Position du pied dans l'étier

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9
Auteur
5541 vues - 135 réponses - 0 j'aime - 10 abonnés

Do90

Novice

Trust : 54  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 38
Position du pied dans l'étier
Posté le 24/01/2022 à 21h22

Bonjour, bonsoir,

Je souhaiterais avoir vos avis, au sujet de la position du pied dans l'étier.

J’ai lu dans un magazine qu’il serait mauvais (et peu moderne) de chercher à déposer ses orteils sur les planchers des étiers. Qu’il serait donc préférable de placer les coussinets ou l’équivalent du tiers du pied.

Pourtant, je viens d’assister à un cours, où la monitrice insiste pour qu’on garde les orteils sur le plancher. Et ensuite de chercher à baisser les talons. Mais, en appuyant ainsi sur mes talons, mes jambes avancent inévitablement...

Qu’en pensez-vous ? Quelle serait la meilleure position des pieds sur les étriers ?

Corleone

Membre VIP
   

Trust : 442  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 5481
0 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 29/01/2022 à 16h15


Citation :
En revanche, je n'ai pas besoin d'exercices d'assouplissements pour marcher ou courir avec un sac à dos. Mais plus je le fais, plus cela m'est facile.

En définitive, nous ne nous comprenons absolument pas sur le terme, mais sur le terrain cela revient au même.
Il est logique que plus vous randonniez, plus vous ayez de facilités : c'est ce que j'appelle de la gymnastique, car le corps travaille pour être prêt à l'effort.

Je pense même que sans faire aucune rando, un pompier qui aligne 40 tractions peut porter un sac de 15kg plusieurs jours sans souci.


Citation :
J'ajoute que si on sait alléger son sac, on n'a même plus besoin de ceinture, et on porte sans problème avec les épaules, voir avec une seule

Effectivement, nous ne devons pas du tout randonner de la même manière.
Sur de l'itinéraire, clairement, si le corps n'est pas échauffé un minimum avec des exercices préparatoires, on risque de se faire mal.

Cela rejoins donc ce que je pense pour le corps du cheval : les exercices de gym et assouplissements vont permettre à son corps d'être mieux préparé à l'effort physique. C'est une préparation douce, évolutive.

Bucky14

Initié
 

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 77
0 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 29/01/2022 à 16h54

A force de vouloir avoir raison, vous oubliez la question de départ. Mon message répondait à celui de couagga qui disait

Citation :
Non je ne pratique pas le dressage, je fais du plat, basique... et de la balade occasionnellement.

Ce qui m'intéresse c'est de bien gymnastiquer les chevaux, bien les former, quelle que soit ensuite la spécialité pour lesquels on les emploie.


Et je lui répondais qu'il était inutile de gymnastiquer les chevaux.

Maintenant vous pouvez faire faire le grand écart à vos chevaux, et des pompes, aussi, très important les pompes, mais cela est totalement inutile pour apprendre à un cheval à porter son cavalier, et être agréable sous la selle. Les problèmes rencontrés par les cavaliers ne sont généralement pas des problèmes de souplesse ou de musculation, un cheval sain est assez souple ou musclé, mais des problèmes spécifiquement équestres, comme la bonne compréhension des aides, la décontraction, etc.

Pour qui vous prenez vous ? pour autre chose qu'un cavalier lambda.

Édité par bucky14 le 29-01-2022 à 17h00



Spiritdancer

Membre ELITE Bronze
  

Trust : 1578  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 7174
0 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 29/01/2022 à 17h22

bucky14

Qui a parlé de problèmes ? Personne, en fait.

Quant à la cavalière lambda, non, c'est bien ce que je suis, je vous rassure ! Je côtoie quelques cavaliers internationaux dont certains ayant tourné en équipe de France, du coup, je vois mal comment je pourrais prétendre être autre chose qu'une cavalière lambda, ça c'est sûr ! Et ça me va très bien !

Bucky14

Initié
 

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 77
0 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 29/01/2022 à 17h51

spiritdancer

Personne n'a parlé de problème, c'est moi qui en parle, on parle aussi du travail initial du cheval, mais là, rien, vous ne comprenez toujours que ce qui vous arrange. Et il suffit de lire le forum pour réaliser que la résolution des problèmes rencontrés intéresse beaucoup les cavaliers.

Édité par bucky14 le 29-01-2022 à 17h53



Quixote

Membre d'honneur
    

Trust : 26  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3354
1 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 29/01/2022 à 18h51


bucky14 a écrit le 29/01/2022 à 16h54:

Les problèmes rencontrés par les cavaliers ne sont généralement pas des problèmes de souplesse ou de musculation, un cheval sain est assez souple ou musclé, mais des problèmes spécifiquement équestres, comme la bonne compréhension des aides, la décontraction, etc.



Je ne suis pas tout à fait d'accord, la compréhension des aides est un pbe parfois on le voit bien ici par cette discussion ((on a du mal à se comprendre alors que nous parlons le même language), mais beaucoup de chevaux que j'ai rencontré ont des soucis de souplesse et de musculation.
Et je dirais essentiellement de souplesse, le plus simple et le plus rapide c'est d'aller gymnastique en carrière, j'arrive quand même à le faire en ext mais sans le cercle c'est beaucoup plus compliqué.
Je pense pourtant monter des chevaux sains, enfin j'espère

Bucky14

Initié
 

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 77
0 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 29/01/2022 à 19h07

D'accord admettons, qu'est-ce que le cheval ne peut pas faire par manque de souplesse ? Moi, par exemple, je ne peux pas faire le grand écart.

Édité par bucky14 le 29-01-2022 à 19h20



Quixote

Membre d'honneur
    

Trust : 26  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3354
0 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 29/01/2022 à 19h43

bucky14 descendre une pente

Bucky14

Initié
 

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 77
0 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 29/01/2022 à 20h05

Un cheval ne peut pas descendre une pente ????

Quixote

Membre d'honneur
    

Trust : 26  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3354
0 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 30/01/2022 à 06h59

bucky14 ben il peut mais dans le déséquilibre quand il n'y a pas la souplesse de rein, ou en tirant des bords comme on dirait dans la marine

Édité par quixote le 30-01-2022 à 07h00



Bucky14

Initié
 

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 77
0 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 30/01/2022 à 09h18

Le cheval peut se coucher sur ses postérieurs, donc il est assez souple pour descendre une pente très raide. Cela ne signifie pas qu'il va toujours faire l'effort de fléchir ses postérieurs en liberté.
C'était d'ailleurs un exercice des anciennes cavaleries militaires, comme le montre la vidéo suivante.
Je précise que sur la vidéo il s'agit de troufions et de chevaux de cavalerie ordinaires, qui n'ont pas fait l'objet d'un programme d'assouplissements destiné à leur faire grimper "l'anapurna", mais juste de pratique sur les franchissements qu'ils étaient amenés à rencontrer en campagne.

Ardennesacheval

Membre ELITE Or
  

Trust : 816  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 10798
1 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 30/01/2022 à 12h40

je pense que la vidéo (j'ai pas de son) montre surtout comment tout faire en groupe, en même temps ou à la queue leu leu.
Et montre comment "désensibiliser" les cavaliers aux descentes...
Faut voir comment ils traitent leurs chevaux les pauvres.
Un peu de gymnastique des uns et des autres ne serait pas superflue, pour apprendre à descendre une pente dans le bon sens pour certains chevaux, et en gênant moins leur monture pour certains cavaliers.

Pour moi descendre des pentes raides, ça s'apprend aussi. Surtout qu'ici on a par endroit les mêmes que sur la vidéo, avec des fois en plus le sol glissant.

Couagga

Membre ELITE Or
  

Trust : 141  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 11378
4 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 30/01/2022 à 12h51

do90


Citation :
c’est un petit peu comme le débat qui est en train d’avoir lieu sur le topic :
on ne s’accorde pas trop sur le fait qu’il faut gymnastiquer ou faire du plat, ou l’assouplir ou autre,


C'est absolument la même chose : le plat, la gymnastique, l'assouplissement, ou autre. C'est juste que certains mots semblent avoir un effet allergisant sur certaines personnes, donc ça titille les queues de poires

Pour ce qui concerne la coxo-fémorale, le grand écart n'a rien à voir dans ce qu'on recherche à cheval. Il s'agit plutôt d'acquérir une bonne mobilité globale de cette articulation sans aller dans les extrêmes. A cheval la mobilité la plus utile étant la capacité à l'ouvrir latéralement


bucky14



Citation :
Et je lui répondais qu'il était inutile de gymnastiquer les chevaux.


C'est un avis qui heureusement n'est pas partagé par tous.

C'est chouette de citer Gerd Heuschmann qui justement défend bec et ongles une gymnastique progressive et un usage raisonnés de tous les chevaux pour en respecter les caractéristiques morphologiques et la biomécanique. Ce Monsieur, vétérinaire, cavalier et expert en bioméca, explique en long en large et en travers l'impérieuse nécessité d'une formation progressive du physique du cheval pour ne pas lui porter préjudice dès lors qu'on lui monte dessus.


Citation :
Ensuite il n'est pas évident que les abdos permettent au cheval de porter le cavalier, et certains experts comme le dr Gerd Heuschmann pensent que non, le cheval porte avec son dos. De fait, lorsqu'on arrête de monter un cheval, la première chose qu'il perd est son dos.


Non, il perd ses abdos, pas son dos. Le dos s'affaisse car assouplissement et renforcement musculaire de l'ensemble du corps n'ont pas été conduit correctement. Gerd Heuschmann explique très bien et à grand renfort de planches anatomiques que le dos du cheval ne se muscle quasiment pas tout simplement parce qu'il n'y a qu'un muscle et qu'il ne prend que peu de volume, il assure surtout la mobilité de la ligne vertébrale et la jonction articulaire entre l'avant main et l'arrière main. Le cheval supporte avec son dos parce que c'est là que le cavalier s'assoit mais soit il porte en le mettant en tension, soit il évite en l'affaissant.
Gerd Heuschmann dit que le dos n'est pas fait pour supporter une charge, qu'il est comme une corde à linge tendue entre deux piquets et que mettre du poids sans préparer le reste du corps à tendre cette corde est une erreur. Le dos supporte le cavalier mais c'est bien l'ensemble du corps du cheval correctement mis en oeuvre qui évitera au cheval de subir cette charge.
Pour garantir la souplesse de la tige vertébrale il faut gymnastiquer le cheval, et Gerd Heuscmann explique cette nécessité et comment s'y prendre tout au long de ses ouvrages en dénonçant les pratiques abusives par la violences de certaines méthodes d'entrainement mais aussi par la négligence de certains cavaliers à ne pas préparer et ni entretenir cette disponibilité physique.

Pour préserver le dos, il faut justement gymnastiquer le cheval pour renforcer la ceinture abdominale qui permettra de tendre le dos au lieu qu'il se creuse, la base de l'encolure pour soutenir le garrot dans l'effort de portage, ainsi que l'arrière main. Ceci est clairement détaillé dans les ouvrages d'Heuschmann : une échelle de progression pour la formation physique du cheval à l'équitation dans le respect de sa biomécanique car il n'est absolument pas fait pour porter un cavalier à la base. Pour qu'il puisse le faire sans préjudice, il faut l'y préparer physiquement et entretenir cette formation.

Il est temps de reprendre ses bouquins en retirer la poussière et les lire en pleine conscience.

Édité par couagga le 30-01-2022 à 12h56



Cesar95

Expert
   

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 542
0 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 30/01/2022 à 14h46

Il est vrai que la plupart des chevaux sont capables d’exécuter naturellement les mouvements que le cavalier va leur demander. Le problème vient donc de la présence du cavalier qui, en plus du poids à porter, va modifier l’équilibre naturel du cheval en chargeant son avant main.
Il va donc falloir le muscler pour qu’il puisse travailler facilement avec ce poids supplémentaire, et lui apprendre à modifier son équilibre, c’est à dire déplacer son centre de gravité à la demande du cavalier.

Apprendre signifie s’adresser à son cerveau pour qu’il comprenne et retienne les codes mis en place par le cavalier,codes auxquels il prendra l’habitude de répondre à la moindre sollicitation.
Pour cela, le cavalier a besoin d’avoir, en plus des connaissances,la parfaite maîtrise de son corps. D’où l’intérêt des étriers qui vont lui permettre d’atteindre plus facilement la solidité, et par conséquence la décontraction.

Il semble que les premiers étriers aient été inventés par les Numides, qui s’attachaient le gros orteil avec une ficelle, elle même attachée à la selle. Le besoin de trouver un point d’appui pour faire face aux mouvements violents et imprévus d’un animal de 5 a 600kg remonte donc de très loin.

Il est important que la plante du pieds repose sur l’étrier, ce qui donne un appui ferme, le talon légèrement descendu, ce qui permet de disposer d’une jambe de force en cas d’arrêt brusque, par exemple (dans les vieux manuels, il est indiqué que c’est la partie la plus large de la semelle, le tiers du pied environ, qui repose sur le plancher de l’étrier).

Le langage équestre n’est pas toujours facile à comprendre, le sens des mots ayant évolué avec le temps, ainsi que les connaissances tant mécaniques que psychiques.
Prendre la discipline «dressage » comme modèle pour toutes les disciplines est une erreur, car elle obéit à des codes esthétiques et des modes n’ayant aucun rapport avec une équitation sportive, par exemple.

L’amusant de l’histoire, c’est que la plupart des cavaliers de dressage vous dirons : je fais du classique ! Si vous prenez le temps de rechercher de vieilles photos de cavaliers représentant l’équitation classique due la première moitié du 20e siècle, ou les illustrations du Decarpentry’ bible de beaucoup de dresseurs, vous allez voir qu’ils se rapprochent plus de l’attitude des cavaliers d’obstacle que des actuels dresseurs.

Je suis entièrement d’accord avec Couagga pour ce qui concerne tout le travail de musculation, son but et sa progressivité. Par contre, pas du tout quant à la notion que le plat, la gymnastique, l’assouplissement sont la même chose. Le travail sur le plat correspond à un apprentissage, on fait travailler compréhension, mémoire, on créé des réflexes conditionnés par la répétition. La gymnastique, elle, va permettre le renforcement musculaire, le développement de l’endurance, etc. Quand aux assouplissements, c’est un faux problème, les contractions étant dues presque toujours aux actions du cavalier qui veut forcer le cheval au lieu de chercher à lui enseigner ! Et c’est comme ça qu’on peut voir des cavaliers faire le tour du monde en épaule en dedans, avec un pauvre cheval qui finit par céder au moment de prendre sa retraite (souvent prématurée, car cassé d’un peu partout)

Bucky14

Initié
 

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 77
0 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 30/01/2022 à 16h26

couagga

Citation :
Non, il perd ses abdos, pas son dos.

Non il est facile de voir que c'est le dos qui se creuse, et qui perd de la masse.
Cela fait très longtemps que j'ai lu le livre du dr Heuschmann, qui ne semble pas être un écuyer lui-même, et dans mon souvenir, il écrivait clairement que les abdos ne pouvaient pas porter le cavalier. En fait il s'avère que ce n'est tout simplement pas possible en raison d'une simple question de force musculaire. Sur le site que je donne en référence, c'est expliqué quelque part.

La théorie des abdos qui tendent le dos est une simplification, qui ne rend pas compte de la réalité, comme de dire que le dos est comme constitué d'un seul gros muscle. Comme j'ai la flemme de détailler ce qui pour moi n'a pas d'intérêt, je me conterais d'indiquer un lien pour ceux qui lisent l'anglais, chacun pourra se faire sa propre opinion.

https://www.scienceofmotion.com/equine_back_research.html

Pour moi, la biomécanique n'a pas d'intérêt, car l'équitation est avant tout une question de psychologie. Tout se passe d'abord dans la tête du cheval. Plus je pratique et je réfléchis, plus cette assertion me paraît vraie.
Ce que le cavalier ressent, ce n'est pas la souplesse du cheval, mais son absence de résistance et de contractions, parce que le cheval est déjà largement assez souple pour la plupart des besoins de l'équitation.

cesar95
Vous critiquez les dresseurs qui ont tendance à considérer que ce qui est valable pour leur discipline est valable pour toutes les autres, mais vous faites la même chose avec le saut d'obstacle. Muscler le cheval et modifier son équilibre à la demande ne sont pas des priorités pour toutes les disciplines.

Édité par bucky14 le 30-01-2022 à 16h27



Bucky14

Initié
 

Trust : -  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 77
0 j'aime    
Position du pied dans l'étier
Posté le 30/01/2022 à 16h31

ardennesacheval
La vidéo montre surtout que des chevaux ordinaires, qui n'ont pas fait l'objet d'un programme de yoga à la couagga, peuvent engager leurs postérieurs pour descendre une pente très raide.
Il n'y a rien d'étonnant, puisque le cheval est capable de se coucher sur ses postérieurs.
Page(s) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9
Position du pied dans l'étier
 Répondre au sujet