Ma petite jument, mon grand rêve.

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2 3
Auteur
3213 vues - 31 réponses - 5 j'aime - 28 abonnés

Aurore63450

Apprenti
  

Trust : 392  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 334
Ma petite jument, mon grand rêve.
Posté le 02/11/2018 à 22h52

Le 13 novembre, ça fera 10 mois que Cartagène sera arrivée à la maison.
Alors je pense qu'il est temps de lui faire un post.

Déjà, bonjour.
Bonjour à vous.
J'espère que vous allez bien.
Je suis ouverte à toute remarque si vous avez envie d'en faire sur notre évolution ou sur notre manière de travailler en général.

Je vais donc commencer par vous raconter comment je suis arrivée à acheter ma première jument à seulement 14 ans.

J'ai commencé l'équitation à 4 ans, en montant sur un shetland pour une petite balade sous l'oeil méfiant de mes parents.

De mes 4 à 9 ans, j'ai seulement fait des stages par-ci, par-là puis ma mère a déménagé en Auvergne, dès lors, elle m'a inscrite dans un club. J'y suis restée jusqu'à mes 12 ans car je me suis vite rendue compte qu'il était bien nul comme club. Pas au niveau des cours mais au niveau de leur façon de traiter les poneys, ils travaillaient jusqu'à 4 heures par jour, certains avaient dépassé les 25 ans, d'autres les 20 ans, ils étaient toujours en box... Bref, une belle machine à fric. Alors ouais les cours étaient bons mais je n'aimais pas leur façon de traiter les poneys.
J'ai donc passé 3 ans dans ce club et j'ai passé trois galops - et ça, c'était pas fameux non plus...

Donc, l'année de mes 13 ans, j'ai changé de club et là, niveau traitement des chevaux... c'était top ! Ils étaient tous au pré, en troupeau, travaillés une heure par jour grand max et avec un jour de repos par semaine. Les cours étaient bons aussi mais... la prof n'était pas des plus sympas. J'avais 13 ans et ce qui m'intéressait c'était de me faire plaisir à cheval mais elle, elle voulait nous voir prendre un niveau pas possible... J'ai eu vraiment un niveau galop 3 avec elle.
Elle est partie l'année d'après et j'ai alors commencé une nouvelle année avec une autre prof qui, elle, voulait qu'on devienne des champions de saut international... c'était pas mon délire.
L'année d'après, j'ai encore eu cette prof et ça devenait insupportable. À 14 ans, jamais on a fait des jeux en une année, elle nous rabaissait, avait toujours un chouchou, et parfois ne nous faisait pas du tout cours !!
Si on avait peur de sauter un mètre, on avait rien à faire dans son cours...
Ça vous donne une idée ? Alors j'ai pris du niveau mais je n'avais aucune envie de continuer.
J'ai arrêté à la fin de l'année.

Voilà pour mes péripéties en club équestre. En dehors du club, j'ai eu trois dps.

Ma première dp se nommait Blueberry et c'était une petite welsh de 4 ans. J'ai continué à lui apprendre des choses en reproduisant avec elle tout ce que je faisais en cours. J'ai pleuré avec cette jument, j'ai ri, et j'ai aussi manqué de mourir écrasée contre une clôture ou juste écrasée par elle... c'était pas toujours fameux certes mais... c'était une belle histoire remplies de hauts et de bas. Notre histoire fut stoppée par sa vente - ma mère m'a proposée de l'acheter mais je ne me sentais pas prête pour avoir un cheval.

Ma deuxième dp était une grande jument de 19 ans avec un bon caractère de jument. Je n'avais pas le niveau et je ne voulais pas lui apprendre de mauvaises choses, alors j'ai arrêté.

Ma troisième dp fut la soeur de Blueberry, elle s'appelait Edenberry, elle avait 3 ans et je ne me suis jamais mise sur son dos. Je me suis contentée du pré-débourrage, de la desensibilisation et de mettre la selle et le filet. Peureuse au début de notre aventure, elle devint rapidement joueuse et curieuse avec moi. Il y a un lien qui s'est créé entre moi et elle, et quasiment tous les cavaliers en étaient témoins. On jouait dans la carrière, on partait en balade à pied et elle se cachait derrière moi quand elle avait peur - elle m'a souvent pété des chaussures en faisant ça, marchant sur la semelle ! - j'ai donc du vite instaurer ma bulle pour éviter qu'elle me pousse. Si j'avais pu, je ne l'aurais jamais quitté cette jument. J'ai eu des soucis personnel au bout d'un an et j'ai du lui dire au revoir.

Au bout de 6 mois sans trouver aucune dp proche de chez moi et à travailler dans une association de sauvetage d'équidés, j'ai parlé à mes parents et je leur ai dit : "si je trouve un terrain, on pourra acheter mon cheval ?"
Je sais que je suis jeune mais je me sentais prête et je regrettais de ne pas avoir pris Blue, trois ans auparavant. J'en avais marre de prendre des dps et de devoir m'en séparer. Je ne voulais plus m'attacher et devoir les quitter pile lorsqu'on commence à bien se débrouiller.
Mes parents m'ont dit que je devrais les aider tous les mois à assumer ce cheval.
Ni une ni deux, je me suis mise à chercher un terrain et j'ai trouvé ! A un kilomètre de chez moi ! J'ai donc de suite recherché ma jument et... je vous raconte ça plus tard - demain ?

Je vous laisse avec une photo de Edenberry et moi, et l'un des ânes que j'ai eu l'honneur de travailler en même temps qu'Eden.


Cliquez pour voir l'image   
Cliquez pour voir l'image   
Cliquez pour voir l'image   

Aurore63450

Apprenti
  

Trust : 392  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 334
4 j'aime    
Ma petite jument, mon grand rêve.
Posté le 11/09/2019 à 20h22

Bien le bonjour,
Mercredi dernier nous avons fait une séance de TAP/désensibilisation avec Cartagène et on a pleins de belles photos !
Comme vous pourrez le voir, on a désensibilisé au ballon, à la bâche (pas de photos) et au rideau. Cartagène n'avait pas vraiment peur du ballon et de la bâche mais était plus inquiète par le rideau par-contre. Elle s'est néanmoins montrée très très courageuse :)




Page(s) : 1 2 3
Ma petite jument, mon grand rêve.
 Répondre au sujet