Position du pied dans l'étier

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9
Auteur
5530 vues - 135 réponses - 0 j'aime - 10 abonnés

Do90

Novice

Trust : 54  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 38
Position du pied dans l'étier
Posté le 24/01/2022 à 21h22

Bonjour, bonsoir,

Je souhaiterais avoir vos avis, au sujet de la position du pied dans l'étier.

J’ai lu dans un magazine qu’il serait mauvais (et peu moderne) de chercher à déposer ses orteils sur les planchers des étiers. Qu’il serait donc préférable de placer les coussinets ou l’équivalent du tiers du pied.

Pourtant, je viens d’assister à un cours, où la monitrice insiste pour qu’on garde les orteils sur le plancher. Et ensuite de chercher à baisser les talons. Mais, en appuyant ainsi sur mes talons, mes jambes avancent inévitablement...

Qu’en pensez-vous ? Quelle serait la meilleure position des pieds sur les étriers ?

Himaliae

Membre ELITE Or
  

Trust : 465  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 10745
2 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 25/01/2022 à 12h06

elicendi Mais on est tout à fait d'accord!

trop peu de cavaliers ont conscience que l'équitation c'est un SPORT (pourtant quand on leur dit que ca en est pas un, ils râlent... mais quand on leur demande de se préparer physiquement comme un sportif, y'a plus personne...), et que cela demande les efforts adéquats

Pour autant, il faut que les moniteurs se forment en "lecture de posture" et conseillent les cavaliers au mieux. Les faire travailler oui, leur faire mal non. Et surtout, en expliquant sur quoi forcer biomécaniquement sans causer de problèmes

Himaliae

Membre ELITE Or
  

Trust : 465  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 10745
0 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 25/01/2022 à 12h07

envy4 complement d'accord!

Corleone

Membre VIP
   

Trust : 442  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 5481
10 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 25/01/2022 à 12h55


barbichon a écrit le 25/01/2022 à 09h40:
Moi j’ai entendu dire par horse academy (donc des pro de chez pro et pas le bpejeps du coin) c’est ceux qui forme les cavaliers pro de très grandes écuries. Qu’il faut mettre le petit orteille au niveau de la branche extérieur et la base du gros orteille contre la blanche intérieur de l’etriller. Ça permet une bonne position de jambe et de talon descendu naturellement
Après ci on est cavalier débutent, on risque d’avoir les pointes de pieds à l’extérieur qui dépasse du cheval quand on regarde en face.

Je ne remets pas du tout en cause ce que tu dis, mais ce que disent des "pro de chez pro qui forment de très grands cavaliers" me fait sourire. Pour moi, pas besoin d'aller mesurer des choses, c'est du ressenti et inciter les cavaliers à trouver naturellement leur position est plus productif.


Un instructeur militaire, qui ne forme "que" des gardes républicains qui ne font pas les JO, mais a clairement un brillant niveau, tant en pédagogie équestre qu'en connaissance du cheval et du cavalier, m'a justement fait travailler la position de jambe et l'équilibre.
Il ne m'a jamais jamais jamais expliqué de truc avec "le petit doigt de pied en l'air et l'os de la troisième rotule en arrière" (là oui, je me moque un peu de l'explication de Horse academy ), mais juste : "Jambe descendue naturellement, pied parallèle au ventre du cheval, étrier chaussé au tiers pour un meilleur appui." Avec l'histoire du pied parallèle, il y a eu celle de la position de l'éperon, qui devient donc extrêmement logique lorsqu'on l'utilise correctement.

Et en fait, si on veut le pied parallèle - et souple pour la fameuse descente de talons - on place naturellement son pied sur le coussinet. C'est presque inné (lorsqu'on n'est plus débutant et qu'on a plus de sensations). Le pied n'est donc plus exactement parallèle, il vient s'abaisser très naturellement et sans excès - si l'on n'a pas de souci hyperlaxe, bien sûr.


Pour moi, s'appuyer sur ses orteils réduit vraiment la stabilité de la jambe et l'équilibre lorsqu'on doit passer au trot enlevé ou galop en équilibre, surtout si on monte avec un chaussant qui maintient moins la cheville : chaps souples, baskets/chaussettes (hérésie à mes yeux). Je ne fais pas comment on peut physiquement faire ça.

Pour ma part, lorsque je me mets sur un rebord de marche, j'ai bien plus de force en plaçant 1/3 du pied sur la marche que juste les doigts de pied : simplement parce que je n'ai aucune force dans les orteils pour pouvoir me maintenir debout ainsi.

Pour revenir aux hérésies, pour moi, insister sur la descente de talons en est une, car les cavaliers débutants ne comprennent pas que c'est une histoire de jambe, et non de talon. On appuie donc bêtement sur son talon, ça pousse la jambe en avant, l'étrier glisse du pied car on veut aussi s'appuyer sur les orteils, et le résultat est pourri.
J'ai passé des années avec les pieds en canard à cause de ces conseils.

Alors que parler de pied parallèle au ventre du cheval, d'ouverture de la hanche/jambe permet au cavalier de ne plus se focaliser bêtement sur ses talons, il pense plutôt à la jambe, et la position a plus de chances d'être naturelle.....et donc meilleure, à moins d'un gros souci naturel à corriger.

Couagga

Membre ELITE Or
  

Trust : 141  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 11372
8 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 25/01/2022 à 13h15

En équitation, comme dans tous les sports, il y a des logiques de fonctionnement biomécanique. La technique s’appuie sur ces logiques biomécaniques pour optimiser la pratique. Si la technique recommandée par un enseignant va à l’encontre de la logique biomécanique, alors on peut en conclure que l’enseignant n’est pas un très bon enseignant.
Il y a toujours une part de travail sur soi pour adapter son corps à une pratique sportive mais les règles de biomécanique et de proprioception sont les mêmes pour tout le monde, quelle que soit la morphologie et en dehors, bien sûr, de toute situation particulière de handicap fonctionnel.

Pour développer son talent à cheval il faut d’abord acquérir de la stabilité. Cette stabilité permet la précision et la libération de l’esprit pour se consacrer à son équitation et son cheval plutôt qu’à s’accrocher sur son perchoir. Être stable c’est être maître de son équilibre. Et maîtriser son équilibre en étant perché sur une « chose » mouvante implique de trouver des appuis les plus fixes possible.
Pour le cavalier ces appuis sont la selle et les étriers.
Dans la selle le bassin doit reposer sur des appuis solides (ischions/périnée).
Dans les étriers aussi,le pied doit reposer sur un appui solide.
L’humain au sol trouve ses appuis sur la totalité de la plante du pied. Plus il réduit la surface d’appui du pied, plus il devient instable.
Il est plutôt illogique de faire poser les orteils sur le plancher de l’étrier d’un point de vue biomécanique. Cela créé la plus grande instabilité possible et met en forte tension les articulations des doigts de pied et la cheville qui vont se verrouiller et qui n’ont pas vocation à soutenir le poids mais à participer à la locomotion en amortissant les mouvements.

Pour être stable et rester décontracté, l’humain debout au sol est en appui sur sa plante de pied, pas sur ses orteils.

A cheval, le point d’appui le plus solide de la jambe, celui qui permet à la fois la stabilité et la libération des articulations pour qu’elles puissent se consacrer à leur rôle d’amortisseur, est bel et bien le coussinet du pied, sa partie avant la plus large et charnue, celle qui doit reposer sur le plancher de l’étrier.
Les talons ne doivent pas être descendus, le pied doit être relativement à plat. Ainsi la proprioception de l’appui est proche de celle que l’on a au sol, le cerveau peut y retrouver des repères sensoriels pour gérer l’équilibre du corps tout entier, les articulations des chevilles, des genoux et des coxo-fémorales sont libres et peuvent donc effectuer toutes les corrections de mouvements de la jambe pour s’accorder au mouvement du cheval.
Au pire, le talon descend de l’épaisseur du plancher de l’étrier mais pas au-delà sinon l'articulation de la cheville ne remplit plus ses fonctions amortissantes puisque son angle est refermé constamment.

Cette position du pied à plat et du bassin sur ischions/périnée, les deux étant alignés, c’est la position neutre, non fatiguante pour le corps et en accord avec la proprioception. Elle permet la décontraction et la stabilité. Elle autorise toutes les articulations à fonctionner sur la totalité de leurs angles, se refermant ou s'ouvrant au gré des mouvements, donc de suivre de façon optimum tous les mouvements initiés par le cheval.
Chaque fois qu’une articulation est mise en tension et verrouillée en position fermée ou ouverte, le corps se rigidifie et perd sa capacité à suivre et amortir les mouvements du cheval.
Et bien sûr cette rigidité se répercute directement dans la main du cavalier, donc dans la bouche du cheval.

Donc, en premier lieu, on met en place une position stable, neutre, proche de la nature humaine (alignement des appuis pieds/popotin, respect des bases de gestion de l’équilibre et du mouvement = proprioception), position qui permet le mouvement libre et donc de s’accorder aux mouvements du cheval. c’est l’objectif suivant : se familiariser avec les balanciers et rythmes des allures pour régler l’amorti de nos articulations. Ce qui aboutit au fameux « liant »

Selon les types de selle, donc de l’activité équestre, les alignements ne sont pas les mêmes car il y a des associations positions assises/position enlevée ou en équilibre.
Avec les selles de dressage les sièges sont au dessus des étriers au repos, avec les selles d’obstacles les étriers sont avancés par rapport au siège (car le buste est basculé vers l’avant et le posture majoritaire est en équilibre ), pour les selles mixtes le siège est avancé mais moins qu’avec les obstacles pures. Donc ceci va modifier l’alignement pieds/popotin en position assise, à ce moment, pour vérifier que la jambe n’est pas en avant, il faut regarder l’étrivière qui doit être à la verticale.

Rechercher des appuis stables et solides et des articulations qui fonctionnent librement.

Les pieds dépassent toujours de chaque côté du cheval, en revanche, il faut rabattre ses pointes de pieds vers l’intérieur pour avoir des pieds à peu près parallèle entre eux. Ceci se règle au niveau de l’articulation de la hanche et non au niveau de la cheville. Si la coxo-fémorale est bien ouverte et décontractée, la cuisse peut reposer sur son plat interne et reste du bas de la jambe se place alors correctement, le talon écarté du flanc du cheval et la pointe de pied rentrée.
Sinon, pour corriger la pointe du pied, mieux vaut écarter le talon du flanc que chercher à rentrer la pointe vers la sangle. Au moins ça corrige tout le bas de la jambe sans casser la cheville.

Tout cela nécessite bien sûr du travail et de l’attention, c’est un sport

Toutes ses règles de construction de la position du cavalier existent dans la littérature équestre depuis des siècles, savoir-faire et intuition éclairés par des explications plus scientifiques plus contemporaines.

Cesar95

Expert
   

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 542
0 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 25/01/2022 à 17h28

couagga
Je suis d’accord avec vos explications, à part un point qui me semble important : si on utilise la cheville comme amortisseur, impossible d’avoir une jambe fixe, et des actions maîtrisées des jambes. Si vous faites jouer votre cheville, votre jambe et votre cuisse vont monter et descendre. Adieu fixité, solidité et précision.

Couagga

Membre ELITE Or
  

Trust : 141  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 11372
2 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 25/01/2022 à 17h53

cesar95

oui je suis d'accord. Je pense ne pas avoir été assez précise sur ce point.

Pour moi il s'agit plus d'avoir une cheville souple, ... dans le sens où il ne faut pas rigidifier la jambe et les articulations... Dans le trot enlevé par exemple, pour préserver la fixité du pied dans l'étrier, et donc celle de la jambe tout entière, en restant toujours au dessus des appuis, il faut accepter un jeu d'ajustement de la cheville pour permettre le mouvement du cavalier... si la cheville est verrouillée, le cavalier va basculer et devoir fournir un effort évitable pour s'arracher avec les cuisses en n'utilisant que genoux et coxo... si la cheville est perméable au mouvement, il suffit d'ajuster le jeu amortissant de toutes articulations, cheville incluse, pour en fait, laisser descendre le cheval sous soi et se rassoir lorsqu'il remonte, sans effort....
Ceci est impossible avec une cheville avec l'angle fermé et verrouillé.

Un peu à l'instar de la fixité relative de la main, où le poignet se tient tout en conservant de la décontraction et son angle s'ajustera à discrétion en fonction des variations de la hauteur des mains...

Je ne sais pas si c'est plus clair

Mimi698738

Apprenti
  

Trust : 91  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 277
1 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 25/01/2022 à 18h02

Je peux permets de rebondir sur ce post suite à quelques interventions très intéressantes

J'aimerai beaucoup me former davantage sur la biomecnoque du cavalier

Si quelqu'un a des livres, articles, formations ? à me conseiller je prends avec plaisir !

Dans l'optique de proposer ensuite une prise en charge osteo entre le cavalier et son cheval

Cesar95

Expert
   

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 542
0 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 25/01/2022 à 18h25

couagga
Le pied du cavalier repose sur l’étrier, fixé à l’etrivière, elle même fixée à la selle. Pour le trot enlevé, il suffit au cavalier de placer sont centre de gravité dans la verticalité des étrivières, donc d’avancer légèrement les épaules tout en reculant légèrement le bassin.
Le blocage de la cheville entraîne alors un appuie stable et une jambe fixe.

Tartine88

Membre ELITE Argent

Trust : 1802  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 7665
0 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 25/01/2022 à 19h13

Je me permets d’intervenir mais il me semble que Sophie Daveau avait parlé d’un problème : l’emplacement de l’etriviere trop en avant sur toutes les selles qui empêchent un bon positionnement de la jambe dans son ensemble car trop sur le devant de la selle.
Elle disait qu’il n’y avait que l’es barefoot qui avaient pensé à mettre les étrivières plus « en arrière » que les autres selles et donc permettent une jambe naturellement dans l’axe.

Couagga

Membre ELITE Or
  

Trust : 141  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 11372
0 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 25/01/2022 à 19h40

cesar95

Il s'agit d'une fixité relative puisque l'ensemble est en mouvement. Il s'agit bien d'amortir pour suivre ce mouvement et s'adapter aux changements. Comme on le fait à ski ou à vélo lorsqu'on se met en équilibre sur les pédales...
Un objet rigide rebondira sur le cheval en subissant. Le cavalier ne doit donc pas être rigide.

En fait, je pense qu'il s'agisse plus ici d'une question sémantique.

Himaliae

Membre ELITE Or
  

Trust : 465  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 10745
2 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 25/01/2022 à 21h50

tartine88 plusieurs marques proposent des couteaux rallonges ou réglables, mais oui c’est un soucis récurrent sur trop de selles…

Cesar95

Expert
   

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 542
0 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 25/01/2022 à 22h32


couagga a écrit le 25/01/2022 à 19h40:
@cesar95
Le cavalier ne doit donc pas être rigide.


Le blocage de la cheville va permettre de se servir des bonnes articulations qui vont permettre d’amortir les différents mouvements : genoux et coxo-fémorale. C’est le seul moyen d’obtenir la fixité de la jambe, c’est a dire la complète maîtrise de ses actions. C’est impossible avec une cheville non verrouillée. Et le talon descendu permet un appui ferme sur l’étrier, notamment en cas d’arrêt brutal et imprévu, comme cela arrive en CSO.

Do90

Novice

Trust : 54  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 38
0 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 25/01/2022 à 22h46

cesar95

et sachant que la monitrice en question est adepte du CSO, ceci explique cela…

Do90

Novice

Trust : 54  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 38
0 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 25/01/2022 à 22h48

couagga

Super intéressant ! Merci pour cette longue explication.

Et si je comprends bien, il serait profitable d’assouplir les hanches, avec des exercices de grand écart, par exemple ? Dans le but d’atteindre cette fameuse « ouverture & décontraction de la coxo-fémoral » ?

Do90

Novice

Trust : 54  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 38
0 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 25/01/2022 à 22h50


corleone a écrit le 25/01/2022 à 12h55:

Pour revenir aux hérésies, pour moi, insister sur la descente de talons en est une, car les cavaliers débutants ne comprennent pas que c'est une histoire de jambe, et non de talon. On appuie donc bêtement sur son talon, ça pousse la jambe en avant, l'étrier glisse du pied car on veut aussi s'appuyer sur les orteils, et le résultat est pourri.


mais c’est exactement ça ! Pourquoi est-ce que les moniteurs ne passent pas sur ce forum?!

Du coup, s’il s’agit d’une histoire de jambe et non de talon : comment faire ? est-ce que je dois chercher à étirer mes jambes, autour du cheval ? Ou à pousser mes jambes vers le sol, afin de les allonger ?

On nous dit « appuie sur tes pieds » donc je dois appuyer sur mes jambes à la place ?
Page(s) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9
Position du pied dans l'étier
 Répondre au sujet