Sentiment de culpabilité

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2 3 4 5
Auteur
7273 vues - 68 réponses - 1 j'aime - 12 abonnés

Lauraa.d

Novice

Trust : 44  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 32
Sentiment de culpabilité
Posté le 02/02/2022 à 13h33

Bonjour

J'ai lu certaines discussions de ce forum ces derniers mois sans jamais avoir posté de messages.
Aujourd'hui je décide de vous parler de mon "problème" qui me pèse et j'aimerais avoir vos avis.

J'ai bientôt 30 ans et j'ai été cavalière de club pendant environ 15/20 ans. il y a un peu plus de 3 mois, et après mûre réflexion, j'ai réalisé mon rêve en achetant une jument de 5 ans (elle prend 6 ans en 2022). Je l'ai mise dans une pension participative à 5 min de chez moi, à quelques pas du centre équestre dans lequel je monte depuis 2 ans. Je peux donc profiter des installations du club facilement.

Mais voilà quelques semaines que je me demande si je suis capable de m'en occuper convenablement (même si mon entourage me confirme que je m'en occupe très bien). J'ai l'impression que cette nouvelle responsabilité me prend littéralement tout mon temps libre. A tel point que m'occuper de ma jument devient parfois une contrainte alors que ça devrait être un plaisir. La pension participative consiste à faire le boxe de son cheval soi-même tous les jours,et nourrir les chevaux de la pension à tour de rôle matin et soir (il y a en moyenne 3/4 chevaux dans l'écurie).

En bref, je suis en train de me demander si je suis réellement capable d'assumer les responsabilités de propriétaire, et combien de temps je vais tenir.
J'ai l'impression que ce n'est qu'une question de temps avant que je vende ma jument.
Cela me fait ressentir un énorme sentiment de culpabilité car j'étais convaincue que ma décision avait été mûrement réfléchie lors de l'achat. En plus, il s'agit d'une jument absolument adorable et sans aucun vice.

J'anticipe déjà les commentaires négatifs de certaines personnes de ce forum ou bien de mon entourage et c'est également ce qui me fait beaucoup réfléchir.

Je ne pense pas que ma jument soit malheureuse, loin de là. Je vais la voir tous les jours, pour faire son boxe rigoureusement, lui faire quelques grattouilles, la travailler (monté, à pied ou en balade), puis la mettre au pré (minimum 4h par jour en attendant que les journées se rallongent).

L'idée de la vendre n'est donc pas forcément pour la jument mais plutôt pour moi car j'ai constamment l'impression d'être débordée et de ne vivre que pour elle depuis que je l'ai. J'imagine difficilement pouvoir avoir un bébé plus tard par exemple (je suis fiancée et je devrai me marier en 2023), ou n'importe quel autre projet qui me prendrait du temps.

Je suis complètement perdue: la mettre en vente pour vivre plus sereinement au risque de le regretter (car je me suis tout de même attachée à elle), ou la garder en prenant sur moi, en essayant de profiter des bons moments passés avec elle et en se disant que ce n'est qu'un nouveau rythme de vie à prendre et que je vais finir par m'habituer ?

Je suis consciente que vous allez difficilement pouvoir me dire quoi faire, et ce n'est pas forcément ce que j'attends. Mais j'ai besoin de vous partager mon ressenti, dans l'espoir que l'un d'entre vous ait vécu quelque chose de similaire et me raconte son témoignage.

Dans tous le cas, merci d'avoir lu mon "histoire" :)

Lauraa.d

Novice

Trust : 44  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 32
13 j'aime    
Sentiment de culpabilité
Posté le 02/02/2022 à 19h14

Vous avez tous réussi à mettre des mots sur mon mal être que je n'arrivais pas à expliquer jusqu'ici. Mais depuis que je lis vos réponses, je me sens déjà mieux à l'idée de savoir qu'il existe une solution qui me permettrait de me sentir mieux chaque jour tout en gardant ma jument.

Et pour répondre aux nombreuses personnes qui ont parlé de DP,c'est une idée qui m'a traversé l'esprit bien entendu. Mais j'ai déjà une amie qui m'aide un jour par ci par là lorsque je suis en déplacement. Mais ça reste un poids pour moi car je sais que je dois y aller tous les autres jours de la semaine et je sais que même pour elle c'est contraignant.

Je crois que la meilleure solution reste le changement de pension. J'ai d'ailleurs commencé à me renseigner cet après midi et à lister toutes les pensions aux alentours avec les prix et les services associés.

Je vois le bout du tunnel alors merci à tous :) je vous tiendrai au courant de la suite bien entendu. Reste aussi à trouver comment je vais réussir à déplacer ma jument jusqu'à cette nouvelle pension car je n'ai pas de van / camion ni même le permis BE. Mais je devrais pouvoir trouver une âme charitable qui me dépannera le jour venu.

Édité par lauraa.d le 02-02-2022 à 19h15



Lenahaha

Membre ELITE Argent
  

Trust : 793  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 8502
4 j'aime    
Sentiment de culpabilité
Posté le 02/02/2022 à 19h22

lauraa.d

Pour le transport, tu peux voir avec la nouvelle pension, ils ont souvent un transport.
Ou alors un proprio qui peut dépanner.

Dans l'ancienne pension de mes chevaux, le gérant n'avait pas de van mais comme j'avais le mien, il m'a demandé plusieurs fois si je pouvais aller chercher "les nouveaux".

Je n'avais aucun soucis a la faire si c'était dans le coin (on s'arrangeait ensuite sur une remise sur la pension de mes chevaux).


Au pire du pire, il connaitra quelqu'un. Il y a aussi les groupes Facebook de cavaliers régionaux. Dans l'Yonne, on a un groupe d'entraide assez actif. Ca doit surement exister dans ton coin.

Fandada

Membre ELITE Or
  

Trust : 1484  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 22699
3 j'aime    
Sentiment de culpabilité
Posté le 02/02/2022 à 20h19

joual un rêve oui, mais tout les rêves ne sont pas destinés à être réalisés.
J'en ai rêvé aussi mais je n'ai pas la possibilité donc ça règle le problème.
Et au final la pension ça a quand même pas mal d'avantages.
La je reviens d'une semaine ou je suis allée aider mon père. Bien contente de n'avoir rien à gérer et d'être tranquille.

Lenahaha

Membre ELITE Argent
  

Trust : 793  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 8502
5 j'aime    
Sentiment de culpabilité
Posté le 02/02/2022 à 21h17

joual

Honnêtement, j'aime les avoir a la maison aux beaux jours.
Ils sont a l'herbe, j'ai rien a gérer.

Mais alors l'hiver! C'est mon cauchemar!
Les 1ers hiver, ça allait, c'était sympa. Mes terrains avaient encore de la portance et il y avait l'effet de nouveauté.

15 ans plus tard, c'est autre chose.
Les terrains ne portent plus du tout.
Il fait nuit quand je rentre.
J'ai mal a l'épaule donc le nettoyage est ma bete noire.
Etc.



Pendant plusieurs années, je les ai mis en pension l'hiver.
Pour ne pas gérer le foin, la boue, le gel, le nettoyage des terrains au printemps qui ont été pourris tout l'hiver.
Je restais au chaud, je restais au sec, je n'étais pas obligée d'y aller tout les jours.
Et mes terrains étaient magnifiques.

Cet hiver, ils sont restés a la maison en equipiste. Pour le foin, mon voisin gère ça tout seul avec son tracteur. Aucune manipulation.
Pas de box donc pas de curage a faire.
Pour l'eau, j'ai une réserve de 2200l, ça me permet de tenir plusieurs semaines.
On a stabilisé autour du foin.
Autant dire que j'ai vraiment quasi rien a faire.

Et pourtant, je trouve l'hiver bien long! J'en ai marre d'avoir de la boue sur les pistes (rien de catastrophique, on y va en chaussures, ça couvre même pas la hauteur du sabot). Ca glisse, on est toujours crado, les chevaux aussi.
Je suis en plein changement de travail/déménagement et dès que c'est acté, je met tout le monde en pension.
Parce que je suis fatiguée. C'est une vraie charge mentale pour moi.
Savoir que j'ai les chevaux a vérifier en rentrant après une journée de 12h. Qu'il fait nuit, qu'il fait froid, qu'il pleut.
Rien que gérer les rv pros! Je suis seule, je bosse 60h/semaine. Comment je fais venir le veto, la podologue?
Je parle même pas du dentiste ou de l'osteo.
Comment je gère une urgence?
Faut que je trouve du monde pour mes weekends et mes vacances. Faut que j'ai confiance (a noël dernier, j'étais en Normandie et on m'a appelé parce qu'une de mes juments est rentrée dans la mangeoire a foin. Littéralement rentrée dedans! J'ai fais 350kms le matin de noël pour aller gérer le bordel chez moi.
Et je me suis bien sur assise sur la fin de mes vacances, j'allais pas repartir après ça.
Non, vraiment, j'ai une fatigue mental qui fait que je ne peux et ne veux plus avoir mes chevaux chez moi actuellement.

On verra dans quelques temps si j'ai envie qu'ils reviennent mais juste aux beaux jours. Mais actuellement, j'ai envie de me décharger sur quelqu'un. J'ai envie de payer quelqu'un pour les cotés négatifs et de n'avoir que le positif. Que ça redevienne 100% un plaisir.

Joual

Membre VIP
  

Trust : 406  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 4808
0 j'aime    
Sentiment de culpabilité
Posté le 02/02/2022 à 22h04

lenahaha

Je pense que ça dépend beaucoup de comment tu es équipé et ça peut te décupler le temps passé ou la manutention.

Déjà on est deux. On a beaucoup de bêtes puisqu'on a ceux de la société en plus mais ils sont tous au même endroit. Du coup les équidés, c'est du temps masqués puisqu'on doit nourrir les animaux de la société. Et on peut alterner ou y aller ensemble.

Et surtout on a récupéré un ancien bâtiment à vaches laitières. Il n'y a pas à dire, quand c'est pensé par des agriculteurs, c'est bien pensé.
Déjà c'est super grand, au sec et bétonné. Les chevaux sont à l'intérieur avec accès à leur parc d'hiver. Il est défoncé mais on s'en fou. On n'y met jamais les pieds. On a d'autres prés pour les 3 autres saisons.
On a l'eau courante donc on remplit juste nos gros bacs une fois par semaine en ouvrant un tuyau.
Pour le foin, on le rentre en tracteur et il est devant les râteliers, prêt à être distribué.
Pour le nettoyage des stabu, on pousse tout avec un petit tracteur dans une fumiere et c'est évacué par des gens du village pour leur entreprise de plantes aromatiques.
Franchement c'est tellement pratique que ça va super vite.
Et puis on travaille de la maison et on fait nos horaires comme on veut donc on est disponible pour les rdv médicaux.

Après j'ai une jument avec des soucis locomoteurs qui empirent en hiver du coup sa gestion à cette période est très compliquée et c'est la première année où elle va parfaitement. Le vétérinaire n'est pas venu une fois.
Et franchement cette tranquilité d'esprit n'a pas de prix. Parce que quand elle est en crise, je dois y passer deux fois par jour et je ne peux rien déléguer. L'avoir en pension devient alors un stress et ce n'est jamais géré comme je veux ce qui induit les crises.

Narce

Membre d'honneur
    

Trust : 297  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3446
1 j'aime    
Sentiment de culpabilité
Posté le 02/02/2022 à 22h17

Hello,

Je vois que tu es du 67

Si tu as besoin d’aide pour trouver une pension ou un transporteur, n’hésite pas !

Tam89

Membre ELITE Or

Trust : 70  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 9225
1 j'aime    
Sentiment de culpabilité
Posté le 03/02/2022 à 05h46

lauraa.d

Je ne vais pas être originale, mais à mon avis le problème c'est la pension pas la jument.
Essayes en allant dans une autre pension où tu n'as rien à gérer à par te faire plaisir avec ta jument.

joual

Moi je fais partie des gens qui ont rêvé d'avoir pompom à la maison qui a réalisé son rêve pendant presque 20 ans, et plus jamais de cheval à la maison !
Il me reste mes 2 poneys et même si l'envie d'avoir un cheval et de remonter me titille tous les jours, JAMAIS je n'en reprendrais 1 chez moi.

Édité par tam89 le 03-02-2022 à 06h21



Honeymoon

Apprenti
  

Trust : 72  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 265
5 j'aime    
Sentiment de culpabilité
Posté le 03/02/2022 à 09h14

Je me reconnais beaucoup dans ton post!

J'ai déménagé à l'étranger et puis j'ai ramené mes 2 chevaux avec moi il y a quasi 3 ans. Ici il y a énormément de pensions participatives aussi, trouver une pension "complète" c'était quasi mission impossible. Perso pas de box, mais on avait chacun des jours fixes dans la semaine où on nettoyait tout le paddock (10 chevaux donc ça prenait vraiment longtemps) on gérait l'eau, une partie du foin et des rations à tour de rôle. Au début j'étais vraiment juste dans l'euphorie de les avoir avec moi, d'avoir trouvé une pension...

Gérer ça à côté du travail, de la route, du reste de ma vie privée (relation à distance) s'est avéré super compliqué. Je prenais vraiment beaucoup moins de plaisir à aller aux écuries, c'était devenu une corvée. Surtout qu'avec des jours fixes il fallait vraiment super bien s'organiser, éventuellement échanger ses jours en cas d'imprévu... Moi ça me pesait vraiment sur le moral et comme toi je culpabilisais parce que pourtant avoir mes chevaux avec moi j'en avais rêvé super longtemps! Sauf que là ben je passais plus de temps à nettoyer les crottins des autres pensionnaires qu'à profiter de mes propres chevaux donc... D'ailleurs l'hiver a toujours été la pire période, probablement à cause de la météo et du soleil qui se couche super tôt (nuit noire à 16h ici )

Tout ça pour dire que depuis Mai on est enfin dans une pension complète (dieu merci plus facile à trouver dans la nouvelle région où je suis) et je revis. C'est drôle comme un changement de pension peut tout changer! Je reprends vraiment du plaisir à aller voir mes chevaux, j'ai plus de temps pour profiter d'eux et les bouger. Si de temps en temps je dois filer un coup de main c'est avec plaisir, puisque ça reste occasionnel et que je n'ai plus cette pression des jours fixes avec corvées à faire. Et puis pour le coup ben quand j'ai beaucoup de travail, que j'ai un autre truc de prévu ou que je suis juste super fatiguée... Je sais que je n'ai pas d'obligations aux écuries donc ben je prends un jour "off". Rien que de savoir que j'ai cette possibilité maintenant me fait énormément de bien, justement parce que ça préserve aussi ce côté plaisir je trouve.

Je suis sûre que dans une nouvelle pension, quitte à ce qu'elle soit plus loin, tu vas vraiment revivre!

Édité par honeymoon le 03-02-2022 à 09h16



Bourreliere

Initié
 

Trust : 112  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 170
3 j'aime    
Sentiment de culpabilité
Posté le 03/02/2022 à 09h20

Salut, pour moi le problème ne vient pas de si tu t'occupes bien de la jument mais plutôt de toi!
On s'accorde tous à dire que l'écurie participative ne correspond pas à votre couple.
Alors il y a la première solution dites plus haut de changer de pension. Solution qui a l'air de te faire de la peine pour ton club actuelle; mais respire, c'est pas une rupture. Peut être que tu vas changer de pension et rester 10 ans dans la prochaine, peut être que ça t'offrira un sas de décompression pendant une période et que tu te sentiras prête à retenter l'expérience ultérieurement. en tout cas tu peux partir en bon terme avec ces gens là. Et puis c'est à côté donc revenir faire des stages ou autres.
La deuxième option que je vois, si vraiment quitter l'endroit est un crève cœur; c'est de faire un phasage dans ta prise de décision. Etape 1: trouver une Dp qui prenne en charge un nombre de jours dans la semaine. Après un temps de transmission et de construction d'une confiance mutuelle, tu es censé pouvoir te mettre les doigts de pieds en éventail sous une couette les jours ou elle passe. Bon déjà il faut vouloir tenter l'aventure Dp, qui peut être super mais ne correspond pas à tout le monde. Ensuite pour ne pas rester coincé là dans une situation qui te rend malheureuse il faut se donner un temps.2 mois? 6mois ? 10 mois? 1 an? Tu te fixes une date et si à ce moment là tu n'as pas trouvé l'équilibre que tu cherches alors Etape 2: le changement d'écurie. Et pareil tu peux te laisser 1 an d’acclimatation et te dire si avec cette formule ou tu n'es plus en charge ça a résolu le problème que tu as à présent ou si des choses persistent.

En tout cas tu dois être rassurée parce que pour avoir lu ton post personne n'a été virulent à ton sujet. J'espère qu'il en va de même dans ton entourage. On se trompe tous, derrière nos airs parfois confiant ou je sais tous, on fait tous des conneries. Là tu as pris conscience de tes limites seule et tu cherches des solutions, il y a zéro raisons de te rentrer dans le lard; c'est pas donner à tout le monde de voir les choses en face. Souvent il faut du recule.

Lakchmi

Membre VIP

Trust : 528  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3515
3 j'aime    
Sentiment de culpabilité
Posté le 03/02/2022 à 09h50


joual a écrit le 02/02/2022 à 17h54:
Par contre je suis étonnée du nombre de personnes sur le post qui sont ravis d'être en pension et ne se verrait pas avoir pompon à la maison.
Je pensais que c'était le rêve de tout cavalier.

joual Je pense que c'est effectivement un rêve pour tout cavalier... Qui n'a pas encore de cheval.
Une fois le cheval acquis, et surtout une fois les premières déconvenues de propriétaire arrivées, là les groupes se fissurent et certains sont confortés dans leur rêve par de bonnes raisons (ex : impossible de trouver une pension qui soigne aussi bien qu'ils le voudraient), d'autres se disent plutôt que le rêve, c'est bien quand ça reste au stade du rêve .

C'est surtout qu'avoir son cheval chez soi, c'est souvent un énorme investissement en terme de temps si on veut faire les choses un minimum bien.
A la rigueur, si on a des prés suffisamment grands pour ne pas avoir besoin de ramasser les crottins, qu'on est parti avec une bonne clôture neuve et que nos chevaux ont la bonne idée d'être de ceux qui ne cassent pas tout trois fois par mois, c'est vrai que le gros du travail c'est le foin en hiver et l'eau tous les jours, et basta.

Mais on n'a pas tous cette situation là . Pour ma part, j'adorerai avoir ma jument (avec d'autres copains chevaux) à la maison, mais je voudrais que ça soit dans une situation où je travaille beaucoup moins qu'aujourd'hui. D'autant plus que je me suis rendu compte que j'apprécie plutôt bien le travail d'écurie, ça ne me dérange pas plus que ça de faire les clôtures, l'eau, les boxes, le foin, etc... Par contre, j'aime bien faire ça sur des heures de travail ""normales"", pas à 20h30 dans le noir après une grosse journée au bureau.


En hiver, quand je termine le boulot à 19h ou plus, je suis soulagée de savoir que je peux rentrer chez moi sans me poser de question, et que je n'ai pas forcément besoin d'aller dans le froid, la pluie et le vent pour patauger dans la boue.


Edit : je comprends aussi qu'on y trouve son compte de pouvoir s'occuper de tout. Ca permet notamment de tout maîtriser, d'avoir la main sur tous les paramètres humains. Tu fais ce dont ton cheval a besoin, et pas moins. Ca, c'est chouette. Mais ça prend du temps !

Édité par lakchmi le 03-02-2022 à 09h51



Cherchour

Membre ELITE Bronze
  

Trust : 96  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 7136
2 j'aime    
Sentiment de culpabilité
Posté le 03/02/2022 à 09h57

Et puis disons que suivant les régions il faut une sacrée rallonge au budget pour trouver un bien qui va accueillir deux équidés avec des condition de vie correctes : assez de place, si possible de l’herbe …

Perso quand je vois les installations de certains particuliers ça ne me fait pas rêver du tout. Et j’imagine très bien l’enfer que ça peut devenir quand il faut manipuler du foin, enlever les crottins, faire les clôtures … Sans réel équipement en plus la plupart du temps.

Donc quand tu prends l’investissement monétaire, le temps que ça prendrait, les contraintes que ça peut apporter … Oui ça fait réfléchir.

Édité par cherchour le 03-02-2022 à 09h58



Forbi

Initié
 

Trust : 40  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 89
0 j'aime    
Sentiment de culpabilité
Posté le 03/02/2022 à 10h43

Je vais mettre ma pierre à l'édifice. J'ai vécu une période similaire à la tienne au niveau de la pension. On s'était retrouvé à 4 propriétaires à être "mis à la porte" d'une écurie. On a du trouvé un plan B très rapidement. Nous avons loué des installations dans une écurie. Nous devons nourrir à tour de rôle les chevaux de tout le monde est bien sur faire nos box, paddock etc.. C'était une contrainte j'avais l'impression de plus m'occuper de mon cheval convenablement et de lui accorder moins de temps. J'y suis restée 4 mois pour aller dans une écurie ou j'avais juste à m'occuper de lui et c'est tout. Ca a été une libération.

Mais être propriétaire est pas chose facile par exemple tous les soirs après le travail je vais aux écuries soit pour monter, m'occuper de lui etc.. Je rentre généralement chez moi vers les 20h. Alors la vie sociale en semaine est compliquée ou alors c'est après le cheval. Je peux t'assurer que des fois c'est lourd mais quand je le voit lui qui a rien demandé juste que je m'occupe de lui j'oublie tout. Après c'est moi qui "m'oblige" ce rythme mais faut savoir faire des concessions c'est la dure vie d'être propriétaire haha. Je m'octroie que le dimanche ou pas de cheval pour faire une coupure.

Tu trouveras ton rythme de croisière ne t'inquiètes pas il m'a fallu 8 ans pour avoir un rythme qui nous convient à tous les deux. Alors courage trouves toi une pension qui te conviendra plus a tes besoins et à ses besoins et tout devrait rentrer dans l'ordre.

Envy4

Membre d'honneur

Trust : 394  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1399
0 j'aime    
Sentiment de culpabilité
Posté le 03/02/2022 à 11h55

Je vois également un type de pension qui ne te convient pas-plus (et qui ne me conviendrait pas non plus alors je te comprends totalement).

J'ai mon poney mais il m'est inenvisageable d'aller le voir et de devoir faire le box, nourrir d'autres chevaux qui ne m'appartiennent pas, nettoyer, ranger le foin, ramasser les crottins ou que sais-je encore. Ca me fait clairement chier et je n'ai pas envie que les 3 heures que je consacre à mon cheval les jours où j'y vais soient empiétées par des corvées. Du coup, je paye pour que ce soit fait à ma place

A l'époque où il était en box-paddock, parfois on mettait du foin en plus dans le box ou on nettoyait les crottins pendant qu'ils étaient au paddock la journée. Ca me pesait, j'aime pas faire ça, je n'y prend aucun plaisir. Je le faisais par obligation car je savais que c'était pour Poney mais je ne l'aurais pas fait sur du long terme.

Je ne vois pas de mal à ne pas vouloir se taper les corvées liées à son cheval sous prétexte qu'on est propriétaire, qu'on aime les chevaux et tout ça. J'aime mon poney, j'aime passer du temps avec lui, mais je préfère passer le temps à le faire brouter tranquille-pépère plutôt que de nettoyer son box. Et surtout j'aime le confort que la pension complète m'apporte, de ne pas être obligée d'y aller mais uniquement de m'y rendre car j'ai envie de passer du temps avec mon cheval. Ca enlève une charge mentale non négligeable.

C'est un loisir, et si les contraintes liées à ce loisir sont plus importantes que le plaisir que tu en retires, cela ne sert à rien de poursuivre en ce sens.

Pikaa

Membre ELITE Or
  

Trust : 714  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 10053
0 j'aime    
Sentiment de culpabilité
Posté le 03/02/2022 à 13h12

Le moins qu'on puisse dire, tu as mis les pieds dans le monde "avoir un cheval à sois" d'un coup

Je ne vais pas reblablater sur ce qu'on dit les filles : le problème est le choix de la pension.


Néanmoins, je vais parler trajet.

Avoir son cheval à 5 min de chez sois, le rêve pour pas mal de monde. Moi la première. La hasard fait que j'ai toujours trouvé mon petit bonheur à 45 min de chez moi. Alors oui, je fais partie de l'équipe ou je ne vais pas voir mon cheval tous les jours. Depuis presque 1 an, j'ai déménagé ou je suis à 30 min de ma pension. Un rêve absolu ! J'ai gagné 15 min de trajet, ce qui est énorme à mes yeux car je peux y aller plus souvent :D

- L'hiver c'est 3x : il fait nuit, froid et pas la motivation.
- Printemps, été et automne, ça tourne entre 4 et 5x/semaine.

De mon point de vue, il faut pas avoir peur d'hésiter à faire quelques km de plus. Le but c'est qu'on dorment sur nos 2 oreilles sereinement, même si la pension est à 15/30 min de son domicile.


Et de voir son cheval moins qu'avant, c'est pas grave non plus ! Tu vas découvrir autre chose, une autre façon d'être propriétaire ou tu n'auras plus les charges, que tu as jusqu'à maintenant.

Agentmulder

Membre VIP

Trust : 42  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3804
1 j'aime    
Sentiment de culpabilité
Posté le 03/02/2022 à 14h32

Bonjour, Je rejoins l'ensemble des avis.

Je suis très étonnée de ce système de pension participative. Je me demande ce que le "gérant" de cette pension facture aux pensionnaires du coup.
rendre visite à ton cheval une à trois fois par jour, c'est comme si tu avais ton cheval chez toi.

En pension dans une structure dédiée à cela, tes visites vont être des visites plaisir/travail à ton cheval. La plupart des cavaliers qui ont des chevaux en pension dans des pensions classiques leur rendent visite 3 à 5 fois... par semaine, en moyenne! Rien à voir avec le quotidien que tu décris, qui est intenable.

Avoir son cheval chez soi n'est pas du tout le rêve de tout cavalier. Personnellement, ce n'est pas du tout mon rêve, je sais prodiguer des soins à ma jument et la travailler, par contre la science des pâtures, la gestion fine de l'équilibre alimentaire et d'une bonne litière, pour moi c'est une affaire de professionnels, je ne m'en estime pas capable. J'ai une ponette retraitée chez un particulier, pour la nourriture pas de problème vu la surface, et il faut être plus autonome, mais il ne s'agit pas d'un cheval en travail, les données du problème ne sont donc pas les mêmes.

Calcule ton budget pour une pension classique, en intégrant les frais de déplacement, et vois où tu peux mettre ta jument. 20 minutes c'est vraiment dérisoire pour une pension équestre.
Page(s) : 1 2 3 4 5
Sentiment de culpabilité
 Répondre au sujet