Gestion de la peur

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2 3
Auteur
1655 vues - 38 réponses - 0 j'aime - 10 abonnés

Kaywest

Expert
   

Trust : 136  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 602
Gestion de la peur
Posté le 23/01/2019 à 11h15

Hello !

Petit topic sur la peur du cavalier..

on a tous au moins une fois ressentit la peur à cheval ou à pied.

J'ai longtemps flippé comme jamais s'il y avait plus de 1m05 à sauter... peur de planter ma jument, peur de l'accident, peur de mal faire...Peur quasiment passée après avoir eu une jument inarretable et pété de moyens avec laquelle j'ai souvent sauté 1m30/1m40 et même 1m50 à deux reprises. et surtout très sécurisante.

Plus récemment avec mon jeune cheval j'ai eu plusieurs petites frayeurs. La première lorsqu'il m'a assommé littéralement. 2 chevaux sont sortis de la carrière en même temps et je me suis retrouvée seule. Il s'est alors mis debout alors que j'étais à pied et m'est retombé dessus (surement avec un genou). heureusement c'est mon casque qui a pris tout le choc ! je m'en suis tirée avec un écrasement léger des vertèbres cervicales qui ne m'a pas empêché de monter.
Puis plus récemment, il a "pété un cable" à cheval et j'ai préféré descendre car nous étions dans un passage étroit et risquait de me tomber dessus. Il s'est échappé et est rentré dans le haras au galop... glissade sur 5 mètres se terminant dans un mur en pierre. Plus de peur que de mal, après 2 mois d'arrêt, il s'en tire sans aucunes séquelles.

Mais là encore la gestion de l'immobilisation a été très compliquée. Il devenait imprévisible en mains et pouvait tout aussi bien être un gros chaton qu'un fou furieux (normal le pauvre après tant de jours au "placard"). Il en est venu à glisser sur le parking des écuries à cause de ses bêtises et malgré la sédation. A cheval aussi c'était compliqué. Droit à uniquement du pas et là aussi shooté mais il pouvait partir en saut de moutons assez violents. Idem en longe, il peut partir d'un coup et viser le cavalier.

Là il a repris le travail et tout rentre dans l'ordre petit à petit !
Je reste néanmoins extrêmement anxieuse lorsque je dois le manipuler pour aller à la carrière ou au manège. Si bien que je le trimbale partout en grande longe pour longer et suis a l’affût du moindre bruit qui pourrait réveiller le diable en lui. (il est très peu impressionnable en temps normal ! )

J'ai le cœur qui bat la chamade, les mains qui tremblent et les jambes en coton ! C'est assez incontrôlable.
Il me semble que je n'ai pas tellement peur de la chute à cheval mais plus qu'il se blesse à nouveau (et en même temps je ne veux pas le mettre dans du coton, ce n'est pas la solution) ou qu'il me blesse plus gravement.

Je me force à respirer et à me calmer parce qu'on le sait tous, les chevaux sont de vraies éponges et le mien profite de mes genoux qui tremblent pour prendre le dessus. J'ai aussi testé la fleur de bach (rescue) pour relativiser. La confiance revient petit à petit mais mentalement il y a des hauts et des bas. Je suis obligée d'être méga attentive ce qui me rend limite parano ^^

Bref et vous ? quelles sont/ont été vos peurs à cheval et comment les avez vous surmontés ?

Reiter_max

Initié
 

Trust : 26  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 61
2 j'aime    
Gestion de la peur
Posté le 24/01/2019 à 23h32

Intéressant ce poste

Les peurs, on pourrait en faire un très long livre, puisqu'elles font partie de la condition humaine.
Peur du vide, peur des araignées, peur des souris, peur du feu, peur de l'eau... peur de monter à cheval, peur du cheval, peur de sauter, peur de ne pas contrôler....
Il y en a des centaines de milliers et ça devient un peu plus complexe quand elles deviennent phobiques, par ex : l'énorme araignée de 15m d'envergures ou la souris de 20 kg !

En fait quand on creuse un peu le sujet, sans faire trop de psychologie ;) les peurs, nous ramènent toujours à la peur la plus primitive de l'être humain : perdre la vie.

Alors, oui c'est saint de ressentir la peur, avant de sauter une barre de 80/100/120cm, partir en balade, peur de monter... C'est le facteur risque, comme le sport auto par ex.
A ce moment là, faut accepter nos peurs et faire le vide. Pas d'inconscience, être simplement vrai avec soi et de ses capacités du moment.

Du modeste niveau avec lequel je monte deux fois par semaine, je côtoie des personnes aussi bien stressée, peureuse,nerveuse , cool; sympa, joyeuse, confiante.

Des choses semblent certaines quand à la pratique de l'équitation,la confiance et l’estime de soi, la bienveillance, le respect, le calme, l'anticipation, une certaine force, et le plus dur être bien dans sa peau.
Que ce soit pour le cheval, comme pour le cavalier c'est avant tout le dépassement de soi et de créer un duo de confiance. Il y a des jours sans, des jours avec, comme pour la peur.

Pour répondre à ta question, pour le moment à cheval, j'ai une certaine appréhension devant mes 1er barres/oxer à 80cm.... même si j'y suis arrivé, faut encore un peu de taff !!!

Édité par reiter_max le 24-01-2019 à 23h42



Kaywest

Expert
   

Trust : 136  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 602
0 j'aime    
Gestion de la peur
Posté le 25/01/2019 à 09h47

eleonore83 comme toi la peur est arrivée sans que je m'en rende compte !

Pour l'obstacle, j'avais une jument qui avait pas de sang et pas des gros moyens (le cross ça passait plutôt bien avec la vitesse mais elle pouvait facilement planter en saut) donc forcément j'ai appris a ne pas faire confiance et à monter les obstacles pour 2 ... donc dès que ça montait un peu je priais pour que la jument soit dans un bon jour! Pas l'idéal pour prendre confiance surtout que j'ai souvent chuté (ma jument était la pro du petit "coup d'épaule, demi-tour, bye bye !") et une grosse chute également avec la jument.

La dernière que j'ai vendu avait bcp de sang, bcp de force et une belle technique à l'obstacle. Genre ligne de méca,entrée au trot sur un obstacle à 1m, 1 foulée/ vertical 1m30, 1 foulée/oxer 135... no pb ! ça aide à relativiser les 95cm de l'Amateur 3 en CCE !!

Mais elle m'a mis dans l'insécurité autrement sans que je m'en rende compte. Chaque foulée de trot était puissante, je manquais sans cesse de contrôle (au galop surtout) et devais me battre pour le reprendre. A pied c'était un enfer au début car très auto-centrée et aucune confiance en l'homme. Elle ne supportait pas qu'on la touche donc pour le pansage c'était compliqué. Et quand elle paniquait,elle se mettait en danger et nous avec. Tout, absolument tout a été un combat de chaque instant. Au final, a force de patience elle est devenue manipulable et plutôt gentille. A cheval elle était méga bosseuse et pas vicieuse mais avait tellement de force que la maitrise des allures n'était pas évidente tout le temps alors qu'on avait fait un gros boulot dessus et qu'elle était "aux boutons" (vraiment très bien dressée et ultra mécanisée à l'obstacle sauf en parcours où ça restait compliqué à gérer). La seule discipline sur laquelle je me faisais grave plaisir c'était le cross !! car elle n'avait pas subit de trauma et qu'on a pris notre temps. Il fallait juste bien s'armer niveau mors lol !

Je l'ai vendue car je me suis rendue à l'évidence, ce n'était pas la jument idéale pour un amateur,en tout cas pas dans ma discipline ! (quand on ne peut pas enchaîner de parcours pour s’entraîner, c'est compliqué de faire de bons parcours en concours) ... Le jour où elle est partie, j'ai versé ma petite larme et ensuite... gros soulagement et plus du tout envie de poser mes fesses sur un cheval !

J'ai pourtant acheté mon 4 ans 3 semaines plus tard... et là.. de la peur, des doutes, plus aucune motivation...
Peur de mal faire, peur que le cheval soit trop "qualiteux" pour moi ou trop dans le sang, peur de le planter irrémédiablement... Mais aussi peur de lui et de ses réactions que je n'ai plus l'envie et la patience de gérer, ayant donné toute mon énergie pour l'autre.

Bref ! aujourd'hui, je retrouve goût a l'équitation quasiment 1 ans après la vente de l'autre jument. Je vois que le travail paye et porte ses fruits rapidement (contrairement à l'autre pour qui il m'aura fallu 2 ans à raison 1 fois par semaine pour passer 3 barres au sol au trot dans le calme... jamais réussi au galop !), que je retrouve les sensations de ma première jument qui était top top en dress, que j'ai a nouveau une impression de sécurité, même s'il est jeune et pète son câble de temps à autre... et que parfois mon coeur s'emballe sans réellement de raisons et que je dois me mettre un coup de pied au cul pour garder le dessus sur mes peurs!

Clochette11

Membre VIP
 

Trust : 265  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 4235
2 j'aime    
Gestion de la peur
Posté le 25/01/2019 à 10h57

Bonjour!

De mon côté, j'ai toujours eu peur à cheval...
J'ai commencé à 35 ans, en petit groupe d'adultes débutants, et déjà c'était compliqué.
Commencer adulte, je pense que ça n'aide pas quand on est trouillard de base.
J'allais à mon cours avec une boule d'angoisse, je ne sais même pas pourquoi j'y retournais en fait!
Je montais une ponette C pas du tout sociable, qui faisait mine d'attaquer le 1er qui passait trop près.
Pas très engageant pour un début. j'ai ensuite eu une autre C mais très calme.
Ce qui m'angoissait beaucoup, c'était la sensation que personne ne maitrisait sa monture (dans un cours débutant, en même temps, c'était bien le cas :/), et, la carrière étant petite, j'imaginais des collisions partout.
J'ai souvent fait des attaques de panique, avec crise de tachycardie en plein milieu des cours, à me retrouver allongée dans le sable (ou l'herbe, au choix) pour reprendre un rythme cardiaque et une respiration normale...
J'ai ensuite pris uniquement des cours particuliers, ailleurs, sur une jument camargue hyper zen, que j'ai prise en DP et qui m'a donnée plus confiance.
J'ai refait 2/3 crises, mais rien de comparable; elle était vraiment fiable.
De là, j'ai décidé d'acheter ma jument, qui s'est révélée...moins calme que prévu!
Arrivée aux écuries, à pieds, c'était compliqué; à l'attache, c'était compliqué.
Je ne la montais que très peu car elle était au travail.
Dessus, je n'ai jamais eu vraiment peur; un peu d'appréhension, mais rien de comparable avec mes crises.
Elle pouvait faire des écarts, mais rien de méchant: pas de coups de cul,ni de rodéo; immobile au montoir, respectueuse du cavalier.
Du sang mais rien de méchant.
Sauf que la peur et l'angoisse sont revenues depuis le mois d’août , où, pour la 1ere fois en 3 ans, je suis tombée.
Par excès de confiance!
Qui l'eût cru...Elle a démarré alors que j'étais à 2 doigts de descendre, au pas, rênes posées sur le garrot, totalement détendue et contente de moi.
Et là paf, elle démarre à fond alors que j'avais 15 km de rênes dans les mains , en lévitation à l'extérieur de la selle.
Je n'ai pas pu l'arrêter, j'ai manqué de réflexes ( elle a suivi une autre jument qui a eu peur également) et j'ai fini par terre.
Je ne me suis pas blessée, mais depuis, ça ne me lâche pas.
Je refais de l'angoisse avec cette sensation que je ne la maitrise pas et que si elle ne veut pas m'écouter, elle peut; j'ai refait une attaque de panique avant même d'être dessus, sur le montoir, un jour de grand soleil, sans vent, avec une jument qui faisait presque la sieste!
Bref c'est la misère...
Je reprends peu à peu confiance, en ne montant que quand je le sens.
J'essaie de beaucoup travailler sur moi même en faisant du yoga et du Qi gong, mais bon, ce n'est pas magique, et le Rescue non plus :/
En revanche, j'ai fait une lecture ( pas encore finie) sur la guérison par le cheval, dans lequel l'auteure mentionne un cheval (de thérapie) qui ne se laissait jamais approcher tant que l'humain n'était pas en accord entre ce qu'il voulait montrer, et ce qu'il ressentait vraiment.
Par exemple, quelqu'un qui a peur mais qui veut faire croire que non.
Elle dit qu'à partir du moment où la personne acceptait sa peur, et était donc en adéquation avec son ressenti, le cheval se calmait instantanément et se laisser approcher.
J'ai essayé cette approche avec ma jument dernièrement.
De toutes façons, elle sait quand j'ai peur, même si je fais des tas d'efforts de respiration ou autre pour essayer d'être calme et détendue.
Je dois dire que pour le moment, à pieds, cela fonctionne plutôt bien.
ça a l'air totalement ridicule dit comme ça, mais depuis, quand je vais la voir, et que ça ne va pas, que je suis contrariée par le boulot, la météo qui nous empêche de bosser etc etc au lieu de faire comme si tout allait bien, je lui dis ( oui c'est ridicule, je sais mais de toutes façons elle le sent, alors autant être claire) et j'ai bien l'impression que ça donne du résultat; à pieds pour le moment, car je ne tente pas de la monter quand on a 100km de vent et que ça me sort par les yeux!
Au final, depuis que je l'ai, et que j'ai ses problèmes, j'ai constaté que
1/je dois arrêter de me mettre la pression pour son travail.
2/je dois m'écouter et monter quand je le sens.
En faisant cela, j'arrive progressivement, par la multiplication de petites expériences positives, à regagner confiance et avoir moins peur.
Alors évidemment, ça va bien quand on n'a pas d'objectifs sportifs, j'imagine que pour un compétiteur, il vaut mieux chercher autre chose...

Édité par clochette11 le 26-01-2019 à 08h43



Reiter_max

Initié
 

Trust : 26  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 61
1 j'aime    
Gestion de la peur
Posté le 25/01/2019 à 16h07

Coucou
C'est " assez étonnant " de lire assez souvent peur du cheval " " années de souffrance " " boule au ventre "
Je ne juge pas du tout, bien au contraire.

Au CE ou je monte il y un entier, jeune, pas facile, et bien sure que j'ai une certaine appréhension en l'approchant, et de toute façon je n'ai pas le niveau pour le monter lol. Une autre jument n'est pas facile non plus...

Cependant, même quand j'étais goss en CE, je n'avais pas " peur " du cheval, bien au contraire, j'ai toujours trouvé cet animal vraiment atypique, intelligent, cognitif et à respecter du moment que c'est dans les 2 sens. Il faut toujours être un peu sur ses gardes, car ça reste un animal craintif de part sa nature, mais je pense qu’être dominant vis à vis de lui, c'est savoir être juste et affirmé. Du coup il se sent en confiance.
ça n'empeche pas, bien sure, qu'il teste de temps en ce temps son cavalier, ça serait pas drôle sinon ;)

Un cheval qui sent notre peur, ou notre stress, ou notre mal être, c'est vraiment compliqué à gerer.

Pour avoir écrit un poste sur ce sujet là il y a pas longtemps, vaut mieux savoir faire une pause, comme il m'a été suggéré, ou de monter vraiment, que pour le plaisir, et ça c'est vraiment top :)

On sera pas tous champions du monde de toute façon lol, le principal c'est de se faire plaisir en formant un bon duo.

Agentmulder

Membre d'honneur
  

Trust : 8  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 2229
3 j'aime    
Gestion de la peur
Posté le 25/01/2019 à 16h47

Je ne sais pas si c'est si étonnant.
Par contre je suis convaincue que pendant très longtemps ça a été tabou dans le monde équestre que que les réseaux sociaux et autres espaces de discussion lèvent la barrière.
L'enseignement a évolué aussi et on trouve aujd moins de moniteurs incapables de concevoir la peur chez un élève. On se rend compte qu'au final la peur touche tout le monde, ponctuellement au moins, de manière permanente pour d'autres, mais qu'elle n'est pas incompatible avec la passion du cheval. elle questionne peut-être sur la manière dont les gens ont été débutés, elle reflète aussi peut-être une évolution normale dans le temps. elle s'exprime aussi plus facilement maintenant que, via la presse ou le récit biographique, de grands cavaliers eux-mêmes ont confié leur rapport à la peur.

Du coup, ce topic pose la bonne question: la question ce n'est pas de se demander pourquoi on a peur, ou si c'est normal, mais comment la gérer au quotidien ou dans une phase difficile.
J'ai fait une pause dans ma vie équestre de 5 ans! Justement parce que j'avais pris tellement peur avec un enseignement très rude, que je n'avais plus que peur à cheval. Quand j'ai repris...
... J'avais toujours peur. Par contre j'avais envie. En vieillissant on est plus à même de faire la part des choses entre l'obligation et le tri, pour restreindre la pratique à ce qu'elle a de plus plaisant ce qui peut passer par un choix plus minutieux du cheval (via l'enseignement ou par l'accession à la propriété).

Reiter_max

Initié
 

Trust : 26  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 61
1 j'aime    
Gestion de la peur
Posté le 25/01/2019 à 23h22

De toute façon, derrière chaque peur se cache l'envie /desir...
En revanche je nai pas peur de monter a cheval, ni du jugement des autres. Je sais,qui je suis....
L'équitation a la dure, presque militaire je l ai fréquenté a une époque... Comme la bêtises humaine.

Eleonore83

Apprenti
  

Trust : 150  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 291
2 j'aime    
Gestion de la peur
Posté le 26/01/2019 à 19h55

Moi je pense qu’en tout cas , à part les peurs phobique , comme cela a été mentionné plus haut mais que j’exclus car par essence non fondées , pour ma part , la peur vient aussi avec l’age car corrélée avec la conscience du danger.
Pour mon histoire c’est vraiment l’aspect terre à terre , du genre quand je pars seule des heures en balades dans des lieux non couverts par le réseau téléphonique : et si je tombe , me fais mal ? Qui va me venir en aide ? On ne pourra pas me retrouver ?
Ou alors si je suis en arrêt de travail , je ne vais pas évolué au niveau pro , comment je vais gérer la maison , les chiens .. ect .
Du coup ce type de raisonnement n’empeche En rein la passion mais me rend plus raisonnable qu’ado .

Badmonster

Membre ELITE Argent
  

Trust : 178  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 8894
4 j'aime    
Gestion de la peur
Posté le 26/01/2019 à 20h13

J'ai eu très peur après une grosse chute, où je me suis luxée et fracturée le le coccyx... Bien que je sois remontée juste après la chute et et que j'ai franchi le même obstacle, après ma période de convalescence, impossible de ressauter une barre. Même pas 50cm. J'arrêtais la jument devant la barre tellement j'avais peur. Donc peur, angoisse, stress, culpabilité, frustration... un bon cocktail d'émotions négatives. Par période, j'essayais de ressauter, des obstacles simples, des abords au trot. Pas de plaisir, j'essayais juste de surmonter la peur. Et puis ma jument a eu des soucis de toux, et puis je ne pouvais pas venir souvent avec la fac, je me suis blessée plusieurs fois donc arrêtée, donc quand ma jument et moi allions bien j'avais pas envie de me prendre la tête...

Et puis petit à petit, avec la fin des cours, la tête plus libre, l'envie est revenue, et de séance en séance ça allait mieux. La jument était ravie de ressauter. Donc l'an dernier j'ai repris les concours, et en une saison c'était reparti comme en 40. J'ai fini la saison à l'aise sur 115, là où je m'étais arrêtée avant la chute.

Là j'ai arrêté les concours en octobre, et j'ai ressauté pour la première fois aujourd'hui. Je me faisais un peu emmené, parcours avec beaucoup de tracé... Ben sur l'enchaînement plus haut, j'ai demandé à baisser l'oxer sortie de virage, parce que c'est sur cette configuration que je suis tombée et je panique. Plus bas, c'est passé nickel et j'ai fini le parcours normalement. Sur le coup j'étais énervée contre moi, frustrée, mais j'essaye de positiver. Un obstacle m'a posé problème, ça fait plus de 4 mois qu'on a pas sauté, la jument m'emmenait parce que trop contente... ça ira mieux les prochaines fois !!!
Page(s) : 1 2 3
Gestion de la peur
 Répondre au sujet