Jamais 2 sans 3... et de 4

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 ... 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 ... 45
Auteur
100635 vues - 669 réponses - 20 j'aime - 104 abonnés

Valerio

Membre d'honneur
 

Trust : 46  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1878
Jamais 2 sans 3... et de 4
Posté le 08/01/2015 à 08h52

Allez je me décide à créer mon post pour raconter ma vie ! Enfin, le côté équestre seulement, sinon ça serait trop long.

pour planter le décor, j'ai toujours aimé les chevaux, mais je montais quand les finances familiales le permettaient... ce qui était assez épisodique et très irrégulier, j'ai donc appris à monter un peu sur le tas.

A 17 ans on m'a confié un cheval quelques mois, mais mon niveau d'équitation était pas top donc j'ai surtout fait des ballades au pas avec lui. Par contre j'ai appris à m'occuper d'un cheval quotidiennement et j'ai vraiment adoré. Je me suis promis qu'un jour, j'aurais le mien!

J'ai donc pris réellement des cours à ... 20 ans quand j'ai eu un salaire ! Je me suis inscrite dans un petit club de campagne super sympa où j'ai acquis en assurance et en technique, et où je suis définitivement tombée sous le charme des arabes.

Il y a un an j'ai eu un gros coup de cœur pour un poulain crème DSA de toute beauté provenant d'un élevage que je suivais depuis quelque temps... Et après quelques semaines de réflexion (avec mon mari, car c'est quand même une sacrée responsabilité pour tous les 2) et une opportunité qui s'est présentée, on a loué un van et on est allé chercher notre perle... notre Dada, il avait 10 mois.

Oui, je fais partie de ces personnes un peu inconscientes qui se lancent dans l'aventure de propriétaire avec un poulain... j'ai commencé par la fin, et je l'assume !

Comme rien n'était encore prêt il a passé les 2 premières semaines dans le jardin derrière la maison, le temps que l'on clôture son champ ! Quel bonheur au réveil de courir à la fenêtre, et de l'apercevoir !

Dans la pension où il était, une semaine avant d'aller le chercher : Cliquez pour voir l'image   

A la maison, dans le jardin :Cliquez pour voir l'image   

Cliquez pour voir l'image   

Cliquez pour voir l'image   
Sujet marqué en post-it L'auteur de ce sujet l'a marqué par des "Post-It".


Cliquez-ici pour suivre le post marqué



Édité par valerio le 31-03-2019 à 17h53

Valerio

Membre d'honneur
 

Trust : 46  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1878
6 j'aime    
Jamais 2 sans 3... et de 4
Posté le 06/02/2017 à 21h32

6 février 2017

Un temps de chien entre les tempêtes et les déluges, le sol est une patinoire.
Aujourd'hui selon météo france était sensé être le seul jour pas trop dégueu, donc j'espérais faire une petite sortie mais beaucoup de travail à la maison...

J'arrive le matin après cette nuit cauchemardesque où à chaque rafale je ne pouvais pas m'empêcher de penser à eux. Les étaient bien tranquillement à leur abri en train de manger du foin.
Je nourris comme d'habitude, RAS.
On commence à bosser, vers 10h je sors chercher le courrier et comme toujours, je zieute ce que font les zozos. Je vois ma blonde, mais pas de Velours. Je m'approche, il était couché derrière elle. Velours couché ! Une première ça n'arrive jamais ! Je vais le voir, il me regarde mais reste couché en vache. Je le caresse, et je l'entends respirer bizarrement : il faisait un bruit comme quand il pousse pour faire son crottin, ou qu'il se roule, avant de finir son expiration... Je commence à stresser. Je continue de l'observer tout en le caressant, et à un moment je le vois se regarder le flanc et se "gratter" le ventre.
Mon sang fait qu'un tour, je l'imaginais déjà mort, je cours à la maison, cherche mon téléphone, préviens mon mari, cherche le numéro de la véto et ressors 5 minutes après pour téléphoner en restant près de lui.

edit : pov' loulou pas bien du tout


Et là, Velours n'est plus couché où je l'avais laissé, je le cherche vite, je le vois en contrebas en train de brouter tranquillement. Je l'observe de loin, et le vois faire un crottin sans problème particulier. Je le rejoins, regarde son crottin, d'un volume et aspect tout à fait normal.

Mon mari arrive, il constate comme moi que Velours semble tout ce qu'il y a de plus normal... me demande si je l'ai fait courir pour voir.
Bonne idée, j’attrape la longe, le licol, et hop direct dans le pré, quelques cercles au pas, puis au trot, aux 2 mains, bon ça glissait la mort donc des allures un peu zarbi mais le cheval est parfaitement normal.

Bref, bien soulagée, mais toute la journée je l'ai surveillé comme le lait sur le feu, et non, rien.


L'aprem ma soeur et sa famille vient nous voir, les petits neveux feraient bien un tour de dada... Ok on sort les 2 loulous en longe, je monte ma belette et prends un neveu devant, un derrière, et nous voilà partis pour 2 tours de pré par les bois.
ça glissait au taquet, dans la descente ma grosse qui a pourtant le pied très sûr nous faisait de jolis dérapages, mais c'était sympa !
Sur la fin je l'ai faite trotter un tout petit peu, pour faire plaisir aux petits : y en a un devant qui criait : hue ! et l'autre derrière qui rebondissait en criant stop ! tout en riant comme un fou.
Bref du grand n'importe quoi, mais c'était sympa, et j'aurais quand même fait sortir un peu les 2 loulous.

Édité par valerio le 08-02-2017 à 23h36



Valerio

Membre d'honneur
 

Trust : 46  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1878
7 j'aime    
Jamais 2 sans 3... et de 4
Posté le 08/02/2017 à 23h32

8 février 2017

Bon février a mal commencé, entre la pluie et les tempêtes, aujourd'hui était selon météofrance, le premier jour où un rayon de soleil était attendu, cet aprem.
Mais vers 14h, toujours ce temps humide et froid, cette bruine pénétrante, j'étais à 2 doigts d'annuler ma balade prévue.
Enfin, vers 15h le ciel semblait effectivement se dégager !! ni une ni deux, je sors mon tas de boue à moitié séchée (alias Velours) et une grosse demi-heure plus tard, nous voilà partis. Avec les shoes aux antérieurs histoire d'essayer sans risque de nouveaux chemins.


On part direction sud, d'abord à pied avec la blodinette qui nous suit le long de la clôture, ensuite je me mets en selle. un Velours troutrouille, un blocage de 2 minutes sur le chien qu'il connaît bien.
Il m'a gonflé, je l'ai un peu houspillé, après ça il avançait mieux mais tout en se faisant peur tout seul.

On fait une halte chez des amis qui habitent à 2km, je m'étais promis d'aller les voir à cheval un de ses 4. le temps de convaincre Velours de s'approcher du portail pour aller sonner... C'est elle qui sort avec son petit fils et son roquet. pause sympa et loulou a travaillé la désacralisation du portail (mais bon, je me fais pas d'illusion, un portail ne fait pas l'autre et pour lui, ce sont des bêtes monstrueuses)

Enfin, pour aller renifler ces bipèdes, pas de souci, il a du coup inspecté ce joli portail




Et après que madame lui ait donné une carotte, il passait carrément le nez à travers les barreaux. j'ai pas tenté le diable ni attendu qu'il se coince le nez dedans, nous voilà repartis.
Loulou très péchu, le trot s'enclenchait au quart de tour dès que je disais les mots magiques. On a bien bien trotté. Je le laissais parfois y aller de bon coeur, et tant pis pour la forme pas très orthodoxe du grand trot de course, car visiblement, ça lui faisait du bien. Surtout qu'avec les godasses, pas de caillou qui tienne !

Plus loin on a testé un petit chemin-raccourci que j'avais repéré sur géoportail. Le début un peu envahi, mais rien dont une petite machette ne viendrait à bout. En allant doucement et en l'arrêtant pour écarter quelques branches ou ronces, ça allait nickel
Sauf que les 20 derniers mètres étaient impraticables : d'abord de jeunes arbres qui poussent en plein milieu, et ensuite une maison construite récemment dont les fondations en béton forment une bande de 50 cm en pente tout le long, à droite une haie fournie et entre les 2, du remblai fait de grosses pierres entassées telles quelles. Bien dommage ça faisait un chouette petit raccourci... On est passés quand même mais j'ai dû descendre de cheval et heureusement que Velours avait les shoes vu le sol.

Plus loin, je vais pour me remettre en selle, je vois 2 cavalières arriver dans ma direction, avec leur chien. C'est à peu près là que j'ai perdu le rouquin qui est devenu zinzin. J'ai attendu qu'elles soient passées et engagées sur le chemin où je voulais aller (elles m'ont précisé en passant, qu'elles partaient pour un trotting), ensuite je l'ai emprunté à mon tour, mais en restant à pied, le temps que Velours retrouve ses neuronnes.

à un moment je remonte sur le gros et on a bifurqué sur la droite. Il avançait trèèèès bien mais la bonne côte et les caillasses l'ont bien calmé.
Un joli chemin, ceci dit.


on retombe sur la route de l'horticulture avec les serres. Velours était toujours en quête des autres cavaliers, quand il a vu qu'il n'y avait qu'un papy poussant sa brouette, ses espoirs se sont effondrés et il m'a poussé un hennissement qui m'a réveillé (de même que ledit papy). Velours ne hennit presque jamais, pas son genre. Il a lancé un appel à tout hasard, je pense... Mais les autres avaient pris une direction différente et devaient être bien loin.

Pour le reste, un brave cheval. Passé bravement devant le brise-vue déchiré qui ballote derrière le grillage, celui qui lui avait fait frôler l'arrêt cardiaque la dernière fois.
Super. Du coup on a trotté à nouveau, et pour rentrer j'ai pris un autre chemin raccourci (merci géoportail) qui lui, est super bien entretenu et m'évite le croisement dangereux avec passage devant les chiens noirs relous !

De retour à la maison, j'ai pris mon courage à 4 sabots et les lui ai parés. Plus que ma blonde à faire, demain fin d'aprem peut-être, ils annoncent un temps splendide... mais je bosse.
C'est elle que je devais faire d'abord, mais j'avoue que la vue de ses fanons bien boueux m'ont convertie à la procrastination !

Une super balade encore une fois ! c'est débile mais à la fin je remercie toujours mon loulou pour m'avoir supporté dans tous les sens du terme... avec un gros bisou (et une carotte, ok)

Sewan

Apprenti
  

Trust : 88  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 368
3 j'aime    
Jamais 2 sans 3... et de 4
Posté le 09/02/2017 à 21h52

valerio

"Une super balade encore une fois ! c'est débile mais à la fin je remercie toujours mon loulou pour m'avoir supporté dans tous les sens du terme... avec un gros bisou (et une carotte, ok)"

moi je ne trouve pas ça débile. je fais pareil. Je trouve ça normal de les remercier.

j'aime bien suivre ton post, la plupart du temps en sous-marin d'ailleurs, c'est vraiment chouette et t'écris bien :)

Bonne continuation et caresses à tes loulous

Valerio

Membre d'honneur
 

Trust : 46  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1878
7 j'aime    
Jamais 2 sans 3... et de 4
Posté le 12/02/2017 à 20h02

12 février 2017

après une matinée bien remplie j'ai enfin attaqué les postérieurs de la blondinette cet aprem.
Je pense que c'est pas trop mal. Sauf les lacunes qui sont encore profondes mais dur de traiter en ce moment vu la bouillasse. J'attends de voir au printemps ce que ça donne car je pense qu'elles vont muer (les fourchettes). Quoique niveau poil, elle a aussi commencé la mue j'ai l'impression !

En tout cas cette juju géniale car avec les rafales de fou, à un moment je me suis demandée ce qui m'avait pris d'entreprendre le parage par un temps pareil. Une grosse branche du marronnier à côté est tombée sur un appentis en tôle avec fracas... je suis la seule à avoir eu peur
Brave Dinette. L'a bien mérité ses carottes elle aussi.

Photos du post. droit avant parage




After :




Quenzohaf

Membre VIP

Trust : 500  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3974
1 j'aime    
Jamais 2 sans 3... et de 4
Posté le 12/02/2017 à 20h58

Ils sont vachement beaux ces petits petons ^^

Valerio

Membre d'honneur
 

Trust : 46  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1878
1 j'aime    
Jamais 2 sans 3... et de 4
Posté le 12/02/2017 à 21h04

quenzohaf
petits, petits ...

Valerio

Membre d'honneur
 

Trust : 46  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1878
5 j'aime    
Jamais 2 sans 3... et de 4
Posté le 17/02/2017 à 20h28

17 février 2017

ça sent le printemps, ce soleil, la douceur des températures, l'herbe repousse, y a plein de violettes qui embaument chez moi, et ça fait 2 fois que j'aperçois un écureuil... bref tout ça met la baladeuse qui est en moi, en émoi.

Mais toujours du boulot par-dessus la tête. Cet aprem quand j'ai finalement réussi à me libérer, il était déjà 16h, le temps de préparer Velours, on est partis vers 16h30
Ah oui car y a eu aussi une pause papotage avec une cavalière bien sympathique qui passait devant chez moi (c'est ça d'habiter contre les chemins de balade), du coup on a fait connaissance vite fait, elle m'a expliqué où elle habitait et m'a invitée à m'y arrêter si je baladais dans le coin. Sympa sympa. Elle montait une jolie jument grise barbe arabe de... 24 ans. Suis pas trop gris, mais franchement jolie sa juju.

Bref on finit donc par partir avec Velours, dans la même direction qu'elle, 1/4 d'heure plus tard. c'est bête, on aurait pu les accompagner, car en fait le chemin que j'avais décidé d'explorer aujourd'hui aboutit juste chez elle... je vois très bien où c'est, du coup. La piste toute fraîche de la jolie jument grise laissait des effluves équines fort intéressantes et j'ai donc eu Velours régulièrement le nez au sol



Pis apparemment, y avait d'autres chevaux qui étaient passés récemment vu le nombre de traces de sabots


Sinon, j'ai eu un Velours qui avançait pas mal. Quelques pauses pour traverser un hameau, mais vu le nombre de portails, poubelles, chiens, et choses intrigantes, c'était vraiment pas mal. Y a un an de ça j'aurais dû descendre, je pense.

On arrive enfin au chemin que je voulais découvrir : un joli chemin, clôturé de chaque côté mais avec une belle vue, et pas trop de cailloux. Bon ça glissait un peu mais on a quand même pu trotter pas mal, jusqu'à un tas de décombres au bord du chemin que l'on ne voit qu'au dernier moment car avant, il y a un fourré. Velours m'a fait un "écart" : mais bon, façon Velours, c'est-à-dire un arrêt net en s'écartant de la chose et en ouvrant de grands yeux pour voir ce que c'est. ça surprend, mais c'est sécure.

Ce beau chemin


Avec une belle vue


Pour la suite, traversée d'une grosse ferme avec ses monstres, même une pelle mécanique (ils aiment ça par ici !), des vaches, Velours regardant tout ça mais de bonne volonté et assez zen.
Ensuite on passe encore une zone résidentielle, no souci ; c'est super car ça l'habitue progressivement à la civilisation avant d'aller carrément en "ville". On y arrivera !

Et puis une longue montée de petite route qui serpente dans les bois, je l'ai fait trotter et l'ai poussé au cas où il aie l'idée de prendre le galop, mais non. Et comme visiblement, ça le stressait que je le pousse comme ça (qu'est-ce qui se passe maman ? on va se faire bouffer ?), j'ai ralenti le grand trot de course qu'il m'avait enclenché pour revenir à quelque chose de plus conventionnel. Enfin, y avait quand même de la distance, tout au trot, mes cuisses s'en rappellent.

On reprend le pas tranquillement pour passer quelques maisons. Et là THE blocage. Mais j'en ris encore. Bien 5 minutes quand même pour convaincre le rouquin de continuer... pour 2 petits agneaux, sans dec... trop mimis et tout riquiquis, nés d'aujourd'hui ou hier pas plus vieux... Bon, c'est vrai, on les voyait pas bien... Mais quand même. Sachant qu'on venait de passer juste avant un pré avec des moutons ; Velours s'était arrêté pour les dévisager, je pense qu'il était plus intrigué par leurs grelots que par les bêtes elles-mêmes ; mais bon, il en avait pas fait un fromage quoi.
Bon, c'est comme ça. J'connais pas, j'avance pas.



Une fois passé, on a pu encore trotter pas mal, même en descente ; bon quand ça penche trop, il se remet au pas, faut pas exagérer non plus.
Enfin j'ai mis pied à terre pour les 500 derniers mètres et l'ai laissé me suivre tout seul, ça va pas de problème il connaît le chemin de la maison maintenant.
Il avait bieeeeeen transpiré, pas étonnant qu'ils commencent leur mue avec ces températures.
Une belle sortie malgré le départ un peu tardif, on est rentrés vers 18h15 et on y voyait encore assez. Vivent les jours qui ralongent !!!

Valerio

Membre d'honneur
 

Trust : 46  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1878
5 j'aime    
Jamais 2 sans 3... et de 4
Posté le 19/02/2017 à 19h30

18 février 2017

Une fois n'est pas coutume, j'ai sorti ma belette pour une jolie balade ensoleillée.
Par rapport à la dernière fois, elle était ra-mo-lo, certainement à cause de la remontée des températures assez brutale. On est parties vers 15h, il faisait 17°, elle a entamé sa mue mais a encore une toison de yéti.

Bon les premiers mètres, je la laisse aller à son rythme très lent et profite du soleil et de la douceur de cet après-midi. D'autant qu'elle ne me paraissait pas super à l'aise dans ses sabots sur ce chemin pierreux ; elle cherchait un peu les bas-côtés, mais bien moins que le rouquin.
J'ai compris ce que signifie l'allure poneyscargot lol ... j'ai pu filmer tranquillement une petite portion de ce départ tranquiiiiiiille ; les bruits bizarres en fond sonore ce sont les cris de désespoir de Velours qui à son habitude, n'a pas arrêté de courir et d'appeler pendant une bonne heure, comme me l'ont confirmé les voisins



Après 500m j'entends arriver derrière nous une motocross et bien que les chevaux aient l'habitude de les voir passer à fond vu que leur pré est longé par un GR (leur ancien pré également l'était), je n'en avais jusqu'ici jamais croisé à cheval sur ces chemins étroits. J'étais un peu dégoûtée pour ma fifille vu les rares sorties qu'elle fait mais je n'ai pas eu le temps de réfléchir 10 ans et j'ai préféré la mettre en sens inverse plutôt que de laisser la moto arriver par-derrière. Elle roulait bien vite sur ce petit chemin où le conducteur ne pouvait nous voir à moins de 20 mètres... et n'a pas ralenti des masses
Mais ma belette n'a pas sourcillé ! Elle a regardé, mais c'est tout. pas un sursaut, pas un mouvement de crainte

C'est marrant comme d'un cheval à l'autre, les causes d'angoisse peuvent être différentes.
Par la suite, j'ai eu une miss zigzag ; il fallait passer entre 2 maisons, j'ai préféré la laisser regarder tranquillement, se mettre dans le bain, en la remettant droite tous les 2 pas et en la remettant en avant gentiment, car elle était pas super motivée. Je savais qu'après, on avait un bon kilomètre assez sauvage, où je l'ai faite trotter. Elle avait chaud, mais a quand même gardé le trot un bon moment, en montée, en descente, sur cette jolie petite route qui serpente - très agréable.
Quand je l'ai sentie fatiguer, j'ai remis au pas. On passe devant un portail ouvert sur une grande allée, que Velours regarde toujours avec méfiance ; elle, elle voulait s'y engager

Je la remet dans la bonne direction, là où la route monte sévère sur une bonne distance, l'endroit parfait pour le petit galop, qu'elle enclenche généreusement. Pas de bol on se fait couper la route par 2 jolis chevreuils en fuite. Et pour cause : en contrebas il y a un circuit où 2 motocross s'éclatent avec grand fracas. On continue la montée au trot, je la laisse regarder les motocross tonitruantes, mais ça lui pose pas vraiment de problème. Elle regarde, mais pas plus que les habitations qu'on doit traverser ensuite.

On passe tout ça tranquillement, une brave fifille, qui fait parfois un arrêt le temps de reconnaître un humain au loin (et avec ce beau temps, y avait pas mal de gens dehors), mais qui repart rapidement. Les agneaux terrorisant Velours la veille n'y sont plus ; une bâche bleue lui inspire quelque inquiétude, mais rien qui la bloque.

Au carrefour, je veux bifurquer à gauche, mais il faut passer quelques maisons, chiens, caravanes, bref ça fait beaucoup et la chocolatine n'est pas motivée ; d'autant que le chemin pour rentrer, c'est à droite, et même si elle ne l'a jamais pris, elle a le sens de l'orientation, contrairement au rouquin !

Elle m'a déjà beaucoup offert et montré sa bonne volonté pendant la première partie de la balade, et comme je tiens à faire cette petite boucle supplémentaire dans les bois (trop jolie), que je vois qu'elle commence à fatiguer, je mets pied à terre pour passer ce hameau en bonne "leadeuse". Ce qui lui permet de se reposer un peu, et d'observer sereinement tout ce petit monde.

Je remonte en selle un peu plus loin, dans le chemin creux avec montoirs intégrés tout le long (murets à la bonne hauteur !) et on trotte à nouveau sur ce chemin de rêve, jusqu'à la partie "escaliers" en caillasse, puis on rejoint la route au pas. Il faut encore traverser des habitations pour retrouver le chemin pour rentrer, mais la fifille y va bravement. On tombe sur la ponette tonneau grise qui roupille dans son pré. Ma grosse voudrait bien aller renifler cette copine, mais je ne la laisse pas faire, car la clôture c'est un grillage avec des bouts acérés au dessus duquel la ponette hisse sa tête dangereusement. Il y a la voisine et la proprio de la ponette qui prennent un rafraîchissement à côté ; je m'arrête donc discuter un peu et Dinette en profite pour

On rentre enfin par ce chemin empierré, c'est dur même pour ma brave belette. Mais une fois passés les cailloux, on retrouve notre chemin boisé pour rentrer. Au trot bien sûr !

Je décide de couper à travers la partie de notre champ qui n'est pas encore clôturé. Et comme c'est ma brave mémère, que le sol est bon, que l'on n'a pas pu trop galoper, je la lance au galop. Bien assise quand même, on sait jamais. Elle y va de bon cœur, c'est euphorisant, je me sens comme dans un générique de film avec la musique royal canin, sur ma brave destrière aussi confort qu'un fauteuil, quand, quelques mètres avant le bout du pré, elle fait un petit écart, surprise par Velours qui a déboulé en entendant le bruit du galop. En même temps je sens un grand crac ! en bas de mon dos, qui n'a pas apprécié ce décalage brutal vers la gauche. Comme quoi, même avec un cheval assurance vie et sans prendre de gamelle, on peut se faire mal bêtement.

Rien de grave, ces sensations magiques valaient bien quelques douleurs. Je descends, enlève le mors, dessangle, la laisse brouter un peu, elle l'a bien mérité, elle est trempée...
Voilà le champ en question, on est arrivé du coin du bois en arrière-plan, tout au fond


Je fais un câlin à Velours pendant ce temps, il a au moins autant transpiré que ma blonde . Il commence par tourner le dos d'un air désinvolte "m'en fous, j'aime personne !"


Puis finalement, il veut bien un câlin


Je ramène ma belle, elle est tellement mouillée, il fait pas froid, il n'est que 16h30... je passe un coup d'eau pour la rincer un peu. j'étais tentée de faire la même chose pour Velours, mais lui avait déjà séché, donc tant pis pour les poils collés par la sueur...

Contente de ma belle sortie avec la belette, qui s'est empressée de boire et bien se rouler sitôt au pré. Imitée par mon rouquin bien sûr.

Valerio

Membre d'honneur
 

Trust : 46  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1878
7 j'aime    
Jamais 2 sans 3... et de 4
Posté le 22/02/2017 à 20h16

Rien à signaler, mais une petite photo fraîche de Daïkhan et sa bouille de bébé ... Il est de plus en plus beau.
Trop hâte de voir ses 2 premiers poulains en avril !!!

Quenzohaf

Membre VIP

Trust : 500  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3974
2 j'aime    
Jamais 2 sans 3... et de 4
Posté le 22/02/2017 à 20h27

C est fou îl a pas changé , toujours cette bouille de bébé

Valerio

Membre d'honneur
 

Trust : 46  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1878
7 j'aime    
Jamais 2 sans 3... et de 4
Posté le 24/02/2017 à 20h19

24 février 2017

Sortie avec super Velours, itinéraire prévu : de la route essentiellement, histoire d'habituer et endurcir les petons, donc, sans hipposandales. Et puis, d'aller voir une copine qui habite à 5 bornes, depuis le temps que je lui ai promis !

Par contre j'ai vraiment dû me motiver vu la météo, le ciel était couvert, du vent vraiment pas chaud, bref, pas très engageant. Comme toujours je suis rentrée plus que ravie de m'être mis un coup de pied aux fesses, c'était super.

Départ du côté des gros chiens noirs, qui impressionnent de moins en moins le rouquin ; par contre, la fontaine machiavélique qui fait du bruit, c'est pas son kiff. Une petite accélération, rien de méchant.

Un peu de trot, un arrêt brutal pour 2 jolis chevreuils qui traversent la route, et ça repart. Un bout de chemin qui monnnnte avec un sol qui pourrait être bien sans les ornières (merci les motocross), alors zou au trot ! Velours soufflait comme une locomotive arrivé en haut, un peu d'excitation aussi, car on était en mode découverte de chemin.

On arrive au bled où habite mon amie, plein de maisons et tout ce que ça implique, on a même eu droit au tracteur qui sulfatait avec ses longs bras latéraux, donc quelques pauses pour analyser tout ça, dans l'ensemble, un courageux rouquin.

Petite photo : le tracteur était sur la droite dans le champ (ça a fait travailler à Velours la flexion d'encolure tout en marchant droit... ou presque droit). Et oui, la météo faisait pas rêver.


Après je descends de cheval jusque chez mon amie, on traverse une zone avec chiens barjots, chevaux, ânes, mouton, mini poney trop chou. Loulou se pose un peu et me suit, plus serein, même si je vois bien qu'il se demande qu'est-ce qu'on vient faire là !

Chez mon amie on rentre dans le jardin et on fait les présentations avec ses chevaux : un anglo et une frisonne. Des chevaux bien civilisés qui s'entendraient très bien (et tant mieux car je compte bien balader avec eux cet été !!). Velours faisait un peu le fier à bras mais ensuite venait se "planquer" derrière moi





la bobine de mon zozo


Bon ensuite on papote un peu, Velours lui aime pas attendre, on repart, il est au taquet ! Tout le retour il avançait à une allure folle, m'a même pris le trot de lui-même une fois
ça m'a bien réveillé la douleur en bas du dos qui date de la balade avec Dinette et de son écart au galop. Ouille ! Enfin, un loulou dynamique c'est sympa, surtout qu'il est resté à l'écoute. Du coup on a mis 40 minutes à l'aller, et 20 au retour...


Vers la fin on a dépassé un monsieur qui promenait son chien, un chien bien élevé ça mérite d'être souligné. Il a à peine aboyé et ça ressemblait plus à des grognements de cochon, c'était un sharpei, peut-être lié à la forme de son nez. Mais Velours l'a juste regardé avec curiosité. Brave loulou.

Valerio

Membre d'honneur
 

Trust : 46  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1878
3 j'aime    
Jamais 2 sans 3... et de 4
Posté le 02/03/2017 à 20h40

2 mars 2017

La balade de la semaine, entre les déluges de pluie et les rafales encore annoncées à partir de demain, fallait bien se caler ça !
Il faisait bon, sec, c'est déjà ça.
Nous voilà partis avec "Velouze" comme dirait mon mari, mais sans idée précise de l'itinéraire, j'ai fini par choisir une découverte de nouveau chemin.

Donc première partie, du chemin pittoresque dans les bois, comme j'aime. Par contre, j'ai bien essayé de trotter, mais soit ça glissait trop, soit c'était tellement caillasse que le rouquin veut pas trotter. Bon, comme il veut : c'est quand même lui qui me porte. Et à côté de ça, il était bien actif, donc ça me va. Par contre ces caillasses... heureusement que je lui avais mis les sandales aux antérieurs



Deuxième partie, après 2 ou 3 bons kilomètres dans les bois : route et traversée d'un hameau, bien 500m avec des maisons des 2 côtés. on progresse !

Mais avant ça... la gamelle pour tous les 2. On fait les choses ensemble nous ! Velours s'était mis sur un talus pour longer la route parce que de l'autre côté, y avait d'énormes billots de bois vraiment louches. Bon, qu'il marche sur les côtés quand le chemin est mauvais, j'accepte. Mais pas là, c'était une belle route, et on était au bord d'un champ cultivé, j'essaie de respecter les cultures.

Donc je demande au rouquin de redescendre sur la route, mais lui, doué comme il est avec ses pieds, et le sol glissant aidant, s'est emmêlé les pinceaux, et zip, s'est affalé sur le côté. Bon, moi j'ai atterri tout doucement un genou dans la terre moelleuse (mais bien collante et rouge, sinon c'est pas drôle), genre montoir à l'envers quoi, j'ai été déposée sur le talus, j'étais quasiment à la bonne hauteur.
Mais inquiète je me retourne vite pour voir si mon pauvre cheval, ne s'est pas blessé. Il a atterri la tête la première dans la belle herbe... qu'il s'empresse d'ingurgiter goulûment tout en se relevant.
Quitte à se ramasser dans l'herbe, autant profiter de ce repas providentiel !
Mais quel numéro ce cheval...

Bon du coup j'étais direct en place sur mon talus-montoir, je me remets en selle, et nous voilà repartis. Je le fais trotter un peu jusqu'au hameau : RAS. On aborde ce petit village, Velours attentif à tout ça, mais plutôt zen. Il s'arrête pour analyser quand il voit un truc bizarre, genre des personnes dans un jardin, un monsieur qui passe le tracteur tondeuse, mais repart de lui-même comme un brave cheval.
Je vois derrière arriver un tracteur, je range mon gras du bide sur le côté et le laisse brouter un peu ; un sursaut quand le tracteur passe, il tractait une grosse bétonnière ; mais rien d'assez inquiétant pour le détourner de son petit en-cas. Au moment où j'allais lui demander de repartir, je vois arriver sur cette petite route étroite un 35 tonnes bon ben, on va rester encore un peu sur le côté alors... Pas une réaction au passage du camion Je crois qu'il commence vraiment à saturer du foin, l'herbe de printemps est si appétissante... allez gros plus qu'un mois, tu t'en mettras plein la panse.

Bref on traverse ce village, doucement mais sûrement, même quand un berger allemand vient en aboyant à notre rencontre sur la route : fière de mon zozo.
Encore un peu de trot pour rentrer, et au passage sur le chemin en herbe je craque et lui octroie une pause brouting. De toute façon, on est presque arrivés.


Retour au pré après une douche vigoureuse des membres pour ses tendons, au cas où dans sa chute il se serait froissé quelque chose.

Les 2 loulous perdent à présent leur poil par poignées.
J'ai eu le retour du véto sur l'oeil de ma belette, qui est très beau, il reste un tissu blanc en bas mais ce n'est pas une récidive du carcinome, seulement une réaction inflammatoire à la cryothérapie. Donc je suis
et c'est vrai qu'elle voit très bien maintenant. Par contre je vais prendre des photos à intervalles réguliers pour pouvoir agir très vite si jamais ça revient.

Valerio

Membre d'honneur
 

Trust : 46  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1878
7 j'aime    
Jamais 2 sans 3... et de 4
Posté le 09/03/2017 à 19h28

9 mars 2017

J'ai emmené ma belle blonde chez son prince charmant. Elle ne semblait pas en chaleur, mais l'a reconnu (et lui aussi !) c'était marrant à voir. Il l'a "saillie" parce qu'elle se laisse faire poliment mais l'éleveuse qui était avec moi pense qu'elle n'est pas en vraies chaleurs selon la couleur de son pipi lol.
En effet elle était plus intéressée par le foin ensuite

Il y a une autre jument avec, une poulinière de l'élévage. Quand elle a vu que son étalon s'occupait de la mienne elle faisait ensuite mine de l'attaquer... mais s'arrêtait à bonne distance dès que Dinette tournait le dos. Vu la carrure de ma grosse, ça vaut mieux pour elle ! Car ma belette est trèèèèès sympa, mais si tu la cherches, tu finis par goûter de ses gros postérieurs.

Bon cette année je l'ai amenée très tôt pour augmenter les chances, mais vu le fiasco de l'an dernier, je ne crierai pas victoire à moins d'avoir un DG+ !

Demain, j'espère pouvoir balader vu le temps de rêve et les 20° annoncés, on verra si Velours n'est pas trop perturbé. Car du coup il se retrouve seul mon pauvre rouquin

Valerio

Membre d'honneur
 

Trust : 46  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1878
5 j'aime    
Jamais 2 sans 3... et de 4
Posté le 10/03/2017 à 22h27

10 mars 2017

Mon grand assez stressé, du genre à hennir dès qu'il me voit, lui qui ne l'ouvre presque jamais.
Et la boulette de sa patronne, ce matin.
Pour qu'il s'occupe un peu je lui ouvre le "parking" à l'herbe naissante si appétissante... puis je commence à bosser dans la maison. Une fois ou deux, en sortant, je jette un oeil, il y est, il broute.
Sauf que, hier j'ai ouvert le chemin de ce "parking" pour y rentrer avec le van et charger la fifille. Et comme une blonde, j'avais pas refermé le chemin.
Donc au bout d'un moment, loulou a dû se dire tiens ! c'est ouvert, l'herbe est bien verte là bas...

Après une grosse matinée de travail, vers 14h, mon mari va voir Velours mais ne le voyant pas, me demande si c'est moi qui ai ouvert le chemin. oups je cours vite à la recherche du rouquin car la route n'est pas très loin... Il est juste dans le pré du voisin à brouter, à 10 mètre de son pré. Ouf. Je l'appelle, il me répond direct de façon trèeeees audible et arrive vers moi (dans son pré) au trot
Complètement trempé.
Il a dû courir partout pendant un petit moment. Mon mari me dit avoir entendu dans la matinée comme des galopades, mais il a pensé à des cavaliers sur le chemin de balade...
Hum je vois un appel manqué, et le message d'un ami qui passait en voiture en débauchant et nous demandait si ce serait pas notre cheval près de la route qui avait l'air affolé... Oups

Bon tout est bien qui finit bien et comme il fait 22° je passe Velours à la douche pour essayer de rincer un peu sa sueur dans le poil encore épais.

Après le repas, je vais boire mon thé dans son pré histoire qu'il soit moins seul (et puis, il faisait si beau... ). Ensuite je m'allonge dans l'herbe pour faire une petite sieste.
Loulou vient d'abord renifler mes pieds avec curiosité, il ne m'a jamais vue couchée


Puis comme il voit que c'est l'heure de la sieste, il se pose lui aussi toujours à 2m de moi... Voilà ce que ça donne un Velours qui roupille :





Et pour s'enfoncer tout à fait dans la gagattitude



Enfin, avec ce beau soleil, j'avais envie de sortir, mais vu son aventure du matin, et le fait qu'il est seul depuis hier donc clairement perturbé (rien à faire il stresse tout seul), j'ai pas voulu lui imposer ça. On a fait juste le petit tour du domaine en terrain connu donc, avec le mari nous accompagnant à pied, et moizàcru (pas pris ma bombe c'était pas sécuritop c't'histoire...)
C'était sympatoche même si bref. Et mon dieu qu'il glissait dans le chemin qui descend... je serrais les genoux ça oui il m'a tout fait en "sliding" mais pas "stop" plutôt à fond, rien à faire pour qu'il y aille dou-ce-ment c'était tobogan party !

Valerio

Membre d'honneur
 

Trust : 46  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1878
4 j'aime    
Jamais 2 sans 3... et de 4
Posté le 15/03/2017 à 22h23

14 mars 2017

D'abord une petite visite à la belle chocolatine chez son amoureux. En l'occurrence c'est un ménage à trois vu qu'il y a une autre jument mais qui n'est pas encore en chaleur.
J'arrive les 2 juju sont ensemble et l'étalon roupille couché par terre. Les filles, ça fatigue !
Tout le monde s'entend super bien, c'est top.
J'en profite pour mettre le masque à mouche à ma blonde, les moucherons bouffeurs d'oreille sont là et le paddock n'a pas d'ombre avant l'après-midi. Limite elle se l'enfilerait toute seule si elle pouvait ma fifille...

Ensuite pansage à l'étrille en caoutchouc qui dégage un bon kilo de poils
Et puis, pour pas faire de jaloux, idem à l'autre juju et à l'étalon qui apprécient au moins autant que la mienne ! Ils sont adorables.

Je vérifie que ma belle n'a pas de bobo, et lui donne les carottes et pommes apportées. Elle est super zen.
Photos :









Pour le plaisir quelques photos du seul poulain de l'année à l'élevage, un bonhomme red dun trop beau. Race QH il a un mois.




"c'est quoi que tu manges maman ?"



Après-midi, j'arrive à caser une balade avec Velours.
J'y vais tranquille pour pas trop le brusquer, voir s'il est encore stressé du départ de sa pote de pré ; en fait il a été plutôt cool, il faisait beau et chaud et je pense qu'il n'était pas fâché que je m'occupe de lui et de sortir un peu car tout seul, ben, il s'ennuie, c'est tout...

Du coup, je décide de rentrer par la route qui traverse l'arche de Noé, une propriété avec des animaux divers et variés par milliers. On n'y est passé qu'une fois cet hiver, et j'étais à pied; ben même comme ça ça avait été éprouvant pour le rouquin.

D'abord il y a le minipoons et son copain âne qui arrivent au galop. Sont choupi ! Mais flippant pour loulou. Monsieur l'âne a une bonne voix et nous en fait profiter.

Quelques minutes pour se familiariser avec ces bestiaux, et l'affaire est dans le sac. On va pour continuer mais arrive en face un camion de fioul. La route est pas super large, en rangeant Velours bien à droite, le camion se rangeant aussi de son côté (super sympa le conducteur), ça devrait passer. Mais non, Velours le sent pas et tente un demi-tour. Il aurait fallu que le camion s'arrête, il serait aller renifler, il était en mode curieux. Mais bon, faut pas renifler les camions qu'on croise loulou

Du coup on a fait demi tour sur quelques mètres, le camion nous suivant tout doucement, et Velours là ça le dérangeait pas. Jusqu'au chemin d'une maison où j'ai arrêté mon grand cornichon le temps de laisser passer le camion, à 2 mètres, ce qui semblait être une distance plus raisonnable à ses yeux.

Booon on repart, puis re-pause car ensuite, viennent les vaches à droite.
Velours les a bien observées pour s'assurer qu'elles étaient pacifiques, ce qui leur a laissé le temps de s'approcher et de meugler 3-4 fois (désensibilisation allons-y)


Ensuite on est passé entre le parc de 4 chevaux à gauche, et celui du troupeau de poneys et chèvres, à droite. Tranquillement et sans stress. Une fois passé tout ça, nous voilà bien repartis


On est rentrés par le carrefour des gros chiens noirs, mais après l'arche de Noé, peuh ! de la gnognotte ces chiens noirs, pas un sursaut. Bravo Velours ! Un coup d'oeil aux poubelles quand même, sait-on jamais, et nous voilà rentrés. Ah si presque à la maison, on a croisé un gamin à vélo, une première pour Velours. Un arrêt le temps de comprendre ce que c'est encore que cet engin avec un bipède dessus, et le temps pour moi de dire bonjour au petit qui en guise de réponse s'est exclamé : "c'est grand en fait un cheval !"
Bonne soirée à toi aussi freluquet.

Récompense à l'arrivée : brouting. J'aurais dû le laisser brouter un peu avant la balade, car tous les prétextes étaient bons pour goûter la belle herbe verte pendant notre jolie promenade. ça m'apprendra.


Commence déjà à faire du gras mon loup... J'va réduire sa ration
Page(s) : 1 ... 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 ... 45
Jamais 2 sans 3... et de 4
 Répondre au sujet