La quête de la justesse équestre

 Répondre au sujet
Auteur
975 vues - 4 réponses - 2 j'aime - 11 abonnés

Bourreliere

Initié
 

Trust : 114  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 177
La quête de la justesse équestre
Posté le 30/01/2022 à 22h07

Bonsoir à vous membres du forum, vous très certainement passionnées au point que sitôt lâché vos bottes et pelles à crottins vous jouez les prolongations derrière vos claviers pour que chaque minutes de vos vies soient remplies cheval.
Tout d'abord j'en appel sur ce post à un peu d'humilité et d'écoute. Je voudrais qu'on laisse au placards les jugements que l'on peut avoir d'une pratique,d'une discipline, d'une méthode à l'autre pour avancer ensemble.
C'est, je l’espère, remplie de cette humilité ce soir que je vous écrit pour vous dire que ma passion est tellement débordante qu'elle me remplie autant qu'elle me frustre.

J'ai le sentiment que dans le discours, je suis au claire. La patience, l'impulsion qui vient de derrière grâce à une assiette incroyable qui est tout le temps impeccable et une main qui reçoit. Entre jambe et main plutôt qu'entre main et jambes. La décontraction tel serait (entre autre) ma quête de justesse?!
Oui mais voilà en réalité tout n'est pas aussi fluide que par le verbe. Il y a ces moments ou mes genoux se verrouillent et mes jambes partent en avant alors je perd tout; il y a mon manque de patience ou je ne sais pas quel mouche m'a piqué mais cette main punitive qu'on m'a enseigné dans je ne sais plus quel poney club refait surface le temps d'un taquet. Il y a ce jour là ou je ne sais pas pourquoi j'ai voulu essayé tel embouchure à tel cheval; essayé tel figure ou tel profil d'obstacle alors qu'aussi gentil soit il ce n'est qu'un 5 ans.

Oui forum, ce soir j'invoque ce que derrière nos claviers aux aires savants et sages nous ne nous livrons pas toujours. Les petites choses qui fâchent et ou l'on espère qu'à l'écurie personne n'a vue. Parce que je ne crois pas une seule seconde que l'on soit si irréprochable qu'on peut se le raconter. et que j'aimerais qu'on se fasse grandir ensemble plutôt que de se jauger.

Elle est ou ta justesse à toi? tes limites éthiques? et quand et pourquoi rentres tu déçue de toi?

Cherchour

Membre ELITE Bronze
  

Trust : 98  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 7276
2 j'aime    
La quête de la justesse équestre
Posté le 30/01/2022 à 22h32

Une part d’humilité je pense c’est aussi d’accepter que son corps est imparfait et donc que parfois tout n’est pas parfaitement juste. Et donc ne pas être trop sévère envers soi même

Pour ma part mon plus gros souci c’est des jambes qui manquent de fixité. Mais dans un monde parfait je n’aurai pas besoin de travailler, je monterais tous les jours et j’aurai sûrement réglé ce problème depuis longtemps

Et j’oublie parfois de respirer aussi

Édit : je rentre déçue de moi quand j’estime avoir été injuste envers mon cheval. J’essaye d’être au maximum dans l’instant présent, de ne pas formuler trop de projections sur lui et de profiter de l’instant présent à partir de ce qu’il me propose. Et ça je suis contente d’en être arrivée là.

Édité par cherchour le 30-01-2022 à 22h34



Quiebro13

Membre ELITE Or
  

Trust : 1424  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 19836
4 j'aime    
La quête de la justesse équestre
Posté le 30/01/2022 à 22h42

J'ai énormément travaillé sur la gestion de la frustration

J'ai eu besoin d'être aidé pour ne pas en vouloir à mon cheval.

J'ai un cheval qui est une véritable éponge, hyper sensible à mon état d'esprit
J'ai vécu longtemps dans une ambiance ou l'on me disait que je ne faisais jamais assez bien, jamais comme il fallait, que je ne faisais jamais les bons efforts, que je ne me bougeais pas assez etc. . . Et du coup étant hyper frustrée c'est sur mon cheval que ça se ressentait

J'ai passé la dernière année a beaucoup travailler sur ça et sur ma confiance en moi
Apprendre à lui laisser le bénéfice du doute, apprendre à réagir mais ne pas rester perché dans la tension, apprendre à relativiser
Apprendre à l'accepter tel qu'il était.
Me convaincre que je n'étais pas nulle ou mauvaise cavalière
Prendre confiance en moi, mes décisions, mes positionnements

Aujourd'hui je pars déçue souvent après une séance à cheval ou j'ai été dans l'incompréhension
À pied je sais le lire, je sais me positionner, réagir, ne pas être dure et je suis plutôt confiante

A cheval il m'arrive encore de douter, d'avoir du mal à me positionner entre le laisser faire, vouloir être cool et ne pas le contraindre, et lui dire stop quand il va trop loin
Mais cette non position me dessert

Après bien sûr je m'auto énerve quand je galère pendant 10 tours et qu'au 11eme je décide de me bouger et magie ça fonctionne
Ou quand je sais pertinemment que pour freiner mon cheval mon dos peut faire 90 pour cent du job mais que je continus à plonger devant

Édité par quiebro13 le 30-01-2022 à 22h44



Marlin

Membre d'honneur
   

Trust : 610  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 2526
1 j'aime    
La quête de la justesse équestre
Posté le 31/01/2022 à 07h29

Par le passé j'ai souvent été injuste en m'énervant beaucoup. Je le regrette et pousse à faire des efforts, qui avec le temps ont transformé mon regard.
Je vois le cheval dans son ensemble, là où j'essayais juste d'avancer, je veux maintenant progresser, corriger, cette foutue assiette, ces talons que je ne saurais tenir.

Tendre vers un cheval détendu, connecté, donc disponible. Pour la technique, je crois que je resterais toute ma vie une cavalière moyenne. Depuis tant que je monte cela n'est pas le côté qui m'attire le plus, à mon grand désarroi.

Liteulorce

Membre VIP
  

Trust : 52  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 4832
1 j'aime    
La quête de la justesse équestre
Posté le 01/02/2022 à 01h07

Bon, bein ça fait quatre personnes à faire un mea culpa.

Perso je ne me remet pas de la perte de mon compagnon, là dessus je ne m'étendrais donc pas.

Je monte depuis 40ans ,j'ai une carte pro depuis 20. J'ai fait de l'élevage, des débourrage solo avant l'apparition des chuchoteurs, du horse ball au dressage, du ski-jo à l'attelage à 4, du classique au western.

Tant de moment regrettés, tant de non fait, du débourrage au dressage d'animaux parfois qui nous ont tant donné et que l'on vois partir dans des mains où l'on sait qu'il ne s'épanouiront pas , tant de confiances perdues lorsque l'ont quitte un piquet avec lequel on à vécu au sens littéral les six mois d'une saison à 100 à l'heure, les taquets oui, les coups de lattes reçue/donnés, mais surtout ce sentiment d'abandon quand tu arrête ta saison, les bons qui repartent chez le marchand pour un avenir incertain ...

En ce moment c'est plus cela qui me taraude, l'investissement réciproque ce fil invisible que l'on rompt pour rendre le cheval travaillé à son proprio, le jeune prometteur à son détenteur..

Pour le reste, j'ai évolué depuis tout ce temps dans mon équitation, non, dans mon rapport complet avec ces individus se déplaçant sur quatre jambes.
La quête de la justesse équestre
 Répondre au sujet