Abandon soudain de l'équitation

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2 3 4 5 6
Auteur
3580 vues - 78 réponses - 0 j'aime - 18 abonnés

Chachou55

Expert
   

Trust : 262  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 764
Abandon soudain de l'équitation
Posté le 17/12/2019 à 13h11

Bonjour,

Tout d'abord je m'excuse pour la longueur du texte et j'ai tout fais pour rendre ce dernier le plus agréable possible.

Je vous explique, cela fait maintenant une bonne paires d'années que je monte à cheval et qui plus est en saut et en compétition car j'adore ça.

J'ai été dans une écurie pendant une dix aine d'années (écurie que j'adore et qui me manque) et j'ai déménagé pour raison professionnelle & personnelle l'année dernière.
J'étais heureuse de tourner sur mes hauteurs (105/110) autant en concours qu'en entraînement.

Je me suis retrouvée une écurie familiale avec des chevaux gentils ( bien que limités à de la club 2/1 grand max) je me suis dit que la hauteur ne me dérangeais pas je voulais me faire plaisir.

J'avais un cheval assez compliqué avec qui j'ai fort travaillé en DP ce qui nous a permis d'enchaîner un grand nombre de classements (surtout en club 2) durant ces 1an et demi (j'attends déjà les réflexions "normal après la 110 que tu rafles toutes les club 2 devant les gamines" donc je re précise que mon gros poney n'était jamais sorti sur de telles hauteurs et était compliqué).

Autant vous dire que j'étais ravie de nos classements qui prouvaient que notre travail payait (même si quelque part au fond de moi en regardant les photos passées les hauteurs me manquaient...)

Et pas plus tard qu'au 17 Novembre de cette année, nous faisons un gros concours, avec mon compagnon bien surexcité qui pete en l'air au paddock, nous finissons tout de même 2e de cette club 2 donc nous sommes ravis...

Et en mettant pied à terre, j'ai senti cette horrible sensation qui vous a peut-être déjà traversé... "Je n'ai plus envie, c'était top mais c'est fini maintenant".

J'avais tout pour être heureuse, mon ptit père, les classements, j'ai pu énormément me consacrer à ma passion cette année et la, mon cerveau a décidé de tout faire envoler...

Depuis cette dernière fois où je lui ai depionté sa crinière, la dernière papouille en rentrant aux écuries... Je n'ai plus remonté, j'ai rompu mon contrat de DP et je suis repassée quelques fois caresser mon crack...

S'il vous plaît, dites moi si cela vous est déjà arrivé, avez vous complètement arrêté? Persévéré? Vous en avez parlé à votre entourage?

Édité par chachou55 le 17-12-2019 à 13h15

Anecdote

Membre d'honneur
  

Trust : 155  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 2254
5 j'aime    
Abandon soudain de l'équitation
Posté le 18/12/2019 à 13h21


Citation :
Oui y'a des boutons, mais y'a des boutons avec lesquels ont est plus familier parce que ben on préfère le cheval, c'est plus naturel pour nous ou autre raison, et le feeling pour moi joue aussi sur l'écoute du cheval. Parce qu'un cheval peut être agréable pour un cavalier mais je pense que l'inverse est valable aussi (selon plein de facteurs)


Chaque cavalier a sa façon de monter/sa propre attitude à cheval. Comme n’importe quel athlète ! Certains courent d’une façon un peu bizarre, d’autres lacent le javelot d’une façon atypique, d’autres encore ont un « coup spécial » qui les caractérise. C’est normal ça fait partie du sportif. D’ailleurs les grands sportifs sont reconnaissables facilement grâce à ça !
Chaque cavalier va donc fonctionner avec un type de cheval particulier. Certains sont des piles électriques et font sortir les yeux de la tête de n’importe quel cheval. Certains les endorment. Certains ont une position atypique mais sans gêner. Bref, on a tous un feeling avec certains chevaux. Et parfois ça match et parfois pas.

Mais être un bon cavalier c’est dépasser ça. Les vrais bons cavaliers, qui sont aussi hommes de cheval, ils sont capables de faire sauter une chèvre ou de faire piaffer un chameau. En gros, ils savent s'adapter à tous les types de chevaux et pas seulement à ceux qui correspondent à leur zone de confort ! C’est en ça qu’on reconnaît un vrai cavalier. Si t’es capable de bien monter qu’avec un type de cheval, c’est qu’il y a du boulot encore derrière. Bien sûr qu’il y a toujours des affinités. Parfois quand tu montes sur un nouveau cheval, tu te sens tout de suite « chez toi » mais cela ne doit pas t'empêcher de monter avec brio tous les chevaux.
D’ailleurs des cavaliers amateurs à « un seul cheval » j’en connais plein... ils ont eu un cheval comme si, comme ça. Ça a fonctionné du feu de Dieu pendant des années. Des classements à tire larigot. Le cheval est vendu/part en retraite et là aucun cheval ne va. Ça enchaîne les catastrophes jusqu’à retrouver le même genre de cheval... ce genre de cavalier, tu sais qu’ils ont encore du chemin à faire.. !

Kaywest

Membre d'honneur
 

Trust : 216  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1634
1 j'aime    
Abandon soudain de l'équitation
Posté le 18/12/2019 à 14h42

hello !

J'ai pas tout lu (oupsi...) mais la démotivation fait partie de notre sport.
Il y a 2 ans, je me suis dégoutée de l'équitation au point de voir les sorties de mon cheval comme une véritable corvée... j'avais juste envie de faire un break et de ne plus voir le bout de sabot d'un "canasson".

pourtant cavalière depuis 20 ans, proprio à 11 ans et compétitrice dès mes 12 ans (CSO, Dress, CCE, voltige, pony games, trec... bref j'ai usé du concours quoi avant de m'orienter en CCE). Le dégout est arrivé d'un coup au moment de la vente de ma jument (vendue car l'entente entre nous n'était pas la meilleure même si on a fait de belles choses).
J'avais trop donné, m'étais top investie sans jamais baisser les bras et en ayant la persévérance là où tout le monde me disait que je n'y arriverais pas. j'ai étonné tout ceux qui n'y croyait pas et ai amené la jument à un bon niveau...mais à quel prix? celui de ma passion pour l'équitation.

Je me suis convaincue que j'aimais toujours ça et j'ai racheté un cheval dans la foulée. un 4 ans à peine débourré.. et du coup après quelques mois de planplan en carrière, je l'ai foutu au pré 2 mois et ne l'ai quasiment pas monté le mois suivant (il apprenait a sauter en lib et était monté par mon coach).. J'ai pu voyager, faire des week-end entre copines .. bref, j'ai fais plein de choses dont je devais me priver en temps normal, il en me coutait pas grand chose, je passais le nourrir et faire des pansages sans l'envie de remonter dessus ! Blessé en fin d’hiver, il a eu plus de 2 mois de convalescence... là encore, je n'ai pas monté (bon sauf au pas et shooté... Donc.. ça ne compte pas vraiment)

Quand mon cheval a été remis en route... bon dieu ce que j'avais envie de reposer mes fesses dessus ! Un nouveau souffle, de nouveaux objectifs, la blessure derrière nous et une furieuse envie de savoir ce que nous réservait l'avenir.

10 mois ce sont écoulés depuis le jour où j'ai pu remonter dessus. Tout n'a pas été rose, loin de là ! Mon cheval a un sacré caractère, j'ai eu pas mal de désillusions cette année sur les compétitions mais il y eu aussi beaucoup de bon et j'ai notamment retrouvé des sensations oubliées. j'avais a nouveau l'impression que c'était "facile" et voyait mes efforts récompensés. Et même quand il m'envoie dans les roses, qu'il saute comme une biquette furieuse, qu'il me fait ses 400 bêtises à la minutes, je suis contente d'être au centre équestre et de monter.

Bref, quand on est sans objectifs (comme toi ou avec des objectifs moindres), ca démotive. des chevaux compliqués, ça démotive aussi.

Ca coute tellement cher, ça demande tellement de temps et d'investissement que si on y "trouve pas son compte"... parfois on se dégoute.

Mon conseil c'est de faire un break. Ca te manque = reprend une DP sur un cheval qui correspond à ton niveau. Ca ne te manque pas = teste d'autres activités :)

Et puis pour réagir sur ce qu'a dit anecdote .. clairement, je suis cavalière d'un seul type de chevaux. je m'entends avec beaucoup (sauf les trop chaud), peux me dépatouiller sur n'importe quel type de cheval (raide, laxe, chaud, gros mou, jeune, vieux, cabochard etc...) mais pour vraiment fonctionner et faire de belles choses... il n'y a pas milles solutions, il faut que le cheval fonctionne de telle façon et pas d'une autre (en l’occurrence, je préfère les plutôt des chevaux pas top grand, avec un dos un peu raide, un peu de bec et pas chaud/nerveux).
Physiquement, je ne peux pas bien fonctionner avec des excités du bulbe (j'ai le bas du dos très dur à cause de ma scoliose donc physiquement impossible d'être laxe/ très décontractée... ce qui me dessert avec les chevaux chauds)

Enifay

Expert
   

Trust : 316  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 640
2 j'aime    
Abandon soudain de l'équitation
Posté le 20/12/2019 à 22h09

Bonjour,
Je n'ai pas lu tous les messages honnêtement, désolée.
Mais j'en viens à ma petite histoire personnelle.

J'ai commencé l'équitation tard, à 17 ans, mais tout de suite passion prenante. J'habitais à côté du centre équestre donc j'y étais quasi tous les jours. Spectatrice des cours, des concours (trop timide et pas assez franche pour moi même y participer), sorties des chevaux, mise en pâture, puis benévolat lors des centres aérés, des cours, des concours en tant que secrétaire lors de dressage et d'attelage (expérience que j'ai adoré !).

Puis j'ai acheté mon double poney, en décembre 2016. J'y étais tous les jours, je passais mes jours à la pension. Je prenais des cours en parallèle avec les chevaux de club. Je ne pensais qu'à ca...

Puis août 2017 j'ai rencontré mon copain. Et mes centres d'intérêt ont littéralement changé. Je ne me suis pas réinscrite aux cours, j'espacais mes visites à mon poney (alors que j'habitais à côté), je ne le montais plus. Plus les mois passaient, moins je le voyais.. Clairement j'allais le voir 2-3 fois dans le mois. Heureusement que mes voisins étaient là pour lui.. Je n'allais plus au club, les chevaux ne m'intéressaient clairement plus. Bref, j'ai fini par revendre mon poney en juillet 2018. Sans regrets, mais un soulagement car c'était devenu un poids pour moi et ça me faisait clairement ch*er de devoir aller à la pension montrer que je ne l'avais pas oublié..

Et puis j'ai pris du recul par rapport à tout ça. L'idylle avec mon copain est redescendu tout doucement. Et je me suis rappelée de tout ces moments, de cette bulle d'oxygène qu'a été l'équitation pour moi durant une période donnée, de ce poney, mon poney, que j'ai tellement pu chérir, alors lequel j'ai passé des moments formidables, des balades à en pleurer de joie.. Et les remords sont arrivés. J'ai abandonné mon poney ! Malheureusement le mal était fait, il ne m'appartenait plus..

Petit à petit j'ai remis pied à l'étrier, après quasiment 1 an sans avoir voulu côtoyer le monde equestre.
4 mois après avoir vendu mon poney j'ai pris une DP. Le bonheur ! Le bonheur de passer son temps auprès du cheval, de la monte. Une DP d'une fois par semaine ne me suffisait plus, j'en ai pris une seconde, je suis retournée regarder des cours dans des CE.
Et être proprio me manquait.. J'ai sauté le pas en juin dernier en achetant ma jument. Donc même pas 1 an après avoir vendu mon poney. Et avec celle là je ne risque pas de refaire la même erreur, je l'ai tellement regretter et le regrettre encore...

Bref, tout ca pour dire que oui, pendant un moment donné je pense que l'on est tous plus ou moins passé par une lassitude de cette passion. C'est tellement prenant, un tel investissement, physique, mental, financier. Parfois la raison reprend le dessus, la déception de voir que l'on atteint pas les objectifs fixés, un autre passe-temps qui prend le dessus, envie de faire autre chose, envie de penser à autre chose..
Et puis, on revient à cette passion, et d'autres non...
Page(s) : 1 2 3 4 5 6
Abandon soudain de l'équitation
 Répondre au sujet