Réussir son abord à l'obstacle

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2
Auteur
5553 vues - 28 réponses - 0 j'aime - 7 abonnés

Museane

Membre VIP
 

Trust : 1456  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 4396
Réussir son abord à l'obstacle
Posté le 08/01/2016 à 14h42

Hello tout le monde,

Je regardais l'autre jour une vidéo de Michel Robert sur la manière d'aborder un obstacle.
Ca m'intéresse car c'est mon souci en CSO : je stresse toujours à l'idée de foirer mon abord, et donc de me taper soit un refus, soit un taxi/georgette ou du moins un saut en vrac qui ne va rassurer ni moi ni mon cheval..

M.Robert donnait comme conseil de garder le regard haut et loin (et surtout pas par terre, meilleur moyen selon lui de s'y retrouver), d'arriver dans un galop constant (pas d'accélération ni de frein devant l'obstacle), avec un cheval droit et bien au milieu de son obstacle (empêcher le cheval de se déporter à droite ou à gauche ce qui favorise aussi la dérobade ou le refus).

Sur le rythme du galop, un galop tranquille (mais avec de l'impulsion toujours) suffisait pour les petits verticaux, un galop plus soutenu pour les oxers plus gros.

Bref au final du bon sens mais pas si simple à appliquer en pratique.

Qu'en pensez-vous ?
Et quels sont vos conseils/trucs pour un abord réussi ?

Stphe

Membre d'honneur
 

Trust : 104  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1575
0 j'aime    
Réussir son abord à l'obstacle
Posté le 08/01/2016 à 18h56

J'ai le même souci que toi et les mêmes interrogations. Comme dit Michmich (j'en suis fan!), le plus important est le galop... mais comment trouver THE galop de son cheval là je tatonne encore :(

Inextenza

Membre ELITE Or
 

Trust : 199  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 9624
0 j'aime    
Réussir son abord à l'obstacle
Posté le 08/01/2016 à 19h04


museane a écrit le 08/01/2016 à 17h36:
Ah et une autre interrogation : position en équilibre ou plutôt assis à l'abord de l'obstacle ?

Ce dont j'ai l'impression (mais sans doute faussement) :
En équilibre, on est + prêt à accompagner le cheval dans son saut, mais on risque aussi d'être un peu en avant et de déséquilibrer le cheval, + lui mettre du poids sur les épaules au moment où il doit les lever, + enfin on augmente les chances de valser si le cheval s'arrête.

Assis = on risque le taxi si on a trop le cul collé à la selle..

Votre avis ?
De ce que je peux voir dans les vidéos des CSIO***, j'ai l'impression que pas mal de cavaliers sont plutôt assis qu'en équilibre..


Ils sont assis mais pas trop

Explication: il y a 3 positions:
- équilibre 2 points. C'est l'équilibre en suspension. Classique. Sert pour tout le tracé
- Équilibre 3 points. C'est le cul dans la brouette. Ne doit servir que dans des tournants très serrés, où l'équilibre est difficile à tenir.
et, entre les 2, il y a
- équilibre 2.5 points. Là, tu te rapproches de la selle, à l'effleurer c'est à dire ne pas peser dedans. C'est ce qui est privilégié dans les tournants assez courts, et pour préparer le saut.

Du coup, ce que tu vois assis, en fait, c'est un faux assis. Si tu regardes attentivement le fonctionnement du cavalier, tu verras qu'il n'a rien à voir avec ce qu'on peut voir par exemple sur un carré de dressage.

Les «points» sont les points de contacts: tes 2 jambes, et ton bassin (tes fesses quoi, mais on ne dissocie pas la fesse gauche de la fesse droite une fois posées dans le siège ), du coup, il faut interpréter le 0.5 point en une sorte de demi contact (on descend mais on ne pèse pas)

Tiens, anecdote à ce propos: récemment, j'ai fait une grosse erreur et je ne comprenais pas l'attitude de mon cheval. Un enchainement vertical - oxer en ligne avec 4/5/6 foulées (l'exercice était d'essayer d'en caser le plus possible)
Pour rassembler mon cheval, je reculais tout mon corps, et du coup, en plus de reculer les épaules et du coup relever les mains (mal!) je pesais dans la selle (TRÈS mal!).
Résultat, mon cheval mettait un coup d'accélérateur et me bouffait une foulée.
Pourquoi? En me reculant et m'asseyant, je souhaitais entraver le fonctionnement et l'empêcher d’accélérer (c'est un cheval de complet, du coup, si on ne contrôle pas un minimum, ça peut partir très vite et dangereusement… ça n'aide pas pour ce genre d'exercice). Et le résultat était pile l'inverse, parce que, du coup, je creusais son dos. Et là, il n'a plus le choix de fuir en avant!
Conclusion: pour rassembler, se je n'oublie rien (c'était avant les fêtes ), durcir dans ses doigts et jambes, éventuellement descendre son centre de gravité (se dire «je ne veux pas y aller» quoi), et surtout ne pas s'assoir. Comme en dressage, encore une fois (même but mêmes actions, en dressage, on cherche l'élévation!)
(c'est là où j'apprécie vraiment mon instructeur d'expliquer nos erreurs via la mécanique du cheval)

Édité par inextenza le 08-01-2016 à 19h08



Jolyjumper1

Initié
 

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 76
0 j'aime    
Réussir son abord à l'obstacle
Posté le 08/01/2016 à 19h29

L'abord d'obstacle à toujours était mon problème (et ça l'est toujours).
Avant je regardais toujours par terre donc je passais devant, maintenant j'essaie de regarder loin mais du coup je me prends des taxis...
Je n'arrive pas à trouver le juste milieu

Chamallow67

Initié
 

Trust : 10  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 186
0 j'aime    
Réussir son abord à l'obstacle
Posté le 08/01/2016 à 20h10

Sujet très intéressant !!

inextanza : "
Si tu es en équilibre, logiquement, tu n'as pas grand chose à préparer :)" : oui ! Je sais que tu as parfaitement raison ;)
Je crois en fait que je me sens rassurée si je vois ma foulée.
"Oulaaa, attention, là. Intervenir lors de l'appel est justement AMHA casse gueule." : lol ! Là encore, je ne peux être d'accord avec toi .... Faut pas se louper sinon .....

dolimos :
"Une fois qu'on a compris ça et qu'on se concentre sur tout le reste , les foulées finissent par sortir toutes seules, comme des évidences ! " Compris ....en théorie ;)

Je crois que parfois on se pose trop de questions .... ou pas les bonnes !

Perso, mon gros défaut, même quand le tracé est bon, que l'allure est bonne, j'ai du mal à attendre mes sauts. Dès que la hauteur monte, j'ai tendance à pousser (y'a pas pire ..... )

Inextenza

Membre ELITE Or
 

Trust : 199  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 9624
0 j'aime    
Réussir son abord à l'obstacle
Posté le 08/01/2016 à 20h19

De toute façon, y'a pas à tergiverser: faut en bouffer pour rendre un max de choses instinctives

Ce que me fait du bien, perso, c'est le hunter: en attendant la reprise de la saison de CCE, j'ai commencé à affuter en dressage et en hunter, pour, justement, progresser dans les bons gestes, et dans le calme (il n'y a pas de chrono en hunter!)

M_eve

Expert
   

Trust : 208  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 745
0 j'aime    
Réussir son abord à l'obstacle
Posté le 08/01/2016 à 20h21

N'hésite pas à écouter les conseils de Michel Robert, il est vraiment top et a beaucoup de pédagogie.

Je vais te donner des conseils sur base de mon expérience personnelle.
Dans un premier temps, tant que tu ne sautes pas de grosses hauteurs, tu ne dois pas trop penser à ta foulée mais travailler encore et encore pour avoir le bon galop. C'est-à-dire un galop en équilibre et en impulsion, qui donnera à ton cheval ce qu'il faut pour sauter.
Quand j'arrive devant l'obstacle, je pense juste "galop, galop, galop" en rythme et en pensant à la frappe de mon cheval au sol.

Si tu as ce bon galop, un bon tracé, une bonne position et que tu viens sur un obstacle raisonnable, tu as toutes les chances de réussir.
En fait il n'y a rien de pire que de vouloir retenir ou pousser un cheval alors qu'on ne voit absolument pas sa foulée, car c'est la meilleure façon d'obtenir un refus ou d'atterrir dans l'obstacle...
Mieux vaut venir dans un bon galop régulier et laisser la possibilité au cheval de se rectifier si ça vient un peu près ou un peu loin.

La vision de la foulée ne vient que plus tard, après avoir obtenu le bon galop et à force d'exercer son oeil. Il faut sauter, encore et encore.
A ce moment là, pour t'améliorer, tu peux commencer à travailler des abords en foulées croissantes et décroissantes, ou encore modifier un contrat de foulées entre deux barres au sol.

Comme dit précédemment, le livre "les secrets de l'abord parfait" vaut le coup d'oeil ;)

Dolimos

Membre ELITE Bronze
  

Trust : 547  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 7000
0 j'aime    
Réussir son abord à l'obstacle
Posté le 08/01/2016 à 20h24

Le CSO , c'est un vrai métier !! Ca demande énormément de rigueur, de contrôle de soi (physique et mental ), de précision si on veut bien faire les choses (et non pas juste franchir l'obstacle) .
C'est bcp de travail pour acquérir les bons automatismes .

Bref c'est loin d'être simple !

Museane

Membre VIP
 

Trust : 1456  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 4396
0 j'aime    
Réussir son abord à l'obstacle
Posté le 14/01/2016 à 14h31

Je remonte le post car j'ai de nouvelles interrogations :

Dans ses vidéos, "mimich" fait souvent aborder ses cavaliers et leurs chevaux dans un galop assez calme, bien cadencé, pas trop rapide.

Dimanche dernier, cours de CSO avec un cavalier pro, qui lui me dit de quitter "mon galop de sénateur" et d'avancer un peu plus, de laisser passer ma jument devant moi.

Je lui parle de ce que préconise M.Robert, il me répond que ses conseils sont bons mais le fait est que dans ses vidéos, il monte (ou fait monter) de très bons chevaux, des cracks, qui peuvent effectivement arriver sur les obstacles dans un rythme assez lent.
Mais que pour ma jeune jument qui connaît pas encore grand chose, qui doit se muscler etc..., il faut que j'arrive avec plus de galop.

Qu'en pensez-vous ? Les jeunes ont besoin d'avoir un galop un peu plus soutenu à l'obstacle ?

C'est par rapport à un concours que je vais faire dimanche.
Les hauteurs seront petites (entre 60 et 80) donc je ne sais plus quel galop avoir...

Artagusto

Initié
 

Trust : 18  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 136
0 j'aime    
Réussir son abord à l'obstacle
Posté le 14/01/2016 à 14h43

Je suppose que ça dépend ce qu'on entend par "galop lent". Apparemment il considérait que, avec le galop lent de ta jument, elle n'était pas devant toi ? J'imagine qu'on doit pouvoir avoir un galop lent avec un cheval devant soi, mais effectivement, ça doit être plus difficile avec un jeune cheval...

Tu la sens comment, toi, ta jument ?

Melpoup

Apprenti
  

Trust : 18  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 379
0 j'aime    
Réussir son abord à l'obstacle
Posté le 14/01/2016 à 14h58

Je suis d'accord avec le prof : pour un jeune cheval, il faut avant tout un galop tonique pour lui donner de la propulsion, afin qu'il puisse sauter facilement.
Évidemment, ça ne veut pas dire de le pousser dans un galop n'importe comment, de le précipiter, etc.

Ensuite, il faut réussir à obtenir le relâchement, la décontraction et ça c'est plus facile quand on a moins d'impulsion. Du coup, on navigue entre ces deux objectifs -tonicité et relâchement- pour essayer de les combiner mais en ayant conscience que pour construire le cheval, on va prendre sur l'un pour gagner sur l'autre, alternativement.

Une fois que le cheval a du métier, une musculature adaptée et de la force, là on peut travailler comme le fait M. Robert sur une cadence réduite (mais avec de l'impulsion) et dans le relâchement, ça ne coûtera pas au cheval.

Voilà mon avis sur la question mais je n'ai pas beaucoup d'expérience en CSO c'est plutôt ma bête noire donc j'ai hâte de voir ce que des gens plus expérimentés vont dire.

Mais en faisant un stage CSO avec ma jeune DP de l'époque, on m'avait reproché la même chose et le pro m'avait demandé de mettre plus de galop (alors que j'avais mis des mois à obtenir un galop cadencé sans qu'elle courre donc sur le moment je ne comprenais pas pourquoi il me disait ça ) parce qu'effectivement, je rajoutais une foulée dans tous les contrats donc je mettais finalement la jument à l'effort
Petit à petit, j'ai réussi à obtenir un galop avec davantage de propulsion et le relâchement est vite revenu.

Avec ma jument qui vient de prendre 16 ans et qui a du métier, je travaille en ce moment avec un cavalier de CSO et on est beaucoup plus dans l'optique de M. Robert : on travaille légèrement en sous-impulsion pour garantir le contrôle de chaque foulée, pour être sûre de ne jamais perdre le dos du cheval quel que soit l'abord. Il me dit qu'ensuite, une fois que ce sera acquis, on ajoutera à nouveau de l'impulsion (elle en a naturellement) pour sauter de vraies barres mais en gardant ce contrôle et cette tension du dos qu'on aura instaurés au préalable.

Erwood

Expert
   

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 913
0 j'aime    
Réussir son abord à l'obstacle
Posté le 14/01/2016 à 15h20

J'adore les conseils de Michel ROBERT, surtout celui sur le regard "panoramique", avant j'appliquais bêtement la règle de "regarde loin derrière l'obstacle" sauf que je fixais un point fixe et du coup je me crispais, depuis je me force à balayer de droite à gauche dans la foulée avant l'obstacle et je suis beaucoup plus à l'aise !

Pour ton soucis, je ne suis pas très doué alors mes conseils valent ce qu'ils valent mais est ce qu'il n'y a pas confusion entre vitesse et impulsion ? pour moi s'il te dit que ta jument est derrière toi ce n'est forcément qu'elle ne vas pas assez vite mais plutôt qu'elle n'est pas assez dans l'impulsion et l'équilibre pour sauter correctement.

Laudanum

Expert
   

Trust : 168  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 453
0 j'aime    
Réussir son abord à l'obstacle
Posté le 14/01/2016 à 19h13

Michel ROBERT ne préconise pas nécessairement un galop lent.

Au contraire pour certains chevaux qui ont tendance à "charger" les barres, il indique que cette mauvaise habitude peut provenir d'un galop pas suffisament soutenu. Le cheval craignant de manquer de moyens pour franchir l'obstacle dans cette cadence va accélérer. La cavalier va essayer de le ralentir et le cercle vicieux va s'installer.

Pour sortir de ce cercle, il faut aborder l'obstacle en "sur galop" et "refermer" le cheval sur deux ou trois dernières foulées décroissantes.

Hormis ce problème particulier et dans l'idéal :

1° Cadence constante ;
2° Impulsion suffisante (à distinguer de la vitesse) pour venir sauter. Par comparaison, c'est l'image du ressort que l'on comprime avant qu'il ne libère son énergie et se détende.


Voilà les deux ou trois idées que j'ai retiré sur cette thématique à partir des vidéos de Michel ROBERT.


Cordialement.



Lena67

Initié
 

Trust : 32  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 151
0 j'aime    
Réussir son abord à l'obstacle
Posté le 18/10/2020 à 07h49

J'ai excactement ses mêmes craintes moi qui reprend les cours d'équitation et qui monte depuis 20 ans... Je penses que je ne suis pas faites pour l'obstacle, mais lors des cours, je fais avec si l'on saute.
Votre sujet est intéressant à lire, merci beaucoup
Page(s) : 1 2
Réussir son abord à l'obstacle
 Répondre au sujet