Compétition et cheval "au naturel"

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Auteur
8407 vues - 144 réponses - 8 j'aime - 35 abonnés

Tornade76690

Apprenti
  

Trust : 130  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 317
Compétition et cheval "au naturel"
Posté le 03/01/2020 à 14h20

Bonjour,

Je crée ce sujet pour pouvoir discuter, débattre, partager autour de la compétition, quels que soient la discipline, le niveau... avec des chevaux "au naturel". Je mets ce terme entre guillemets car pour l'instant, il ne m'en vient pas de plus pertinent mais si vous en voyez un plus parlant, n'hésitez pas !

Je suis moi-même cavalière de ce qu'on pourrait appeler du loisir sportif, c'est-à-dire que je suis propriétaire d'une jolie SF de 13 ans maintenant avec laquelle je fais un peu de tout : dressage Amateur 3, CSO Amateur 2 avec objectif Amateur 1 et pourquoi pas plus si mon mental me le permet (ma jument peut, c'est vraiment pas elle le souci !), balade, randonnée (on a fait la Manche, la Somme, la Suisse Normande), travail à pied (liberté, longe, longues rênes).

Là où je commence à me rapprocher de l'équitation "au naturel", c'est dans l'approche et la gestion de ma jument : elle a toujours vécu au maximum au pré, dans la mesure des terrains disponibles et de la météo, puis j'ai été amenée, par la force des choses, pour sa santé, à la déferrer et elle est donc maintenant pieds nus depuis 18 mois. Je me suis ensuite intéressée aux méthodes d'éducation la Cense et Andy Booth (très proches l'une de l'autre) pour améliorer mes résultats en compétition (en lien avec la préparation mentale et la sophrologie). Et enfin, je me suis penchée sur son alimentation et, grâce à la compréhension de l'écurie où elle est en pension l'hiver, j'ai pu supprimer les céréales de son alimentation et la passer au foin en grandes quantités que je complète, à mes frais, avec un correcteur de foin sans céréales, ce qui m'a permis d'améliorer encore son bien-être et donc la qualité de son travail.

Voilà où nous en sommes, de façon très résumée. Avec tous ces changements, j'ai vraiment constaté une amélioration de son physique, de son mental et donc une amélioration de ce qu'elle me propose au travail, aussi bien sur le plat que sur les barres (stabilité, rondeur, poussée, "soumission", qualité de saut...). Concernant les résultats en compétition, c'est très fluctuant mais aussi très dépendant de mon mental, que j'ai très délicat et sur lequel je travaille, et donc nos résultats ne sont pas révélateurs de ce dont ma jument est capable. Et je ne suis techniquement pas parfaite, ce qui ne l'aide pas non plus ! Si vous voulez plus de détails, j'ai créé un compte Instagram, reflexions_cavalieres, qui explique en détail le pourquoi et le comment de ces décisions ainsi que les résultats que j'ai pu observer et les conclusions que j'ai pu en tirer.

De plus, on constate que de plus en plus de cavaliers de haut voire très haut niveau s'orientent vers une recherche de plus de naturel dans la gestion de leurs chevaux :
La famille Hécart et Julien Epaillard : https://jump-inside.com/tous-mes-jeunes-chevaux-sont-deferres-julien-epaillard/
Marion Skalli et son Rialto
Luca Moneta https://www.facebook.com/lucamonetahorsemanship/

Je pense qu'une évolution vers une équitation en compétition plus respectueuse de la nature et de la physiologie du cheval est possible. Et vous, qu'en pensez-vous ?

Tornade76690

Apprenti
  

Trust : 130  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 317
3 j'aime    
Compétition et cheval "au naturel"
Posté le 14/01/2020 à 21h05

lerya le sans céréales chez le chien, je trouve pas ça pertinent. C'est un descendant du loup donc plutôt charognard opportuniste, en gros il mange de tout, vivant ou mort Contrairement au chat qui ne mange QUE de la viande fraiche. Quand on observe le chien, il est capable de bouffer n'importe quoi sans que ça lui porte sur l'estomac (sauf quand, comme la chienne de ma coach, il mange des compresses, des chaussettes ou des téléphones ). Ma minette de 12 ans, qui mène une vraie vie de chat avec accès à l'extérieur, est une vraie chasseuse et elle mange ses proies, malgré un accès à des croquettes (sans céréales) auxquelles finalement elle touche assez peu. Après, elle mange avec plaisir un petit bout de spaghetti bolo, de fromage ou de beurre sans que ça ne lui soit préjudiciable mais ça reste exceptionnel. Pour le cheval, à mon sens, l'apport en céréales doit vraiment être mesuré et raisonné en fonction du type du cheval (trait, selle, course, poney rustique...) et de son activité. La boulette de ma sœur perd clairement en réactivité sur les barres quand elle est à l'herbe sans céréale. La mienne garde la pêche sans céréale et en plus de ça est bien plus gérable pour moi.

Pour les fers, tous les chevaux que j'ai vu ferrés puis pieds nus sont mieux sans, malgré parfois de très lourdes pathologies. L'ancien cheval de concours de ma sœur a été retraité à 12 ans pour cause de naviculaire osseux très évolutif, passé pieds nus avec parage par ma podo, bien plus droit que lorsqu'il était ferré en egg bar à prix d'américain. La ponette de concours retraitée d'une copine qui avait des soucis de pourrissement de fourchette à la limite du crapaud n'a jamais eu d'aussi beaux pieds que pieds nus alors que tout le monde disait qu'il fallait la laisser ferrée vu sa pourriture de fourchette intraitable. En revanche, il faut un très bon pro (maréchal, podo...) et assurer un suivi très régulier (la mienne est faite toutes les 5 semaines mini). Et l'adaptation peut être longue donc demander une inutilisation du cheval pendant un certain temps, ce qu'il faut être prêt à accepter. Ceci dit, la mienne voyait la podo toutes les 3 semaines au début de son passage pieds nus, pour corriger le moindre défaut. Je pense que la clé d'un passage réussi en pieds nus, c'est vraiment la régularité du parage pour que le pied ne repose jamais sur la paroi. Et le souci, c'est que beaucoup de gens pensent que pieds nus c'est tranquille et ça demande moins d'entretien alors qu'en fait non. C'est autant voire même plus d'entretien qu'un cheval ferré. Alors soit on se forme pour entretenir le pied entre les passages du podo, soit on le fait venir très régulièrement.

Édité par tornade76690 le 14-01-2020 à 21h07



Tornade76690

Apprenti
  

Trust : 130  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 317
4 j'aime    
Compétition et cheval "au naturel"
Posté le 04/03/2020 à 22h27

Texte que j'ai publié sur mon FB :

Voici l'article paru dans le magazine l'Éperon (le magazine référence en sports équestres donc pas Poneybisounoursland Magazine ?) sur la décision prise par Michel Hécart (élevage de la Roque et cavalier de Kannan entre autres, presque 70 ans et un peu de bouteille dans le métier) et Julien Epaillard (40 ans de métier, actuellement classé dans les 15 premiers de la FEI ranking list en jumping et premier français devant Staut, Leprévost et Delestre) de déferrer leurs chevaux. Et comme je suis gentille et que je pense à vos p'tits neuneuils, je le retranscris ci-dessous :

Déferrer, "une technique révolutionnaire"

Dans l'Éperon n°382, la rédaction avait consacré un reportage à l'élevage de la Roque. Michel Hécart y expliquait notamment déferrer tous ses chevaux. Visiblement, le cavalier du regretté KANNAN a fait un adepte !

"On a passé le jour de l'an 2019 ensemble et Michel a essayé de me convaincre du bien-fondé du déferrage", se remémore Julien. "Autant dire que je n'adhérais pas du tout à son discours ! Il voulait que je monte des chevaux à lui, mais il était pour moi hors de question de monter un cheval déferré en compétition. J'étais très fermé. Et puis, au bout de six mois, j'ai accepté de sortir deux de ses chevaux en compétition à Deauville : Michel commençait à avoir un peu de recul sur ce choix et notre vétérinaire en commun, Bertrand Franquet, était bluffé par les résultats. J'ai donc essayé et j'ai eu un sentiment incroyable sur mes parcours au niveau des amortis... Ça a été une révélation. Je monte à cheval depuis quarante ans, et je n'avais jamais ressenti de telles réceptions.

Quelques jours après, j'ai pris contact avec Guillaume Parisot, podologue équin, pour essayer de comprendre. Il m'a expliqué l'idée : la maréchalerie part du principe que le cheval est un ongulé et qu'il doit reposer sur son ongle. Son idée, ainsi que celle de beaucoup d'autres aujourd'hui, est de couper l'ongle afin que la sole du cheval soit en contact avec le sol. Avec un fer, la sole n'a plus de rôle. Mais en coupant l'ongle - donc avec un parage spécifique - on redonne à la fourchette et aux glomes leurs rôles d'amortisseurs et de pompes, pour faire circuler de nouveau le sang dans le pied. Avec un système de ferrage classique, le cheval devient le seul animal au monde à reposer sur son ongle.

Fort de ces explications, j'ai donc commencé par déferrer un cheval qui était boiteux, auquel on avait essayé trente-six ferrures et que nous ne parvenions pas à remettre droit. Il ne semblait pas pouvoir faire du concours un jour et je me suis dit qu'en le déferrant, je n'avais pas grand chose à perdre !"

Après un temps d'adaptation et quelques semaines au paddock sans chaussure, ledit cheval redevient droit et reprend le chemin des compétitions.

"Dans le cadre du parage du pied, qui doit être fait toutes les quatre semaines, on fait une espèce de rolling à quarante-cinq degrés pour que le pied ne soit plus bloqué. Il suit le mouvement du membre. Et cela donne des résultats incroyables : j'ai déferré tous mes chevaux, sauf trois car les propriétaires ne le souhaitent pas. Mais je ne peux pas leur en vouloir : il m'a fallu six mois pour me faire à l'idée."

Julien Epaillard et une partie de son équipe ont suivi une formation au parage naturel. "Certains chevaux mettent un peu de temps à s'adapter, d'autres pas du tout. Aujourd'hui, mon vétérinaire ne vient plus. Je pense personnellement que c'est une méthode révolutionnaire, et qui confère d'avantage de bien-être aux chevaux. C'est la première année que j'ai aussi peu de chevaux boiteux."

Michel Hécart et Julien Epaillard ne sont pas les seuls : Luca Maria Moneta, cavalier international en CSO, Marion Skalli cavalière française Pro 1 (qui parle de son cheval Rialto Chassignol comme un miraculé qui depuis qu'il est pieds nus, ne fait plus aucune tendinite, lui qui n'arrivait jamais à finir une saison).

Comme quoi c'est possible ;) Moi je préciserais juste que ça demande une très grande régularité dans le suivi des parages, le choix d'un professionnel qui sache vraiment pratiquer ce type de parage, un soin particulier porté aux sorties très régulières du cheval (un pied nu qui ne se déplace pas et fait placard, ça ne peut pas fonctionner), à la propreté du box (un pied nu dans un box plein de crottins et d'urine, ça ne peut pas fonctionner non plus).

S'imaginer qu'on fera des économies parce qu'on passe son cheval pieds nu est un leurre ;) S'imaginer qu'on peut ne faire passer le podologue que tous les deux voire trois mois parce que "le pied ne pousse pas vite" ça revient à ne faire referrer son cheval que toutes les douze semaines parce que "le fer tient encore". Et accuser le pied nu d'être inconfortable pour les chevaux quand il n'est pas pratiqué à la bonne fréquence par une personne compétente, ça revient à accuser le maréchal de faire du mauvais boulot parce que le cheval boite ou se déferre au bout de douze semaines de ferrure.

A ceux qui disent "Oui mais c'est pas possible sur tous les chevaux", je rappelle que la mienne est loin d'être un exemple de rusticité et que sa génétique n'a certainement pas été sélectionnée pour sa qualité de corne ? Et qu'après des années de ferrures, dont certaines m'ont coûté 160 ? (ce que je ne conteste pas, c'est le prix des matériaux utilisés et du travail fourni) pour régler ses soucis de boiterie, c'est finalement le pied nu qui l'a remise droite.

A ce jour, cela fait dix-neuf mois qu'elle est pieds nus, elle n'a jamais reboité (enfin je ne compte pas les accidents stupides qui ne sont ni de son fait ni du mien). Elle dresse, elle saute, elle balade (si si, au moins six fois d'après mon fil Instagram l'été dernier, ce qui compte tenu des aléas climatiques et de mon mois et demi à pied à cause de mon épaule n'est pas si mal). En plus, elle fait ça plutôt bien quand j'arrive à être une cavalière techniquement correcte et pas paralysée par la peur.

A ceux qui disent "On a toujours fait comme ça", je dirais qu'il faut remettre les choses dans leur contexte et que rares sont les chevaux aujourd'hui qui tirent la grosse Bertha à longueur de journée sur un champ de bataille, qui font la route du poisson entre Boulogne-sur-Mer et Paris, qui tirent des calèches et des diligences sur des routes pavées et goudronnées à longueur de journée. Vu ce qu'on leur demande aujourd'hui et les sols sur lesquels ils évoluent, l'usure prématurée de la corne nécessitant un ferrage n'est plus forcément une obligation.
Puis bon, ce serait comme justifier l'antisémitisme actuel en disant "Bah oui mais ça a toujours été comme ça" (Louis IX, la rouelle, Hitler, toussa toussa... Ayé, point Godwin atteint ? Désolée mais je n'avais pas de meilleur exemple en tête).

Enfin bref, pour ma part, le parage naturel a clairement fait ses preuves, au moins sur ma jument que ça a littéralement sauvée. Je n'y ai vu que des bénéfices. Et je suis d'accord avec Julien Epaillard quand il dit que ça participe au bien-être des chevaux.

Badmonster

Membre ELITE Or
  

Trust : 402  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 13116
1 j'aime    
Compétition et cheval "au naturel"
Posté le 04/03/2020 à 22h32

Ça se fait de plus en plus et ce n'est pas révolutionnaire. Même les marechaux globalement sont pour. Le seul point négatif à les pieds fragiles et les défauts d'aplomb c'est l'inconfort en balade si le sol est dur.

C'est par habitude au final le ferrage, le cheval dans la guerre, le cheval sur les pavés à tirer les fiacres etc

Quiebro13

Membre ELITE Or
  

Trust : 1207  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 16621
1 j'aime    
Compétition et cheval "au naturel"
Posté le 04/03/2020 à 23h33

Après 4 ans de pieds nu ... une prof qui avait un stage justement avec Parisot entre autres... 3 ans sans " soucis " sans sensibilité du moins.
Un top podologue, des prises de sang, une osteo à fond pieds nus, un remaniement total de l'alimentation ... mon cheval m'a dit STOP !

Après 4 mois de boiterie où il mettait 15 mins à traverser son paddock juste pour aller boire, un bilan locomoteur complet avec radios + échographie, boiteux de tous les pieds ... bah il a des fers aux 4 pieds et il a enfin retrouvé toute sa locomotion et toute ses allures !

Alors oui il est ferré toutes les 5 semaines Max 6, tout autant que les parages, parages entretenu entre par ma prof.

Bref y a pas de solution miracle, le bien être du cheval c'est justement de s'adapter à lui. Mon cheval avec sa sole extra fine (c'est un lusitanien aux pieds plats) était clairement en souffrance pieds nus et je me suis acharnée bien trop longtemps.

Édité par quiebro13 le 04-03-2020 à 23h35



Badmonster

Membre ELITE Or
  

Trust : 402  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 13116
5 j'aime    
Compétition et cheval "au naturel"
Posté le 04/03/2020 à 23h45

Pas facile quiebro, quand on pense / veut bien faire... mais c'est la grande leçon de l'équitation, écouter son cheval et s'adapter

Juu_lie

Membre ELITE Or
  

Trust : 496  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 25043
1 j'aime    
Compétition et cheval "au naturel"
Posté le 05/03/2020 à 09h25

Idem ici on a tenté 7 mois de passer pieds nus ...
Cheval pas à l'aise même avec hipposandales ...
et même en carrière ....
cheval eteint ...

on a fini par re ferrer et depuis il a retrouvé ses allures, son moral et pète le feu!

pourtant je voulais absolument le garder pieds nus, ça m'a fait mal au coeur de re ferrer mais le bilan est bien plus positif au final ...

Quiebro13

Membre ELITE Or
  

Trust : 1207  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 16621
1 j'aime    
Compétition et cheval "au naturel"
Posté le 05/03/2020 à 10h19

badmonster

C'est exactement ça !

Il m'a expliqué qu'entre mes convictions, mes pseudos certitudes et ce que lui voulait pour être bien il y avait parfois un gros écart !

A choisir oui je préfère un cheval bien dans ses pieds qui bouge, qui joue avec son copain de paddock, qui saute en l'air, qu'un cheval complètement éteint qui ne bouge plus de son abri et souffre ne serait ce que pour aller boire ...

Badmonster

Membre ELITE Or
  

Trust : 402  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 13116
1 j'aime    
Compétition et cheval "au naturel"
Posté le 05/03/2020 à 11h53

Ah bah clairement !
Et je trouve que les maréchaux sont bien plus ouverts qu'on ne voudrait le croire ! Globalement tous les maréchaux qui viennent aux écuries, ils ferrent par habitude parce que c'est souvent ce que le propriétaire demande par habitude aussi, mais ils savent parer (globalement hein, y'a des bons et des moins bons comme partout), et économiquement ils ne se pensent pas perdant non plus, il faut faire le parage régulièrement aussi, ça ne prend pas plus de temps, y'a pas tous les fers à acheter et trimballer...

Donc je pense que de ce point de vue l'évolution est positive et chacun pourra faire au mieux sans être vu comme un hurluberlu s'il déferre.

Quiebro13

Membre ELITE Or
  

Trust : 1207  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 16621
1 j'aime    
Compétition et cheval "au naturel"
Posté le 05/03/2020 à 12h46

Honnêtement j'ai trouvé mes maréchaux bien plus ouvert d'esprit que les pareurs...

Quand tu te retrouves avec un cheval boiteux et que l'on te répond " bah madame faut être patiente, si vous referrez votre cheval sera foutu " euh ...

Je veux bien changer tout un tas de choses mais si ça ne convient pas bah faut s'adapter et trouver de nouvelles solutions.

Mon cheval est sensible des postérieurs, en fait non il n'est pas sensible il veut juste qu'on lui prenne les pieds correctement, le Marechal s'est bien fait secouer les 2 premières ferrures et puis il a accepté de nous écouter... mon cheval était parré en liberté dans son paddock ...
J'ai de la chance d'avoir une monitrice/gérante qui a des connaissances en podologue/maréchalerie et je sais très bien qu'elle dira aux maréchaux ce qui va et ne va pas.
On a la moitié des écuries pieds nus et puis l'autre moitié avec des fers.

C'est toujours pareil, il faut les écouter avant tout et savoir se remettre en question, adapter, trouver d'autres solutions et ne pas partir bille en tête parce que l'on est persuadé de quelque chose !

Avoir des convictions c'est très bien, savoir se remettre en question c'est encore mieux.

Badmonster

Membre ELITE Or
  

Trust : 402  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 13116
0 j'aime    
Compétition et cheval "au naturel"
Posté le 05/03/2020 à 13h04

Oui après c'est dur de savoir si c'est la transition ou que le parage pourrait être amélioré ou si c'est juste que ça ne convient pas au cheval !

Liti33

Membre VIP

Trust : 215  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3987
10 j'aime    
Compétition et cheval "au naturel"
Posté le 06/03/2020 à 21h45

Premier concours de saut pour mon mérens, sans fers, sans mors et sans reproches ;), heu je m'égare là.... Personne n'a émis le moindre commentaire :



Tornade76690

Apprenti
  

Trust : 130  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 317
1 j'aime    
Compétition et cheval "au naturel"
Posté le 07/03/2020 à 10h52

Alors pour remettre dans le contexte, mon post sur FB n'était pas destiné à dire que seul le pied nu est valable et que les gens qui ferrent sont des tortionnaires.
En fait, quelques jours avant, plusieurs personnes, que je cite au début de mon post, avec qui je monte et qui connaissent ma jument depuis ses 4 ans m'ont soutenu que le pied nu n'était qu'une mode, que de toute façon les fers existaient depuis le Moyen Age et que donc il y avait bien une raison à ça, qu'on ne peut pas partir en balade régulièrement, que les pros qui montent des chevaux pieds nus comme Epaillard ou Moneta mentent, qu'en fait il ferrent, blablabla...
Clairement ça m'a gonflée sachant que ces personnes ont vu ma jument rétive, boiteuse puis tous problèmes réglés grâce au passage pieds nus et qu'entendre des propos d'aussi mauvaise foi, ça m'a fait bondir.
Après, dans les commentaires que je n'ai pas recopié ici, il y a eu des conversations intéressantes sur la nécessité de ferrer dans certains cas, pas forcément toute l'année par exemple sur les chevaux d'endurance, ou pour certaines disciplines comme le reining à haut niveau où il faut des fers spéciaux pour les sliding stop, les chevaux qui tractent les calèches de touriste toute l'année...
Mais c'est possible de pratiquer pieds nus, même à haut niveau.
Après, ma podologue est d'accord sur le fait que pour le cross à partir d'un certain niveau, c'est mieux de ferrer, le reining, les grosses endurances, certains cas particuliers...
Et moi, je suis en Haute Normandie, terrains argileux et plutôt souples, je travaille essentiellement en carrière, je balade mais dans la limite de la météo et des chemins disponibles et leur état (et je ne sais pas si c'est pareil partout mais ici, les chemins de balade enherbés disparaissent car mangés par les agriculteurs qui les intègrent à leurs cultures donc c'est route et les voitures qui vont avec). Donc les pieds de ma jument sont plutôt préservés, sans compter tout ce que j'ai mis en place à côté pour préserver ses pieds.

Mais comme je le dis, ceux qui passent pieds nus en pensant faire des économies se leurrent. Entre le passage du podologue très régulier, le temps et l'énergie que je passe à faire bouger ma jument, garder son box propre, entretenir ses pieds, c'est long et fastidieux mais ça en vaut la peine.

Liti33

Membre VIP

Trust : 215  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3987
3 j'aime    
Compétition et cheval "au naturel"
Posté le 07/03/2020 à 18h49

Bah oui c'est une mode il faut le reconnaitre!!!! Avant pas mal de chevaux etaient pieds nus, et ça n'émouvait personne, une amie Belge me disait qu'à haut niveau en dressage le pied nu etait courament pratiqué déjà, car les sols sont bons et le permettent. Mais ce n'etait pas médiatisé.
Maintenant avec les réseaux sociaux, ça l'est, et oui, c'est "en vogue", une mode c'est ça, un truc qu'on voie partout, qu'on a envie de suivre et oh mon dieu c'est GE NIAL, en ça le pied nu est une mode, je vois trop trop de posts ou on deferre à tout va sans raisonner un tant soi peu sur le comment du pourquoi, on ne gère pas l'alimentation, on ne sait pas comment faire la transition, etc, et oui du coup ça se passe pas top et on referre car au final le fer c'est pas si mal ;).
Après perso je n'ai pas de connaissances de ce genre, les gens me connaissent assez bien pour pas venir m'enquiquiner sur mes posts, et qu'au final j'en fait pas une affaire d'état, mon véto est pro fers, il m'encourage à rester pieds nus car avant tout c'est un homme bien, et à l'écoute. Si ton cheval est mieux, tant mieux, point barre.

Liti33

Membre VIP

Trust : 215  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3987
0 j'aime    
Compétition et cheval "au naturel"
Posté le 08/03/2020 à 15h35

Et je sors aussi un peu en western, curieusement c'est plus problematique qu'en cso car la seule énnassure autorisée est le bosal, et c'est un peu dur je trouve.... Et peu adapté au style anglais, car on a par contre le droit de sortir en selle anglaise... Donc là je vais ressembler à un clown lol!

My.mandoline

Compte supprimé


0 j'aime    
Compétition et cheval "au naturel"
Posté le 12/03/2020 à 10h11

Est-ce que le pied nu est compatible avec le cce et surtout le cross ?
Page(s) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Compétition et cheval "au naturel"
 Répondre au sujet