitation. Ca me manque trop, j'ai l'impression d'avoir arrêté dans la peur et le stagnation, c'est frustrant. Je contacte pas mal de centres équestres près de mon nouveau chez moi parisien, rien. Avec ce satané Covid, impossible de reprendre nul part en cours de route (j'ai commencé à contacté début octobre étant donné que mon emménagement avait été tardif). Tant pis, je me dis que pour cette année il va falloir se contenter de poser une semaine de vacances et trouver une écurie pour faire un stage de plusieurs jours. Ok, l'écurie est trouvée, pourtant je veux pas abandonner les recherches.

Mes parents sont repartis dans leur Vienne natale lors de cette rentrée de septembre et il faut le dire, je suis bien contente d'être avec eux durant des journées confinées et assujetties par le couvre-feu. Alors que je me faisais une raison, une petite voix me rappelle que dans ma jeunesse pas si lointaine que ça, je faisais des stages l'été dans un centre équestre à 10 minutes en voiture du nouvel habitat de mes parents. Ni une ni deux, je file sur leur site et ne trouve pas d'horaires de reprises, mais l'indication qu'ils font des cours particuliers. Ca me tente, j'envoie un message sur leur FB. Un numéro et vingt minutes de discussions plus tard je sais que je peux reprendre chez eux et ça me file une réelle joie et en même temps une petite crainte. Je sais pas pourquoi, me relancer après plus de 6 ans d'arrêt dans la joyeuse aventure de l'équitation me fait ressentir un sentiment d'illégitimité. C'est bête, mais me voilà à revouloir m'acheter des fournitures équestres alors que je n'ai même pas encore repris. Bon tant pis, je commande, ça me met dans le mood.

Conclusion, j'ai un premier cours particulier de prévu mardi prochain et quelques craintes.
La dernière année où je suis montée (il y a donc six ans de cela) je me suis énormément fait peur à cheval. Des reprises avec des chevaux qui étaient chauds comme la braise car h24 en box et pas sortis suffisamment, une monitrice pas très attentive et qui à partir du moment où tu étais non compétiteur n'en avait pas grand chose à faire de toi, ça créer quelques "traumatismes". Après avec le recul je me vois avoir des comportements qui n'ont surement pas aidés à calmer les chevaux sur lesquels j'étais quand ça n'allait plus (on connait les mains cramponnés aux rênes bien trop fort dès que le cheval bouge un peu trop). Tout ça pour dire que j'ai certes cette envie d'y aller pour reprogresser et prendre confiance en moi, mais toujours une petite part d'appréhension de me dire "et si ça recommence" .

Pour autant je suis déterminée et ai même envie de me fixer quelques objectifs :
- Passage du G4
- Pourquoi pas participer à me première compèt !

Et vous, avez vous déjà repris après une longue pause ? Eu l'impression de vous emballer et de ne pas être légitime à vous sentir "cavalier/cavalière" ?

Encore désolée de ce post un tantinet très long, je crois que ça ira mieux mardi mais encore une fois je ne me suis jamais retrouvée seule en face à face avec un moniteur et même si je sais qu'un cours particulier ne pourra qu'être bénéfique, ça me stresse un peu

Joual

Membre d'honneur
  

Trust : 154  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 2423
0 j'aime    
Quand on remet le pied à l'étrier
Posté le 24/01/2021 à 22h43

C'est une chouette aventure !

Ici j'ai fait une pause de 4 ans pour mes études. C'est une amie qui m'a remis le pied à l'étrier en me faisant un coup de Trafalgar
Ça m'a tellement plu que j'ai acheté ma jument. Elle avait 18 mois.
Je l'ai laissée tranquillement grandir pendant que je finissais mes études puis entrais dans la vie active.
Manque de pot, ma choupette à de gros soucis de santé. Je m'en occupe quotidiennement mais ne la monte pas.
Mais l'équitation commence à me manquer. Du coup je prends en DP la jument d'une fille de l'écurie histoire de me mettre le pied à l'étrier.
Donc remise en selle pour moi aussi mais pas un retour aux chevaux puisqu'ils font tout de même parti de mon quotidien.

Camo19

Novice

Trust : 14  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 21
0 j'aime    
Quand on remet le pied à l'étrier
Posté le 24/01/2021 à 23h54

horsejuju26

C'est fou, je me reconnais totalement dans ton discours !

Personnellement, j'ai eu une vie de cavalière en pointillés, j'ai fait quatre ans par ci, deux ans par là. Je tombais, ça me soulais, j'arrêterais, et puis au bout de quelques mois ou années les chevaux me manquaient trop et je recommençais.

Il y a 6 ou 7 ans, j'ai eu une demi-pension qui s'est terminée au bout de quelques mois parce que le cheval me mettait par terre à la moindre barre au sol, rien de grave, mais de très grosses frayeurs.

Et puis, en rentrant dans des études qui ne me plaisent pas du tout, j'ai réalisé que les chevaux me manquaient trop et que j'étais vraiment malheureuse sans eux. Ça paraît bête, mais c'est vraiment ça ! Je m’extasiais dès que je voyais un cheval dans un champ, je me suis mise à regarder des vidéos de gopro en cross et en balades pour me souvenir des sensations ... Une vraie gamine !

J'ai alors décidé de reprendre l'équitation, et j'ai tout racheté : bombe, pantalon, veste, gants, brosses, licol et longe, tout en sachant que j'allais intégrer un cours où tout le monde se connaissait depuis longtemps, et que je n'avais clairement plus le niveau de suivre le cours comme les autres. C'était de l'équitation western, je me disais que ça serait plus "cool" que le classique, que nenni ! Je me suis encore fait peur ...

J'ai finalement trouvé ce qui me plaît : de l'attelage, du travail à pied, et des papouilles !

Bref, tout ça pour dire que c'est normal de se sentir illégitime quand on n'a pas fait d'équitation pendant longtemps. Et même sans parler de s'intégrer dans un club par exemple, il faut aussi re-apprendre à être avec les chevaux ! C'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas, mais c'est vrai qu'après plusieurs années, les bons gestes mettent parfois du temps à venir. A mon avis, il faut juste se faire plaisir, se fixer des objectifs réalistes, ne pas culpabiliser ou se sentir nul(le) si on ne les atteint pas. L'important c'est de se faire plaisir, et pas que ça devienne une contrainte ou une corvée

Édité par camo19 le 25-01-2021 à 18h11



Lapsuscalami

Membre d'honneur
    

Trust : 170  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3451
0 j'aime    
Quand on remet le pied à l'étrier
Posté le 25/01/2021 à 08h57

J'ai arrêté pendant 10 ans. J'ai repris à 24 ans, 6 mois plus tard j'achetais mon poney. Bon courage :D

Narukaa

Initié
 

Trust : 26  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 120
0 j'aime    
Quand on remet le pied à l'étrier
Posté le 25/01/2021 à 10h24

Bonjour !

Comme vous, j'ai arrêté l'équitation à mes 13 ans car mes parents ne pouvaient plus me le financer malheureusement.
A mes 17 ans, j'ai eu envie de remonter. Et par la suite, je n'ai plus jamais arrêté. Je me suis même mis à la compétition ! Et je suis en train d'essayer de plus en plus de discipline possible ! Il y en a temps, c'est parfois difficile de choisir alors j'essaye de faire un peu de tout.
J'ai également acheté ma propre jument ^^ Chose que je pensais impossible mais j'ai finalement pu sauter le pas.
Après les premières années de reprises j'y suis allé en douceur (1 cours par semaine, quelque stages pendant les vacance,..) c'est seulement vers mes 21 ans que je m'y suis investi à fond ! Je voulais progresser, apprendre et toujours me faire plaisir.
Et je continu sur cette lancé.

Alors vas y ! Tu vas adorer !

Bon courage.

Brynhild

Novice

Trust : 4  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 35
1 j'aime    
Quand on remet le pied à l'étrier
Posté le 25/01/2021 à 12h12

J'ai à peu près le même historique…

Mauvaise expérience en club à la fin de l'adolescence, avec des jeunes chevaux pas du tout adaptés à mon niveau ni à mon mental. Les maîtres d'école étaient réservés dans ce club pour l'équipe compet' ou les débutants.
Grâce à (si l'on peut dire…) une chute plus impressionnante que les autres et surtout sous les yeux de mon père, j'ai eu la chance de changer de club et de pouvoir me remettre un minimum en confiance dans un environnement plus sain.
Et puis j'ai complètement arrêté. L'amour et l'intérêt pour les chevaux sont restés, mais plus aucune envie de monter.
10 ans plus tard, une de mes belles-sœurs a réussi à me convaincre de faire une balade à cheval avec elle (elle m'avait aussi proposé le saut en parachute, j'ai choisi ce qui me faisait le moins flipper... ).
Et suite à ça j'ai craqué, je me suis ré-inscrite en club. Ca fait déjà trois ans et je ne le regrette pas!

Je trouve que cette 2e période d'équitation est au final assez différente de la première.
Pour moi tout du moins, il y a un ré-apprentissage "technique" : pas mal d'années et quelques kilos de plus, plusieurs blessures entre temps, je progresse moins vite et je ne suis pas sûre d'avoir retrouvé le niveau que j'étais sensée avoir atteint lors de mon dernier passage de galop (G6).
Mais c'est surtout dans le mental et la démarche d'apprentissage que tout est différent. Je cherche beaucoup plus à comprendre, j'accepte bien plus facilement mes erreurs et je me remets bien plus facilement en question que quand j'étais ado. Ce forum est d'ailleurs extrêmement instructif et riche en enseignements pour aider à cet apprentissage (même en sous-marin)!

Comme toi, je me suis fixée des objectifs (sans limite de temps, pas de souci si le chemin est long, tant qu'il est juste!) :
- Dérouler une reprise de dressage Club 2 à plus de 66%, avec mon chouchou de club et notée par un jury objectif,
- Puis, à terme, passer mon galop 7 et me sentir véritablement au niveau!
En termes de sentiment de légitimité, même juste au moment où j'ai repris je n'ai jamais arrêté de me sentir "cavalière". En revanche, je ne me sentirais plus légitime à me qualifier de "confirmée"!

Le cours particulier, comme ce que tu vas faire, me parait une excellente idée pour reprendre confiance. Ca me parait normal de stresser un peu (ça a été pareil pour moi)!
J'espère que tu nous raconteras tout mercredi, et que tu sera heureuse de ce que tu auras fait!

Groubi

Initié
 

Trust : 14  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 184
1 j'aime    
Quand on remet le pied à l'étrier
Posté le 25/01/2021 à 12h36

Ravie de ce sujet !

Pour ma part j'ai monté en club de mes 6 à 18 ans. Galop 5, à la fin je montais avec des G6-7, tous propriétaires ou avec une DP, je me sentais parfois un peu à l'écart avec mes chevaux de club et mon unique concours annuel... Les concours j'aimais ça mais trop cher !

Puis je suis partie en prépa, retour à la maison un WE sur deux, j'ai du choisir entre équitation, et un autre sport, où j'avais de très bon potes et que je pouvais pratiquer en autonomie les WE aussi bien à l'internat que chez mes parents, et gratuitement... C'est lui que j'ai choisi.

Ensuite école d'ingé : j'avais du temps... Mais pas beaucoup de sous ! C'est dommage car il y avait un club juste à côté de l'école, et un groupe d'élèves avait fait en sorte d'y monter toutes les semaines ! C'était des G5 à 7, j'aurais certainement pu bien y progresser, mais bon c'est comme ça.

Retour chez papa maman quelques mois avant de rencontrer mon chéri et m'installer avec lui pas loin. J'ai mes premiers salaires, mais mon ancien club a fermé, pas trop l'envie d'aller dans une nouvelle structure et en plus je suis pas mal investie dans mon autre sport, que je pratique avec mon copain.

Et puis printemps dernier, on déménage à la montagne. Je passe régulièrement devant un club qui a l'air très sympa, ça me fait de plus en plus envie... En septembre, j'ai cédé !

Ça fait dix ans que j'ai arrêté, je commence avec un cours particulier pour voir mon niveau. J'aime bien le moniteur, sympa et rigoureux, par contre je souffre musculairement c'est horrible lol La conclut, c'est qu'on voit bien que j'avais un niveau correct, mais il va falloir prendre un peu de temps pour le retrouver.

Du coup je me retrouve dans un cours adulte, plutôt G2. Ça me permet de reprendre tranquillement mes marques, de revoir des choses oubliées, sans ralentir qui que ce soit, c'est bien !
Par contre depuis quelques séances je m'ennuie un peu parfois. Pas systématiquement mais les séances dédiées à "sur quel pied je galope ?", bof... Et on ne fait que du plat (sauf stages dédiés), hors les obstacles me manquent !

Je songe à demander un changement de groupe... Et j'apprends que les moniteurs actuels s'en vont ! Du coup je vais probablement attendre l'arrivée de la relève - qui j'espère ne tardera pas - pour envisager ça.



Changer de club ça fait drôle. L'enseignement reste à mon sens de qualité, mais la cavalerie est tout autre ! Avant il y avait majoritairement des PS et SF, relativement grands, avec des physiques assez athlétiques (même si c'est pas non plus énorme, tous pouvaient sortir en club 1 CSO sans difficulté). Ici, à part un PS réformé, aucun ne doit faire plus d'1m55 (je vais vérifier sur l'ifce), et la moitié sont carrément des poneys ! Ils sont tous très sympas, maintenant j'avoue que les grands dadais me manquent un peu ^^

Édité par groubi le 25-01-2021 à 13h16



Horsejuju26

Initié
 

Trust : 28  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 113
2 j'aime    
Quand on remet le pied à l'étrier
Posté le 25/01/2021 à 16h19

joual : Effectivement, petit traquenard qui t'as plus que remis le pied à l'étrier ! En tout cas c'est une très jolie histoire et je te souhaite tout le meilleure avec ta demoiselle Ca fait presque rêver (mais ne nous emballons pas, je ne suis personne à ce stade pour prétendre à entretenir une bestiole à 4 sabots, ou une chèvre peut être)

camo19 : Je crois que c'est une des pires choses "les frayeurs", parce que mine de rien ça reste. Après un moment il faut passer outre, mais c'est pas toujours simple.
En tout cas ta référence aux vidéos m'a fait plus que sourire. Comment te dire que moi aussi j'arpente le Youtube à coup de vidéos informatives, de vlogs qui me font baver d'envie et qui me font déjà m'imaginer je ne sais où haha
En tout cas c'est génial que tu aies trouvé ta "voie équestre" notamment via l'attelage qui est encore "niche" si je peux m'exprimer ainsi. Et c'est vrai, les papouilles c'est une valeur sure

narukaa Encore une jolie histoire qui me donne encore plus de hâte à me lancer de nouveau dans l'aventure. J'imagine qu'avec ton propre cheval ta passion a encore pris un tournant différent. Mais ce qui me fait chaud au coeur c'est de voir que ce ne sont pas que "les cavaliers de toujours" qui finissent par devenir propriétaire !

Édité par horsejuju26 le 25-01-2021 à 16h31



Horsejuju26

Initié
 

Trust : 28  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 113
0 j'aime    
Quand on remet le pied à l'étrier
Posté le 25/01/2021 à 16h30

brynhild : Je crois que les chutes sous les yeux des parents sont les pires. Je me souviendrai toujours de la reprise où ma mono a décidé que je ne trottais pas assez vite, à mis un coup de talon dans le part botte lorsque j'étais à sa hauteur et de l'écart du cheval qui m'a laissé aux pieds de ma mère. Bon, plus de peur que de mal, mais ma mère a plus jamais voulu revenir me voir monter.
Pour ce qui est de ta petite anecdote avec le saut en parachute, je crois qu'effectivement j'aurais pris l'alternative "ballade à cheval" également x)
Tout ce que tu dis sur cette "seconde manière d'apprendre" me parle énormément ! Alors certes j'ai pas encore reposé mes fesses sur une selle, mais je pense que finalement avec le recul je peux plus où moins analyser ce qui n'allait pas effectivement quand je montais ado. Et puis encore une fois, on acquière avec le temps une maturité que j'ai hâte de "tester" lorsque je serai à cheval. Ou ca se trouve que je vais être encore plus flipette qu'avant, mais je ne me le souhaite pas
En tout cas j'espère que tu as réussi à atteindre tes objectifs mais ton témoignage me donne de la force pour demain (alors que je viens de me rendre compte en catastrophe que mon tapis d'il y a l'époque est dégueu et que je ne vais pas pouvoir le laver avant demain, vive le déménagement )

groubi : A la fameuse prépa, j'y ai versé mes plus belles larmes
En tout cas ton histoire est très belle aussi et c'est dingue comme revient à chaque fois "cet appel du centre équestre" devant on passe initialement de la manière la plus innocente qui soit.
Après je trouve ça presque étonnant qu'ils t'aient mis dans un groupe à "si petit niveau" vu celui dans lequel tu évoluais. Car effectivement je me suis posée la même question, et ce week-end, quand je suis passée dans mon nouveau club, j'ai bien précisé que je montais dans un cours G3-G4 il y a 6 ans et la première chose qu'elle m'a dit est que j'allais justement m'embêter si je retournais dans un cours G2. Donc j'espère pour toi que tu pourrais changer de reprise et pouvoir t'épanouir.
Et au vu de tes aspirations CSO, tu penses changer de club tout court ?

Édité par horsejuju26 le 25-01-2021 à 16h31



Groubi

Initié
 

Trust : 14  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 184
0 j'aime    
Quand on remet le pied à l'étrier
Posté le 25/01/2021 à 18h03

horsejuju26 en fait j'ai l'impression qu'il n'y a pas trop de cours intermédiaire pour les adultes. Soit c'est plutôt débutant, soit c'est des vraiment confirmée. après je n'en ai pas discuté avec les moniteurs mais personnellement ça ne me dérange pas trop d'être avec des ados donc à voir.

Pour le changement de centre équestre ça serait de toute façon compliqué car celui je suis actuellement et à 15 minutes seulement de la maison les autres au moins 40 minutes. Et pour tout dire ce n'est pas tant le CSO qui me manque mais plutôt le hunter et je ne suis pas sûr qu'un seul des centre équestre du coin le pratique lol

Affaire à suivre

et désolée pour les fautes, je fais la dictée à mon téléphone et il n'est pas toujours très performant lol

Narukaa

Initié
 

Trust : 26  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 120
0 j'aime    
Quand on remet le pied à l'étrier
Posté le 26/01/2021 à 14h17

groubi
Ce n'est pas qu'une impression tu sais ! Pour les adultes, il est difficile de trouver un cours intermédiaire en centre équestre ! Je vois ça part chez moi également.
Et personnellement, j'ai du mal à trouver un cours G6/7 adulte et en plus compétition (CSO et ou dressage) du coup je suis la seule adulte avec des ados. mais bon, le courant passe bien donc ça va.
mais beaucoup de mes copines "adultes" m'ont également fait cette réflexion. Soit les cours adultes intermédiaires sont rares et il n'y a donc plus de place, soit inexistants car pas assez d'inscrits pour faire un "vrai" cours. En tout cas, c'est ce que j'ai pu remarquer par chez moi.

horsejuju26
Il est vrai qu'en reprenant l'équitation j'étais loin de m'imaginer n jour acheter mon propore cheval ! Après j'ai également muri et vu bien des choses qui ont fait que j'en suis arrivé là. Mais pour rien au mon de je ne ferais machine arrière ça c'est sur. (bon peut être une chose, j'aurai beaucoup plus économisé car les cours + les compétitions + entretenir un cheval ça coute cher !)

Groubi

Initié
 

Trust : 14  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 184
0 j'aime    
Quand on remet le pied à l'étrier
Posté le 26/01/2021 à 18h25

horsejuju26 alors, c'était bien aujourd'hui la "deuxième grande première" ? Comment ça s'est passé ? :)

Groubi

Initié
 

Trust : 14  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 184
0 j'aime    
Quand on remet le pied à l'étrier
Posté le 26/01/2021 à 18h30

Pour ma part, aujourd'hui c'était une séance un peu surprise, qui n'était pas spécialement programmer à la base. Et moi qui était un peu tristoune de ne pas sauter en cours... Et bien finalement on a fait obstacle ! bon juste un petit coup de flip 5 foulées avant le tout premier obstacle quand le moniteur me lance un"ah oui au fait attention il saute fort lui ", je m'attendais à un truc énorme mais en fait ça a été lol
J'ai quelques petits défauts qui j'avais déjà à l'époque me semble-t-il, notamment les mains qui s'accroche un peu durant le plané, et avec ce cheval là en particulier j'avais un peu de mal à voir comment la foulée allait venir. malgré tout j'ai eu le droit à des barres un petit peu plus haute que les autres, même si ce n'était pas énorme, ça fait vraiment plaisir de retrouver ces sensations

Myrianna

Novice

Trust : 6  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 34
3 j'aime    
Quand on remet le pied à l'étrier
Posté le 26/01/2021 à 21h32

Alors je dois être dans les moyennes hautes, 26 ans d'arret lol
j'ai été cavalière de ma plus tendre enfance jusqu'à mes 14 ans, niveau G4.
j'ai toujours voulu reprendre mais les enfants, le travail, la vie de famille a fait que ...
et puis les 40 ans sont arrivés, 2 enfants sont partis sur les 4, je suis à mon compte, c'est maintenant ou jamais !
j'ai recommencé depuis janvier en cours particulier, c'est dur physiquement, j'ai un cardio pourri et beaucoup de kilos en plus lol
mais j'ai un prof hyper bienveillant, qui a reprit toutes les bases mais qui n'est pas infantilisant ... j'ai fait mon premier galop depuis 25 ans la semaine dernière et ... pfffiiioou que c'est bon !!
j'espère pouvoir reprendre en reprise d'ici quelques mois, mais pour l'instant, il faut que je me remette en forme car là je risque de gêner tout le monde :/

Horsejuju26

Initié
 

Trust : 28  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 113
0 j'aime    
Quand on remet le pied à l'étrier
Posté le 27/01/2021 à 22h08

groubi : Ecoute je n'ai pas eu l'occasion de tester les cours adultes mais effectivement j'ai l'impression que soit les "adultes" de notre âge sont passés dans la case proprio car plusieurs années d'équitation dans les pattes, sinon c'est un peu de tous les niveaux après le boulot. J'avoue que moi c'était une de mes craintes de repartir en cours avec des ados. Après en soit c'est pas un réel soucis d'être avec des cavaliers/cavalières de l'âge de ma petite soeur mais la relation sera pas la même quoi.

Ah oui effectivement 40 minutes ça fait beaucoup... Et génial pour ta séance de saut ! C'est une des "sensations" qui me fait un peu appréhender à vrai dire. J'ai peur de me casser de nouveau la binette (expression de mamie bonjour)

myrianna : C'est génial de reprendre après toutes ces années qui sont passées ! En tout cas ça fait plaisir qu'il n'y a pas d'âge pour s'y remettre, seulement l'envie qui compte. Donc toi aussi tu es en cours particulier pour l'instant ?

Horsejuju26

Initié
 

Trust : 28  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 113
3 j'aime    
Quand on remet le pied à l'étrier
Posté le 27/01/2021 à 22h22

Et sinon petit débrief sur mon cours d'hier.

Déjà j'étais un peu stressée mais le fait que ma petite soeur m'emmène (elle a le permis et pas moi, mauvaise grande soeur que je suis) a bien détendu l'atmosphère. Bon, comme je vous l'avais dit, c'était en cours particulier et je ne savais absolument pas qui serait mon moniteur et à quoi il ressemblait. Je pose un pied hors de la voiture et une nana ultra souriante est dans la stabu et me demande "Juliette?". Bingo c'est moi. Ca me met direct à l'aise de ne pas avoir à la chercher partout dans les écuries.

Du coup direction les boxes, je lui raconte un peu mon parcours, ma dernière grosse chute, etc. Donc là on arrive dans l'écurie, tous les chevaux pointent leur petit bout de nez, je craque. Finalement je monte une petite jument grise adorable avec encore son poil de nournours, autant dire que je me suis fait plaisir avec les papouilles. Bon, étonnamment pas très à l'aise lors du pansage, je me suis trouvée grave pataud. Mais je pense qu'il y avait le côté où je me sentais "observée" puisque la monitrice en question continuait de papoter avec moi et me présentait la jument. Je selle, et en route pour le manège.

Du coup on a énormément bosser les transitions pas/arrêt, pas/trot afin que je reprenne des bonnes habitudes de contrôle des allures. Ensuite on est passé à une grande serpentine avec plots pour me guider bien sur pour bosser le regard et l'accompagnement des épaules avec les deux mains. Un véritable régal. Justine (la mono) adorable, qui a continué à "discuter" tout le long, très positive dans sa manière d'encadrer. Et puis à la fin, elle m'a proposé de faire quelques foulées de galop. Pour sur j'ai dit oui, j'étais trop curieuse de tester si mes aides pour le départ au galop étaient toujours opérationnelles haha. Et ça passe ! J'ai fait une longueur à chaque main mais ça a suffit à encore élargir le sourire que j'avais déjà !

Ce que je retiens de cette séance :
Les + : J'ai des courbatures aujourd'hui, il y a pas à dire. Sinon le cours particulier est vraiment un plus et je crois que je vais y prendre goût. L'encadrement n'a rien à voir avec une reprise et je me suis trouvée plus concentrée. Et puis plus facile de corriger une posture ou un regard quand le prof te regarde tout le long. Très contente encore de voir que je n'ai pas tout perdu.

Les - : L'assiette c'est pas ça. Clairement je pensais pas que même le trot me demanderait autant de retravailler ma posture, mais c'est pas grave. Au galop pareil, j'ai eu du mal à m'assoir dans ma selle. Mais c'était la première séance, donc on vise mieux pour la prochaine séance !

Désolée, j'ai encore fait long Hélas avec le couvre feu et mes partiels je n'ai pas encore de visibilité sur quand je vais pouvoir remonter mais j'ai hâte !
Page(s) : 1 2
Quand on remet le pied à l'étrier
 Répondre au sujet