L'esclavage moderne dans le monde du cheval...

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2 3 4 5 6
Auteur
6450 vues - 87 réponses - 20 j'aime - 30 abonnés

Maev-ghost

Membre d'honneur
    

Trust : 1583  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3002
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 16h21

Bon, j'ai décidé d'ouvrir ce post suite à un débat que j'ai vu sur les réseaux sociaux.

L'exploitation des travailleurs dans le monde équestre.
Alors oui on sait tous que c'est un métier rude, qu'il ne faut pas avoir les deux pieds dans le même sabot et accepter d'avoir des horaires décalées ou tard...

Mais est ce pour autant qu'il faut continuer à accepter d'être exploitée tout bonnement sous prétexte d'expérience, de travailler avec du vivant et j'en passe?

Je suis moi même cavalière/enseignante à mon compte depuis 5 ans. J'ai roulé ma bosse dans de nombreuses écuries de sport principalement.
J'ai fais principalement de l'indépendant car je trouve de nombreux avantages notamment le salaire qui est quasi 2 fois supérieur et un emploi du temps correct. Je fais environ 40/45h par semaine et je réussi à me libérer 2 jours de repos par semaine dont mes weekends depuis quelques mois.

Mais, j'ai également été salariée pour une écurie de sport qui proposait des conditions de travail que l'on trouve dans quasi toutes les écuries. Environ 10 à 12h de travail PAR jour, charge de travail individuel qui devrait être fait par deux personnes, un jour de repos par semaine si tout va bien et devoir ressortir à 22h pour recouvrir les 30 chevaux ou autre... Tout ça payé au SMIC sans jamais avoir une heure supp de payée ni un dimanche accordé et devoir aligner 300€ par mois pour la pension du cheval.
Du coup, si on remet tout ça sur une base horaire avec toutes les heures faites en réalité, c'est à dire 265h de réalisé sur le mois: on est sur 4.48€ payée de l'heure ou 3.35€ /h si on a un cheval en pension.

Franchement, qui même avec la passion aux tripes, aimant ce qu'il fait peut rester motiver en gagnant carrément en dessous du seuil de pauvreté et sans même profiter de la vie. Parce que quand on est dans les écuries de 7h30 du matin à 20h le soir, difficile de faire autre chose que ça ou même d'avoir l'envie autre que de dormir.

Alors, j'entends souvent dans le monde équestre ou je lis souvent que c'est NORMAL, que seuls les vrais motivés acceptent de faire ça car ils sont réellement passionnés par leur métier.
Et que les autres qui veulent 2 jours de repos, partir en vacances ou finir à des heures décentes sont des personnes n'étant pas fait pour être dans le métier.

Perso, j'adore ce que je fais mais je ne veux plus JAMAIS bosser pour 3€-4€ de l'heure, avoir des horaires tellement lourdes, que même aller faire un restaurant, c'était mission impossible.
J'aime ce que je fais, je fais environ 8h-18h en plages horaires, plus tard certains jours où je rajoute des cours. Parfois certaines périodes je suis blindée et peut dépasser les 45h. Mais c'est sur une question de 15 jours et tout est rémunérée.
Le soir je rentre majoritairement vers 18h30 et peut profiter de la vie comme tout le monde. De même, j'adore avoir mes weekends (alala qu'est ce qu'on a pu me faire la réflexion dans le milieu que j'avais mes weekends et que j'étais entre autre une princesse quoi!) et profiter de la vie tout simplement. Je suis passionnée de mes chevaux mais j'aime aussi d'autres facettes sans voir un cheval; voyager, randonner, profiter de ma famille et de mes amis ou tout simplement glander dans mon canapé...

Alors quand je vois des offres d'emplois en salarié qui certes apporte la sécurité de l'emploi, le droit au chômage ou aux congés maladies rémunérés comparé à mon statut; mais payer au SMIC pour 70h: je vois pas ce qui peut continuer à motiver des personnes à bosser dans le milieu.
On dit tout le temps que les gens ne sont pas motivés, ne savaient pas à quoi s'attendre ou sont trop faignants car ils veulent des conditions de travail respectueuses.

Heureusement, qu'il existe encore des gérants de structure qui respectent leurs employés: j'en connais mais il faut bien les chercher pour les trouver.

J'attend pas grand chose de la part de ce post, mais quand est ce que la norme finira par changer? Quand est ce que les gens arrêteront de bosser pour 3€ de l'heure sous prétexte d'une prise d'expérience ou qu'il faut bien gagner sa vie pour manger (quoique là, cest vraiment pas gagner sa vie convenablement)?

On peut tout à fait être qualifié, motivé et bosseur en voulant des conditions de travail qui nous permettent de profiter de la vie à côté et vivre celle ci sans galérer avec deux sous en poche.

Édité par maev-ghost le 13-01-2021 à 16h28

Sd0613

Initié
 

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 119
0 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 18h33

maev-ghost

Non, pas que français. J'ai bossé à l'étranger, c'est malheureusement le cas dans d'autres pays aussi.

Badmonster

Membre ELITE Or
  

Trust : 407  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 14368
2 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 18h35

sd0613 Après qu'on s'investisse dans son taf c'est normal aussi, surtout en début de carrière quand t'as encore plein de trucs à apprendre, y'a des gens qui en ont envie aussi, pour devenir bons rapidement, mais quand c'est vraiment le système qui est comme ça, là ça me pose problème.

Ender

Membre VIP
  

Trust : 462  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 4705
4 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 18h37


badmonster a écrit le 13/01/2021 à 18h26:
Je suis d'accord et c'est dans tous les milieux comme ça.. Un pote est dans la restauration, il a appris comme commis chez un grand grand chef, ben c'est limite de l'esclavage + harcèlement en prime... Dans toutes les professions "cadre" aussi, combien de stagiaires genre avocat se tirent dans les pattes et c'est à qui fera le plus d'heures sup jamais payées pour être le mieux vu du boss ?

Après y'a plein de petites structures qui tiennent comme ça parce que ça ne rapporte pas énormément et que financièrement c'est juste impossible d'embaucher plus de monde, mais il y a énormément d'abus.


Combien de fois j'ai pu lire sur ce forum, une personne en stage qui se plaint des conditions de travail et les réactions "c'est normal", "tais-toi, ce n'est que pour quelques mois", "fais avec", "c'est ça le monde du travail", bah non en fait. Et c'est exactement la même histoire pour le monde équestre.

'Fin bon, avec de telles mentalités, faut pas s'étonner que ça ne bouge pas beaucoup.

Titespanole

Membre d'honneur
 

Trust : 290  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1781
0 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 18h39

J'ai était salarié pendant 8ans dans un petit club, formation bpjeps puis CDi !
Je reconnais bien mon parcours dans votre discours même si je ne suis pas à plaindre car j'avais un patron plutôt cool mais malheureusement ça ne fait pas tout !!

C'est ça, des journées à rallonge pour un SMIC, la pension de ton cheval à payer... et quand tu termine ta journée à pas d'heure pas forcément l'énergie suffisante pour le bosser...????
D'ailleurs je me suis pris la tête plus d'une fois avec des gens qui disent que les bpjeps ne veulent plus se former pour évoluer ... et bien moi c'était mon v?u le plus cher ... mais où tu trouve le temps et les sous .... j'aimerais savoir !

Enfin voilà, tout ça c'est terminé pour moi... l'enseignement me manque et heureusement je fais monter 2 amies pour le plaisir ce qui me permet de continuer à me faire plaisir avec elles!!

Mais c'est sur que dans ce milieu le turn over et fou ... moi quand je dit que je suis rester 8ans au même endroit tout le monde me demande comment j'ai fait ... ben même si c'est pas l'idéal quand tu aime ça et que tu a un crédit maison sur le dos ... ben tu lache pas un Cdi .... surtout que l'herbe est pas forcément plus verte ailleurs !!

Sd0613

Initié
 

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 119
0 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 18h40

L'investissement, c'est une base.

Je dis toujours que si tout travail mérite salaire, on peut le retourner et dire que tout salaire mérite travail.

La limite, c'est de savoir fermer la porte et déconnecter quand tu as finis ce que tu avais à faire.

Pour ça, faut être investi et efficace. Je me suis offert le luxe, dans mon précédent job, quand ça devenait border line, de dire à l'équipe et à mon chef: "quand je suis au bureau, je suis là à 200%. S'il faut rester un peu (et UN PEU seulement!!! ), y a pas de souci. Mais quand je passe la porte le soir ou pour partir en WE, ne m'appelez pas, ça ne servirait à rien, je ne répondrai pas..."

Lenahaha

Membre ELITE Argent

Trust : 656  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 7601
9 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 19h16

sd0613

Bah tu vois, pour moi, tu n'aurais même pas du le faire.

Je suis fille de patron, fille de cadre, j'ai été cadre moi même et c'est la base de séparer vie pro et vie privée.
Il n'y a pas à prévenir qui que ce soit. En dehors de ses heures, on coupe. Personne ne peut remettre ça en cause.

Au pire, on a un répondeur pour les urgences. Et par urgences, j'entends le salarié qui a un soucis privé qui va gêner sa vie pro. Le reste peut attendre les jours ouvrés.

Si c'est un emploi qui amène des situations d'urgence, on met en place des gardes, rémunéré bien sûr.

C'est parce que les "cadres" ont donnés un doigt, une main, que maintenant on leur prend le bras.
Et la pression du marché du travail, dans un état catastrophique, fait qu'on rentre dans le jeu.

Mais faut arrêter ça parce qu'on régresse grave sur le droit du travail.

Ponix

Membre VIP
   

Trust : 1176  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 5306
3 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 19h20

maev-ghost ton récit incarne exactement ce qui a fait que malgré la passion et les opportunités que j'aurais pu avoir j'ai choisi une branche très différente des chevaux ^^
J'ai un boulot que j'adore, dans un milieu que j'adore, et même si j'ai des contraintes liées à ce métier la majorité du temps j'ai des heures de bureau. Quoi qu'il arrive mon salaire tombe sans dépendre des heures que j'ai pu faire. J'ai une vie privée ^^
C'est déjà un sacré luxe par rapport à des amies qui ont fait le choix d'être dans les chevaux.
Au final je pourrais mieux profiter des chevaux qu'elles qui travaillent dans ce monde xD

Greatuma

Apprenti
  

Trust : 196  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 432
2 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 19h35

Je suis entièrement d'accord avec toi (auteure du post) ce n'est pas parce que c'est une passion qu'on doit se passer du droit du travail. D'autant plus que travailler avec les chevaux est physique, le risque d'accident du travail est grand, surtout si on fait ça toute la journée et/ou qu'on est fatigués (en conséquence du travail intense)

Harasstgermain

Expert
   

Trust : 317  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 677
4 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 19h39

Bonjour à tous
Je suis tout à fait d’accord à avec vous
Je repense à quelques réflexions sur le forum ou un client ralait parce que le gérant ne travaillait pas 7jours/7
Faites payer les pensions au prix qu’elles valent et les cours à leur prix réel
Et tout le monde du cheval pourra vivre
Ah oui...
Moins de clients cependant pourront payer...

Actuellement c’est la demande du moins cher que gratuit
Les pensions doivent être à moins de 80 euros au pré avec un service ultra plus
Foisonnement des demis et des tiers de pension pour faire moins cher
Je n’achète pas mon cheval, il faut un don ou un prix si ridicule qu’il en devient insultant

Les cavaliers qui debourrent sont payés bien en dessous du smic
Et maintenant la concurrence est faites par des minettes qui se pensent compétentes...

Les chevaux correctement dressés sont chers et rares ou alors il y en a eut un qui a été lésé l’éleveur le cavalier...
Réflexion fréquente
Mais c’est un loisir on ne va pas payer pour quelqu’un qui s’est amusé à dressé le cheval...
Bon j’en passe vous connaissez le sujet

Rassurez-vous d’ici fin d’année ou au plus tard le premier semestre 2022 la moitié des structures équestres auront disparu
(Source interne d’une banque du milieu agricole).

Il faut travailler correctement et respecter ceux qui bossent
Mais pensez que rabioter sur le prix c’est aussi se tirer une balle dans le pied
Les chevaux et leur gestion vont valoir de plus en plus cher
Pour Ceux qui s’aligneront pas
Les lendemains vont déchanter

À bientôt si nous sommes encore là

Sd0613

Initié
 

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 119
0 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 20h05


lenahaha a écrit le 13/01/2021 à 19h16:
@sd0613

Bah tu vois, pour moi, tu n'aurais même pas du le faire.

Je suis fille de patron, fille de cadre, j'ai été cadre moi même et c'est la base de séparer vie pro et vie privée.
Il n'y a pas à prévenir qui que ce soit. En dehors de ses heures, on coupe. Personne ne peut remettre ça en cause.

Au pire, on a un répondeur pour les urgences. Et par urgences, j'entends le salarié qui a un soucis privé qui va gêner sa vie pro. Le reste peut attendre les jours ouvrés.

Si c'est un emploi qui amène des situations d'urgence, on met en place des gardes, rémunéré bien sûr.

C'est parce que les "cadres" ont donnés un doigt, une main, que maintenant on leur prend le bras.
Et la pression du marché du travail, dans un état catastrophique, fait qu'on rentre dans le jeu.

Mais faut arrêter ça parce qu'on régresse grave sur le droit du travail.


Je l'ai fait justement parce que ça commençait à déborder. Je venais de passer un cran hiérarchique (superviseur) donc dans l'esprit de l'équipe, je devenais responsable limite H24. Et ce qui leur laissait à penser cela, c'était le manager omniprésent de jour comme de nuit, même pendant ses vacances. Le mec mangeait, buvait, dormait "entreprise". Donc moi, j'ai mis le frein direct. Aux agents pour qu'ils ne m'appellent pas toutes les 5 min en pleurant que "j'y arrive paaaaaas" et au manager pour qu'ils se rappelle que si on ne s'en sortait pas en étant 3 Sup', y avait donc de sa part un p'tit souci de gestion des planning/des embauches.

Je suis d'accord avec toi, c'est une grosse régression.

Lenahaha

Membre ELITE Argent

Trust : 656  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 7601
11 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 20h05

harasstgermain

On a voulu démocratiser l'équitation. On a voulu montrer que ce n'était pas un sport réservé à une élite.

On peut remercier la FFE et sa politique qui s'est faite au profit des professionnels du milieu.

Quand on propose des cours à 10€ (campagne ffe), faut bien faire les économies quelques parts.

Quand on voit la majorité des clubs qui vivotent, n'est-ce pas un mal pour un bien que ces structures non fiables comptablement parlant disparaissent ?

Et si les proprios qui n'ont pas les moyens de l'être disparaissent aussi, ça sera un mal pour un bien.

Et qu'on ne me sorte pas "les gens font ce qu'ils veulent, on a tous le droit d'être proprio".
Bah non en fait. Si t'as pas les moyens, t'as pas de cheval (ça marche avec tout les animaux).
On voit de plus en plus de "gestion" catastrophique de chevaux par des gens sans moyen. Mal nourri, mal soigné (voir pas du tout), mal travaillé bien souvent, parce que ça aussi, c'est trop cher.

Bref...

Il me semble que malgré leurs situations plus que précaire, les dirigeants de club/ecurie n'en ont pas grand chose à faire parce que Serge Lecomte et sa politique est repassé aux dernières élections ffe. Et je ne m'attend pas à un miracle pour les élections qui arrivent.

Édité par lenahaha le 13-01-2021 à 20h08



Scarlett1511

Expert
   

Trust : 250  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 936
4 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 20h10

C’est malheureusement comme ça dans beaucoup de milieux. Pour bosser dans une startup je connais. Si on ne fait pas un métier « conventionnel » par là j’entend bosser dans un bureau, c’est forcément un métier passion et qui dit passion dit qu’on bosse pour le plaisir bien sûr. Et après on doit s’excuser de ne pas faire notre maximum alors qu’on nous paye le minimum. J’ai l’impression qu’on essaie de nous faire oublier qu’un travail est là pour nous faire gagner de l’argent, qu’on doit juste s’estimer heureux d’avoir un job « par les temps qui courent ».

C’est triste mais tant que certains accepterons sans broncher les qualités de travail continueront ainsi.

Mais oui je me suis toujours demandée par exemple pourquoi ne pas faire des box accessibles pour pouvoir curer au bobcat par exemple, et pas passer 10h par semaine à se péter le dos à curer à la fourche. Ou bien faire des « couloirs » de fils qui mènent au pré pour juste avoir à ouvrir le box et pas amener les chevaux un par un, quand c’est possible bien sûr. Enfin ce n’est qu’un exemple parmi d’autres.

Scarlett1511

Expert
   

Trust : 250  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 936
2 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 20h14

J’ajouterais que je trouve qu’on peut faire des économies ailleurs que sur le salaire des employés. Pour les centres je pense surtout à ceux qui installent un marcheur à 20 000€ ou d’autres choses que je juge non nécessaires voir néfaste au bien-être des chevaux et à côté payent leurs employés au lance-pierre par exemple.

Domipac19

Membre ELITE Or
  

Trust : 661  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 16191
1 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 20h41

J'ai bossé dans différentes structures équestres et curieusement, là où j'ai été la plus exploitée, c'était quand j'étais conductrice-livreuse en messagerie. Attention, je ne nie pas l'exploitation d'esclaves dans le milieu équestre, hein, mais moi, j'ai eu la chance de tomber aux bons endroits, il faut croire.
Malheureusement, ce cas de figure existe dans tous les domaines. En messagerie, tu es payée tant d'heure, si tu ne finis pas ta tournée dans le temps, ben c'est tant pis pour toi.
En ce moment, c'est la folie de la fibre, on voit des nacelles de partout ben faut voir comment certains sont payés pour se peler des journées entières à poser ça. Ils ne parlent même pas le Français, ils montrent du doigt ce qu'ils veulent pour se faire comprendre. Ils sont payés avec un lance-pierre, ils ne rentrent pas chez eux tous les soirs, c'est tout juste s'ils ne dorment pas dans la nacelle.
Et les restos chinois. Les mecs ils dorment sur les banquettes quand le resto est fermé ou bien sont logés dans des bouibouis insalubres et triment des journées entières.
Ben non, ce n'est pas normal et pourtant, ça existe.

Badmonster

Membre ELITE Or
  

Trust : 407  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 14368
1 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 21h01

scarlett1511 après un salaire ça coûte beaucoup en charges aussi... et comme ça a été dit au dessus, les CE vivottent.

Un marcheur c'est la possibilité de sortir 4 ou 5 chevaux d'un coup, ce qui prend pas longemps au salarié de mettre une paire de guêtres et le cheval dans le marcheur comparé à s'il devait longer les 5. Ou s'il fallait payer un cavalier pro en plus.
Page(s) : 1 2 3 4 5 6
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
 Répondre au sujet