Etudes, métier du cheval: passion ou raison?

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2 3 4 5
Auteur
3445 vues - 61 réponses - 2 j'aime - 14 abonnés

Ondine35

Expert
   

Trust : 882  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 752
Etudes, métier du cheval: passion ou raison?
Posté le 01/11/2017 à 22h02

Bonjour ! Il y à un an et demi, j'ai posé un sujet sur ce forum :
https://www.chevalannonce.com/forums-10474052-etudes-metier-dilemme-cheval-ou-argent

J'étais en secondes générale et que je ne savais pas après mes études je devais faire ce qui me plait vraiment à fond (les chevaux) ou si je devais faire un métier qui me plait moyen mais qui me rapporte des sous.

Et bien..... Je suis toujours aussi perdue.

Alors, je suis donc allée en 1ere S. J'ai passé mon bac de français, j'ai eu environ 12 de moyenne cette année là. J'ai bossé plus qu'en seconde, assez régulièrement, je faisais beaucoup d'efforts pour me mettre au boulot, mais je ne bossais pas comme une dingue. J'ai clairement pas aimé du tout cette année. J'ai fait S par ce que j'avais les capacité et que ca m'ouvrait des portes derrière.
Mais... Je n'aime pas ca du tout ! Il y à 2 matières seulement qui m'interessent ! Je m'en doutais un peu en y allant mais là j'ai du mal. Je suis de plus en plus malheureuse car je ne supporte pas bosser. J'aime tellement faire plein de choses (dessin, photos, ordinateur, jeux vidéos, vélo, m'occuper de mes chèvres, de mon âne, monter à cheval) que je suis très frustrée de devoir bosser et laisser ces choses de côter, pour bosser quelque chose qui ne m'interesse pas du tout !
En cours je suis moyenne, j'ai actuellement 11,5 de moyenne, mais bon c'est le début d'année, ce n'est pas très significatif. Mais je m'ennuie ! Ca ne m'interesse pas du tout ! Je fais depuis l'année dernière des plaques urticaires dues aux émotions et au stress entre autres que je ne faisais pas avant.
Bref, bosser mes cours, ce n'est pas pour moi.

Maintenant, je suis en term S, je vais devoir faire un choix. Une passion que j'ai est la nature depuis petite. Mais cette passion est moindre face à l'équitation.
Plus ça va, plus je suis accro... Il n'y à que ça. Rien que ça. C'est 90 % de mes pensées quotidiennes. Depuis 10 ans. Depuis cette année je ne montes "que" dans un club (en plus des "DP" que j'ai durant le week-end et les vacances, et de mon âne que j'ai le week-end)
Et je trouves que je ne suis pas assez en contact avec les chevaux, c'est pour dire...

Je pensais donc partir sur un BTS GPN ( Gestion et Protection de la Nature): C'est sur le terrain, mains dans la terre, et ca protège la planète, niquel. Et poursuivre par une licence de bio ou autre car apparement un BTS GPN tout seul ne débouche sur rien, donc il faut poursuivre après.

Mais voilà, plus ca va, plus ma mère me découvre en pleurs le soir dans mon lit, elle redoute les jours de rentrée, elle le dit clairement à tout le monde "-A partir de la rentrée, elle fait la gueule tout le temps" en gros. Je ne supporte vraiment pas travailler, surtout ces matières qui ne m'interessent pas du tout.

Les métiers qui m'interessent sont tout ce qui tourne autour de l'entrainement, l'éducation, la réeducation, l'étude du comportement des chevaux. A 6 ans, j'éexpliquais aux adultes de mon entourage le métier d'éthologue que je voulais faire et qui me plait toujours autant 10 ans plus tard.

Jusqu'à ce soir, le métier de l'équitation, pour ma mère, n'était pas possible. Mais ce soir ça n'allait pas du tout alors on à discuté et elle m'a proposé de regarder les formations et les métiers du cheval. J'étais très étonnée et j'ai un peu perdu mes moyens, ca fait des années qu'elle me dit que c'est pas un métier et que je me suis donc auto persuadée que vivre dans le cheval n'était pas une vie.

Je me suis "fait une raison" les années passées si bien que je ne vois pas quoi faire dans le cheval? Dans ma tête c'est très clair, ma place est au près des chevaux, c'est là que je suis moi, la ou je me sens bien. Quand je ne suis pas près d'un cheval, je lis des bouquins de chevaux, je dessines des chevaux, je parcours les magasins en ligne d'équitation, je cherches des chevaux à vendre, je joues à des jeux vidéos de chevaux, et quand viens le soir, j'imagine ma vie au près des chevaux.
Mais ça m'a tellement été décrit comme impossible que, maintenant que j'ai le droit d'y penser serieusement, je suis comme bloquée, je ne sais pas ou aller, je suis désemparée en fait.


Bon voilà, je suis perdue, fatiguée, blasée, malheureuse...
-Comment réussir à bosser des cours qui ne m'interessent pas du tout pour passer mon bac ?
- Que faire par la suite ? Une formation et un métier avec des horaires plus faciles et un meilleur salaire, au risque de continuer à être malheureuse ? Ou me lancer dans le cheval, être la ou je dois être, mais risquer de regretter car condition trop dures, horaires compliquées, salaire difficile ?

Merci d'avoir tout lu, j'espère que vous qui êtes du métier, ou qui avez la même passion dévorante que moi pourrez m'aider.

Air2famille

Compte supprimé


2 j'aime    
Etudes, métier du cheval: passion ou raison?
Posté le 01/01/2019 à 14h30

J'ai fais mes études dans le cheval, j'en étais mordue. Mais le métier est bien différent de la passion, ça aura réussi à m'en dégoûter pendant 3 bonnes années, et j'ai du me mettre un coup de pied au fesses pour retrouver ce sport et cet animal que j'aimais tant.

Désormais, je suis plus axée élevage rural en général, m'intéresse à toutes les productions et ne voit pas que par le cheval. Je pense que c'est important, car ça permet de diversifier, d'être polyvalent et donc de diversifier les sources de revenus quand on s'installe. Pas pour rien que de nombreux éleveurs de chevaux en Normandie ont également des vaches allaitantes... les aides, une sécurité financière...

Alors de groom, je suis passée à enseignante d'agronomie... j'ai un Loulou, je fais de la pension chevaux, une dp. Mais non, je ne travaillerais plus dans les chevaux, du moins pas dans les écuries. Je ferais peut être un peu d'élevage plus tard, pour le plaisir.
Page(s) : 1 2 3 4 5
Etudes, métier du cheval: passion ou raison?
 Répondre au sujet