Parle moi de tes reconversions professionnelles

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2 3 4 5 6
Auteur
5212 vues - 81 réponses - 2 j'aime - 16 abonnés

Koskinelle

Membre ELITE Or
  

Trust : 348  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 12327
Parle moi de tes reconversions professionnelles
Posté le 06/05/2022 à 11h50

Bonjour

J'aimerais connaitre vos parcours et/ou reconversions professionnelles .
Je trouve que c'est un sujet intéressent et j'ai l'impression que nous sommes nombreux a être passer par là de manière voulu ou non ,la vie n'étant pas linéaire et nous également nos besoins et envies changent parfois ,des opportunités se présentent...

Pour commencer ,je vais parler de moi sans trop rentré dans les détails déjà abordés plusieurs fois sur CA, ce qui m'intéresse aujourd'hui c'est vous !

J'ai effectuer un Bac Pro Commerce puis un Bac STG Marketing ,faute d'assiduité et de compatibilité avec la filière j'ai fait une ré-orientation qui m'a amené a passé un CAP Petite Enfance en candidature libre .
J'ai travailler 6 ans en crèche .
Aujourd'hui ,je suis entrain de me questionner a nouveau sur mon avenir pro ,d'où l'envie aussi de ce post ,avoir des idées ,lire des parcours similaire ou atypiques, envie de donner des idées aux autres et aussi montrer aux plus jeunes que ce n'est pas parce qu'ont choisi une filière ,que l'on passe un diplôme qu'il va nous définir toute notre vie sans pour autant vivre la ré-orientation comme un échec puisque dans tout les cas nos expériences nous font grandir et murir.

A vous

Édité par koskinelle le 06-05-2022 à 11h51

Bojesse

Apprenti
  

Trust : 176  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 266
0 j'aime    
Parle moi de tes reconversions professionnelles
Posté le 09/05/2022 à 20h18

Vraiment content pour toi , l'avenir est en route

Venice

Membre ELITE Bronze
 

Trust : 1458  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 6699
1 j'aime    
Parle moi de tes reconversions professionnelles
Posté le 09/05/2022 à 21h06

Coucou !

Bah moi de 2004 à 2006 j'ai fait un BEPA activité hippique option "entraînement du cheval de compétition", en fin de cursus j'ai fait une très grosse chute qui m'a fait mal et peur. J'ai quand même eu mon diplôme et je me suis réorientée en catastrophe vers un BEP vente en 1 an, puis BAC pro commerce. En parallèle du bac je bossais en contrat étudiant dans un magasin de vêtements pour enfants, puis c'est devenu un CDI 35h. Au bout de 8 ans j'en ai eu ras le bol de faire un job alimentaire qui ne me plaisait pas du tout... j'ai quitté mon post de responsable adjointe pour... tenter de trouver dans l'immobilier, sans diplôme et sans expérience, allons y gaiement !

J'ai finalement trouvé ! Ça fait 7 ans que je suis agent immobilier désormais.

Tonya

Membre ELITE Or

Trust : 245  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 9224
15 j'aime    
Parle moi de tes reconversions professionnelles
Posté le 10/05/2022 à 12h12

Allez, je vous raconte.

Bac en sciences éco.
Licence en science humaines.

Réorientation vers un BPREA option viticulture-oenologie.
Passerelle directe vers le BTSA option viti-oeno (j'avais déjà le bac+la fac donc j'ai sauté le bac pro)

Travail dans les chateaux du Médoc: 4ans à me manger des traitements de printemps sur la peau, même après 24h, je faisais des réactions. Y compris lors de la taille avec les résidus sur les sarments.
Quoi??? La production de vin pollue???? Oui, clairement et bien davantage qu'un céréalier mais aucun média sensé ne va jeter un pavé dans la mare des meilleurs vins du monde (les vins Français j'entends).

Réorientation à...la poste. La société, encore publique, passe aux 35h et recrute. J'y trouve le job alimentaire de rêve: 6h30-13h du lundi au samedi et, 64 CDD plus tard (bravo l'état!) je signe un CDI. Pendant mon temps libre: je suis à cheval, autant dire que j'ai usé du cuir!
La poste étant privatisée, les conditions de travail se dégradent d'années en années. Et je peaufine de petites connaissances juridiques qui me servent toujours.

En parallèle, fille d'éleveurs ayant été biberonnée à l'agriculture (ça aide beaucoup niveau bases), je commence à prendre des chevaux en pension dès 2001, vendre du foin, élever. Je paye gentiment mes cotisations solidaires à la MSA et créé mon entreprise en 2021. La poste me licencie.

En parallèle, je clos fin 2021 une formation de 3 ans en shiatsu équin.

Et route poulette.

Peechy

Membre d'honneur
  

Trust : 239  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 2024
0 j'aime    
Parle moi de tes reconversions professionnelles
Posté le 10/05/2022 à 13h14

Ouch tonya, même en hiver ?! Mais ils mettaient quoi comme traitements ? Moi en hiver, il n'y a pas de résidus et en 6 ans, aucune réaction cutanée si ce n'est le soleil quand on oublie sa crème solaire, comme hier (j'avais la peau bien blanche aussi faut dire ^^')... Alors, certes, il y a une petite odeur sur les mains mais c'est tout. On fait juste bien gaffe à se laver les mains après. Ça me conforte dans l'idée que je vais rester dans le cognac et pineau Tu as fait beaucoup de châteaux ?

Édit : pour ajouter une précision, pas de réaction cutanée ou autre d'ailleurs.

Édité par peechy le 10-05-2022 à 18h30



Tonya

Membre ELITE Or

Trust : 245  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 9224
1 j'aime    
Parle moi de tes reconversions professionnelles
Posté le 10/05/2022 à 14h10


peechy a écrit le 10/05/2022 à 13h14:
Alors, certes, il y a une petite odeur sur les mains mais c'est tout. On fait juste bien gaffe à se laver les mains après. Ça me conforte dans l'idée que je vais rester dans le cognac et pineau Tu as fait beaucoup de châteaux ?


Dans tout les cas, les résidus restent sur les sarments. Donc l'entrecôte à la Bordelaise cuite sur sarments: next pour moi.

Et que tu sois en Charente ne change rien au fait que, pour faire du raisin sain (ou à peu près), la vigne reçoit des traitements. Que tu distilles ou coupes derrière ne change pas vraiment le mode de production à la vigne.

Par contre, je sais que les matières ont évoluées mais quand même: un fongicide reste un fongicide, un désherbant idem et je passe le reste.

6 chateaux, tous en "interim" sur de longues périodes.

Peechy

Membre d'honneur
  

Trust : 239  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 2024
1 j'aime    
Parle moi de tes reconversions professionnelles
Posté le 10/05/2022 à 18h53

tonya

Oui, j'imagine qu'il en reste. La façon dont tu l'as dit plus haut m'a laissé penser que tu voyais encore carrément le produit ^^' Jamais fait de barbec' aux sarments mais je retiens du coup.

Je sais bien, je plaisantais et prêchais un peu pour ma paroisse comme on dit

Oui, c'est sûr... Et je suis à chaque fois surprise de voir que la bouillie bordelaise est plutôt "vu" en bien et comme une alternative alors qu'il n'en est rien. C'est même très dangereux -_- Après, quand on voit des p'tits vieux qui ont travaillés toute leur vie là-dedans et qui, certes, ne pètent pas la forme pour autant mais arrivent à des âges plus que raisonnables (et conduisent encore un tracteur aussi vieux qu'eux !), je me dis que tout n'est pas perdu, peut-être à tort. Quand je vois aussi toutes les photos que j'ai pu prendre d'insectes et même de nids d'oiseaux là-dedans, pareil. Bon, c'est peut-être pas significatif mais voilà.

D'accord

PS : désolée koskinelle de polluer le post avec mes histoires de vigne

Lutin01

Membre ELITE Bronze
  

Trust : 771  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 7075
3 j'aime    
Parle moi de tes reconversions professionnelles
Posté le 11/05/2022 à 10h32

Après avoir tâtonné en fac d'espagnol, j'ai fait l'école d'infirmière. Le truc qui me plaisait vraiment beaucoup mais conditions de stage affreuses, je lâche tout au début de la 3èm année après m'être blessée sérieusement à cheval.
Je décide de faire ce dont j'ai toujours rêvé => bosser avec les animaux sauvages. Je passe le concours et je fais l'école de soigneur animalier. S'ensuit des années de galère à courir les CDD dans toute la France et même à l'étranger. Après quelques années, j'en ai ras le bol de claquer mon argent en frais kilométriques pour courir d'entretien en entretien sans jamais obtenir un poste stable, je lâche l'affaire.
En guise de transition pour ne pas rester sans rien faire, je bosse 1 an comme AVS dans un collège pour accompagner les enfants en difficulté. J'adore ce que je fais mais là encore, poste précaire. Je décide donc de tenter le concours d'éduc pour me professionnaliser là dedans. J'y arrive et 2 ans après, me voilà diplômée.

Ca fait maintenant 3 ans que je travaille là dedans, je ne regrette rien de mon parcours même si mon idéal aurait été de faire carrière dans les parcs zoologiques. Je ne sais pas si je bosserai toute ma vie en tant qu'éduc car le boulot n'est pas simple surtout psychologiquement. Mais je trouve justement que le fait de pouvoir se former à plein de choses différentes c'est ça qui rend la vie passionnante !

Pistachio

Initié
 

Trust : 140  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 169
2 j'aime    
Parle moi de tes reconversions professionnelles
Posté le 12/05/2022 à 07h07

Bonjour,

Je vous rejoins.

Après la fin de mes etudes universitaires, je n'ai jamais pu trouver un poste à la hauteur de mes diplômes/qualifications ni avec un salaire correct.
Aujourd'hui, j'en ai marre de travailler dans des endroits où je suis surqualifié, sous-payé, où mes chefs ont le même niveau d'étude que moi et où la majorité de mes collègues n'ont pas fait la fac tout court. Cela use vraiment moralement de me dire que j'ai fais tout cela pour rien où me retrouver là à vie...

J'ai tenté plusieurs réorientations (vaines) et je pense maintenant peut-être m'orienter vers un phD si je trouve une place mais plus en analytique car je réalise que j'aimerai travailler en contrôle qualité mais ce n'est pas gagné pour trouver !

Je n'ai pas voulu faire de phD à l'époque car j'avais un gros le bol des études et surtout je ne voyais aucun intérêt à me lancer à l'aveugle dans une voie potentiellement encore plus bouchée. Juste avant le covid, je travaillais dans la recherche en microbiologie dans le but de faire un phD mais c'était une voie bouchée qui ne débouchait au mieux que sur des petits cdd de temps en temps (il suffisait hélas de voir les post doc pour le réaliser...).
De plus, le covid n'a pas arrangé les choses (fermeture du labo et tout le reste). Ensuite, j'ai enchainé sur la campagne de vaccination/testing (seul travail que j'ai pu trouvé à ce moment) et maintenant je travaille dans la production plutôt en chimie (mais pas en tant qu'ingénieur, bien en dessous hélas...).

Je me demandais juste si mon parcours et tous les jobs que j'ai accepté (jamais à mon niveau d'études) ne vont pas me porter préjudice pour atteindre ce but. Plusieurs recruteurs n'aiment pas ça je pense.
Je peux au moins dire que j'ai un peu d'expérience avec les microorganismes ainsi qu'en salle blanche mais cela fait depuis la fin de mes études que je n'ai pas pu travailler avec des machines utilisées en analytique hélas !
Je verrai bien si ça fonctionne, quitte à partir à l'étranger ?

Je trouve ça compliqué, beaucoup de gens font des études et s'attendent à avoir un métier à la fin, puis (a réalite du marché fait que les routes suivies pour enfin y parvenir sont rarement droites.

En tout, j'encourage tous les gens qui ne sont pas heureux dans leur métier actuel à changer (après réflexion, plan B et C pour ne pas se retrouver sans rien). On passe tellement temps au travail qu'une vie dans un métier qui ne nous convient pas c'est juste invivable. C'est ma motivation pour tenir : trouver mieux un jour.


Bonne chance !

Rubyx3

Apprenti
  

Trust : 130  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 328
4 j'aime    
Parle moi de tes reconversions professionnelles
Posté le 12/05/2022 à 18h34

Bonjour !

On peut pas dire que j'ai réellement eu de reconversion professionnelle, par contre plus jeune je me suis looooooongtemps cherchée, et j'ai pas arrêté d'ailleurs jusqu'à l'année dernière où j'ai enfin trouvé ma voie ! (et c'est aussi bien que ce que l'on dit, d'avoir un taff qu'on aime!)

Bon revenons en 2013 : je suis en seconde, très bonne élève mais j'en ai marre et je veux essayer de vivre de ma passion : l'équitation ! En première, je fais le choix de partir en bac pro CGEH (conduite et gestion d'une entreprise hippique). Je n'y reste finalement qu'1 mois, je suis dans une école où le rythme ne me convient pas, à 1h30 de chez mes parents en internat (et ça je l'ai vraiment très mal vécu). Je retourne dans mon ancien lycée et part pour un bac STMG que j'obtiens en 2015.

2015 : il est l'heure de faire ses choix post-bac.. l'angoisse ! J'hésite et je ne sais pas ce que je veux faire, je me cherche toujours. Je suis persuadée que je dois travailler dans un endroit qui regroupe mes passions : l'équitation, les animaux mais tout ce que je souhaite est ultra bouché ou il faut faire des études loin alors ça me refroidit. Je rentre donc en BTS MUC (management des unités commerciales) en septembre. Et rebelotte... j'y reste 1 mois, j'ai de très bonnes notes mais cela ne me plaît pas du tout et je m'y sens pas à ma place. Je décide de retenter le bac pro CGEH mais en alternance cette fois-ci, ce qui me permettra de rester chez mes parents, d'être sur le terrain, même si je serais en internat quelques semaines par ci par là. J'y resterais 1 an. Je suis première de la classe, les cours sont intéressants même si mes camarades sont exécrables. J'ai adoré les périodes de stage, bien que je me suis rendue compte que ce serait difficile de trouver du travail et d'être payée correctement, mais surtout je réalise qu'à force de côtoyer des chevaux tous les jours, j'ai moins envie de cotoyer ma jument de l'époque le week-end avec mes amis... Je sens que c'est en train d'empiéter sur ma passion et je n'y vois pas mon avenir, alors je décide d'arrêter. Par contre, aucun regret, j'ai testé et je sais que si je l'avais jamais fais, ça aurait trainé toute ma vie dans un coin de la tête !

2016 : Après mon année dans les chevaux, je décide de reprendre des études mais à la fac cette fois-ci ! Nouvelle lubie, j'ai envie de devenir prof des écoles ! Par contre trop tard dans les choix post bac pour faire une licence sciences de l'éducation, alors je pars en première année de sociologie qui permet d'accéder aux mêmes études. Bon la sociologie ça me plaît pas hein mais par contre le système de la fac j'adore. Je termine l'année avec des bonnes notes et on continue en 2ème année !

2017 : me voilà partie pour ma 2ème année de sociologie. Les horaires sont moins cools cette fois, je décide en plus de prendre un job étudiant afin de pouvoir assumer ma passion. J'enchaine le tout : la fac, les cours à bosser à la maison, le job étudiant, le cheval et je commence sérieusement à saturer. Je me vois pas faire ça pendant encore 4 ans, je claque les portes de la fac à la fin du premier semestre et je garde mon job étudiant en attendant de retrouver d'autres études.

2018 : je me dis que bosser en banque ou assurance me botterait bien alors je cherche le BTS qui me conviendrait, en me disant que 2 ans seulement me conviendrait largement comme durée d'études. Bien sûr je recherche en alternance car il est hors de question pour moi de ne pas toucher d'argent à côté et de n'apprendre que la théorie. Par miracle je trouve une alternance dans une agence AXA juste à côté de mes parents. J'entame donc mon BTS NDRC (négociation et digitalisation de la relation client) à la rentrée !

2018-2020 : globalement ces années se sont bien passés, mais encore une fois, je fais fausse route. Je suis première de la classe, mon patron a l'air satisfait de mon travail mais voilà il me manque encore cette étincelle, cette flamme qui me booste au boulot et me donne envie de me lever tous les jours. Je m'y accroche encore, même si je commence à me dire que je trouverais jamais ma voie et qu'il vaut mieux que je garde ce genre de taff qui me libère du temps pour profiter à fond de ce que j'aime dans ma vie perso.

2020 : j'obtiens mon BTS et je décroche un CDI dans l'agence d'assurance où j'étais. Je suis contente, mais sans plus. On est dans une agence où on est seulement 3 en comptant le patron, j'aime pas ce que je fais, je vais de plus en plus à reculons au travail, et je suis payée le SMIC. La reconnaissance est pas là, je réalise que je suis toujours considérée comme le bébé et je comprends que ma carrière décollera jamais dans cette agence. Je perds confiance en moi et me dit que le commerce c'est vraiment pas pour moi.

2021 : toujours dans mon CDI, rien ne bouge, je m'ennuie, je regarde les offres d'emploi, sans grande conviction, sans jamais aller au bout des choses, on sait ce qu'on quitte mais pas ce qu'on retrouve comme on dit... j'aime pas ce que je fais mais les conditions pourraient être pires. Je pars en vacances pendant l'été, et cette fois je reviens plus déterminée que jamais : c'est décidé, je quitte ce taff et j'en trouve un autre ! Je reviens de congés et j'entame les procédures : en 1 semaine, j'ai 3 entretiens. 1 dans une agence RH, 1 dans une boutique SFR et 1 autre dans une agence immobilière. (oui c'est bien ciblé vous avez vu ! ). L'entretien pour être assistante RH n'aboutit à rien, c'était moi ou une autre et c'est l'autre qui a été choisie, c'était une déception mais avec le recul 0 regret, je me serais vite ennuyée. L'entretien pour SFR a aboutit, mais moi je n'étais plus convaincue donc je laisse tomber. Puis l'entretien dans l'agence immo pour être assistante commerciale et accueil, qui se passe bien même si je me projette pas spécialement, je suis rappelée 1 semaine plus tard et je suis prise... Je dépose enfin ma démission avec un retour absolument ignoble de mon ex patron qui me fera absolument pas regretter ma décision (moi qui mourrait de culpabilité quelques jours plus tôt...). Je fais le mois de préavis et en septembre 2021 commence mon aventure dans l'immobilier. Et là... REVELATION ! Ca y est, je l'ai enfin trouvé !!! Ce p*tain de boulot qui me fait vibrer, où je m'y rend avec plaisir et avec le sourire. Je surkiffe ce que je fais, mes collègues sont en or et mon patron à l'écoute et extrêmement reconnaissant envers mon travail ce qui me touche beaucoup. Ma confiance en moi remonte d'un bloc, et je m'éclate littéralement. Alors c'est ça cette sensation incroyable??? Ouah j'ai l'impression d'être h24 sous adrénaline ! Et en plus je suis bien mieux payée qu'avant ! Le pied !

2022 : toujours dans mon poste dans l'agence immo, bon j'avoue ça s'essouffle un peu, je me rends toujours au boulot avec le sourire, mes collègues deviennent des amis et surtout seront d'un soutien sans faille dans une épreuve difficile de ma vie, mais le poste que j'occupe est difficile et je commence à être blasée de me faire engueuler par téléphone. Mais j'adore ma boîte +++++, je veux pas partir je sais que là bas je peux évoluer, mon patron me fait confiance. Mi mars, une de mes collègues me prévient qu'elle change de poste et le poste qu'elle occupe (et qu'en plus je convoitais finalement) est libre ! Je me dis que ma chance est là, maintenant. J'informe directement mon patron que je suis intéressée par ce job. Il en prend compte et me tiendra au courant. Je commence à me dire que finalement ce sera pas pour moi, tant pis j'aurais essayé... Il revient vers moi pour me dire que j'ai le poste ! Je deviendrais donc officiellement assistante patrimoine et commerce à partir du 1er juin ! Et je peux vous dire que pas un seul instant, ces 8 derniers mois, je n'ai regretté ma décision de partir de mon ancienne agence... Je me sens enfin moi même au travail, je fais ce qui me plaît, j'adore mes collègues, j'ai désormais un bon salaire, et tous les jours je me lève avec l'envie de bosser ! Et jamais j'aurai cru connaître ça un jour

Midame

Membre d'honneur
   

Trust : 6  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 2938
0 j'aime    
Parle moi de tes reconversions professionnelles
Posté le 12/05/2022 à 20h10

rubyx3 moi qui ai bossé dans l'immobilier, je ne connais pas du tout ce poste.. Ça consiste en quoi exactement ?

Félicitations pour le poste en tout cas

Bojesse

Apprenti
  

Trust : 176  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 266
1 j'aime    
Parle moi de tes reconversions professionnelles
Posté le 12/05/2022 à 21h49

Bonsoir . J'ai un peut survolé le topic et je remarque que énormément d'entre vous on des métiers dans le secteur quaternaire. Un secteur avec beaucoup d’appelés et très peu d'élu, du moins a moyen terme. Avec un retour sur investissement pour l’intéressé plus que aléatoire.

Pourquoi si peu d’intérêt pour les secteurs très porteurs et dynamiques comme TP, bâtiment, industrie, maintenance (tous domaines), toutes sortes d’artisanat, génie, conception réseau (tous types), systèmes, aménagement,transport, technologies de pointe... Forte demande de main d’œuvre.

J'ai des amies qui s'éclatent dans l'industrie de la pétrochimie par exemple, que çe soit dans les labo ou sur les process. Bon faut parler anglais par contre.Ou d'autres qui conduisent des dumper dans l'extraction( bon la faut aimer la solitude)

Pistachio

Initié
 

Trust : 140  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 169
1 j'aime    
Parle moi de tes reconversions professionnelles
Posté le 12/05/2022 à 22h24

Bonsoir.

Bonne question Bonjesse !

Je vais parler pour moi et plusieurs personnes de mon entourage. Le système et notre entourage nous ont poussé à ça. Tu es bon à l'école ? fait un bac s et enchaine sur une grande fac si tu veux avoir un bon boulot !

Je le dis clairement aujourd'hui, l'école ment aux jeunes dès leur plus jeune âge. L'égalité des chances est un vrai fake. Puis, un bon diplôme ne te garantie ni un emploi ni un bon salaire et ça quand tu le réalises tu tombes de haut surtout si tu n'as pas choisi la voie du coeur exprès pour avoir la "garantie" d'un "bon emploi/salaire". Il y a de quoi finir dégouté.

Tu réalises aussi que ton diplôme te ferme des portes, pas tous les recruteurs n'aiment les gens "surqualifiés" et se réorienter peut devenir extrêmement compliqué quand ton diplôme te poursuis. Les recruteurs n'aiment pas tous les parcours atypiques (on m'a même refusé dans les métiers du monde carcéral).

Cela fait un moment maintenant que je "subis" des job où je suis surqualifié et, dans mon cas, je réalise que je ne peux vraiment pas m'y épanouir malgré mes tentatives. Pire, je finis par y être malheureux et perdre confiance en moi et en mes capacités, c'est frustrant !
J'ai fais trop de sacrifices, perdu du temps et de l'argent pour mes études et, la pilule ne passe toujours pas.

Si je n'avais pas fait d'études ce serait certainement différent mais, aujourd'hui, j'espère quand même un retour sur investissement un jour. Parlons ausssi retraite, je n'ai pas pu côtiser autant que si j'avais commencé à travailler à 18 ans sans faire de longues études et ce n'est pas non plus sans conséquences pour l'avenir si je ne rentabilise pas ces années rétroactivement.

Bojesse

Apprenti
  

Trust : 176  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 266
1 j'aime    
Parle moi de tes reconversions professionnelles
Posté le 12/05/2022 à 22h40


pistachio a écrit le 12/05/2022 à 22h24:
Bonsoir.

(...) l'école ment aux jeunes dès leur plus jeune âge. L'égalité des chances est un vrai fake.


Alors, je te rassures (ou pas) dans les années 90, c'était aussi le cas dans certains secteurs, matériel, pédagogie et enseignement en bout de vie ( sans jeux de mots...) tout était bon pour refourguer la camelote des années 50.

Je suis vraiment navré pour toi, l'étranger peut fournir d'excellentes alternatives, parles tu d'autres langues ? Si français uniquement, certains pays d'Afrique on un forte demande en génie divers.

Totox

Membre ELITE Or

Trust : 820  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 9080
11 j'aime    
Parle moi de tes reconversions professionnelles
Posté le 12/05/2022 à 22h42

pistachio mmmh et si c'est pas un problème d'études mais de personne ?

Parce que finalement le niveau d'étude ne fait pas la compétence. Combien pensent, sous prétexte de diplôme, mériter une place à responsabilité alors qu'il n'en n'ont clairement pas encore les compétences!

Je repense a une jeune que j'ai eu a l'essai pour un poste de contrôle de gestion. Sortie de sa formation dans laquelle on lui expliquait qu'elle devient contrôleuse senior au bout de 5ans, elle ne pigeait pas pourquoi je ne lui donnais pas plus de responsabilité alors qu'elle n'en était juste pas (encore?) capable en fait! Diplôme ou pas.. ce n'est pas suffisant en fait!

Cracher sur les études je trouve que c'est un peu difficile et remettre en question seulement le système et les employeurs c'est un peu léger! Si on se considère toujours sur qualifié mais qu'apparemment on n'évolue quand même pas c'est qu'a un moment quelqu'un se plante.

Pistachio

Initié
 

Trust : 140  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 169
1 j'aime    
Parle moi de tes reconversions professionnelles
Posté le 12/05/2022 à 23h06


bojesse a écrit le 12/05/2022 à 22h40:


Alors, je te rassures (ou pas) dans les années 90, c'était aussi le cas dans certains secteurs, matériel, pédagogie et enseignement en bout de vie ( sans jeux de mots...) tout était bon pour refourguer la camelote des années 50.

Je suis vraiment navré pour toi, l'étranger peut fournir d'excellentes alternatives, parles tu d'autres langues ? Si français uniquement, certains pays d'Afrique on un forte demande en génie divers.


Je me doute que ce n'est pas si récent. Je trouve cela malheureux de pousser les jeunes (et les moins jeunes) aux études dans tenir compte de la réalité du marché. Ce n'est pas agréable d'avoir suivi tout cela et se retrouver sans emploi ou à devoir accepter n'importe quoi. Je connais plusieurs personnes ainsi, qui à force, se retrouvent en burn out totalement dégoutés.

Je suis entrain de me renseigner sur plusieurs pays étrangers. Merci.
Page(s) : 1 2 3 4 5 6
Parle moi de tes reconversions professionnelles
 Répondre au sujet