Petites angoisses en balade

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2 3
Auteur
1591 vues - 36 réponses - 0 j'aime - 10 abonnés

Paulinee2

Expert
   

Trust : 388  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 767
Petites angoisses en balade
Posté le 10/06/2021 à 15h38

Bonjour CA !

Je rédige ce post car j'ai un petit soucis et vos expériences ou vos conseils pourraient m'être très utile :)

J'ai un poney en DP (je n'ai pas donné de nouvelles sur mon post où je parlais de soucis de contrat...pardon pardon ! Les choses se sont arrangées ;) ). Ce poney de 16 ans est littéralement bourré d'énergie, même après une heure de cours il est toujours aussi vif !
En cours ça se passe très bien, en balade en forêt aussi mais en balade en plaine...je bloque.

Explication, je ne suis allée qu'une seule fois en plaine et cela faisait un ans qu'il n'y avait pas été, j'étais accompagnée d'une amie sur son jeune de 4 ans (qui a été exemplaire). Et bien poney a chauffé comme une anguille ! C'était presque impossible de l'avoir au pas, il trotinnait tout le temps, impossible de l'arrêter, il reculait et lui qui d'habitude n'a peur de presque rien, et bien là il sursautait à tout, il marchait en crabe aussi.

J'étais tendue comme un string, on a un peu trotté mais je n'ai pas osé galoper, j'avais peur...peur de perdre le contrôle, qu'il parte et ne plus avoir de "freins "

Je me suis sentie nulle car apparemment il est vraiment génial en balade, et que je n'ai pas de raison d'avoir peur.
J'y retourne dimanche car je veux passer au-delà de cette peur mais j'avoue que j'appréhende surtout si on galope, bêtement j'ai peur de perdre tout contrôle, je ne sais pas pourquoi. Enfin si, il est très vif et rapide mais normalement cela ne me faisait pas peur avant...

Voilà un peu le soucis :)
Avez-vous déjà fait des blocages par rapport aux balades ?
Des idées pour y remédier ?

Merci pour votre temps de lecture :)

Allison44

Membre ELITE Or
  

Trust : 603  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 20488
1 j'aime    
Petites angoisses en balade
Posté le 10/06/2021 à 15h46

Il était content de sortir, surtout si ça faisait un moment.
Les plaines, c'est de l'espace, la tentation d'aller vite.

C'est l'occasion de le mettre sur de grands cercles quand il chauffe de trop.
idem si tu sens qu'il va te prendre la main, hop sur un grand cercle, le temps qu'il lâche son gaz.

Paulinee2

Expert
   

Trust : 388  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 767
0 j'aime    
Petites angoisses en balade
Posté le 10/06/2021 à 15h48

allison44

Merci pour votre réponse !
Ça ne risque pas de le faire chauffer plus en le mettant sur un grand cercle ?

Allison44

Membre ELITE Or
  

Trust : 603  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 20488
1 j'aime    
Petites angoisses en balade
Posté le 10/06/2021 à 15h51

paulinee2 Non car il sera "concentré" sur autre chose que d'aller vite et tout droit.

Et j'irais même plus loin en faisant des 8 de chiffres ou des serpentines, bref, des changements de directions, jusqu'à ce qu'il accepte de prendre un galop plus léger ou l'allure inférieure.

En gros : lui faire penser à autre chose

Paulinee2

Expert
   

Trust : 388  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 767
0 j'aime    
Petites angoisses en balade
Posté le 10/06/2021 à 15h52

allison44

Merci ! J'essaierai ! :)

Hisatis39

Membre d'honneur
   

Trust : 196  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 2706
1 j'aime    
Petites angoisses en balade
Posté le 10/06/2021 à 16h01

Un cercle est plus contraignant. Pour se tenir il doit ralentir sinon il doit forcer. ça finit par les ralentir d'eux même, comme une volte au trot. 8 de chiffre fait attention au contre-galop à toute zingue c'est risque de tomber.

Paulinee2

Expert
   

Trust : 388  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 767
0 j'aime    
Petites angoisses en balade
Posté le 10/06/2021 à 16h18

hisatis39

Merci ! Je prends note

Cymoril

Membre ELITE Bronze
  

Trust : 260  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 7143
3 j'aime    
Petites angoisses en balade
Posté le 10/06/2021 à 16h25

Bah génial en balade ... ça peut dépendre où et quand. C'est clair que certains endroits sont plus roulants et tentants que d'autres.
Juste fait attention à ne pas te raccrocher aux rênes quand ça chauffe, c'est facile à dire mais c'est vraiment un cercle vicieux qui s'installe très vite.

Paulinee2

Expert
   

Trust : 388  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 767
1 j'aime    
Petites angoisses en balade
Posté le 10/06/2021 à 16h30

cymoril

Oui c'est ce que j'essaie de faire au trot, ne pas être accroché aux rênes, mais c'est vrai que ce n'est pas évident, instinctivement on s'y accroche, je tâcherai de ne pas oublier

Paulinee2

Expert
   

Trust : 388  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 767
0 j'aime    
Petites angoisses en balade
Posté le 10/06/2021 à 16h35

Mais, est ce normal, même avec de l'expérience, d'avoir peur sur quelque chose de "simple " ?

Argamelle

Membre d'honneur
    

Trust : 820  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3132
11 j'aime    
Petites angoisses en balade
Posté le 10/06/2021 à 16h38

Après, il faut savoir "écouter" sa monture

Si à un moment tu le le sens pas, inutile de galoper, ce n'est en rien une obligation. Je pense que tu as eu raison de rester au trot. Et je ne dirais pas que tu n'as pas eu raison d'avoir peur, après tout, ton cheval n'avait pas le même comportement que d'habitude et clairement, il ne t'écoutait pas beaucoup. Moi j'aurais eu peur de partir au galop avec une monture dans cet état d'esprit.

Et puis ce n'est pas parce qu'il est très bien d'habitude que ce jour là, ça aurait été aussi. Ils ont comme nous, des jours avec et des jours sans, et si tu ne te sens pas en sécurité, et bien, le plus raisonnable est de changer de programme.

Connais tu bien ce cheval en balade ?
Sais tu comment il est monté en balade par sa proprio ?
ça peut-être une partie du problème : si par exemple il galope toujours sur un chemin précis, il va être difficile de le garder au pas, mais partir au galop n'est pas une très bonne idée non plus parce qu'il pourrait bien ne plus t'écouter... Le mieux c'est quand même de réussir à rester au pas.

Personnellement je ne suis pas fan du cercle en balade, souvent il n'y a pas la place et au grand galop c'est quand même bien casse gueule, surtout si le terrain n'est pas régulier. Autant éviter d'avoir à le ralentir ainsi.

Je préfère rester au pas si ça ne va pas plutôt que de tenter le diable. C'est toujours une mauvaise leçon à apprendre au cheval, qu'il peut transformer son cavalier en clandestin

Argamelle

Membre d'honneur
    

Trust : 820  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3132
7 j'aime    
Petites angoisses en balade
Posté le 10/06/2021 à 16h44


paulinee2 a écrit le 10/06/2021 à 16h35:
Mais, est ce normal, même avec de l'expérience, d'avoir peur sur quelque chose de "simple " ?


Bien sûr que c'est normal ! Tu es assise sur une bestiole de 400 kilos qui ne t'écoute pas, impossible de se sentir en sécurité dans ces conditions, du coup tu as peur, c'est logique quand même. C'est de l'instinct de survie !

Et c'est très sain : cette peur te signale que quelque chose ne tourne pas rond, et que tu devrais te méfier. Du coup, tu ne fais pas de galop, et tu as peut-être évité une situation dangereuse. Le tout c'est de trouver ce qui n'a pas été pour essayer d'améliorer : dans le cas que tu cites, ça peut être tout simplement, le fait qu'il n'avait pas baladé par là depuis un an

C'est intéressant à garder en tête parce que tu sauras que ce n'est pas un cheval que tu peux "laisser dans un coin" pendant six mois et pouf remonter dessus et walou on fait balade. Certains chevaux sont comme ça, peut-être que pas le tien, voilà tout

Lakchmi

Membre d'honneur
   

Trust : 465  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 2741
3 j'aime    
Petites angoisses en balade
Posté le 10/06/2021 à 16h45

Je vais proposer plusieurs éléments de solution, qui peuvent se combiner entre elles ou pas. Certaines vont être applicables dans ton cas, ou pas du tout, en fonction de ton aisance à toi, de ton niveau, du tempérament du poney, etc, donc il va falloir que tu fasses un peu le tri.


Il est normal qu'un grand espace soudain (plage, champ très ouvert) puisse soudain "monter au plafond" d'un cheval qui n'y est pas habitué. La forêt est beaucoup plus encadrante, et "facilite" les choses au cavalier peu sûr de lui comme au cheval inexpérimenté (et donc peu sûr de lui également ).
Truc bête, mais dans son hébergement (son paddock s'il est au boxe, ou son pré) c'est comment ? Parce que globalement, un cheval habitué à vivre sur une grande plaine va être moins "ému" d'en rencontrer une nouvelle.


Je donnerai trois "grands axes" de travail, dont l'objectif va être le même : dédramatiser et banaliser l'endroit, le rendre tout aussi banal que les autres chemins de balade, et même, idéalement, que l'aire de pansage.

1) redescente complète de pression : faire des traversées de la zone au pas rênes longues, ou même à pied. Si possibilité, faire moins long (par exemple si un chemin de traverse permet de ne faire que le quart du champ et pas le champ entier au début). S'arrêter pour brouter, papoter avec ta copine.
Si démarrage au trot, stopper net, mais tout relâcher immédiatement dès que l'immobilité ou le pas (selon là où tu en étais) est revenue.

Lorsque le pas rênes longues sera acquis, faire la même chose au trot. Entrer dans le champ en étant déjà au trot pépouze rênes longues depuis une centaine de mètres (donc surtout pas "on arrive dans le champ --> on part au trot", mais plutôt "nous sommes en balade, et nous sommes au trot... Oh, dis donc, on traverse un champ, ne changeons rien à l'allure, aucune raison") et garder la même cadence, le même trot et le même "rênes à la couture". Si accélération non demandée --> être très ferme sur la transition descente, ne pas hésiter à redescendre au pas.

Ne pas galoper tant que cette étape n'est pas acquise.


2) Occuper le corps et l'esprit : Faire du champ une zone dans laquelle on travaille. Epaules en dedans, déplacements latéraux, hanches en dedans, etc, etc... Attention, ça peut faire chauffer s'il y a trop de main de la part du cavalier. Il faut demander son épaule en dedans avec le même tact que si on était en carrière. Ne pas accepter le "piétinement", mais maintenir ses aides en demandant à avancer avec l'assiette (et sans bloquer les mains ni l'assiette, une épaule en dedans ça n'est pas du crabe dégueu précipité).

Quand la relaxation est obtenue, on peut se contenter de ne demander que quelques pas d'épaule en dedans de temps en temps sur la ligne (5 foulées épaule en dedans - 3 foulées tranquille - etc), puis juste un pas ou un trot sur la main, puis relâcher peu à peu les rênes.



Se combine très bien avec la dédramatisation : si pendant que tu es dans la méthode 1), ça accélère / piétine / etc --> tu demandes des épaules en dedans pour redresser le cheval, garder le contrôle et associer tu précipites --> tu travailles // tu restes constant --> je te fous la paix.


3) la fatigue : va aussi dédramatiser le champ, mais d'une autre manière. Tu pars en trotting / galoping, donc tu fais pas mal d'allures (bien sûr si les terrains et la santé du poney le permettent /!\ ), et pendant ce trotting, tu passes par le champ. Tu seras alors déjà au trot ou au galop (donc pas de "on arrive au champ --> on démarre), déjà routiné dans une allure constante et il n'y aura aucune raison de changer quoi que ce soit à cette allure constante.

Tu peux en profiter pour pousser le cheval à ce moment sur la zone qui chauffe, dans l'idée du "ok, on va aller plus vite ici", tout en gardant un cheval au travail (je parle de passer d'un petit galop à un galop de cross ou allongé, ou d'un trot de travail à un trot allongé, pas de partir pleine balle sur les épaules /!\ ) --> l'idée est d'arriver dans le champ avec un cheval déjà bien dégazé puisque tu auras démarré ton trotting bien avant, et déjà même "un poil fatigué" pour profiter de sa fatigue. Je ne parle évidemment pas d'épuiser le cheval et de le pousser dans ses retranchements, mais plutôt d'arriver dans le champ avec un contexte où ce galop là n'est qu'un galop parmi les autres de la sortie, donc il n'a absolument rien de spécial, et avec un cheval qui a compris que "aujourd'hui, c'est un peu dur pour le souffle" et donc qui va naturellement songer à s'économiser.


Ces trois méthodes fonctionnent bien avec un cheval aux ordres et un cavalier stable. Pour un cavalier qui a peu de niveau, je préfère la méthode 1 , éventuellement la 2 (même si mal exécutée, elle peut faire chauffer le cheval, en fonction de lui). La 3ème peut très bien fonctionner si on est dans de bonnes conditions, mais elle nécessite plus de "doigté" dans sa mise en oeuvre (sol non dangereux et de bonne texture, cavalier qui tient en selle et qui sait allonger le galop sans que ça parte sur les épaules, cheval pas fou dingue non plus, etc).



Quelques tips généraux sur "l'embarquement" :

- un cheval qui embarque n'a pas forcément un galop plus rapide. Il a surtout un galop sur les épaules, il a mis tout le poids devant et il tracte. Pour faire cesser ça et reprendre du contrôle, on va inciter le cheval à reporter du poids vers l'arrière et donc à décharger l'avant-main.

- pour décharger l'avant-main : ne pas laisser baisser la tête, se tenir soi-même bien assis sur ses fesses et le dos droit. Demander des mobilisations des épaules, n'importe laquelle (cercle, incurvation, épaule en dedans, tout ça demande aux épaules un peu de mobilité, et toute utilisation en mobilité va être enlevée à l'utilisation "tracteur").

- si tu n'es pas prête sur la troisième méthode ou que les conditions ne sont pas réunies (et c'est complètement OK), pas de galop dans ces zones là tant que le trot "normal" (donc sans avoir à être sur tes gardes et branchée sur tes rênes en permanence) n'est pas acquis. Sinon tu risques de détruire le travail que vous aurez fait, c'est dommage.




Traverser des zones avec un cheval qui trottine mais ne part pas lorsqu'il est un peu tenu est acceptable à court terme (mais fatigant pour le cavalier). La meilleure solution que j'ai trouvée à ce type de comportement, c'est la randonnée (la vraie). Je ne connais aucun cheval qui a continué à trottiner sans cesse comme un débile après 4 ou 5 jours à 25-30 km par jour (les plus concons se calment au 4ème jour, mais la majorité se pose dès le matin du deuxième jour, quand ils comprennent que ça va être la même limonade que la veille).

Astorio

Expert
   

Trust : 202  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 711
2 j'aime    
Petites angoisses en balade
Posté le 10/06/2021 à 16h48

Galoper dehors n'est pas une chose si simple que ça !

Personnellement, j'ai toujours été tres vigilante sur les chemins ou je galope, et encore plus avec ma jument actuelle.
Vous ne me verrez jamais faire une charge au galop dans un champ par exemple .. trop de risques!

Lakchmi

Membre d'honneur
   

Trust : 465  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 2741
4 j'aime    
Petites angoisses en balade
Posté le 10/06/2021 à 16h58

Complètement d'accord avec argamelle.

De une, si le poney a plusieurs cavalières, on ne peut pas à la fois lui demander de traverser le même champ systématiquement pleine balle avec l'une et au pas calme avec l'autre. Il ne peut pas comprendre. Pour moi, l'intégralité des chemins doit pouvoir se faire au pas. Donc même si on adore sa piste de galop, il faut se forcer, de temps en temps, à la faire au pas, pour que le cheval sache que "toutes les allures sont possibles à cet endroit" et qu'il soit donc en attente de l'indication que tu vas lui donner.
Si l'indication est 98% du temps "galop pleine balle", il ne va pas attendre d'indication de ta part, il va se contenter d'anticiper ce qu'on lui a appris. Parce qu'on l'a programmé pour ça.


Je la rejoins également quand elle dit que c'est une réaction saine d'adapter les allures au "mood" de la balade.

Je randonne depuis des années, j'ai une top jument d'extérieur, on a fait tous les chemins des environs dans tous les sens... Et ça m'arrive régulièrement de dire, y compris sur des balades qu'on connaît par coeur et sur lesquelles on galope : "aujourd'hui on reste au trot" (voire au pas), alors que ce n'était pas forcément mon programme de base. Parce que je sens que ça va partir en couille si on fait des allures (jument qui piétine, un peu électrique sous mes fesses, je sens le feu prêt à démarrer , et je sens que le "petit galop tranquille" que j'aurais voulu ne va pas être atteignable).

C'est juste de l'instinct de préservation, du bon sens et de la sagesse .

Argamelle

Membre d'honneur
    

Trust : 820  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3132
1 j'aime    
Petites angoisses en balade
Posté le 10/06/2021 à 16h59


lakchmi a écrit le 10/06/2021 à 16h45:

Traverser des zones avec un cheval qui trottine mais ne part pas lorsqu'il est un peu tenu est acceptable à court terme (mais fatigant pour le cavalier). La meilleure solution que j'ai trouvée à ce type de comportement, c'est la randonnée (la vraie). Je ne connais aucun cheval qui a continué à trottiner sans cesse comme un débile après 4 ou 5 jours à 25-30 km par jour (les plus concons se calment au 4ème jour, mais la majorité se pose dès le matin du deuxième jour, quand ils comprennent que ça va être la même limonade que la veille).


Je plussoie ! Ce qui a calmé beaucoup le mien en balade à pied, c'est qu'il n'avait pas la moindre idée de la durée de la sortie : il ne fait plus le kéké, parce que la sortie peut faire 3h30. Il n'est plus du tout dans le mood "balade=yeepee" du coup, même au début. Pour lui la balade, c'est du boulot plus long on va dire, et c'est pas fun. Il a pas du tout envie de se rajouter du boulot en plus en trottinant

Je prévois de faire la même chose montée : pas de prévision sur la durée de la balade. Quitte à faire deux fois le chemin.
Page(s) : 1 2 3
Petites angoisses en balade
 Répondre au sujet