Quand la seule solution semble l'euthanasie...

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2 3 4 5 6
Auteur
6181 vues - 76 réponses - 1 j'aime - 32 abonnés

Pshiit

Initié
 

Trust : 90  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 183
Quand la seule solution semble l'euthanasie...
Posté le 04/08/2019 à 11h12

Bonjour à tous,

Comme le mentionne si joyeusement mon titre, je suis face à une situation plus que difficile..

Cela fait 4 ans que ma jument se bat contre l'emphysème, voir lien du post ci dessous :


https://www.chevalannonce.com/forums-10345867-fourbure-declaree-apres-traitement-emphyseme

Des années de traitement et crises plus tard, elle est passée en stade palliatif. Mais depuis 4 mois c'est la dégringolade !
Ma jument est en détresse respiratoire grave avec le passage d'air obstrué. Mes vétérinaires sont venus plusieurs fois et ne savent plus quoi me dire.
Nous avons même retenté un petit traitement de corticoïdes mais celui ci a déclenché une fourbure...

Dès que je leur demande quand arrêter l'acharnement, ces derniers m'ont dit qu'elle était encore en trop bel état pour abréger. Certes, elle a une belle corpulence, continue de manger et est debout. Mais pour moi elle souffre ! Depuis un mois son regard s'est éteint, ma jument qui interagissait beaucoup avec moi, ne réagit plus. Elle a la tête baissé et le regard dans le vide.. De plus, elle respire très mal, je l'entends siffler à 5 mètres et ne peut plus traverser son pré sans des quintes de toux énormes !!

J'ai de nouveau fait le point avec mes vétos avant hier car je suis désemparée face à cette situation. Voici donc leur verdict, je dois doubler les doses d'inhalation sur les 15 jours qui viennent. Si malheureusement cela ne fonctionne pas, c'est qu'il n'y a plus rien à faire.

2 options s'offrent à moi, pour les vétos, pour la laisser partir :

La 1ère : rester x temps sous ce traitement et la laisser se dégrader. Abréger ma jument une fois qu'elle aura perdu de l'état, c'est à dire ne mangera plus et sera affaibli. Donc risque d'étouffement et arrêt cardiaque à tout moment.

La seconde : la faire partir d'ici un petit mois vu que l'on sait pertinemment qu'elle ne remontera pas la pente. Cela permettrait qu'elle parte avec moins de souffrance dans un état un plus digne.

Je penche pour la seconde option, je préfère qu'elle n'arrive pas à un stade de souffrance ultime pour devoir l'euthanasier ! Parce que la première option veut dire jument affamée et limite morte..

Mais une partie de moi culpabilise de baisser les bras maintenant, j'ai toujours l'espoir qu'elle aille mieux même si c'est les chances sont quasi nulles.

Puis quinze mille questions que je n'aurais jamais pensé viennent, comment se passe une euthanasie ? Comment procéder ? Où la mettre ? Comment contacter l'équarisseur ? Quel coût ?

Bref, ce post est là pour vider mon sac et avoir vos avis, expériences et témoignages.

Expar

Membre ELITE Argent

Trust : 178  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 7783
1 j'aime    
Quand la seule solution semble l'euthanasie...
Posté le 06/08/2019 à 11h32

pshiit

Ne culpabilise pas de penser à abréger les souffrances de ta jument que tu vois décliner.
Je trouve au contraire, que c'est une belle preuve d'amour de ne pas "garder" le cheval en vie à tout prix...juste pour l'avoir sous les yeux encore quelques jours/semaines de plus.

C'est déjà super d'avoir des vétos qui envisagent de le faire et vous en parle déjà, même si ce n'est pas pour tout de suite, là, maintenant. Ca permet de "faire son chemin".
J'ai connu bien des copines que les vétos ont laissé "végéter" au lieu de leur dire clairement les choses.

Pour l'équarrissage, si tu as quelqu'un qui peut prendre le relais à ce moment-là, c'est mieux et conseillé.

Il y a 2 mois, j'ai proposé à une amie d'être là, pour l'enlèvement de sa vieille jument. Elle a fait euthanasier sa jument, il y a 1 mois, car elle n'avait plus la force de se relever. La jument s'était couchée à côté du chemin carrossable, donc il n'y avait eu qu'à enlever les fils à cet endroit-là pour l'enlèvement.

J'étais là, pour l'équarrissage, avec un gars assez sympa, mais bon, qui faisait son boulot. Ca allait que ce n'était pas mon cheval et, surtout, que je savais un peu en théorie que ça ne serait pas top à voir, ce qui s'est confirmé dans la pratique (je me suis éloignée un peu quand même, pas besoin de voir les choses en détail). Et l'enlèvement s'est fait le lendemain de l'euthanasie (mon amie avait pleuré au téléphone le jour même, du coup, une fille de l'IFCE lui avait tout organisé en direct), donc un corps "correct" dirais-je.

Izarra129

Expert
   

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 510
0 j'aime    
Quand la seule solution semble l'euthanasie...
Posté le 06/08/2019 à 11h55

pshiit
Un cheval qui mange, boit, veut suivre ses copains, fait sa vie en somme malgré une pathologie chronique lourde, est un cheval qui a envie de vivre.
Pourquoi voulez vous qu'elle traverse le terrain sans faire de pause? Elle le fait à son rythme ... Mon vieux cheval de 35 ans pour parcourir 80 m en légère pente fait aussib4 ou 5 pauses...Pourquoi demander aux vieux animaux qui plus est avec une pathologie lourde d'être aussi en forme que les jeunes...Une vieille personne qui monte des escaliers ou seulement fait une marche va souvent s'arrêter pour reprendre son souffle...Et ce n'est pas pour autant qu'elle est au bout de sa vie...
Un cheval qui n'en veut plus comme tout autre animal, saura le dire et pour moi tant que le cheval mange et n'est pas indifférent à ses copains et à son environnement, il n'est pas prêt à partir... Acceptons leur vieillesse, leur nouveau rythme de vie, leur humeur, leur fatigue...
Combien de temoignages sur ce forum de personnes avec un cheval à bout de force pour lequel seule la mort semblait être l'issue et qui se sont rétablis.
Certes, votre jument ne va pas guèrir de son emphysème, mais peut être remontée un peu la pente avec le retour de temperatures plus fraîches.
Même si ses crises sont plus impressionnantes, elle mange signe qu'elle continue à vouloir vivre...

Édité par izarra129 le 06-08-2019 à 12h01



Izarra129

Expert
   

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 510
0 j'aime    
Quand la seule solution semble l'euthanasie...
Posté le 06/08/2019 à 12h09

Et comme je vous l'ai conseillé, mettez la quelques jours sous oxytétracycline, car il se peut qu'une infection bactérienne pulmonaire aggrave d'emphysème. Avez vous pensé à vérifier sa température?

Annerobert

Membre ELITE Argent
 

Trust : 191  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 8495
16 j'aime    
Quand la seule solution semble l'euthanasie...
Posté le 06/08/2019 à 12h24

izarra129 Je pense que c'est dur à distance sur le seul critère de la nourriture de savoir si la jument a encore envie de se battre ou pas. L'arrêt de la nourriture trahi une souffrance profonde, le but étant de ne justement pas en arriver là. Ne rendons pas la situation encore plus difficile en culpabilisant quelqu'un qui veut faire au mieux.
pshiit est sur place, la connait, l'entourage aussi (maréchal, coach, etc..), et eux sont sans doute plus "froid" dans leur appréciation (moins impactés émotionnellement que pshiit).

Pshiit

Initié
 

Trust : 90  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 183
11 j'aime    
Quand la seule solution semble l'euthanasie...
Posté le 06/08/2019 à 13h34

izarra129

Sincèrement, je trouve vos propos assez blessants. Le sujet ici n'est pas de savoir si oui ou non je dois faire euthanasier ma jument. Seule cette décision m'appartient et aux personnes qui côtoient et connaissent bien la jument. Certes en m'exposant sur un forum, je m'expose à des avis divergents, je l'accepte mais là je vous trouve clairement dans le jugement.

Vous avez l'air de confondre vieillesse et faiblesse/souffrance...
Ici, je ne parle pas d'une jument qui ralentit son rythme à cause de la vieillesse et que je ne souhaite pas avoir à m'adapter !
Je n'ai clairement jamais dit que je voulais qu'elle traverse son pré comme un cabri. Juste je mets en avant des purs signes de faiblesses du fait que son corps ne suit plus du tout.
Sachez que cela fait 5 ans que je me bats et qu'elle aussi se bat contre cette pathologie. Nous avons écumé des centaines de crises, des dizaines de fourbures et bien sûr toute la perte d'état liées à ces deux pathologies. Plus d'un an que ma jument est passée au stade palliatif et que l'on se bat pour qu'elle soit dans le meilleur confort possible et qu'elle puisse faire sa vie de cheval. Mais pendant cette période, ma jument avait toujours ce petit truc pétillant dans le regard et sa façon d'être. Elle passait par dessus la maladie même dans des états extrêmes : jument couchée, ne pouvant plus marcher par la fourbure. Mais toujours ce côté "joyeux" et "avenant".
Actuellement, il n'y a plus cette réaction, aussi bien avec moi qu'avec les copains. La tête et le regard sont toujours figés vers le bas même lorsque ses copains viennent la voir.
Puis pour moi, un cheval qui ne peut pas marcher 10 mètres sans cracher ses poumons et donc se déplacer normalement, c'est une sorte de souffrance et un obstacle à sa vie de cheval.

Certes, elle n'est pas totalement indifférente à son environnement et encore heureux, sinon cela serait déjà la fin. Mais ma jument tueuse avec les autres, galopant à tout va et hennissant pour un rien relève à peine la tête lorsqu'un autre cheval vient la voir ou la charge. Je trouve que le degré de réaction s'est largement amoindrie.

La nourriture semble aussi l'un de vos critères, d'accord elle mange, mais je tiens à préciser que depuis un certain temps elle ne veut plus de granulés et boude les friandises. Actuellement, elle est dans 35Ha de pâtures pour 14 chevaux donc oui l'herbe est assez grasse ce qui permet de la maintenir. Elle fond un peu en poids mais le plein d'herbe aide à la garder stable. Je la retire de l'herbe, j'ai un état rachitique en l'espace de quinze jours.
Comme mentionné, oui les vétos m'ont amené cette option de la faire partir lorsqu'elle ne s'alimentera plus du tout ! Mais quelle souffrance vous ne trouvez pas ? Je vois mal ma jument perdre 100-150 kilos d'un coup avec son état de faiblesse actuel. Qu'elle meurt littéralement de faim, de déshydratation voir d'un arrêt ou d'étouffement.
Personnellement, je n'ai pas envie de l'emmener à ce stade d'usure extrême.

Je trouve ça juste dommage de devoir me justifier ainsi sur les traitement et soins prodigués parce que vous croyez que je baisse les bras uniquement par fatigue personnelle. Sachez qu'il y'a encore deux mois, l'option euthanasie n'était même pas sur le tapis, même pour les vétérinaires. Mais lorsque l'ensemble de l'entourage avec une objectivité bien différente l'envisage, c'est que quelque chose se dégrade.

Si je suis amenée à le faire c'est que j'aurais tout tenté....

Gry

Expert
   

Trust : 75  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 610
6 j'aime    
Quand la seule solution semble l'euthanasie...
Posté le 06/08/2019 à 20h53

Ne pas attendre de la trouver par terre,c'est aussi l'aimer...

Baia

Initié
 

Trust : 4  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 163
6 j'aime    
Quand la seule solution semble l'euthanasie...
Posté le 06/08/2019 à 21h48

Tu n'as pas à te justifier et personne n'a le droit de te juger. Je trouve honorable de ta part de te poser ces questions "techniques" si elle peuvent t'aider à passer cette épreuve plus sereinement. Si tu as tout bien planifié, si tu te dis que tu as fait le bon choix, alors elle partira dans de bonne conditions.

Je suis ostéopathe animalier et j'accompagne régulièrement de vieux patients en fin de vie. Si la chose est "plutôt" aisée avec l'animal, c'est infiniment plus compliqué avec le propriétaire.
J'entends régulièrement "mais il va mieux surtout quand vous venez, il est en forme....."
Certes mes massages et soins apportent un certain bien-être temporaire un léger recul de la douleur, mais c'est tellement provisoire.
Sous les mains je sens un corps sans douleur certes mais qui se refroidit, perd en énergie de séance en séance.
Le traduire et le transmettre au proprio est terriblement compliqué, car "il n'y a pas pire sourd que celui qui ne veut entendre" et c'est triste pour l'animal qui je pense, à besoin de s'entendre signifier qu'il peut partir, lâcher prise.
Que j'aimerais travailler avec des gens comme toi qui peuvent voir autre chose que des constantes, des quantités de nourriture ingérées et autres.
Il le semble que nul ne sait ce qui le mieux pour son animal que son "humain" ils se disent des choses qu'un soignant ne peut entendre.

Et je ne suis pas particulièrement pro euthanasie. Il y a 10 mois suite à un gros coup de grisou de mon trentenaire de cheval j'ai fait une CA, ou on me disait clairement que le cheval était au bout du rouleau que son cœur n'en pouvait plus et qu'il fallait lui donner l'autorisation de partir.... Mais oui ! seulement c'est pas du tout un truc que j'ai ressenti, et je n'en ai rien fait.
10 mois plus tard il caracole un jour dans son paddock et le lendemain est paf, mais à aucun moment je ne le sens lâcher la rampe, donc je le traite.

Fait ce qui est le mieux pour vous, et profite d'elle de toute tes forces avant de le faire.

Pshiit

Initié
 

Trust : 90  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 183
3 j'aime    
Quand la seule solution semble l'euthanasie...
Posté le 07/08/2019 à 11h19

Bonjour à vous,

Merci pour vos réponses.

Oui, je ne souhaite pas du tout garder ma jument jusqu'au bout dans un état de faiblesse et de souffrance ultime. Je souhaiterais la faire partir un peu avant, histoire qu'elle n'est pas à endurer l'écroulement dû à une perte d'état général.

Bien sûr, je ferais en sorte de la garder le plus longtemps à mes côtés, avec peu de souffrance. Mais si cette souffrance dure trop longtemps ou augmente, je ferais en sorte de la laisser partir dignement. Je préfère me dire que pour ces derniers instants elle a pu profiter un peu de sa vie de cheval paisible que de devoir euthanasier en urgence parce qu'elle étouffe, souffre extrêmement fort ou n'a plus la force de se lever ou de manger.


Moi non plus je n'étais pas spécialement pour l'euthanasier ou envisager cette possibilité aussi vite ! Mais son état s'est dégradé tellement rapidement et ses poumons sont atteints de manière irréversibles que l'espoir qu'elle reparte comme avant (je parle de son état au printemps) me paraît bien mince.

De toute façon, je vais refaire un bilan vétérinaire, discuter avec eux de tout cela et surtout attendre la fin des épisodes de chaleurs sèches voir si les températures plus clémentes favorisent son état.
Si leur bilan n'est pas favorable, que ma jument se détériore ou reste dans cet état de grande détresse respiratoire malgré un temps plus favorable, je déciderai de la faire partir.

On m'a conseillé la communication animale mais je ne crois pas spécialement en cela. J'ai dû mal à croire qu'une personne à distance peut parler à mon cheval. Je suis peut-être trop terre à terre...

En tout cas, les gérants de ma pension sont prévenus que malheureusement cette échéance peut arriver dans un futur plus ou moins proche.
Ils ont déjà réglé la question du lieu pour la mettre et connaissent les équarrisseurs de ma région. Je n'aurais plus qu'à m'occuper de la partie vétérinaire et accompagnement. Ils se chargeront eux-mêmes du retrait de sa dépouille avec l’équarrissage.
C'est peut-être horrible, mais le fait que nous soyons "prêts" me rassure et me permet d'appréhender ce terrible moment de manière plus sereine. Je préfère penser à cela en amont quand mon état moral me le permet qu'au moment venu où je serai totalement effondrée pour penser à quoi que ce soit.

Baia

Initié
 

Trust : 4  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 163
1 j'aime    
Quand la seule solution semble l'euthanasie...
Posté le 07/08/2019 à 12h16

Non ce n'est pas horrible de tout caler "techniquement" pour ne laisser place au moment venu qu'à une certaine sérénité et au fait d'être vraiment en phase avec son animal.

Pour la CA le souci c'est qu'il y a plus à jeter qu'à prendre dans ce domaine.
Je ne l'utilise que dans le cadre de problème physique de localisation de la douleur ou autre, la psycho profonde de l'animal non merci.
Aujourd'hui je suis à deux retours de CA d'amis praticiens pour ma chienne et j'y ai sincèrement trouvé mon compte.
Mais quand je vois des CA ou on conseille à un proprio d'arrêter un traitement ou d'euthanasier avec de grandes phrases du type "l'animal n'a pas peur de la mort, il n'a peur que de la souffrance" histoire de bien culpabiliser le pauvre humain, j'aime moyen.

Pshiit

Initié
 

Trust : 90  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 183
0 j'aime    
Quand la seule solution semble l'euthanasie...
Posté le 07/08/2019 à 12h28

baia

Je pense qu'une CA en face à face peut apporter des choses. Mais il est vrai que les CA à distance où l'on reçoit des généralités (pour certaines je dis bien, tous les praticiens ne sont pas à mettre dans le même panier) me font peu croire en cette pratique.

Surtout sur l'aspect de mort ou de souffrance, je pense que les animaux n'ont pas la même vision que nous et ne les perçoivent pas de la même façon. Donc les interprétations sont trop humanisées pour moi. Enfin bref, je me base plus sur du ressenti, des comportements et signes extérieurs.

Baia

Initié
 

Trust : 4  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 163
0 j'aime    
Quand la seule solution semble l'euthanasie...
Posté le 07/08/2019 à 13h42

Non ce n'est pas horrible de tout caler "techniquement" pour ne laisser place au moment venu qu'à une certaine sérénité et au fait d'être vraiment en phase avec son animal.

Pour la CA le souci c'est qu'il y a plus à jeter qu'à prendre dans ce domaine.
Je ne l'utilise que dans le cadre de problème physique de localisation de la douleur ou autre, la psycho profonde de l'animal non merci.
Aujourd'hui je suis à deux retours de CA d'amis praticiens pour ma chienne et j'y ai sincèrement trouvé mon compte.
Mais quand je vois des CA ou on conseille à un proprio d'arrêter un traitement ou d'euthanasier avec de grandes phrases du type "l'animal n'a pas peur de la mort, il n'a peur que de la souffrance" histoire de bien culpabiliser le pauvre humain, j'aime moyen.

Oups désolée 🙄 mon doigt a ripé

Édité par baia le 07-08-2019 à 13h45



Izarra129

Expert
   

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 510
0 j'aime    
Quand la seule solution semble l'euthanasie...
Posté le 07/08/2019 à 19h40

pshiit
Loin de moins l'idée de vous blesser, mais plus d'aller à contre-courant de votre décision pour vous obliger à faire et refaire le tour de l'état de santé de votre jument ( je n'essaie pas de rebondir par rapport à mes propos précédents, je suis parfaitement sincère). C'est important d'être certaine d'avoir tout tenté avant d'en arriver à l'euthanasie...
Je vous ai parlé d'un traitement antibiotique peut être à discuter avec votre véto.
Vous me dites que votre jument a souffert de fourbure à rester couchée de douleur.Ne serait ce qu'à ce propos, sachez que votre jument n'a certainement pas été soignée comme elle aurait ( ou devrait) l'être. J'imagine qu'elle a été ferrée ? C'est à dire que les vétos ( parce que pour la plupart ils n'ont pas avancé dans leur connaissance) appliquent encore en préconisant une ferrure des méthodes de soins qui datent des années 80. Aujourd'hui, la méthode de réhabilitation des chevaux fourbus impliquant un parage de réalignement (conseillé par The Laminitis Site, ECIR groupe...) permet le rétablissement à 100%.
Donc votre jument en éliminant la cause de sa fourbure ( pour elle, injection de corticoïdes) et en mettant en place le parage de réalignement permettant de retrouver ses pieds d'avant la fourbure, n'aurait pas du ( ne devrait pas souffrir de sa fourbure...

Voilà, envisager à nouveau tous les soins possibles avant de prendre cette terrible décision de l'euthanasie...

Le témoignage de baia vec son cheval de 30 ans illustre totalement le sens que j'ai voulu donner à mes interventions...

Édité par izarra129 le 07-08-2019 à 19h59



Pin_maritime

Membre d'honneur

Trust : 56  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1287
0 j'aime    
Quand la seule solution semble l'euthanasie...
Posté le 07/08/2019 à 21h43

Tout caler techniquement, comme j'aurais aimé pouvoir le faire, même avec le recul !


Je comprends parfaitement, quand on a "le luxe" d'en prendre le temps d'examiner tous les futurs proches possibles et de les préparer. J'aurais sans doute mieux réagit à certaines choses, si j'avais pu comme toi réfléchir à comment, mieux accompagné ma jument.

Tu fais bien d'évaluer tous les moyens à mettre en oeuvre pour faire au mieux, et si on peut répondre à d'autres questions, on le fera sans hésiter.
Reste à voir comment ta Mamy évolue, ce qui te dira le "quand", et ça ... Nul ne le sait, pas même elle !

Isis63

Expert
   

Trust : 74  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 960
1 j'aime    
Quand la seule solution semble l'euthanasie...
Posté le 07/08/2019 à 21h58

pshiit

Pour ce qui est de la CA en effet il faut choisir la bonne personne. Quand ma jument s'est blessée comme je pratique j'ai su tout de suite que c'était grave malgré les apparences... et elle, elle savait... à partir de là ça a été 10 jours de cauchemar car je savais aussi mais je ne voulais pas y croire...

Je confirme que les animaux ne perçoivent pas les choses comme nous, ils acceptent mieux, en général ils n'ont réellement peur quand le moment approche...
Un bon pratiquant ne doit en aucun cas dire qu'il faut prendre telle ou telle décision, on peut juste dire si l'animal souffre physiquement mais honnêtement ce sont toujours des cas un peu délicats car certains sont prêts à partir et d'autres voudraient rester comme c'est souvent le cas dans les accidents où ils ne comprennent pas ce qui leur arrive...

Après je crois que CA ou pas quand on les connaît par coeur on sait ...mais c'est une décision vraiment difficile, je me torture régulièrement à me dire qu'il aurait peut être mieux valu, qu'au moins j'aurais été avec elle et en même temps aucun véto ne pensaient que c'était perdu...

On a la possibilité de les aider à partir sans souffrances et en même temps on décide d'arrêter la vie, vraiment compliqué...

Pshiit

Initié
 

Trust : 90  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 183
1 j'aime    
Quand la seule solution semble l'euthanasie...
Posté le 08/08/2019 à 09h02


izarra129 a écrit le 07/08/2019 à 19h40:
@pshiit
Loin de moins l'idée de vous blesser, mais plus d'aller à contre-courant de votre décision pour vous obliger à faire et refaire le tour de l'état de santé de votre jument ( je n'essaie pas de rebondir par rapport à mes propos précédents, je suis parfaitement sincère). C'est important d'être certaine d'avoir tout tenté avant d'en arriver à l'euthanasie...
Je vous ai parlé d'un traitement antibiotique peut être à discuter avec votre véto.
Vous me dites que votre jument a souffert de fourbure à rester couchée de douleur.Ne serait ce qu'à ce propos, sachez que votre jument n'a certainement pas été soignée comme elle aurait ( ou devrait) l'être. J'imagine qu'elle a été ferrée ? C'est à dire que les vétos ( parce que pour la plupart ils n'ont pas avancé dans leur connaissance) appliquent encore en préconisant une ferrure des méthodes de soins qui datent des années 80. Aujourd'hui, la méthode de réhabilitation des chevaux fourbus impliquant un parage de réalignement (conseillé par The Laminitis Site, ECIR groupe...) permet le rétablissement à 100%.
Donc votre jument en éliminant la cause de sa fourbure ( pour elle, injection de corticoïdes) et en mettant en place le parage de réalignement permettant de retrouver ses pieds d'avant la fourbure, n'aurait pas du ( ne devrait pas souffrir de sa fourbure...

Voilà, envisager à nouveau tous les soins possibles avant de prendre cette terrible décision de l'euthanasie...

Le témoignage de @baia vec son cheval de 30 ans illustre totalement le sens que j'ai voulu donner à mes interventions...


Merci pour ces éclaircissements. Bien entendu, que je ne vais pas la faire euthanasier sans avoir tout tenté avant, ce que je fais au passage depuis plusieurs années.
La seule chose que je ne veux pas pour elle, c'est la voir agonir et partir à petit feu. Donc oui, je ne l'emmènera pas dans un stade d'agonie ultime c'est-à-dire une grosse perte d'état, une grande fatigue, une non alimentation de sa part et tout ce qui s'en suit. Je préfère lui épargner cela.

Concernant la fourbure, oui sur sa toute première crise de fourbure, je l'ai retrouvé couchée et elle se couchait régulièrement les deux premiers jours de traitement le temps qu'il agisse. Elle me sortait en plus deux abcès en couronnes. Dès que ma jument est en fourbure, elle me sort également des abcès au pied (chose qu'elle a réitéré au printemps...). Sur les dix crises de fourbure, nous l'avons ferré une fois (après sa crise) car sa sole était trop mince pour marcher correctement. Pendant les crises et après, ma maréchal (qui au passage la suit depuis 4 ans), vient régulièrement la parer pour éviter bascule et réaligner l'axe du pied.
Même avec les parages, elle reste sensible un petit bout de temps car les pieds sont inflammés donc je la mets sous reine des prés, aspirine et quelques jours sous anti-douleurs.

Je compte refaire un check up de ma jument fin du mois afin de tout poser au clair et revoir avec eux les options qui s'offrent à nous.

Hier, j'ai été la voir et elle était beaucoup plus alerte dans son regard, elle est encore bien en détresse respiratoire mais elle semblait un peu plus en forme. Ca m'a redonné espoir. Bon je ne m'emballe pas trop vite car parfois elle peut être bien 24h et le lendemain c'est la catastrophe. Mais ça faisait bien deux mois, que je ne l'avais pas eu comme ça.

Pour répondre à Pin-maritime : oui je préfère "tout préparer" et avoir le temps de réfléchir à cette étape difficile pour justement le jour J ne plus rien avoir à réfléchir.

Isis63 : Comme vous je pense que les animaux acceptent mieux la douleur, en effet ils n'ont pas conscience des conséquences donc les aspects de peur / stress que l'on peut avoir être humain n'est pas ressenti par eux. Je pense que ça joue beaucoup sur leur état de vaincre et de "bien vivre" avec une grande douleur.
Oui, je me torture l'esprit car cette décision est ambivalente, d'un côté je ne veux absolument pas la faire souffrir mais un autre côté me dit, vais-je prendre la bonne décision. C'est affreux d'être autant partagé. Une partie veut y croire et une autre n'a plus d'espoir.
Enfin bref, je vis actuellement avec elle au jour le jour.


Affaire à suivre..
Page(s) : 1 2 3 4 5 6
Quand la seule solution semble l'euthanasie...
 Répondre au sujet