Cheval rétif : insister ou « négocier » ?

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2 3 4 5
Auteur
5088 vues - 63 réponses - 0 j'aime - 18 abonnés

Bosty2

Expert
   

Trust : 142  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 883
Cheval rétif : insister ou « négocier » ?
Posté le 24/02/2019 à 18h17

Bonjour à tous,
Je cherche des témoignages de personnes ayant eu des chevaux rétifs au travail.
Je monte actuellement un jeune cheval (qui fait de la voltige en club à côté), et qui est très particulier !
Juste pour cadrer le sujet, je ne recherche pas d’idees particulières pour mon cas, mais plutôt, d’une manière générale, face à des signes de rétivité les solutions que vous avez pu trouver. Bien que chaque cas soit différent bien sûr, c’est juste que en deux séances par semaine je ne peux pas faire grand chose sur le fond avec ce cheval en particulier, donc c’est plutôt une idée générale sur ce problème d’une façon globale que je recherche.

Je me pose la question, si il est vraiment utile de « gagner » à chaque fois face à ce type de chevaux ou si juste parfois c’est pas le jour et vaut mieux ne pas insister ?

Par exemple, ce cheval, vendredi direct très derrière mes jambes, regardait derrière constamment mais rien à faire, même en ne travaillant que ça il restait toujours un peu derrière.
Je me met ensuite sur un grand cercle au galop en essayant de le délier, et petit à petit il se deportait, ne voulait pas vraiment tourner, de plus en plus derrière moi et d’un coup stop pile demi tour, pointage, impossible de tourner à gauche.
J’insite un peu, mais voyant que la pression montait je change de cercle : plus de défense.
Je reviens sur ce même cercle du début, pas de défense.
Je laisse la dessus tout de suite.

Aujourd’hui rebelotte, prétextant une frayeur dans la carrière, il démarre, je l’arrete gentiment, mais je sens que j’aurai plus le même cheval. Je repars au galop, et il me refait le coup. Impossible de tourner, il refuse de se porter devant lui, se barre et fini par se pointer.
J’insiste pas, je refais comme la dernière fois et ça passe, j’arrete tout de suite. C’est un cheval de club de base, amener un jour à faire des reprises, et la monitrice m’avait demander si c’était possible de le sortir un peu pour l’avancer un peu dans le dressage mais bon déjà il refuse de se porter en avant, donc sans ça il n’y a pas grand chose à faire ! (Puis il fait la voltige parceque justement en cours personne ne le gère donc bon, c’est pas la première fois qu’il joue de sa force !)

Mais donc ma question, face à ce type de comportement, pour vous, est ce que c’est « lâcher » que de changer de cercle ou bien au contraire c’est comme ça qu’ils finissent par céder dans le calme ?
Après je ne me vois absolument pas insister lourdement, pour moi le mental (surtout sur des choses basiques : on parle pas ici de faire face à une difficulté ou un effort particulier) ne s’apprend pas, c’est pas en tapant dessus que les chevaux comprennent...
mais en même temps mettre en place des stratégies d’evitement finira peut être par aggraver la chose...?

(Je précise avant que certains soulèvent le problème : il est à jour de suivi, la monitrice l’a acheté il y a 2 mois et checké les dents, osteo et veto, et comme dis plus haut, je n’attends pas vraiment de réponse sur ce cas précis mais d’une maniere assez générale !)

Cymoril

Membre VIP
 

Trust : 169  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 4418
3 j'aime    
Cheval rétif : insister ou « négocier » ?
Posté le 25/02/2019 à 14h00

Surtout, un cheval va retenir avant tout la "teinte" de ce qui lui est arrivé. Si une séance en carrière se passe mal, peu importe la raison, il appréhendera la prochaine. Il ne se dira pas "ça s'est mal passé parce que j'ai fait le con", mais "la carrière, ça fait peur, ça fait mal, j'aime pas ça".
Du coup je dirais que l'essentiel n'est pas tant le résultat que la manière d'y arriver. Ça te fera une belle jambe d'arriver à passer dans un coin (au pif) s'il a fallu 40 minutes et 40 coups de cravache pour y arriver. La fois suivante tu peux être sûre qu'il aura retenu "la leçon" et y passera encore moins, il te faudra sûrement 50 minutes et 50 coups de cravache et ainsi de suite.
Alors qu'en feintant (d'une manière ou d'une autre, en utilisant sa tête), ne serait ce que pour s'approcher un peu de ce fameux coin, tant pis si on est pas allés tout au fond, mais dans le calme et le confort, on a pris de l'avance pour la prochaine fois, le cheval voit qu'il y a de moins en moins de raisons de s'en faire, et finira tout naturellement un beau jour dans le coin sans même y avoir pensé.
Et je dit ça, je suis en plein dedans avec mon cheval (faites ce que je dit, pas ce que je fais ...), la dernière fois il voulait pas trop monter en van, on a insisté en lui laissant pas trop le choix. Bah la fois suivante il a dit non, net et précis. Et là j'ai juste tout à reprendre de 0, il est raide braqué, parce que je n'ai fait que renforcer son inquiétude en insistant (pourquoi il était inquiet à la base, ça je ne sais pas, le dernier trajet s'était sûrement mal passé pour lui).

Bref non, c'est jamais une bonne idée d'insister "bêtement" et frontalement quand le cheval refuse quelque chose, il y a toujours une raison. Même si en insistant on a parfois l'impression d'avoir gagné, on a fait que créer de l'appréhension et des résistances.

A l'inverse je pense qu'il faut faire attention à ne jamais "récompenser" la rétivité : "bon tu ne veux pas faire ça, ok on ne fait plus rien alors, c'est pas grave je te laisse brouter un peu d'herbe". C'est un peu gros comme exemple mais enfin c'est l'idée. Toujours essayer d'avoir au moins un petit effort dans le bon sens, et si vraiment c'est trop dur, au moins demander immédiatement autre chose, mais toujours rester sur du positif.

Cherchour

Membre VIP
 

Trust : 88  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 4229
2 j'aime    
Cheval rétif : insister ou « négocier » ?
Posté le 25/02/2019 à 14h55

Mon cheval n'est pas rétif, juste un grand émotif qui ne comprend pas si on s'énerve sur lui. Il a longtemps été très désintéressé de tout rapport avec l'être humain (comme si il se mettait dans une bulle, présent mais l'esprit ailleurs).

On m'a toujours incitée à le travailler en utilisant le moins possible la contrainte : on compose dans le calme, si ça ne va pas on passe à un autre exercice, pour revenir au premier plus tard dans la séance, ou on aborde de manière différente si vraiment ça ne passe pas. On propose en fait et on lui laisse le temps d'apporter sa réponse, de comprendre ...

Donc ça me semble logique de négocier avec un rétif. Souvent les chevaux ont une bonne raison (pour eux) de réagir comme ils le font.

Ramboderetz

Membre d'honneur
  

Trust : 182  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 2402
3 j'aime    
Cheval rétif : insister ou « négocier » ?
Posté le 25/02/2019 à 15h23

J'ai un prof que je trouve exceptionnel pour régler les problèmes de comportement.

La jument que j'avais avant rétivait. Quand elle en avait marre (genre au bout de 15 minutes...) elle m'emmenait vers la porte et si j'étais pas d'accord elle se cabrait. En fait, elle se cabrait pour à peu près tout et rien (PRE, ça a l'avant main légère ces animaux !)

Mon prof a régler ça en une séance. Pour lui, il faut que le cheval ait l'impression d'avoir trouvé la solution tout seul et, d'une certaine façon, de faire ce qu'il veut (même si en fait, la solution c'est ce qui nous arrange !)

Je donne mon exemple même si le problème était un peu différent, mais c'est pour expliquer "l'esprit" du truc.

Donc déjà, il a géré le cabré en la pliant. Moi je le faisais mal, je m'en suis aperçu, car à mon avis je cédais sur les quelques centimètres de rêne qui lui permettait de se lever quand même. Bref, il était au fond de la carrière, elle en a eu marre et a voulu se lever. Il plie. La jument, pas contente, et quand même allé quasiment jusqu'à la porte, en crabe, tant bien que mal (têtue la bourrique). Et puis pof, elle se décide à repartir en avant. Moi j'ai rien vu du sol, mais mon prof m'a dit qu'elle avait cédé, qu'il avait donc cédé aussi immédiatement, et hop, la solution qu'elle a trouvée pour être tranquille, c'est d'aller en avant. Le timing est donc primordial. Quand je l'ai remontée, elle a menacé de se lever 2 fois, à chaque fois j'ai juste ouvert ma main et elle est tout de suite repartie en avant. Dans son esprit, se lever n'était plus une solution (inconfortable, oblige à faire le crabe) et à priori elle trouvait plus cool d'aller en avant, finalement.
Et puis on en a jamais reparlé.

Il m'avait donné l'exemple d'un cheval qu'on lui avait laissé (à un moment, c'était le coeur de son métier de reprendre des chevaux dits "difficiles") qui rétivait très fort. Lui, il reculait.
Eh bien il m'a expliqué qu'il avait dit au cheval "ok, tu veux reculer, on recule !". Et il fait peut être 2 tours de carrière comme ça. A la fin le cheval lui a dit "ah non en fait là j'en ai marre, on va aller en avant, c'est mieux hein".
Et pareil, c'est passé.

Mais le truc, c'est à chaque fois le cheval a la sensation que c'est lui qui prend la décision. C'est important avec ce genre de mental je pense. Et vu que c'est lui qui "décide", ça s'installe de manière définitive (si personne ne fait de conneries !)

Quiebro13

Membre ELITE Or
  

Trust : 870  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 14018
1 j'aime    
Cheval rétif : insister ou « négocier » ?
Posté le 25/02/2019 à 16h02

ramboderetz


Et bien avec le mien tu peux en faire des séances à reculant

En extérieur j'ai reculé sur bien 500 m sans aucune possibilité d'avoir le moindre mouvement en avant ... et pourtant c'est bien plus compliqué de se mettre sur le cul que d'aller en avant.

Autre problème avec les chevaux intelligent " tu veux que j'aille devant ? Okkkkkkkk " et c'est là que l'on a commencé à se faire emmener ....

En fait il applique juste un truc de base par l'inconfort, le cheval étant en recherche permanente de confort il va forcément aller là où ce sera le plus facile pour lui à nous de l'y guider en lui faisant croire que c'est lui qui choisi ... oui quand le cheval a un cerveau qui fonctionne

Sur un cheval lambda ça fonctionne vite et bien sûr un vrai rétif qui ne lache pas le morceau il faut être encore plus fin et détourner encore plus le problème. Sans pour autant lâcher le morceau mais surtout ne jamais rentrer dans le conflit ou l'affrontement.
D'ailleurs à le plier on s'était aussi vautré, il voulait se mettre debout je l'ai juste plié, sauf qu'il a décidé de partir alors au trot on s'est couché ...

Je précise que je n'ai pas un cheval qui vire loin de là mais qui va chercher à se soustraire à tout peut importe l'action et la stupidité de sa réaction qui va le mettre encore plus dans la merde !
Il agit de la même façon avec ses congeneres ...

Ramboderetz

Membre d'honneur
  

Trust : 182  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 2402
2 j'aime    
Cheval rétif : insister ou « négocier » ?
Posté le 25/02/2019 à 19h30

quiebro13
Oui, alors peut être que le tien est un peu spécial...
Effectivement, on est toujours dans le confort / inconfort, mais le talent réside dans la compréhension de ce que le cheval a en tête et un timing parfait !
En tout cas moi je n'ai pas su faire...

C'était surtout pour dire qu'à priori, ce n'est pas en se battant de manière frontale qu'on réussit à ce sortir de ce genre de problème.
Mais bon globalement les réponses vont dans ce sens...

Bref, une stratégie d'évitement mais qui amène aussi vers la solution... Plus facile à dire qu'à faire !

Couagga

Membre VIP
  

Trust : 61  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 4903
0 j'aime    
Cheval rétif : insister ou « négocier » ?
Posté le 26/02/2019 à 17h46


quiebro13 a écrit le 25/02/2019 à 16h02:

Et bien avec le mien tu peux en faire des séances à reculant

En extérieur j'ai reculé sur bien 500 m sans aucune possibilité d'avoir le moindre mouvement en avant ... et pourtant c'est bien plus compliqué de se mettre sur le cul que d'aller en avant.



tiens ben voilà, ma jument s'était de ce genre là. la première sortie seule, j'ai cru qu'on allait rentrer à l'écurie en marche arrière et j'ai découvert une nouvelle allure: le pas sursauté
Mais jamais je n'ai recouru à la force, j'ai toujours pris le temps de l'apaiser, de la rassurer, de trouver des compromis. Même s'il fallait 45 min pour faire 5 mètres à certains endroits (je n'ai jamais mis pied à terre) . Et le jour où elle a compris que je ne ferais jamais partie de ses problèmes mais toujours des solutions, probablement parce que suffisamment de situations perturbantes pour elle ont trouvées des issues positives en ma compagnie, alors son comportement à totalement changé. Du jour au lendemain ! après plus d'un an de "thérapie" ! c'était hallucinant

Édité par couagga le 26-02-2019 à 17h47



Quiebro13

Membre ELITE Or
  

Trust : 870  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 14018
0 j'aime    
Cheval rétif : insister ou « négocier » ?
Posté le 26/02/2019 à 22h01

couagga

La grosse différence c'est que toi la tienne avait un " passif " moi c'est sorti du chapeau du jour au lendemain ... il n'avait jamais fait ça, jamais eu d'expérience traumatique, jamais personne ne l'a brusqué ou lui est rentré dedans ...

Alors maintenant que l'on rééquilibre sa vitamine E c'est moins prononcé, moins courant, on peut le désamorcer mais ça reste quand même là comme une menace qui plane ...

Clairement si l'on ne le connaissait pas depuis la naissance on pourrait sérieusement se poser des questions sur ce qu'il a vécu et ça on le voit aussi dans ses interactions aux autres. Comme si c'était un cheval qui n'avait pas de codes, qui avait été isolé et brimé alors qu'il a vécu en troupeau puis en groupe en paddock mais jamais seul.

Couagga

Membre VIP
  

Trust : 61  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 4903
3 j'aime    
Cheval rétif : insister ou « négocier » ?
Posté le 26/02/2019 à 22h26

quiebro13

oui, les causes sont différentes. et ton expérience me conforte encore dans l'idée que : le cheval n'a jamais de comportement par hasard ou pour emm…. le monde. Il y a toujours l'expression d'un souci, quel qu'il soit, et il faut toujours s'interroger et écouter ce que disent les chevaux. Toujours.

Quiebro13

Membre ELITE Or
  

Trust : 870  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 14018
0 j'aime    
Cheval rétif : insister ou « négocier » ?
Posté le 26/02/2019 à 22h50

couagga

Exactement !

Frisky

Initié
 

Trust : 44  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 154
0 j'aime    
Cheval rétif : insister ou « négocier » ?
Posté le 04/03/2019 à 09h56

Négocier ^^
J'ai connu un cheval autant "rétif" en selle qu'à pied. Mais qui changeait du tout au tout suivant les gens qui le montait (il était monté par des handicapés).
Il se contentait de stopper, de nous ignorer le plus royalement du monde voir de reculer. Donc pas un grand acte ^^

Quand monsieur refusait d'avancer en main, insister était inutile, alors je lui chassais les hanches et on y allait à reculons. 3/4 pas plus loin, je lui demandais d'avancer et on repartait comme si de rien n'était :P
Pareil, parfois il voulait tourner à droite. Moi à gauche, j'insistais un peu. Il insistait, alors on tournait à droite pour immédiatement faire une demi volte et finalement se retrouver à la main que je voulais

Après tu développe une grande manière de contourner leurs petits caprices. :)
Sinon la seule chose que je n'ai jamais réussi à empêcher, c'est sa manie de jouer avec le tuyau de la douche. Du coup, on se retrouvait tout les deux autant mouillé l'un que l'autre et ça m'amusait trop pour que je l'en empêche ahah

Ddga

Compte supprimé


0 j'aime    
Cheval rétif : insister ou « négocier » ?
Posté le 04/03/2019 à 22h23

Le principe de base est de rendre confortable ce que l'on souhaite, et inconfortable, ce que l'on ne souhaite pas. Mais il faut aussi comprendre les causes, pour ne pas agir que sur les effets.

Par exemple, un cheval se cabre pour deux raisons, soit il veut aller quelque part et le cavalier l'en empêche, soit il ne veut pas aller quelque part, et le cavalier le pousse. Le cheval coincé entre l'envie ou l'aide d'aller, et l'aide ou l'envie contradictoire de ne pas aller, cherche la solution vers le haut.

Comprendre la situation, où le cheval veut aller, où il ne veut pas aller, et pourquoi, permet ensuite d'agir par l'inconfort et le confort sur ces causes. Plier le cheval pour l'empêcher de se cabrer n'est généralement qu'un moyen de contrôler la situation, pas un moyen éducatif.

Par exemple un poulain se cabre s'il se sent coincé par les rênes, et dans ce cas il existe un moyen de ne pas le coincer, qui est de n'utiliser qu'une seule rêne à la fois, et un exercice spécifique qui lui apprend à surmonter sa panique si sa tête est coincée.

Seule la connaissance des causes permet de trouver les solutions. Le reste est illusoire.

Zazounuss

Membre ELITE Bronze
 

Trust : 525  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 6970
0 j'aime    
Cheval rétif : insister ou « négocier » ?
Posté le 06/03/2019 à 13h31

J'ai un cheval que l'on peut qualifier de rétif, dans le sens où il est en règle général froid à la jambe voir même parfois presque insensible, ne réagit absolument pas à la leçon de jambe et à 2/3 reprises s'est totalement braqué et où il était très difficile ne serais ce que de le faire marcher ou trotter.

C'est un cheval qui dans son tempérament de base est plutôt introverti et pas explosif, sa défense à lui c'est plus "je n'avance plus voir je recule" que "partir pleine balle et en coup de cul".
J'ai essayé beaucoup de choses et plusieurs méthodes plus ou moins douces (sans lui taper dessus évidemment) et j'ai envisagé plusieurs pistes dont des douleurs physiques qui ont étaient écartées par mon ostéo en ce qui concerne le squelette, la selle va plus ou moins et en tout cas ne justifie pas une telle rétivité, les dents c'est fait, il a des pieds parfaits ...

On est arrivé il y a peu dans une nouvelle écurie où la gérante monte un peu dessus pour sauter de temps en temps, lors de la dernière séance et sans raison apparente il a rétivé très fortement et refusait ne serais que de marcher à peine la détente entamée, c'est pas le genre à être brute avec les chevaux et elle n'a strictement rien fait qui aurait pu le vexer, le brusquer, le secouer ou le gêner.
On a un peu parlé du cas de mon cheval et elle m'a suggéré qu'il pouvait ne pas être très à l'aise au niveau digestif et que ça pouvait être une piste à creuser, notamment du coté ulcère.

En tant que bonne proprio pas du tout hypocondriaque et après avoir cherché des témoignages toute la soirée, le lendemain j'appelais la véto pour programmer une gastroscopie
Elle n'est aujourd'hui toujours pas faite donc je ne peux pas apporter plus coté témoignage pour le moment (c'est demain ) , mais ça reste une piste probable à mon sens.

Bosty2

Expert
   

Trust : 142  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 883
3 j'aime    
Cheval rétif : insister ou « négocier » ?
Posté le 10/03/2019 à 22h48

Un grand merci à vous tous pour vos réponses, et échanges très intéressant !

Je viens vous donner des nouvelles du loulou quelques semaines après la création de ce sujet.
Quelques pistes m'ont vraiment bien aidé. La semaine dernière dejà je l'ai abordé de manière différente. Il m'a refait le coup. Comme d'hab en début de séance très derrière, très regardant, au trot il ne donnait rien, aucun engagement. Bon je sentais la séance mal engagée quoi !
Cette fois il a pas démarré mais s'est vraiment bloqué (en gros de plus en plus derrière mes jambes puis a fini par se bloquer dessus et retiver dans un virage). Je l'ai immobilisé, en ne demandant rien, juste de rester arreté en restant concentré (oui je sais pas si je l'ai abordé mais il est très très distrait, par absolument tout). Il a fini par me regarder genre "youhou on fait quoi là ??" mais vraiment sans stress, et quand je lui ai demandé de repartir dans la direction souhaitée initialement il a pas bronché.
Il m'a refait le coup une fois dans la séance, j'ai refait la même chose, et pareil il est reparti sans problème.

Donc voila quelque chose de bien positif !
Ce week end, j'ai eu un démarrage je l'ai immédiatement arreté et pareil attendu un petit moment avant de repartir et après nickel !
Aujourd'hui balade, et il a été parfait (malgré la tempête !!!). Alors que plus d'un 5 ans aurait bougé je pense...

Donc après avoir cherché à comprendre tout ça, je pense qu'il y a bien un petit soucis physique, car même si il parait bien plus coopératif au travail, il reste ce soucis de refus total de se porter réellement devant lui, et je penche bien pour des petites douleurs par ci par là qui rende le travail inconfortable pour lui.
Mais je pense qu'il est aussi tout simplement "lent", et que l'erreur surement commise plusieurs fois avec lui, et par moi la première a été de faire une leçon de jambe pour l'avoir plus "éveillé". Or je pense qu'il fonctionne lentement tant mentalement que physiquement et que le bousculer le perturbe beaucoup, d'où son incompréhension et ses "crises de panique".
Cela reste un demi trait, certes plutôt léger mais qui doit être travaillé dans son fonctionnement quoi...

Anipeps

Membre d'honneur
 

Trust : 1122  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1903
0 j'aime    
Cheval rétif : insister ou « négocier » ?
Posté le 11/03/2019 à 08h54

Bonjour,

J'ai réeduquer il y a longtemps maintenant un cheval rétif, et là je vais attaquer une autre jument rétive.
Je ne parlerais que de celui réeduquer il y a un moment, car l'autre on ne fait que commencer...

A l'époque cela avait commencer par énormément de travail à pieds en amont en rond de longe, qu'il se connecte à moi, créer une complicité est souvent important pour ces chevaux là....

Ensuite sous la selle, je savais qu'au bout de 20 minutes minimum il finirait par se mettre debout et rétiver, que ce soit sur le plat, ou autre....

Du coup j'avais commencé par des toutes petites séances de 10 minutes, c'était ok, on rentrait récompense....Puis la fois d'après 15 minutes, puis 20 etc.....

Du coup j'interrompais le travail avant de rentrer dans ce conflit....

Travailler peu, mais très régulièrement.....beaucoup à pied....

Une comportementaliste m'avait aidé pour le travail à pied à l'époque....

Après 1 mois et demi de travail, ce cheval, qui avait pour habitude planter et se mettre droit de bout à ne plus rien lâcher...partait avec moi en balade dehors 1H30...Son ancienne propriétaire était estomaquer du résultat...

Donc je pense surtout qu'il faut rester dans du positif, arrêter le travail avant que ça se braque, passer beaucoup par le travail à pied pour le relationnel et créer un lien fort...et aussi (je ne l'ai pas évoqué), éliminé aussi les causes de souffrances physiques qui peuvent être la cause de la rétivité...

Ma jument actuelle, en réeducation de rétivité aussi, elle on sait que c'est lié à de la douleur, donc on est en amont entrain de s'occuper de ce problème de douleur de pied (naviculaire) afin de la soulager, et on commence par travailler sur le respect et l'écoute à pied, puis en paddock avec un cheval qui la rassure à côté et surtout on insiste pas, elle travaille bien 10 minutes, stop , on rentre et on récompense....Pour rappel cesser le travail est une récompense en soi pour un cheval...(notion de zone de confort/zone d'inconfort)

Frisky

Initié
 

Trust : 44  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 154
0 j'aime    
Cheval rétif : insister ou « négocier » ?
Posté le 11/03/2019 à 11h04

anipeps J'en connait un rétif pour qui le travail à pied ressemblait plus à la pire des corvées possible :)
Page(s) : 1 2 3 4 5
Cheval rétif : insister ou « négocier » ?
 Répondre au sujet