L'esclavage moderne dans le monde du cheval...

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2 3 4 5 6
Auteur
6573 vues - 87 réponses - 21 j'aime - 30 abonnés

Maev-ghost

Membre d'honneur
    

Trust : 1585  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3002
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 16h21

Bon, j'ai décidé d'ouvrir ce post suite à un débat que j'ai vu sur les réseaux sociaux.

L'exploitation des travailleurs dans le monde équestre.
Alors oui on sait tous que c'est un métier rude, qu'il ne faut pas avoir les deux pieds dans le même sabot et accepter d'avoir des horaires décalées ou tard...

Mais est ce pour autant qu'il faut continuer à accepter d'être exploitée tout bonnement sous prétexte d'expérience, de travailler avec du vivant et j'en passe?

Je suis moi même cavalière/enseignante à mon compte depuis 5 ans. J'ai roulé ma bosse dans de nombreuses écuries de sport principalement.
J'ai fais principalement de l'indépendant car je trouve de nombreux avantages notamment le salaire qui est quasi 2 fois supérieur et un emploi du temps correct. Je fais environ 40/45h par semaine et je réussi à me libérer 2 jours de repos par semaine dont mes weekends depuis quelques mois.

Mais, j'ai également été salariée pour une écurie de sport qui proposait des conditions de travail que l'on trouve dans quasi toutes les écuries. Environ 10 à 12h de travail PAR jour, charge de travail individuel qui devrait être fait par deux personnes, un jour de repos par semaine si tout va bien et devoir ressortir à 22h pour recouvrir les 30 chevaux ou autre... Tout ça payé au SMIC sans jamais avoir une heure supp de payée ni un dimanche accordé et devoir aligner 300€ par mois pour la pension du cheval.
Du coup, si on remet tout ça sur une base horaire avec toutes les heures faites en réalité, c'est à dire 265h de réalisé sur le mois: on est sur 4.48€ payée de l'heure ou 3.35€ /h si on a un cheval en pension.

Franchement, qui même avec la passion aux tripes, aimant ce qu'il fait peut rester motiver en gagnant carrément en dessous du seuil de pauvreté et sans même profiter de la vie. Parce que quand on est dans les écuries de 7h30 du matin à 20h le soir, difficile de faire autre chose que ça ou même d'avoir l'envie autre que de dormir.

Alors, j'entends souvent dans le monde équestre ou je lis souvent que c'est NORMAL, que seuls les vrais motivés acceptent de faire ça car ils sont réellement passionnés par leur métier.
Et que les autres qui veulent 2 jours de repos, partir en vacances ou finir à des heures décentes sont des personnes n'étant pas fait pour être dans le métier.

Perso, j'adore ce que je fais mais je ne veux plus JAMAIS bosser pour 3€-4€ de l'heure, avoir des horaires tellement lourdes, que même aller faire un restaurant, c'était mission impossible.
J'aime ce que je fais, je fais environ 8h-18h en plages horaires, plus tard certains jours où je rajoute des cours. Parfois certaines périodes je suis blindée et peut dépasser les 45h. Mais c'est sur une question de 15 jours et tout est rémunérée.
Le soir je rentre majoritairement vers 18h30 et peut profiter de la vie comme tout le monde. De même, j'adore avoir mes weekends (alala qu'est ce qu'on a pu me faire la réflexion dans le milieu que j'avais mes weekends et que j'étais entre autre une princesse quoi!) et profiter de la vie tout simplement. Je suis passionnée de mes chevaux mais j'aime aussi d'autres facettes sans voir un cheval; voyager, randonner, profiter de ma famille et de mes amis ou tout simplement glander dans mon canapé...

Alors quand je vois des offres d'emplois en salarié qui certes apporte la sécurité de l'emploi, le droit au chômage ou aux congés maladies rémunérés comparé à mon statut; mais payer au SMIC pour 70h: je vois pas ce qui peut continuer à motiver des personnes à bosser dans le milieu.
On dit tout le temps que les gens ne sont pas motivés, ne savaient pas à quoi s'attendre ou sont trop faignants car ils veulent des conditions de travail respectueuses.

Heureusement, qu'il existe encore des gérants de structure qui respectent leurs employés: j'en connais mais il faut bien les chercher pour les trouver.

J'attend pas grand chose de la part de ce post, mais quand est ce que la norme finira par changer? Quand est ce que les gens arrêteront de bosser pour 3€ de l'heure sous prétexte d'une prise d'expérience ou qu'il faut bien gagner sa vie pour manger (quoique là, cest vraiment pas gagner sa vie convenablement)?

On peut tout à fait être qualifié, motivé et bosseur en voulant des conditions de travail qui nous permettent de profiter de la vie à côté et vivre celle ci sans galérer avec deux sous en poche.

Édité par maev-ghost le 13-01-2021 à 16h28

Expar

Membre ELITE Or
  

Trust : 223  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 10004
0 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 16h40

Perso, je me dis que la nouvelle génération de gérants arrive, et que des fois, ça peut être un plus pour les salariés, d'avoir des gérants qui "gèrent" vraiment leur CE.

J'ai une copine qui a changé sa fille de poney club, pour cause de cours inexistants : la mono discutait sur le bord du manège et donnait quelques ordres pour le changement d'allure.
La réflexion du gérant de mon CE à la maman quand elle est venue y inscrire sa fille. Ne pas être étonnée, si le CE paie ses monos au "lance-pierre", ben, ce ne sont pas les "meilleur(e)s", ni les plus "motivé(e)s" qui vont accepter ces places.
Pour ma part, montant maintenant depuis 4 ans dans ce CE, j'étais un peu étonnée de voir qu'il n'a pas de turnover de la part de ses 2 salariés. Donc il doit avoir trouvé qqc pour les motiver à rester...

Longscrinq

Apprenti
  

Trust : 61  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 364
1 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 16h53

Moi aussi je suis a mon compte depuis 16 ans , je tiens une ferme équestre. Je bosse tranquillement, je fais mes horaires et l'hiver v est plutôt cool. Je ne travaille jamais après 18h même si j'ai énormément de demandes et je travaille juste le samedi matin pour avoir 1 jour et demi de weekend. J'aime mes chevaux et mon métier mais j aime aussi vivre ma vie , profiter de mon homme et du fiston... Tant pis si les clients râle car eux ne sont pas dispo en semaine.
Et finalement en semaine il y a beaucoup de personnes qui ont des créneaux libres. Je ne changerai pour rien au monde mon organisation.
Même l'été quand c est la grosse saison des balades/rando mes chevaux et moi même restons au repos le weekend.
Au moins comme ça je suis pas dégoûtée et j en vis très bien.
Par contre je n'ai jamais été salarié, je me suis mise directe à mon compte et au début je faisais beaucoup d heures.
Mais je comprends bien ce que tu dis car j ai été un temps stagiaire d une ferme équestre et là y aura pas pire! Tu bosses grave et pas un kopeck et si tu dis quelque chose on te réponds quand peut te remplacer car des tas de jeunes filles rêvent d être a ta place!!!
Mais moi je ne me suis jamais laissé faire!!

Cherchour

Membre VIP
   

Trust : 88  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 5453
1 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 17h02

J'ai monté dans plusieurs structures où le turn over était assez important, tant au niveau des enseignants que des palefreniers. Je connais pleins d'enseignant géniaux qui ont arrêté le métier pour quelque chose de plus "normal" niveau salaire et horaires, et pour avoir une vie ...

Et j'ai parfois halluciné en entendant les récits de stages/alternances d'amies dans le milieu. Sans compter que les structures d'enseignement ne semblaient pas vraiment perturbées par ce qu'il se passait c'était un peu "ton stage ou rien"

De plus, à force de fréquenter des écuries différentes, je me demande pourquoi il n'y a aussi plus de "simplification"/mécanisation des taches quand c'est possible.

Lapsuscalami

Membre d'honneur
    

Trust : 170  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3309
11 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 17h11

Je ne suis pas étonnée, mais pourtant, je suis toujours choquée.
C'est le cas dans d'autres domaines aussi, il ne faut pas croire (13 ans de startups, ça fait halluciner sur la question des horaires, des responsabilités, et de la rémunération...) ; parfois j'ai l'impression que n'importe quel taf où on fait des "métiers-passion", ça veut dire être corvéable à merci. Sauf que la passion, ça s'entretient, et qu'on ne vit pas de passion et d'eau fraîche.
Mais le monde du cheval, c'est quand même sacrément gratiné.
Des rémunérations ridicules, des horaires incroyables, des attentes complètement fumées, et souvent, une non-organisation et un manque de professionnalisme criant - qui découle probablement des premiers. Notamment dans le cadre des pensions, ou des cours.

J'ai vu pas mal de jeunes dégoûté·e·s après un stage en écuries, des jeunes solides pourtant, avec la tête sur les épaules et qui auraient pu faire du bon taf.
Il est possible que l'évolution du cheval en tant que "loisirs ++" permette à certain·e·s de mieux s'en sortir et de dire zut, aussi. Côté cours et pension. Côté élevage ou valorisation, là, je n'en ai aucune idée.

Lenahaha

Membre ELITE Argent

Trust : 656  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 7601
20 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 17h12

Cela fait des années que je dénonce tout ça.
Suffit de voir les horaires qu'on impose aux mômes en stages ou même en apprentissage.

Sans compter que bien souvent, le larbin il bosse comme un força et le patron, il en fou pas une.
J'ai eu le cas chez TOUT mes patrons "équestres".

Je connais plusieurs personnes qui se sont dirigés vers le bovins, l'ovin, même le porcin en quittant le monde du cheval.
On est pourtant sur du vivant aussi mais les salariés sont traités comme des salariés, vacances, heures sup', jours de repos et j'en passe.

Pourquoi on sait le faire chez les vaches mais pas chez les chevaux ? On est plus c*n ? Pourtant, il y a la contrainte du vivant pour les 2.

J'ai quitté le monde des chevaux il y 10 ans sans regret. Et actuellement, je fais un métier que j'adore avec des gros horaires aléatoires. Environ 50h/semaines.
Alors côté "flemmarde pas courageuse, on repassera"!
Là, toutes mes heures sup' sont payées, j'ai le droit à 5 semaines de congés et des recups (que je peux prendre sans qu'on m'explique que je vais les faire couler). J'ai même des primes repas.

Mon dernier patron (gros élevage très réputé) m'a pourri parce que j'ai pris 2 jours quand mon oncle est mort...
A l'écouter, j'allais lui faire faire faillite.
Mais bien sûr

Quand tu es patron, que tu bosses comme un âne, ça ne concerne que toi. C'est ta boîte, c'est ton fric, c'est ton avenir.
Mais l'employé, ça ne le concerne pas. Sacrifier sa vie privé et se tuer la santé pour un job qu'on peut perdre du jour au lendemain, ça sert à quoi ?
Il te reste quoi de tes heures trimées le soir venu ?

Attention, je ne dis pas qu'il ne faut rien glandé non plus. Il y a une législation du travail. On signe un contrat. Que tout le monde respecte ça. Employés comme employeurs. Certains y arrivent très bien !

Ceux qui tiennent le discours, c'est normal, c'est un métier passion, c'est du vivant et autres conneries ont des trucs à se reprocher. Ou alors comme ils en ont chiés jeune, estiment que c'est au tour des jeunes.
Sans compter ceux qui ont une mentalité du moyen âge, en mode le travail c' est la vie. Oui mais non, on est plus au moyen âge.

Édité par lenahaha le 13-01-2021 à 19h18



Lenahaha

Membre ELITE Argent

Trust : 656  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 7601
21 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 17h21


cherchour a écrit le 13/01/2021 à 17h02:

De plus, à force de fréquenter des écuries différentes, je me demande pourquoi il n'y a aussi plus de "simplification"/mécanisation des taches quand c'est possible.


Je rebondis la dessus.
C'est complètement dingue de se compliquer la vie à ce point. Il y a une telle perte de temps dans la gestion et la disposition des écuries, c'est un sacré délire.

Même les structures récentes sont pensées avec les pieds et pas avec la tête.

Mais faut pas le dire, ça les vexe.

J'ai déjà exposé mon point de vue plusieurs fois sur le forum et faut voir les réponses...
Entre les "on a toujours fait comme ça" qui n'a aucun sens. Les "viens le faire au lieu de parler", bah non, tu fais de la merde, je vais pas le faire à ta place alors que je viens de t'expliquer une solution plus simple.
Etc, etc, etc.

A croire que se péter la santé et perdre son temps démontre la passion et l'investissement.
Si t'es plus malin, t'es un flemmard, c'est bien connu.

Édité par lenahaha le 13-01-2021 à 17h59



Atome78

Expert
   

Trust : 46  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 539
3 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 17h29

un peu hors sujet mais ce qui me choque bcp mais est ce uniquement dans le milieu equestre ce sont des écuries qui veulent un auto entrepreneur pour un temps plein qui selon moi serait comme un CDI...


Après je comprends parfaitement ce coup de gueule!
Pas comparable mais je suis cadre au forfait et si je rapports mon salaire aux heures vraiment travaillées le soir et parfois le week end, je n en serai certes pas au même point mais je serais déçue je pense !!

Lapsuscalami

Membre d'honneur
    

Trust : 170  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3309
3 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 17h40

lenahaha Non mais ça c'est ouf.
Je ne suis pas du métier mais j'ai eu mes chevaux chez moi. Du coup on sait combien de temps on y passe, à quel point c'est pénible ; et on sait aussi que simplifier une seule petite action permet de faire rouler l'ensemble nettement mieux. Alors quand on multiplie les chevaux...

Les box mal foutus, la distribution complètement wtf du foin, les corvées d'eau... rien que ça.
Et je ne parle même pas de l'administratif, alors là, ça a souvent l'air du complet amateurisme !

Sd0613

Initié
 

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 131
4 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 18h00

Je ne travaille pas dans le milieu mais pour avoir vu l'aspect gestion/profit dans mon précédent poste, il me semble que le problème de fond dans beaucoup de structures est à ce niveau.

Je ne dis pas que c'est le cas pour tous, attention, mais il me semble que la plus grosse lacune de pas mal de gérants/proprio de structures, c'est d'être incapable de faire tourner une boutique au final.

Manque de formation? Manque de volonté? Je ne sais pas d'où cela vient.

Mais qu'on bosse avec du vivant ou de l'inerte (moi je suis dans le transport), le but de tout entreprise est, il me semble, de faire du bénéfice en gérant au mieux les charges (dont la masse salariale).

L'erreur à mon sens, que beaucoup font, c'est de vouloir grossir/élargir le panel de services sans avoir fait un plan de financement et donc un calcul de rentabilité. Exemple: plus de boxes pour plus de pensionnaires = plus de rentrées d'argent. Oui mais ... plus de charge de travail. Est-ce jouable avec le personnel en place? Si non, ce qui va rentrer en plus permettra-t-il de financer un 2ème emploi?

J'ai pas de solution toute prête, mais oui, clairement il faudrait que ça bouge car on voit trop de personnes de qualité baisser les bras au bout d'un moment.

Maev-ghost

Membre d'honneur
    

Trust : 1585  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3002
3 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 18h04

Ah j'en étais sûre que j'étais pas la seule même de personnes venant du milieu, à penser ainsi! Mais bon, quand je vois des gens encore acceptés des stages non rémunérés chez des champions olympiques pour faire 80h alors qu'ils auraient les moyens de payer un salaire... Ou ceux dire que c'est normal de faire 70h et fermer sa bouche..

expar Oui c'est exactement ça. Il y'a des écuries qui savent garder leurs employes/prestataires car ils les traitent bien tout simplement. Perso, même à mon compte, je peux travailler plusieurs années pour la même structure et c'est souvent le cas car ils payent en temps et en heures, sont reconnaissants et respectent les horaires. Ceux là j'y retourne même faire des heures supp en plus quand ils ont besoin car ils sont correctes.

longscrinq Je suis pareil que toi. J'ai quasi toujours été à mon compte depuis le début à part ces quelques mois exploitée en salariée où je me suis dis plus jamais.
De même, je m'impose des règles: pas de travail le dimanche, le samedi jusqu'à pas trop tard et me garder 2 jours de repos. Et bien, personne ne se sent bloqués et ceux qui voulaient le dimanche de 11h à 12h ou le soir beaucoup trop tard, tant pis.
Plus tard aussi j'aimerais ma structure et comme beaucoup de gérants que je connais, je m'octroierais des jours off si c'est possible pour profiter pour moi en déchargeant certains jours ou en prenant quelqu'un pour travailler.

cherchour alors ça le turn over ça veut tout dire. Quand tu vois la même écurie rechercher un employé tous les 6 mois pour le même poste c'est qu'il y'a un soucis. Ca peut arriver que la personne ne fasse pas l'affaire et que l'on doit s'en séparer au bout de quelques mois. Mais quand c'est récurrent, c'est souvent la structure où il y'a un soucis

lapsuscalami Perso, il y'a encore 5 ans j'avais de grosses ambitions de postes, d'évolutions dans le monde du sport de haut niveau. Quand j'ai vu ce que les chevaux subissaient dans majorité des écuries ou comment les employés étaient traités j'ai revu mes ambitions à la baisse. Et tant pis si je plafonne en épreuves. L'idéal serait pour moi plus tard de continuer à me former réellement à cheval, développer de vrais compétences solides dans le débourrage/travail du jeune cheval. Et avoir peut être une clientèle plus loisir où les chevaux seront respectés et auront une vie de cheval avec leurs besoins respectés. Parce que dans les écuries plus sports, c'est beaucoup d'exploitation animale/humaine afin d'atteindre les objectifs sportifs.

lenahaha Tellement d'accord avec toi sur la disposition des écuries. Dans bon nombres d'elles, y'a rien de pratiques. Les paddocks/marcheurs sont à plusieurs centaines de mètres du coup tu perds facile une heure par jour pour faire les A/R. Idem pour le foin, au lieu de mettre un ballot dans chaque écurie séparé les unes des autres, vaut mieux pour eux faire 4 A/R avec la brouette et j'en passe. Pareil, niveau organisation des tâches où c'est mal gérés du coup tu cours toute ta journée alors qu'en t'organisant tu peux déjà sortir la moitié de l'écurie chaque matin.

Tu t'es reconvertie dans quoi sans indiscrétion?
Perso j'ai choisi mon statut d'indépendante car quand je veux une semaine de vacances, je travaille plus le mois d'avant et je pose ensuite mon repos. Et j'ai de compte à rendre à personne car je suis seule décisionnaire.

atome78 Ah oui ça le travail dissimulé il y'en a. Ce statut est de plus en plus demandé dans les structures du coup pour retrouver du boulot quand tu perds une écurie, c'est plus simple qu'il y'a encore quelques années. Là ça va se répandre de plus en plus surtout avec la crise sanitaire actuelle où bcp ont peur d'embaucher

Maev-ghost

Membre d'honneur
    

Trust : 1585  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3002
3 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 18h07

sd0613 Ah mais ça c'est véridique, vraiment . Le nombre d'écuries qui ont je ne sais pas combien de propriétaires ou de chevaux de commerce en valorisations qui n'est pas en adéquation avec le nombre d'employés.
Pour les gérants dans leur tête, ça fait du chiffre d'avoir 10 proprios en plus ou 10 pension valorisations en plus. Mais, ils n'augmentent pas leur salarié et justement cherche quelqu'un à 70h. Résultat; tout le monde fait du travail de merde car tu peux pas prendre le temps de faire les choses correctement et c'est les chevaux qui empatissent réellement

Sd0613

Initié
 

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 131
1 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 18h19

maev-ghost
Quel dommage que les employés n'aient pas 6 bras et 4 jambes...

Plus sérieusement, c'est un problème très global et qui se généralise, de demander aux gens de bosser pour 2 (voire plus). Je l'ai vécu dans plusieurs postes qui n'avaient rien à voir avec les chevaux.

Ce qui est triste, c'est qu'on en vienne à dégoûter les gens.

Badmonster

Membre ELITE Or
  

Trust : 407  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 14387
5 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 18h26

Je suis d'accord et c'est dans tous les milieux comme ça.. Un pote est dans la restauration, il a appris comme commis chez un grand grand chef, ben c'est limite de l'esclavage + harcèlement en prime... Dans toutes les professions "cadre" aussi, combien de stagiaires genre avocat se tirent dans les pattes et c'est à qui fera le plus d'heures sup jamais payées pour être le mieux vu du boss ?

Après y'a plein de petites structures qui tiennent comme ça parce que ça ne rapporte pas énormément et que financièrement c'est juste impossible d'embaucher plus de monde, mais il y a énormément d'abus.

Maev-ghost

Membre d'honneur
    

Trust : 1585  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3002
3 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 18h28

sd0613 Exactement ça. On dégoûte bon nombre de personne. Moi avec ma seule expérience en salariée: j'y ai laissé un genou qui m'a fallu une vraie convalescence et j'étais au bord du burn out. j'étais au bout physiquement et mentalement. Je me rappelle avoir dormi pendant un mois 12h par jour une fois le poste quitté. Et d'avoir arrêté de bossé dans les chevaux durant 6 mois car jétais dégoutée.

badmonster Je me doute bien que c'est partout pareil. C'est un peu le système français qui est ainsi où plus tu fais des heures supp, mieux tu es vue. Tu vas dans certains pays nordiques: les heures supp sont signe d'inefficacité du coup, tout le monde fait des horaires normaux

Sd0613

Initié
 

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 131
1 j'aime    
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
Posté le 13/01/2021 à 18h32

badmonster

Dans ma 1ère vie professionnelle, j'étais dans le domaine du tourisme. J'étais prise à l'essai comme réceptionniste chez un très grand nom.

J'ai tenu ..... 3 jours!

J'ai stop direct et j'ai retrouvé du taf peu de temps après dans une plus petite structure. Bon au final, c'était pas un job waouh et je l'ai quitté en fin de CDD alors qu'on me proposait un CDI (mais j'ai pas regretté ce choix là non plus). Mais ça restait plus soft qu'au 4*...

Édité par sd0613 le 13-01-2021 à 18h34



Page(s) : 1 2 3 4 5 6
L'esclavage moderne dans le monde du cheval...
 Répondre au sujet