Pas convaincue par le "vrai" pied nu

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2 3 4 5
Auteur
3865 vues - 61 réponses - 0 j'aime - 14 abonnés

Elysia

Membre d'honneur
    

Trust : 1562  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3418
Pas convaincue par le "vrai" pied nu
Posté le 26/02/2019 à 23h06

Coucou.

Oui je sais, mon titre est un peu racoleur...

Ca fait un peu plus de 6 mois que j'ai commencé à faire parer mon poney par une podo. Il a toujours été pieds nus (par des marechaux)...

Elle bosse bien. Enfin en tout cas elle m'a été recommandée par des personnes qui le reconnaissent.

Par contre là ca fait bien longtemps qu'on a dépassé le rdv a 8sem. genre au moins 6 de plus... ouuuuh !

J'avais jamais fait le rapprochement, mais ca faisait quelques mois que je trouvais que mon poney avait des allures médiocres : comme s'il n'osait pas aller chercher sa foulée en restant étriqué. Je ne lui ai jamais trouvé des allures fantastiques mais des fois a le trouver limite boiteux (surtout sur sols mous étonnamment : carrière ou manège un peu oubliés).

La je sais, il est très long. Malgré mes coups de rape toutes les 4 semaines, je ne sais pas travailler sur la longueur juste avec une rape... Je l'ai montré a un marechal : pour lui y a rien a faire... mais je vois bien que la paroi est bien trop longue, idem talon etc.

Mais depuis quelques semaines, je trouve qu'Eylion a des allures plus déliées ! Il va plus oser "avaler du km" en extérieur... Et ne galère plus autant dans les sols profonds.

Je suis donc dubitative. Je comprends l'intérêt du parage physio. Vraiment. Ou en tout cas de ne pas ratiboiser la fouchette ni la sole, de faire un roll propre pour eviter que le pied ne casse. Mais est-il possible que ca ne "fonctionne pas" avec certains chevaux ?

Ps (parce que je crois que c'est important) : Poney est monté 2 fois par semaine seulement... 3 fois les semaines ou j'ai le temps. Pas de quoi stimuler la corne de fou. Idem j'ai pas des terrains de balade qui éprouvent le pied plus que ca : du chemin blanc, de la route et de la boue....

Elysia

Membre d'honneur
    

Trust : 1562  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3418
1 j'aime    
Pas convaincue par le "vrai" pied nu
Posté le 01/03/2019 à 12h51

Hello,

j'ai rdv cet après midi avec la podologue... Je verrai bien ce qu'elle me dit, comment elle réagit face à la longueur etc.

J'ai pas de photos de ses pieds, je pense pas avoir le temps d'en prendre malheureusement.

Je vous dirai ce qui ressort de ce rdv. J'en suis toujours perplexe entre être en quête du pied parfait, et vouloir le confort de mon cheval.

Et finalement, j'ai une question bête, mais pertinente : à quoi sert théoriquement le fer ? Concrètement, vraiment ? Mise à part proposer au cheval un entretien régulier et protéger la paroi des cassures ?

(Ne me dites pas que ça amorti, je suis nulle en physique mais quand même, je visualise mal le truc. Et ne me rappelez pas que c'est mauvais pour le fonctionnement du pied, on s'en doute et on s'est tous posé la question, ça l'est tout autant j'imagine qu'un pied paré long, et nous en avons discuté un peu plus tôt.)

Adn_arn

Membre VIP
   

Trust : 123  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 5127
5 j'aime    
Pas convaincue par le "vrai" pied nu
Posté le 01/03/2019 à 12h58

elysia pour moi le fer sert à limiter l'usure de la corne. Il a été créer au moment où les chevaux étaient utilisés pour le travail et la guerre, quand ils servaient de poste ... pour pouvoir faire un Max de km sans problème.
Je me dit que l'alimentation du cheval n'était pas celle qu'elle est aujourd'hui, pareil pour leur entretien ...

Clochette11

Membre VIP
 

Trust : 217  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 4165
1 j'aime    
Pas convaincue par le "vrai" pied nu
Posté le 01/03/2019 à 13h05

tysolfege
Par exemple, ma jument a des problèmes de circulation, et m’a fait plusieurs crises de fourbure.
Elle a la sole fine et des pieds minuscules.
Alors j’ai le choix...
Je peux la ferrer; elle va gambader sur les caillasses par toutes saisons, mais clairement, pour sa santé, c’est vraiment pas le bon choix, car ça me ferait un peu rigoler que quelqu’un dise que le fer ne bloque pas le fonctionnement du pieds ;ou je peux la laisser pieds nus, ce que j’ai choisi, sachant que dans son pré, elle n’est pas gênée mais que je dois m’adapter pour tout le reste
Je n’ai aucune ambition sportive, donc je préfère préserver sa santé sur le long terme.
Rien à voir avec la mode!!

Édit: pour info c’est le véto lui même qui a préconisé de déferrer la jument, à cause des vibrations engendrées par les fers...je dis ça...

Édité par clochette11 le 01-03-2019 à 13h36



Himaliae

Membre ELITE Argent

Trust : 123  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 7725
0 j'aime    
Pas convaincue par le "vrai" pied nu
Posté le 01/03/2019 à 13h10

elysia

Protéger de l'usure (mais ca franchement en pratique le cheval avec un pied en bonne santé et un bon parage adapté fini rarement sur des moignons, la nature est bien faite et le pied fortement stimulé pousse encore plus fortement, tant qu'on l'entraine progressivement)

L'argument principal que moi je donne en premier est "Eloigner la sole du sol"... et donc éviter la sensibilité d'une sole trop fine
Avec le fer, le cheval ne sent plus les aspérités du sol, vu que sa sole pose toujours sur le fer qui est lisse et ""confortable"".
Et malheureusement même si le parage sous le fer est top et que les 2/3 premières semaines la sole est porteuse essentiellement, on fini par avoir un transfert de portance vers la paroi (qui pousse sous le fer)

Izarra129

Apprenti
  

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 427
0 j'aime    
Pas convaincue par le "vrai" pied nu
Posté le 01/03/2019 à 14h38

Vous voulez APPRENDRE, COMPRENDRE, alors je vous conseille de lire les articles de ce site

http://www.hoofrehab.com

Prenez le temps de bien lire, traduire tous les articles mais au bout de ce travail de traduction et de compréhension des articles, qui pourra être long mais cela en vaut la peine, vous comprendrez que faire de long discours ne sert à rien et que tout se résume à dire, qu'un pied nu sensible, à sole fine etc...est un pied mal paré.

Édité par izarra129 le 01-03-2019 à 14h39



Couagga

Membre VIP
  

Trust : 61  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 4609
12 j'aime    
Pas convaincue par le "vrai" pied nu
Posté le 01/03/2019 à 15h44


elysia a écrit le 01/03/2019 à 12h51:

Et finalement, j'ai une question bête, mais pertinente : à quoi sert théoriquement le fer ? Concrètement, vraiment ? Mise à part proposer au cheval un entretien régulier et protéger la paroi des cassures ?



non, le fer ne sert pas à avoir un entretien régulier et il ne limite pas la cassure. Justement c'est l'inverse, il empêche d'avoir un entretien régulier car il est conditionné aux rythmes des visites du maréchal, entre ses visites la corne pousse sous la contrainte de forme du fer, ce qui provoque des cassures si on attend trop ou que le fer est arraché accidentellement...

L'abrasion de la corne du pied devrait être permanente, par son contact avec des sols variés (dur, mou, sec, humide, etc...) combinée avec des déplacements quasiment permanent du cheval pour permettre cette abrasion.

Le fer limite l'usure. c'est valable lorsque le cheval doit effectuer des déplacements dont la durée et l'abrasion vont aller au delà de la capacité de la corne à pousser. Usure plus rapide que le renouvellement de la corne = nécessité de ferrer Avec le temps et les progrès de la maréchalerie, le fer à aussi développé un réponse thérapeutique à certaines pathologies.

Le problème, c'est qu'à cause ou grâce au fer, si les applombs des chevaux sont restés un point de vigilance des éleveurs, ce n'est pas le cas pour la qualité de la boite cornée. Ben oui, puisque de toute façon le fer palliait à ses défauts...

Le second problème, c'est que l'activité et les conditions de vie des chevaux ont considérablement changés. Les chevaux n'usent plus leur corne comme autrefois, ils vivent sur des sols accueillants en majorité, sur des surfaces limitées offrant nourriture et boisson sans avoir à parcourir des km sur sols variés. Les chevaux évoluent majoritairement sur de l'herbe, de la paille, du copeau, du sable ou des revêtements textiles amortissant, peu abrasifs... Rien de suffisant pour que l'équilibre se fasse naturellement entre pousse et usure.

Donc en majorité les chevaux n'ont plus besoin de fers pour limiter l'usure, puisqu'il y a rarement usure suffisante. Leurs conditions de vie ne permet pas non plus cette usure, donc dans l'absolu, la majorité des chevaux devraient être pieds nus toute leur vie et devraient recevoir un entretien régulier, (plus régulier que la venue d'un maréchal toutes les 6 semaines) pour se rapprocher d'une abrasion constante naturelle.

La podologie équine offre aussi des réponses à beaucoup de pathologies courantes, tout comme le fait un pédicure pour nous. Le fer lui pourrait intervenir uniquement dans des cas particuliers ou l'activité du cheval le mettrait dans une vraie situation d'usure supérieure à la pousse, ou une pathologie ne trouvant pas de réponse avec la podologie, comme l'orthopédiste pour nous. Sachant que, les hipposandales proposent aussi des réponses alternatives intermédiaires moins radicales que la ferrure.

Dru

Membre d'honneur
 

Trust : 392  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1887
0 j'aime    
Pas convaincue par le "vrai" pied nu
Posté le 01/03/2019 à 22h49

Je ne vais aider à rien dans toutes ces explications, mais ne question notamment pour toi elysia : quand ta jument est sensible, as-tu essayé tout simplement le coup de la carotte ?
Non vraiment je ne rigole pas ^^

La mienne est encore sensible car sole fine, des moments c'est quasi nickel et des moments où la sensibilité est vraiment là selon la période de l'année... j'ai testé le coup de la carotte et approuvé la majorité du temps ! Ce que j'entends par là, je la marche sur cailloux et elle est sensible... je tends un bout de carotte l'obligeant alors à avancer pour l'avoir = bizarrement elle n'est plus sensible.
Bien sûr il arrive qu'elle soit quand même sensible, mais ça m'aide à savoir justement si la mémoire d'avoir été sensible à un moment se répète par anticipation ou si la sensibilité est réelle.
Je ne sais pas si je suis claire ^^ en tout cas je doute que mon raisonnement soit de travers mais pour moi, c'est un véritable indicateur... ce n'est pas la gourmandise qui lui fait oublier qu'elle a +/- mal... elle est occupée à autre chose donc ne montre pas d'hésitation (en cas de "vraie" sensibilité, elle a déjà été sensible malgré la carotte).

Après je ne sais pas j'ai peut-être tort (qu'on me corrige alors) mais à essayer :) que ce soit ou d'autres.

Ardennesacheval

Membre d'honneur
    

Trust : 103  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3380
0 j'aime    
Pas convaincue par le "vrai" pied nu
Posté le 02/03/2019 à 11h02

à quoi sert théoriquement le fer ? Concrètement, vraiment ? Mise à part proposer au cheval un entretien régulier et protéger la paroi des cassures ?
limiter l'usure aussi.
Avant les chevaux travaillaient vraiment, c'était pas du loisir, sur tous terrains, 8 ou 10h par jour, aux allures imposées.Rentabilité oblige.

Protéger de l'usure (mais ca franchement en pratique le cheval avec un pied en bonne santé et un bon parage adapté fini rarement sur des moignons, la nature est bien faite et le pied fortement stimulé pousse encore plus fortement, tant qu'on l'entraine progressivement)
voilà tout est dans "entraînement progressif"
Dans le temps après une vie au pré, pieds nus le jeune était mis au travail et dès qu'il était suffisamment dressé, hop au turbin, du coup le passage "oisiveté/ travail" et "pré/ travail//stalle" se faisait d'un coup.

par contre il y a des différences énormes entre les individus même si la race, le format, la nourriture, les conditions de vie, sont identiques ! Du coup le fer met tout le monde d'accord : personne n'a mal aux pieds, tout le monde travaille et basta.

( Ds des documentaires sur les transhumances de Kabardes on voit bien que sur chemins durs et routes ya des chevaux qui caracolent en tête du troupeau, d'autres qui restent sur le bas-côté herbeux et d'autres qui traînent derrière en marchant sur des oeufs... )

La podologie équine offre aussi des réponses à beaucoup de pathologies courantes, tout comme le fait un pédicure pour nous. Le fer lui pourrait intervenir uniquement dans des cas particuliers ou l'activité du cheval le mettrait dans une vraie situation d'usure supérieure à la pousse, ou une pathologie ne trouvant pas de réponse avec la podologie, comme l'orthopédiste pour nous.
C'est arrivé au mien, mon cheval a eu un écart d'épaule.
Pendant toutes la durée des soins et la convalescence ses antérieurs (cagneux) avaient poussé en vrac puisque membre bancal depuis l'épaule + l'autre antérieur avait compensé.
Véto, mf et ostéo se sont mis d'accord sur une ferrure correctrice ; au bout de 6 mois j'ai déferré de nouveau, les aplombs étaient redevenus normaux, les pieds poussaient ds le bon sens.

Frederique3560

Membre ELITE Bronze

Trust : 94  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 6402
0 j'aime    
Pas convaincue par le "vrai" pied nu
Posté le 02/03/2019 à 14h36

Je rajouterai que le fer est aussi un équipement technique pour le cheval sportif, en gros c'est un peu comme pour un athlète , la différence entre des chaussures de super marché et les super chaussures de sport hors de prix : à la fin du marathon le chrono n'est pas le même , ni l'état du pied ... le pied nu à ses limites , c'est normal, c'est pas prévu, par exemple, pour sauter des montagnes avec un humain sur le dos ...

Clanelle

Apprenti
  

Trust : 156  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 381
0 j'aime    
Pas convaincue par le "vrai" pied nu
Posté le 03/03/2019 à 16h54

Je n'ai pas lu toutes les réponses...
Il faut déjà laisser le temps à ton cheval de s'adapter, mes chevaux étaient suivis par une podologue (formée KC Lapierre) depuis leur passage pieds nus il y a 2ans. Ma jument a eu de gros soucis de surpoids et de fourbures, amenant donc à une grande sensibilité sur les sols irréguliers. Nous avons fais 1 bonne année avec cette podologue, elle lui laissait toujours plus long pour éviter d'accentuer la sensibilité, et rien n'y changeait. J'ai changé car ça ne passait de toute façon pas entre ma jument et la pareuse, et je me suis orientée vers quelqu'un sans diplôme de base, mais qui a un élevage de poneys, qui pare depuis jeune et qui s'est bien sûr renseigné et formé sur le sujet jusqu'à proposer ses services. Eh bien, ce n'est que la 2ème fois qu'il passe (à 2 mois d'intervalle) et bien ma jument se transforme... Elle est beaucoup plus courte qu'avant (ça a permis de découvrir des fourmilières également) et ça fait longtemps que je ne l'ai pas revu marcher si bien...

Je pense que l'ancienne podologue était trop "procédurière", elle faisait comme elle avait appris et voulait limite obtenir le même pied pour chaque cheval, alors que lui s'adapte beaucoup plus à chacun, et même si ce n'est pas toujours conventionnel, pour lui le but c'est d'avoir un cheval bien dans ses pieds, tout en respectant son modèle, ses aplombs.

Donc attends un peu, et sinon essaye peut-être de changer voir si tu sens une différence...

Izarra129

Apprenti
  

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 427
0 j'aime    
Pas convaincue par le "vrai" pied nu
Posté le 04/03/2019 à 07h18

clanelle
Vous m'avez posé une question sur le post "prévention de la fourbure" et je vous y ai répondu très précisement, j'espère que ma réponse vous a aidé car vous ne vous êtes pas manifestée par la suite...

Vous donnez l'exemple même d'un problème de sensibilité à cause d'un parage inadapté !

Pourquoi votre jument était elle sensible en étant laissée "longue" ?

Comme je l'ai expliqué dans le post " prévention fourbure", votre jument a fait une fourbure d'origine endocrine (90% des cas de fourbure, je le rappelle), due à un SME (Syndrome Métabolique Équin) c'est à dire à un dérèglement de l'insuline (insulino-résistance et hyperinsulinémie).

Comme je l'ai aussi expliqué dans le post " prévention fourbure", le mécanisme de la fourbure d'origine endocrine est le suivant:
Les taux élevés d'insuline dans le sang vont progressivement affaiblir le système lamellaire ( qui joue le rôle de "velcro"entre la paroi du sabot et la 3eme phalange P3) et de ce fait, c'est la pression du poids du cheval sur la paroi du sabot qui va provoquer son écartement. Il va ainsi se produire progressivement une séparation entre la paroi et P3 et une rotation (dorsale et palmaire ) de P3.
Pour supprimer cet effet d'écartement, il faut donc isoler la paroi du sol par un chanfrein de sorte à ce que la paroi ne porte plus le poids du cheval et raccourcir la pince de façon à ramener le point de bascule à sa vrai place ( ce qu'a fait votre deuxième pareur); c'est le parage de réalignement et je vous renvoie à nouveau à la lecture de l'article qui suit pour plus d'informationshttp://www.thelaminitissite.org/articles/la-fourbure-et-le-pied

Les directives de parages données dans cet article pour la réhabilitation de fourbure sont à suivre et à appliquer pour tout parage, je veux dire que les règles d'or d'un parage à respecter : ne jamais toucher à la sole vive (ou parfois et même souvent à la sole " morte"), ne pas tailler la fourchette, décharger la paroi du sabot du poids du cheval ( le poids du cheval doit être principalement porter par la sole, la fourchette, les talons, les barres), placer le point de bascule à sa vraie place et chanfreiner en pince.
Un parage c'est tout aussi bien couper la corne là où c'est nécessaire que laisser se développer la corne là où c'est nécessaire..

Et je vous renvoie aussi à nouveau au site
Hoofrehab.com

Édité par izarra129 le 04-03-2019 à 07h22



Coocky5

Expert
   

Trust : 182  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 588
1 j'aime    
Pas convaincue par le "vrai" pied nu
Posté le 04/03/2019 à 12h01

elysia des news de ce rdv ?

Clanelle

Apprenti
  

Trust : 156  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 381
1 j'aime    
Pas convaincue par le "vrai" pied nu
Posté le 10/03/2019 à 12h00

izarra129

Désolé, mais je n'ai été que très peu présente sur le forum dernièrement, et je n'avais donc pas pris le temps de répondre.
Ma podologue ne voulait jamais trop en enlever, de peur que ça accentue et je trouvais également qu'elle avait trop de talons, et c'est vrai que je lui faisais confiance (c'est son métier donc bon), puis à force de me renseigner, je me suis doutée que cela pouvait venir de là, sauf qu'elle gardait la même façon de faire, que je ne voyais aucune évolution (alors que ma ponette n'était pas en fourbure, elle n'a fait aucune "grosse" fourbure a être couchée par exemple, elle a des périodes critiques avec inflammation disons mais elle continue de marcher, trotter et galoper) et que perso je ne me voyais pas le faire moi-même car je suis loin de m'y connaitre assez. C'est vrai que quand j'ai vu ce qu'a enlevé l'autre pareur au premier passage, ça m'a un peu fait peur mais il est vrai que c'était ce qu'il lui fallait, bien que je lui trouve toujours les talons un peu haut.

Je tenais juste à préciser à l'auteur qu'il faut écouter son cheval, certains sont formés et pour autant ça ne donne pas les résultats attendus... donc il vaut mieux essayer quelqu'un d'autre...

Tornade76690

Initié
 

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 66
2 j'aime    
Pas convaincue par le "vrai" pied nu
Posté le 17/03/2019 à 11h48

Bonjour,

Je te fais un CC du post que j'avais mis sur FB dans un groupe de chevaux de concours pieds nus, si ça peut t'apporter un éclairage sur le pied nus ;) Post qui date du 28/11/2018 donc dates et délais à mettre à jour ^^

Bonjour,
Ça fait un certain temps que je suis le groupe, je prends enfin le temps de venir faire les présentations : Hélène, propriétaire d'une jolie poupette de 11 ans, pieds nus depuis presque 4 mois.
En réalité, pieds nus derrière depuis longtemps car mademoiselle n'est pas très aimable avec ses congénères ^^ et pieds nus de devant depuis presque 4 mois donc !
Pour la petite histoire, je l'ai achetée à 4 ans, pour du CSO, à son éleveur qui ne s'était jamais soucié de la faire ferrer. Elle est arrivée chez le pro qui s'est occupé de son débourrage et hop ! deux chaussures à l'avant :/
Quand je l'ai récupérée, elle était donc ferrée de devant, j'ai fait ferrer de derrière par habitude et assez vite déferrer les postérieurs à cause de son côté chipie avec les autres :p
C'est une jument avec beaucoup de sang et d'influx, les débuts ont été difficiles, j'ai mis ça sur le compte de sa jeunesse et de son sang.
Je suis sortie en concours mais c'était vraiment compliqué, jument très chaude, que j'avais du mal à contrôler, très souvent à sauter en l'air...
Puis petit à petit, alors qu'elle prenait de l'âge et aurais donc du se calmer, les choses se sont compliquées : pas stable sur le mors, elle encensait beaucoup, toujours aussi "électrique" à sauter en l'air, chargeait ses barres, me plantait dans les combinaisons...
A la fin de sa période ferrée, vers ses 10-11 ans, jument pas symétrique, elle se pendait sur ma rêne gauche, me sortait des lignes et des combinaisons, impossible de tourner à droite sur un parcours sans qu'elle rétive (coups de cul, arrêt...). Puis pour finir, la trouvant irrégulière, je vais voir un premier véto qui me sort "Naviculaire" comme diagnostique...
Pas convaincue, je finis par me décider à faire venir LE spécialiste du coin en locomoteur, le docteur Stockwell. Il m'annonce une jument boiteuse grade 2/5 et après radios de l'AG, m'annonce un angle palmaire négatif : pied plat, pas de talon, P3 a basculé vers l'arrière.
Il a été très franc sur le sujet et me dit qu'il faut régler ce souci mais qu'il ne sait pas vraiment comment faire, à voir avec mon maréchal.
Mon maréchal vient, nous en discutons, nous partons sur une ferrure à plaques compensées (plus hautes en talon). La jument ne boite plus, un temps seulement. L'irrégularité reste, elle se met à trébucher puis pose de plus en plus ses antérieurs en ciseaux et finit par poser l'AG de plus en plus souvent en pince (comme une ballerine sur ses pointes).
Nous passons à une ferrure simple, retour chez le docteur Stockwell, elle est boiteuse grade 1/5, à l'écho lésions tendineuses sur l'AG et ligamentaires sur les 2 antérieurs, à la radio P3 est toujours basculée.
Nous discutons longuement, il me dit très honnêtement savoir comment soigner, par des ferrures spécialisées, les lésions tendineuses et ligamentaires mais qu'il ne sait pas comment résoudre ce problème de bascule de P3. Et là, me reviennent en tête les nombreuses lectures que j'ai pu faire sur le pied nu sur Internet. Je lui demande "Et déferrer alors ?", avec peu d'espoir d'avoir une réponse enthousiaste. Contre toute attente, il me dit "Pourquoi pas, ça permettrait en effet de relancer la pompe du pied, de revasculariser les tissus mous du pied et de remettre P3 à sa place". Il me conseille de déferrer ET de faire parer très court, à la limite du sang (la jument est à ce moment là au pré H24 en Normandie), pour sur-stimuler le pied.
Elle est donc déferrée le 08/08/18, parée à la limite du sang (on voyait la corne devenir rosée sous la râpe). Forcément, elle était franchement inconfortable. Elle a eu droit à une cure de chrysantellum (La boutique de l'Arbalou), sur conseil de ma coach, pour activer la micro-circulation. Mais la gêne disparaissait vraiment vite. Dix jours plus tard, je faisais 40 minutes de pas sur le bitume. Nous avons repris une activité normale petit à petit.
Aujourd'hui, j'ai une jument droite sur ses deux rênes, symétrique, allante, à l'écoute, qui a arrêté d'encenser, qui retrouve petit à petit des allures amples et surtout, posée, calme, sereine. Je suis retournée en concours dimanche dernier, en dressage car après un peu plus de deux ans sans concours et avec son émotivité malgré tout toujours présente, je ne voulais pas lui imposer une ambiance CSO et de toute façon, il est à mon sens encore un peu tôt pour retourner sur les terrains de CSO amateurs. J'ai déroulé sur une girafe tellement elle n'avait pas assez de ses yeux pour tout regarder mais elle est restée calme, zen, concentrée, connectée et à l'écoute. J'ai ENFIN réussi à passer mes deux contre changements de main au galop sans qu'elle se braque, se fâche ou change de pied, ce qui était impossible avant, le tout en Beris tout simple.
A l'obstacle, j'ai une jument qui revient dans ses lignes, n'enlève plus une foulée partout mais est même capable d'en ajouter une et aujourd'hui, on a retravaillé sur un double à deux foulées, deux droits à 70 cm, qu'elle a parfaitement passé : plus de sortie en quart de tour entre le A et le B, deux foulées respectées à chaque fois, aussi bien en montant qu'en descendant, elle a été parfaite (moi beaucoup moins !).
C'est un réel soulagement de la voir et de la sentir aussi bien et je me dis qu'elle a quand même une sacrée capacité de résilience pour ne pas m'en tenir rigueur après tant d'années de douleur muette et incomprise. Je m'en veux tellement, si j'avais compris plus vite que je n'aurais moi-même pas supporté d'aller bosser avec des chaussures trop petites, trop rigides ou avec un caillou dedans, je me dis que je lui aurais évité ça... Je n'accepte déjà pas d'aller travailler en talons, c'est trop inconfortable !
Aujourd'hui, je me vois de nouveau retourner en CSO avec plaisir, sans cette boule au ventre à cause de son comportement incertain, sans cette certitude de me faire sortir des combinaisons qui ne me faisait choisir que des spéciales à difficulté progressive (bah oui, 10 obstacles simples sans combinaisons ;) ).

Pour info, ma podologue passe la parer toutes les 6 semaines ou 6 semaines et demi, et encore, sa corne pousse à une vitesse exponentielle, je crois qu'il va falloir qu'elle passe encore plus souvent ! Je refuse de toucher à ses pieds, c'est pas mon boulot, je laisse une pro le faire. J'ai juste acheté une mini rape chez Kramer pour les petits éclats en bas de paroi. Et sinon, je sors ma jument 5*semaine + marcheur 4*semaine, surtout sols souples (manège et carrière). En revanche, le sol du marcheur est dur. Aucune gêne sur sol dur irrégulier.

Le véto l'a revu fin janvier, il a juste halluciné de son évolution, il ne pensait pas ça possible. Pourtant, il en voit du cheval pour du locomoteur, il suit de grosses écuries de courses et CSO dont Pénélope Leprévost. Il n'a vu aucun inconvénient à ce qu'elle reste pieds nus.

Et pour l'entretien des pieds, l'hiver au box c'est graisse + huile de cade sous les pieds et graisse blonde en paroi (graisses K. Bacon) à chaque fois que je viens, sur pied ultra propre, pour préserver le pied de l'acidité du box (sans compter le fait que je retire les crottins et plaques d'urine de la paille à chaque fois que je viens). L'été, au pré, juste pieds très propres. Je suis maniaque de l'entretien des pieds !

Et s'il y a bien un truc que j'ai remarqué, c'est que le pied nu demande bien plus d'entretien que le pied ferré au niveau hygiène, parage... Mais ça en vaut franchement la peine pour ma jument !

Couagga

Membre VIP
  

Trust : 61  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 4609
3 j'aime    
Pas convaincue par le "vrai" pied nu
Posté le 18/03/2019 à 11h07


frederique3560 a écrit le 02/03/2019 à 14h36:
le pied nu à ses limites , c'est normal, c'est pas prévu, par exemple, pour sauter des montagnes avec un humain sur le dos ...


Euh... le cheval n'est pas prévu pour sauter des montagnes avec un humain sur le dos
Le fer induit une augmentation des résonances lors de l'impact du pied au sol. Donc, il me semble qu'en analysant objectivement les choses, le fer n'est pas plus adapté que le pied nus dans ce cas. Le fer augmente la résonance de l'impact (bonjour les tendons et les articulations), le pied nu prend de plein fouet un amorti probablement au delà de ce que la nature prévoit (bonjour les pressions sur la boite cornée).

Toute pratique extrême, éloignant le cheval du degré d'intensité naturelle de ses activités, engendre obligatoirement des risques, des usures, de la fatigues prématurés sur son physique. Même en prenant les meilleures précautions, il faut être réaliste, plus on augmente l'intensité et la durée des efforts plus on porte préjudice.
Page(s) : 1 2 3 4 5
Pas convaincue par le "vrai" pied nu
 Répondre au sujet