Journal de bord - Cobalt - Essai selles

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2 3 4
Auteur
2142 vues - 55 réponses - 2 j'aime - 13 abonnés

Cobalt12

Membre d'honneur

Trust : 116  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1441
Journal de bord - Cobalt - Essai selles
Posté le 06/05/2019 à 22h30

Bonsoir tout le monde

Ca fait un bon moment que ça me titille, mais ça y est, je commence un journal de bord. Il sera principalement sur le travail quotidien de Cobalt, mais j'y parlerai aussi de mes deux autres chevaux, Gazelle et Safran.


Pour me présenter un peu, je m'appelle Claire, 30 ans, je monte à cheval depuis mes 7 ans, propriétaire depuis mes 18 ans. J'ai commencé dans un poney-club en région parisienne avant d'arriver dans mon club actuel, il y a 18 ans maintenant. J'ai passé jusqu'à mon galop 6 avec des chevaux de club, et fait quelques concours d'obstacle (E3 et E2 à l'époque, soit 60 et 80 cm) et un trec par équipe organisé à domicile.

Puis, on me propose de monter une jument fraîchement arrivée en dépôt-vente.

Je craque dès que je la vois en box (baie avec plein de taches blanches partout), puis montée, même si je n'ai pas toujours le frein au galop.
Après le cours, le coach (c'est la mono qui avait fait le cours, pas lui) me dit, au cours de la conversation "Achète". Le soir, j'en parle à ma mère sans y croire (juste pour en parler et pouvoir passer à autre chose). Trois jours plus tard, elle appelle le coach, et un mois après ma famille me l'offre pour Noël, c'était en 2006.

L'aventure de propriétaire commence

Édité par cobalt12 le 07-06-2019 à 22h48

Cobalt12

Membre d'honneur

Trust : 116  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1441
4 j'aime    
Journal de bord - Cobalt - Essai selles
Posté le 06/05/2019 à 22h41

Je vais donc vous présenter Gazelle, anglo-arabe de douze ans à l'époque (achat en décembre). Je vais la monter pendant trois ans et demi.

Elle m'aura beaucoup fait progresser, avec toute son énergie, son sang et son caractère, même si ça n'a pas toujours été facile de sortir des chevaux de club.

J'ai passé mon galop 7 avec elle, fait mes premières sorties en extérieur seule, appris à gérer mes séances seule, je suis passée de club 4 à club 1 (1m à 1m05 à l'époque) en saut d'obstacle, découvert le complet en club 2 et 1.






Puis, l'arthrose se déclare dans l'année de ses 16 ans. Pour continuer à travailler, il aurait fallut trop modifier son mode de vie pour que ce soit gérable. Il aurait fallut passer de cinq-six à trois séances par semaine (j'aurais jamais géré l'énergie à ce moment-là) et la repasser en box/paddock pour ferrer derrière (elle était au pré la journée en troupeau, fuguait très régulièrement des paddocks individuels et avait besoin de beaucoup marcher pour compenser une mauvaise circulation sanguine au niveau des membres).

Du coup, elle prend sa retraite en 2010, avec pour objectif de la faire pouliner.

Cobalt12

Membre d'honneur

Trust : 116  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1441
2 j'aime    
Journal de bord - Cobalt - Essai selles
Posté le 06/05/2019 à 22h50

Pour ne pas rester à pied, je monte des chevaux de club pendant l'été avant de prendre une DP pour un an (année scolaire 2010-2011), la jument d'une copine qui accueille Gazelle chez elle, au pré h24 en troupeau pour sa retraite (elle y est toujours).

Pendant ce temps, en avril 2011, Gazelle part aux Haras Nationaux pour l'insémination, par Véloce de Favi, stationné cette année-là dans le Haras où elle part, nickel. Coup de bol, le jour où je l'amène, elle est en chaleurs. Elle rentre pleine trois semaines plus tard

Pleine de 9 mois


Durant l'été 2011, je recommence à monter des chevaux de club, dont un certain Safran, selle français de 5 ans.

Cobalt12

Membre d'honneur

Trust : 116  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1441
3 j'aime    
Journal de bord - Cobalt - Essai selles
Posté le 06/05/2019 à 23h07

En mars 2012, Gazelle pouline, de Cobalt, anglo-arabe également.



Malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu. Gazelle n'accepte pas complètement son poulain (elle ne le laisse pas téter, le laisse seul dormir dans le foin pendant qu'elle mange sa ration alors qu'ils sont avec deux poneys au pré) et Cobalt s'affaiblit.
A cinq jours, on a failli perdre le poulain, déshydratation, hypothermie (il est descendu sous les 32°), septicémie. Au bout d'une journée de bataille, isolé de sa mère, il se tient enfin debout. On ramène Gazelle, qui l'attaque direct (mordu à la tête, et elle a voulu le taper), du coup elle repart au pré, on élèvera ensuite Cobalt au biberon.





Dès qu'il a été assez remis, il a pu retourner quelques heures au pré, seul avec des copains à côté au début, puis avec un poulain poney d'un an et un papy poney pour éduquer, mais toujours avec la nuit au box.



A 8 mois, on a pu intégrer les deux poulains au troupeau d'adultes, dont Gazelle et Safran.


Tout à gauche Cobalt, Safran est couvert et Gazelle tout à droite.

Cobalt12

Membre d'honneur

Trust : 116  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1441
3 j'aime    
Journal de bord - Cobalt - Essai selles
Posté le 06/05/2019 à 23h31

Pendant que Cobalt grandit au pré, Safran continue à me faire progresser. On fait de l'obstacle, en club 2-1 et prépa 1m, un peu de complet en club 2 et de dressage en club 1.

En deux ans, je passe en amateur en CSO sur 1m à 1m10 , les dressage en amateur 3GP et passe en amateur 3 pour les complets l'année suivante.



< br />

Puis arrive l'année des 3 ans pour Cobalt, et son débourrage en août. Comme je le préparais à pied depuis plusieurs mois (longe, avec filet, selle notamment), le moniteur est dessus dès la deuxième séance de travail. Je suis dessus dès la troisième séance montée et rapidement envoyée en extérieur seule (le moniteur le montait aux trois allures dehors en deux séances).

(oui c'est une crevette)



Au bout d'un mois, comme ça se passe bien, je le remet au pré et l'amène au club deux fois par semaine pour le monter, une fois en trotting et une fois en cours. C'est là que tout se gâte. En un mois à être sa seule cavalière, il prend le dessus et se pointe à la moindre occasion, je n'arrive plus à partir dehors, j'arrive à peine à marcher en carrière, je me fais peur. Du coup, il retourne en pension travail.

Le moniteur le recadre et m'encadre bien les rares fois où je le monte. Au bout de trois mois, ça va mieux. Il fait un parcours à 70 cm avec le mono lors d'un concours interne et part en vacances le jour-même, pour l'hiver.



L'année des trois ans m'a montré que j'avais besoin d'être bien encadrée et d'un pension travail pour le gérer, et que lui avait besoin de travailler très régulièrement (de courtes séances mais quasi tous les jours).
Comme sa mère, il a beaucoup de sang et de caractère. Très clairement, s'il est toujours là, c'est bien parce que c'est le poulain de Gazelle, sinon il serait parti à ce moment-là.

Cobalt12

Membre d'honneur

Trust : 116  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1441
4 j'aime    
Journal de bord - Cobalt - Essai selles
Posté le 06/05/2019 à 23h38

A trois ans, Cobalt déclare également une uvéite. Il fera quatre crises dans l'année. Une en mars et une en mai, non diagnostiquée, ce qui a entraîné une très légère perte de vision de l'oeil droit. Il en refait une fin juillet, soignée au début du débourrage. Suite au diagnostique de la véto (pas celle qu'il avait vu lors de la crise précédente), on est envoyé vers le spécialiste de l'Ecole Véto de Toulouse. Il soignera la crise de novembre et lui posera un implant en janvier l'année suivante.
Depuis, il n'a pas fait une seule crise, ses yeux sont enfin redevenus symétriques. Il sort systématiquement avec un masque anti-uv, que ce soit au paddock ou au travail, ce qu'il supporte très bien. Il ne l'a pas au box ni en concours (puisque interdit par le règlement), mais ça ne le gêne pas non plus.



Au retour de l'Ecole Véto

Lefjorddemalife

Apprenti
  

Trust : 254  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 437
0 j'aime    
Journal de bord - Cobalt - Essai selles
Posté le 07/05/2019 à 19h01

Hâte de lire la suite !

Audekr

Apprenti
  

Trust : 12  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 375
0 j'aime    
Journal de bord - Cobalt - Essai selles
Posté le 07/05/2019 à 20h08

Bonjour, tu as acheté Safran ?

Cobalt12

Membre d'honneur

Trust : 116  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1441
0 j'aime    
Journal de bord - Cobalt - Essai selles
Posté le 07/05/2019 à 21h33

audekr
Oui, j'ai oublié de le préciser, mais je l'ai acheté deux mois après la naissance de Cobalt

Cobalt12

Membre d'honneur

Trust : 116  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1441
1 j'aime    
Journal de bord - Cobalt - Essai selles
Posté le 07/05/2019 à 22h04

Cet hiver-là, Cobalt a passé cinq mois au pré, dont le dernier mois avec une à deux longes par semaine, histoire de le remettre un peu dans le bain.

Il revient donc au club en pension travail début avril, avec le moniteur qui me l'a débourré (spécialisé en jeunes chevaux, il était extra).
Je le monte donc une à deux fois par semaine, sous les consignes du moniteur. Le reste du temps, il le prépare pour sa première saison de concours, qui sera courte pour juste lui faire découvrir son boulot de cheval de sport. Il fera deux sorties d'entraînement dans un grand terrain de concours à proximité, où il sautera tout ce qu'on lui montre, "comme un vieux cheval", même le mur, m'a-t-on dit.

Les séances sont toujours compliquées, j'ai du mal à partir en extérieur, mais fin mai, j'arrive à l'emmener seule en balade au pas la veille et le lendemain de son premier week-end de concours (où il passera la nuit en box sur place), en cycle libre 1.
Le premier tour, le seul que je n'ai pas vu, a été assez sportif. Cobalt est très hésitant, se demandant probablement ce qui lui arrive, ce qu'on lui veut sur ce terrain inconnu. Sur le frein, il zig-zague beaucoup. Le mono évite tous les refus, mais quatre barres tombent. Le lendemain, il rectifie et nous fait un joli sans-faute.


Un mois plus tard, il fait son deuxième concours, là où il avait fait ses entraînements. Comme le terrain est proche, je fais les aller-retour avec le van, où il montre qu'il peut attendre sagement dedans que je revienne.
Le premier jour, en cycle libre 1 toujours, il fait deux barres, mais un sans-faute le second jour.


Un mois et demi plus tard, retour sur le terrain connu pour deux tours en formation 1, avec nuit sur place vu les horaires de passage. Il fait un sans-faute le premier jour, mais deux barres le lendemain.


Comme il arrache ses bandes de repos dans la nuit, je lui met des collants par dessus, pour éviter de devoir retourner tout le box pour retrouver une bande rouge vif neuve, mais déchirée par le sale gosse.



En parallèle à ses concours, je continue à le monter régulièrement, pour reprendre confiance et trouver les boutons. Il a un physique pas très facile (avec un port de tête très haut), très léger et beaucoup d'énergie.
Le mono me le fait monter en gogue commandé, pour gérer plus facilement son port de tête. Lui, le monte de temps en temps en rênes allemandes pour lui apprendre à avoir un meilleur "port de tête", et non la tête dans les nuages avec le dos creux. Généralement on lui met une martingale.

Quand les moucherons l'agacent...




Pour le moniteur va partir du club peu après la rentrée scolaire, je me prépare pour pouvoir prendre le relais en concours. Pour cela, je participe au challenge interne, sur la 70 cm.
Il part plein gaz


mais se cale une fois sur le tour


Suite au départ du moniteur, on continue les cours avec le coach (propriétaire du club). En octobre, on profite du concours complet organisé à domicile pour aller travailler à la carrière de dressage en herbe, loin du club (dix bonnes minutes au pas à cheval). Depuis peu, il commence à comprendre que baisser la tête est possible, voir agréable.


Avant de prendre ses vacances hivernales, Cobalt refait un parcours à 70 cm sur l'étape suivante du challenge interne.


Début novembre, il part au pré, où il retrouve sa mère, Gazelle.

Cobalt12

Membre d'honneur

Trust : 116  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1441
2 j'aime    
Journal de bord - Cobalt - Essai selles
Posté le 07/05/2019 à 23h05

Cet hiver-là, Cobalt aura passé quatre mois au pré, dont le dernier mois en remise en route en longe. Comme il va reprendre le boulot début février et que c'est un ours polaire, je commence à l'habituer au couvre-rein, pour confirmer la tonte. Je lui met celui de Safran, qui lui est donc bien trop grand, et même s'il tourne et fait du bruit, il s'en fout complet.

Le jour de son retour au club, il passe à la tonte complète (sans bouger une oreille, le coach ne me croyait pas quand je lui disais ne pas avoir shooté) et je lui fais la crinière dans la foulée. Il aura été très patient.


La monitrice arrivée au club à l'automne le monte pour la remise en route pendant trois jours, puis le prend une fois par semaine pour l'emmener principalement en extérieur (il me faudra quelques semaines pour réussir à y retourner). Je me le garde le reste du temps, soit quatre séances par semaine.

Comme les entraînements au club se passent bien, on se prépare à engager nos premiers concours, en jeunes chevaux.


Mi-mars, nous voilà engagés en Formation 1. Comme je le fais encore à la maison, je le longe avant de le monter au paddock. Et là, je me demande si j'ai vraiment envie de monter sur mon dragon fumant. Dans le rond de longe, il enchaîne les cabrés (son grand kif), les coups de cul, sauts de mouton, demi-tour et les galop à fond. Une fois dessus, il est plus sage, ouf. On fera un refus sur le 1, mais avec un bon comportement en piste. Par contre, impossible de retourner au parking à cheval s'il n'en suit pas un autre, il enchaîne les demi-tour, voir debout demi-tour (comme il me le fait par période à certains endroits au club).


Fin avril, retour sur le même terrain, en Formation 1, mais pour les deux jours.
Premier paddock, malgré la longe, il est survolté. Je gère tant bien que mal les cabrés, coups de cul, sauts de mouton, écarts, demi-tour au paddock, tout en m'excusant auprès des cavaliers quand je passe trop près de leurs chevaux (heureusement que ce ne sont que des pros à cheval).
En piste, Cobalt ne pense qu'à avancer, très énergique. Le parcours sera très facile à monter, il avance tout seul, je n'ai qu'à diriger et rééquilibrer. Il me fait un beau sans-faute.

Le lendemain, Cobalt est tout fatigué, il tient à peine le galop au paddock (quatre ou cinq foulées, pas plus). En piste, je le porte, j'ai l'impression d'escalader chaque obstacle, mais on sort à nouveau sans-faute.

Mi-mai, on est encore en Formation 1, sur le même terrain archi connu. En piste, toujours pas une barre, mais à nouveau un refus sur le 1 (après une chute au paddock pour l'avoir laissé se ratatiner au trot pour aller sauter une mini croix, j'ai bien failli tomber sur le 1 aussi). Une fois enclenché, tout passe bien.


Pendant ce temps, la grande carrière du club est en travaux, pour être complètement refaite. Du coup, on fait tous les cours sur un terrain en herbe à une dizaine de minutes à cheval. Ce trajet m'est régulièrement compliqué, parce qu'on y va en groupe et au pas. Je me retrouve une fois ou deux avec un cheval debout bien haut (ce jour-là, une fois arrivés, je le refile à l'élève-mono pour me le remettre aux ordres) ou qui bondit dans tous les sens. Heureusement, il y bosse pas mal et le retour (en descente uniquement) est plus sage.

Fin mai, on change de terrain, à deux bonnes heures de route, pour faire cycle libre 1. On fait l'aller-retour sur la journée, notre épreuve étant le midi. Le tour n'est pas très académique dans le style, mais on sort sans-faute.


A ce paddock, Cobalt commence à essayer de mordre certains chevaux qu'on croise (ce jour-là la jument que monte un mono que je connais). A la maison, ça lui arrive déjà par période, on peut croiser quinze fois le même cheval en carrière, à la seizième il va essayer de le mordre, mais pas à la séance suivante. Il le fait avec un peu tous les chevaux (bon, sa mère attaquait déjà comme ça tous les alezans, mais uniquement cette robe, et c'était constant), mais pas à chaque fois.
Il le fera sur quelques paddocks en concours, et ira jusqu'à jeter les épaules à gauche pour essayer de mordre un cheval alors qu'on galopait à main droite pour aller sauter l'oxer de détente. J'hésite à lui mettre un noeud rouge au toupet

Mi-juin, on fait un week-end double sans-faute en cycle libre 1.
Du coup, début juillet on se lance en cycle libre 2, avec pour objectif de faire le CIR en cycle libre 2. On y fait une et deux barres.


Début de l'été, on récupère la carrière avec un super sol. A la première séance d'obstacle, sur une ligne de mécanisation, Cobalt en teste le rebond en partant quais à chaque fois en sauts de mouton à la sortie

Afin de préparer le CIR, on s'engage dans un GP 1m au concours à domicile. On finit avec un refus en milieu de tour, trois barres et un peu de temps.
Photo sur l'obstacle refusé


Une fois arrivés au CIR, loin de la maison, le paddock est compliqué, je m'y prend plusieurs refus. En piste le premier jour, Cobalt refuse deux fois le 1 (notre bête noire). Ensuite, j'arrive à tout passer, mais en ayant l'impression à chaque obstacle que ça n'allait pas passer (on passe notamment la combinaison au trot), mais on finit avec une ou deux barres et du temps.
Le lendemain, le coach me fait mettre les éperons (je n'en ai jamais mis avec lui, mais le mono qui l'a débourré en avait déjà mit) et me donne comme consigne de "partir à la guerre". Paddock toujours un peu compliqué avec quelques refus. Une fois en piste, je lui montre le 1, prend le galop et met un coup de cravache derrière la jambe. Je me bat sur tout le tour, mais ça paye, on finit sans-faute

Bon, par contre une flaque à la porte de sortie me complique la tâche, j'ai bien cru devoir descendre pour sortir sans perturber le concurrent suivant avec tous ses debout demi-tour, mais on y arrive.

Début août, on fera un dernier concours, en prépa 1m, où on fera une barre (en ayant mis les éperons et montré le 1).

On continue le travail à la maison, où on progresse pas mal sur le plat, j'arrive mieux à gérer sa tête.



Il part en vacances début septembre, dès la fin de sa saison de concours.

Cobalt12

Membre d'honneur

Trust : 116  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1441
2 j'aime    
Journal de bord - Cobalt - Essai selles
Posté le 08/05/2019 à 22h50

Suite à ces vacances, Cobalt reprend le boulot mi-novembre, après deux mois et demi. Il restera un moment à sa pension pré (différente du club, il y a un quart d'heure de route)., où on a une carrière de 35*60, mais aucun accès aux balades.

Je l'amène une première fois au club pour que la mono le remonte, et comme tout se passe bien, le lendemain, je prend un cours particulier avec elle. Le troisième jour, je le monte pour la première fois à la carrière de sa pension pré (il n'y avait bossé qu'en longe jusque là, mais il est né à cette pension, donc il connait).
Jusque fin mars, il restera au pré h24 en troupeau (comme pendant ses vacances), mais en allant au club deux fois par semaine (pour un cours et un trotting) et en bossant en carrière à la pension trois fois par semaine.

Il sera tondu pour le boulot, mais en gardant les membres poilus, comme il reste au pré.


Certaines séances sont compliquées, mais la plupart se passent bien.
Je me souviens d'une où j'avais l'impression de monter une anguille bourrée très susceptible, il ne voulait bien que changer le bout du nez de côté, tout le reste, c'était "non" direct. Le lendemain, en cours, il a été nickel, au moins je n'avais pas passé trois quarts d'heure à galérer pour rien la veille.
Y a une autre séance, en cours au club, où on a mal commencé, au manège. Y avait du monde partout, le coach qui arrosait en même temps, du coup j'étais stressée et contractée. Il en a profité à fond pour se ratatiner et bondir de temps en temps. On a fini la séance en carrière, où j'ai réussi à le remettre en avant. Par contre, j'ai payé ce moment où je n'ai pas osé lui rentrer dedans dans le manège. Pendant deux semaines, il a passé chaque début de séance à partir en vrille dans tous les sens. Du coup, je galopais jusqu'à ce qu'il se calme, et là je pouvais le travailler normalement.

Comme il est blindé de gale de boue, les quatre membres avec la peau bien rouge, très irritées (même le membre noir n'y échappe pas), il retourne en box/paddock au club. Ca facilitera le travail également (Safran étant en pension au club, c'est plus facile d'avoir les deux au même endroit).
Une fois au sec, je le tonds en entier. J'ai du mal pour faire les membres à cause de la peau irritée, je dois lui tartiner de crème des paturons aux genoux et jarrets trois jours, mais quelques jours de crème supplémentaires sur les zones irritées et sa gale de boue est finie, en une semaine seulement (je m'attendais à bien plus long, vu que je traitais déjà depuis plusieurs semaines).
On voit sa crinière complètement abîmée, épilée, au milieu de l'encolure, à cause du couvre-cou


Fin avril, on retourne en concours sur notre terrain habituel, en prépa 1m. Cobalt me fait un refus sur le 1 et une barre, avec un peu de temps.
Début mai, on recommence, prépa 1m, même terrain, et il me semble aussi un refus sur le 1. Par contre, au paddock, il commence à vouloir taper si on le dépasse au galop par la droite (il a quand même donné trois coups de cul d'affilé )
Va falloir y remédier à cette bête noire.
Du coup, sur notre GP105 quelques jours plus tard, je montre bien le 1 et met bien en avant avec un coup de cravache derrière la jambe. Le tour se passe nickel sur la première moitié. Puis, on a un vertical sur un doubler dans la largeur, j'y perd un peu de galop, du coup on arrive avec un manque de galop dans le double sur la piste. Vertical, une foulée, oxer. La foulée est longue, du coup je lui demande de faire l'effort. Aucun problème, sauf qu'il saute tellement fort que je décolle complètement, et retombe de travers dans la selle. Cobalt continue gentiment au galop, mais le virage m'est fatal, et c'est la chute.

On recommence deux semaines plus tard, prépa 1m où on est sans-faute, et GP105 où on fait trois barres.

En juin, Cobalt me fait une grosse colique. Après une journée où je l'aurais emmené deux fois en balade au pas, actif avec un crottin à chaque fois, il finit par passer la nuit chez la véto. Dans la nuit, elle le fouille et trouve un gros bouchon. Je l'emmène en clinique le lendemain, où l'opération est évoquée (même s'il n'y a pas de déplacement) et où il est placé en soins intensifs. Le bouchon sera évacué après plus 24h en clinique, et donc après 48h de soins, et de très nombreux litres de perf.

Il rentre de clinique le samedi midi. Le lundi, Safran me fait une crise allergique, la véto vient et me dit qu'entre les deux, c'est Cobalt qui sera le plus apte à faire la prépa 1m que j'avais engagée le jeudi (je ne pouvais plus désengager et être remboursée). Cobalt y fait un joli sans-faute, une semaine à peine après son gros bouchon (avec accord de la véto). On enchaîne avec une prépa 105 sur un terrain inconnu avec une petite piste.



A cette période, comme je galère toujours à avoir un cheval tendu, avec du contact, j'essaie de le monter avec une deuxième paire de rênes, fixées sur la muserolle. En trotting, la différence est flagrante, il se tend direct dessus, et rapidement je peux garder les rênes du mors en guirlande.
J'essaie peu à peu en carrière, puis à l'obstacle (même si le coach est dubitatif). Cobalt met beaucoup de contact sur cette paire de rênes, voir tire un peu par moments. Par contre, je n'ai aucun frein avec, et s'il part à fond suite à une frayeur, je ne dois agir que sur une rêne de mors pour pouvoir l'arrêter. Par la suite, je lui fais fabriquer une muserolle de side-pull spéciale, plus solide que ma muserolle française avec une paire de lacets pour fixer les rênes.

On essaie comme ça en concours, sur un nouveau terrain, en prépa 1m et prépa 105. Le premier jour, comme le coach est absent, il demande à un autre mono de me coacher. On fera un joli sans-faute. Pour la 105, j'arrive au paddock en me rendant compte que j'avais oublié de le longer (j'avais arrêté de longer au quotidien en le remettant au club, amis je continuais pour les concours), pas grave, au pire il sera gaz. Et effectivement, il a pas mal bougé au paddock. En piste, il est bien, on fait deux barres sur une ligne qui ne me plaisait pas (je m'y plante aussi avec Safran, passé avant lui), mais il fait de très bons sauts sur certains obstacles, avec une bonne marge.

Cobalt12

Membre d'honneur

Trust : 116  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1441
1 j'aime    
Journal de bord - Cobalt - Essai selles
Posté le 08/05/2019 à 23h12

Une semaine après (soit mi-juillet), c'est le concours organisé à domicile. Du coup, Cobalt est engagé les trois jours en prépa 1m, GP105 et GP 105. Safran est sensé faire GP115, GP110 et GP105 (suite à quelques soucis de santé, il n'a fait que très peu de tours cette année-là).

Le premier jour, Cobalt est sans-faute que la prépa 1m, nickel, un vrai régal.


Le second jour, en GP 105, Cobalt me dérobe le dernier. Il me décapsule fort sur l'avant-dernier, en ligne courbe, et quand je me remet à ma place, c'est trop tard pour l'en empêcher. On y retourne nickel.

Le troisième jour, j'ai du mal à y être mentalement. Safran (que j'ai acheté opéré du cornage) respirait très mal le premier jour. On a fait forfait le second jour, il faisait bien trop chaud pour lui. Pour la 105, je le fait décaler en tout début d'épreuve, avec pour consigne de ne pas partir s'il respire trop mal (on a rdv à la clinique le lendemain, avec un spécialiste du cornage). On fait le tour, mais quand je prend Cobalt juste après (en ayant confié Safran a une copine pour le marcher longtemps dans les bois pour qu'il souffle un peu), je reste inquiète pour Safran.
Est-ce que ça a joué, ou est-ce qu'il y a une autre raison, je l'ignore, mais Cobalt me dépose brutalement sur le premier double, en 4. On arrive bien, droit, au milieu, mais il pile au dernier moment et avec un bon coup d'épaule à droite, il me fait voler dedans.

Le lendemain, j'apprend que la prothèse de Safran a lâché et qu'il faut l'opérer pour en remettre une (sans prothèse, c'est comme s'il respirait dans un tuba), il reste donc sur place.

Je remonte Cobalt dans la semaine, et quand on ressaute, il refuse sur des croix toutes simples. On n'avait pas ressauté depuis ma chute, et j'appréhendais un peu.
A partir de là, on entre dans une longue période de grosses galères à l'obstacle, où Cobalt refuse beaucoup, où je dois le mettre très fort en avant pour franchir les barres, et où je commence à me faire peur.

On retourne en concours début septembre (soit après un gros mois et demi après ma chute) en GP 105 sur le terrain connu. Le paddock est compliqué, il y a trop de monde, du coup j'arrive pas à avancer ni à sauter droit, mais Cobalt saute tout. En piste, il refuse le 1 deux fois puis le 2. C'est l'élimination.

A la maison, on recommence dès le lendemain, toujours des séances très compliqué sur les barres.

Nouveau concours fin septembre sur un terrain inconnu, en GP 1m. Le paddock se passe bien, malgré une traversée ou deux en sauts de mouton, mais il ne s'arrête pas. En piste, il dérobe le 2, puis s'arrête sur le 4 (à force de ratatiner et rajouter plein de foulées, ça passe plus sur un oxer) et s'arrête sur l'entrée du double en 5, je n'y crois plus. C'est la troisième élimination d'affilé.

Du coup, je le remet en pension travail, pour qu'il saute avec l'élève-mono. Tout passe bien avec lui. Il fait un premier concours avec une barre en prépa 1m et une barre sur les deux manches du GP 1m, mais aucune tentative de refus.
Pendant ce temps, je le monte peu, et ne saute plus du tout avec lui.

Mi-octobre, il est sans-faute en GP 1m avec l'élève-mono. Le lendemain, c'est le challenge interne. Je fais la 85 cm, où on fait un strike par manque de galop, mais on passe tout. Du coup, je tente la 1m. On fait deux sauts au paddock et on y va (même tour). Cobalt s'arrête sur le 1, puis en milieu de tour et me dépose sur le dernier, que je repasse en ayant demandé à le baisser un peu (on fait un bon saut). Sur ce deuxième tour, j'ai la trouille, je ne veux plus y aller, et reste très en arrière du début à la fin, je n'accompagne aucun saut, même si je le sens y aller, par peur qu'il s'arrête encore.

Après trois mois a essayer de vaincre cette trouille, je n'y arrive toujours pas. Du coup, trois jours après, il part en vacances à durée indéterminée au pré, je ne prend plus plaisir à le monter (ou un peu sur le plat), je n'ai plus envie de sauter avec lui.

Cobalt12

Membre d'honneur

Trust : 116  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1441
2 j'aime    
Journal de bord - Cobalt - Essai selles
Posté le 08/05/2019 à 23h20

Pendant cette pause avec Cobalt, je remet Safran au boulot. Il travaille sur le plat, fait des trottings et recommence à sauter. Comme je le sais inarrêtable, j'y vais en toute confiance, et en trois séances on saute 135 en sortie de ligne de mécanisation.
Mi-décembre, on refait un challenge interne sur la 1m, pas mal.

Quelques jours plus tard, on retourne en clinique et découvre qu'il a fait un abcès avec staphylocoque doré sur la prothèse et qu'il faut tout enlever.
Pendant son hospitalisation, je pars en vacances chez mon frère, jeune papa, pour une semaine. Ce séjour en Suède fait beaucoup de bien au moral. Oublier un peu les chevaux (Gazelle qui vieilli, Safran qui a du mal avec son cornage, et Cobalt qui ne veut plus sauter avec moi, ni moi avec lui).

En rentrant, je récupère Safran, qui se remet de cette nouvelle intervention. Il a droit à quelques balades au pas.
Je vais voir Cobalt et Gazelle au pré, distribue bonbons, pommes et carottes et repars, je ne sors personne du pré.

Puis l'envie de remonter Cobalt, et éventuellement repasser quelques barres me titille. C'est décidé avec le coach, il reviendra au club début février, pour un mois de pension travail.


Lilice34000

Apprenti
  

Trust : 68  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 397
0 j'aime    
Journal de bord - Cobalt - Essai selles
Posté le 09/05/2019 à 00h34

J'adore te lire, c'est très fluide et on comprend la dure réalité de travailler des chevaux. En somme, rien n'est jamais acquis avec eux !
Le seul hic, c'est que je n'arrive pas à voir les photos de tes deux derniers posts (peut être que c'est sur le téléphone mais soit, c'est pas grave). Hâte de lire la suite ! :)

Agathe90

Membre VIP
   

Trust : 18  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 5050
0 j'aime    
Journal de bord - Cobalt - Essai selles
Posté le 09/05/2019 à 08h55

cobalt12 c'est très bien écrit, ça fait relativiser, on voit que tlm passe par des hauts et des bas. Hâte de connaître la suite et bravo pour ta persévérance, on sent la passion ;)et chapeau pour l'entretien de 3 chevaux, c'est un sacré budget quand en + s'y mêle les pensions travail, les concours et les bobos. Je ne sais que trop bien cela et pourtant je n'ai qu'un seul cheval à financer aha bon courage pour la suite !
Page(s) : 1 2 3 4
Journal de bord - Cobalt - Essai selles
 Répondre au sujet