Les composantes des rations : les protéines

Par   |   Le 11 Janvier 2018  |  Mis à jour le 14 Février 2018

 Commenter (0 )     1350
Protéines ration cheval
Certains des acides aminés, qui constituent les protéines, ne peuvent pas être fabriqués en quantités suffisantes par l'organisme du cheval, voire pas du tout. Il est nécessaire que l'alimentation du cheval apporte ces acides aminés essentiels manquants, afin que l’ensemble de ses fonctions biologiques puissent être assurées. Et oui, les protéines sont nécessaires à l'organisme du cheval puisqu'elles représentent plus de 15% de son poids. Alors comment faire ?

Qu’est-ce qu’une protéine ?

Les protéines sont des macromolécules biologiques dont tout être vivant est composé. Elles sont elles-mêmes composées d'autres molécules assemblées qu'on appelle acides aminés.

Où retrouve-t-on ces protéines ? Tout le corps du cheval en contient. En effet, plus de 50% d'entre elles sont contenues dans les muscles tandis que 30% environ sont présentes dans les os du cheval, dans sa peau ou encore dans ses tissus conjonctifs. On en retrouve également dans les organes digestifs (environ 8%) et dans le sang.

Les protéines ingérées sont détricotées au cours de leur parcours dans le système digestif, et absorbées, au niveau de l’intestin grêle, sous forme d’acides aminés. Ces derniers se réassembleront ensuite pour former les protéines dont l’organisme a besoin pour régénérer certains tissus ou pour assurer la croissance, la gestation, la lactation ou la mise en muscle.

Si les propriétaires des chevaux doivent faire attention à ce que leur ration soit suffisamment riche en protéines, ce n'est pas tant pour les protéines elles-mêmes mais pour les acides aminés qui les composent.

En effet, les protéines sont constituées d'une vingtaine d'acides aminés parmi lesquels l'alanine, l'arginine, l'asparagine, l'acide aspartique, la cystéine, l'acide glutamique, la glutamine, la glycine, l'histidine, l'isoleucine, la leucine, la lysine, la méthionine, la phénylalanine, la proline, la sérine, la thréonine, le tryptophane, la tyrosine et la valine. 10 d'entre eux sont acides aminés limitants, appelés ainsi car ils sont indispensable à la synthèse des protéines et sans eux, le processus se stoppe et cela même si d’autres acides aminés sont encore disponible. Le premier acide aminé limitant du règne animal est la lysine.

Illustration de l’acide aminé limitant : tonneau de Liebig
Illustration de l’acide aminé limitant : tonneau de Liebig

Ces différents acides aminés essentiels doivent donc être apportés dans la ration alimentaire du cheval pour que l'ensemble de ses besoins physiologiques soient comblés.

Composition des matières premières utilisées dans la ration pour apporter les protéines

En premier lieu, rappelons que 3 critères sont à prendre en compte pour équilibrer une ration en protéines :

  • Critère 1 : la quantité de protéines amenées par la ration, qui se calcule en additionnant les apports en protéines de chaque matière première, qui est très variable. Certaines matières premières végétales comme le soja, le colza, le pois, le lin ou encore le tournesol, ou encore l’herbe de printemps sont particulièrement riches en protéines. A contrario, les céréales, comme l'orge, le maïs ou l'avoine ne possède pas la teneur protéique suffisante pour satisfaire les besoins exprimés par l'organisme du cheval.
  • Critère 2 : les formes de protéines sont multiples et cette diversité impacte sur la capacité du cheval à les digérer. Ainsi certaines manières premières peuvent être riches en protéines mais sous une forme peu digestible par le cheval. C’est pourquoi le critère MADC (matière azotée digestible cheval) a été créé. Ce critère tient compte de la digestibilité de chaque matière première et c’est celui à prendre en compte lors de l’élaboration d’une ration.
  • Critère 3 : Toutes les matières premières utilisées dans l'alimentation du cheval pour apporter les protéines nécessaires sont caractérisées par leur aminogramme. Ce dernier permet de se représenter quelle quantité de chaque acide aminé est contenue dans la matière première en question. C'est une donnée à laquelle tout nutritionniste doit prêter tout particulièrement attention. En ayant connaissance de cet aminogramme, il est possible de maîtriser avec exactitude la composition des aliments générés pour que les acides aminés souhaités y soient présents. Le challenge est donc de proposer des aliments dont la composition en acides aminés puisse répondre parfaitement aux besoins physiologiques des chevaux.

Les préconisations d'intégration des protéines dans la ration du cheval

Pour satisfaire les besoins que l’on nomme d’entretien (cheval adulte ayant pas ou peu d’activité), une consommation d'herbe peut suffire au cheval, sous réserve sa concentration en protéine soit suffisante, ce qui est le cas au printemps et à l’automne si le climat est assez doux et pluvieux. Lorsque le cheval a des besoins protéiques plus importants, ou que l’herbe n’est plus assez riche, il devient nécessaire d’apporter un complément de protéines dans la ration. C'est par exemple le cas des jeunes chevaux en croissance, des juments allaitantes, mais aussi des chevaux ayant une activité moyenne à soutenue et pour lesquels la régénération des tissus est plus importante. Dans un rapport de 2012, l'Inra (Institut National de Recherche Agronomique) a d'ailleurs publié des recommandations d'apports en protéines répondant au niveau de croissance de l'animal, de son stade de vie et de son intensité de travail.

L'apport de protéines dans la ration du cheval doit toujours être corrélé à l’apport d’énergie, au travers du suivi du ratio MADC / UFC.

Il est important de bien choisir l'alimentation du cheval en fonction de son stade physiologique ou des efforts qu'il pratique régulièrement. N'optez pas pour une matière première en fonction du pourcentage de protéines brutes indiqué sur l'étiquette mais bel et bien par rapport aux besoins de votre cheval. Vous pouvez également quantifier le pourcentage de protéines présent dans le foin que vous donnez par le biais d'une analyse pour ajuster la ration totale de votre cheval.

Trucs et astuces, bon à savoir

Vous vous disiez que vous alliez donner ponctuellement une alimentation très riche en protéines à votre cheval ? Malheureusement le cheval n'a pas la même capacité de stockage que le hamster ! Il n'est pas capable de faire des réserves d'acides aminés, ni même de les stocker. De ce fait, si les apports en protéines sont trop importants, vous risquez de voir votre cheval prendre en masse graisseuse. Avant que le trop-plein de protéines ne se transforme en graisse, l'organisme du cheval va évacuer l'ammoniac lié à la digestion des protéines, par le biais de l'urine. Cela va notamment avoir pour conséquence de fatiguer les fonctions hépatiques et rénales de votre cheval inutilement. De même, si les protéines ne sont pas apportées de manière régulière, le cheval souffrira immédiatement de carences.

L'organisme du cheval comporte un taux important de protéines qui sont constamment dégradées puis renouvelées. Pour que ce processus puisse avoir lieu correctement, l'apport en acides aminés doit être suffisant. C'est pourquoi il faut veiller à ce que l'alimentation du cheval en soit composée en quantités adéquates.


  Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Il faut être inscrit et connecté pour pouvoir poster un commentaire :
Cliquez-ici pour vous inscrire à Cheval Annonce