Equitation classique : le mors, un indispensable ?

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9
Auteur
3005 vues - 132 réponses - 3 j'aime - 11 abonnés

Arthesia

Apprenti
  

Trust : 188  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 353
Equitation classique : le mors, un indispensable ?
Posté le 11/09/2017 à 01h32

Bonjour, bonsoir, chers membres de CA !

Je me tourne vers vous une fois de plus, pour espérer pouvoir me nourrir de votre expérience afin d’augmenter mes connaissances en ces êtres passionnants que sont les chevaux. En espérant, aussi, que ça puisse servir à d’autres.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, un brin d’histoire. Il y a 38 siècles, en 1800 avant J.-C. les premiers mors apparaissent, ils évolueront, de peu, jusqu’au 17ème siècle. C’est à l’époque de François Baucher, qu’ils évolueront une dernière fois, pour donner les mors que l’on connait actuellement. Cela fait donc près de 200 ans que les mors n’ont plus évolués, si ce n’est très peu.

C’est vers 400 avant J.-C. que Xénophon écrit le premier traité de l’équitation. Ce n’est que 2000 ans plus tard, au 15ème siècle, que sont écrits des traités similaires, les premiers de l’Equitation Classique. On en retiendra quelques écuyers, dont les fameux François Baucher, du 19ème siècle et Nuno Oliveira, du 20ème siècle. Et les écuyers de notre siècle, quels sont-ils ? Rien de moderne, simplement de bons professeurs qui transmettent le savoir des anciens.

Trêve de la partie histoire, merci à Wikipedia pour le partage de ces infos.

Vous devez très certainement, vous demander où je veux en venir, et je vous comprends ! Je voudrais vous faire constater que l’équitation n’a que très peu évoluée au fil des années, pire encore concernant le mors. Pourtant, notre utilisation du cheval, elle, a bien évoluée. Auparavant utilisé pour les transports, le travail dans les champs, ou dans un cadre militaire, aujourd’hui, à part de rares exceptions, on monte pour le plaisir. Le cheval n’est plus un besoin, mais bien un loisir. Et l’impact que ça a, c’est qu’on va dresser le cheval différemment, en recherchant le plaisir du cavalier, mais avant tout du cheval, pour que cette équitation qu’on lui impose soit la moins contraignante possible.

Ainsi, en Equitation Classique, un des objectifs principaux, c’est d’avoir un cheval qui réagit au poids du corps au poids des rênes. Mais si on pouvait aller plus loin que ça ? Si on arrêtait de considérer le mors comme un essentiel mais plus comme un outil d’apprentissage ? Tout comme on utiliserait la badine, à pied pour apprendre quelque chose qui servirait au travail monté, on utiliserait le mors pour apprendre un code qui finalement servirait sans mors ni ennasure, bref, sans contrôle direct de la tête. Ce serait quand même beaucoup moins contraignant pour le cheval, parce qu’on ne va pas se mentir, un mors, même totalement adapté, ça reste gênant dans la bouche du cheval.

On ne remet que très rarement en cause l’utilisation du mors en Equitation Classique… Pourquoi ? Parce qu’on a toujours monté en mors ? Comme on remettait peu en cause le fait de ferrer son cheval, ou comme le fait qu’on ait toujours une sous-gorge sous nos filets alors que dans la grande majorité du cas, c’est inutile ? Ou parce que c’est un outil indispensable ?

Alors, je vous vois déjà venir « Mais elle se fout de nous, ça existe déjà, ça s’appelle la monte en cordelette ». Oui, mais non, déjà parce que ce n’est pas obligatoire qu’il y ait une cordelette et surtout parce que lorsqu’on apprend à un cheval à être monté en cordelette ça se limite souvent aux codes de base, à savoir : gauche, droite, ralentir/s’arrêter/reculer. Ici, l’idée, serait de réapprendre tous les ordres qui passent normalement par le mors, sous un code différent. Un des exemples des plus flagrants (pour moi) mais surtout des plus techniques, c’est le fait de donner un pli au cheval, par un code autre que par une quelconque action sur la bouche. Ça amène irrévocablement la question du, est-ce que c’est possible ?

Est-ce que c’est possible de travailler un cheval aussi bien avec que sans mors (je ne parle pas d’ennasures) ? Ou le mors est-il un véritable indispensable si on recherche à avoir un cheval droit, en équilibre et musclé, et pourquoi ?

Je me demandais aussi quels sont les codes qui ne passent que par la bouche du cheval et non pas par le corps du cavalier ?


Merci d’avance à tous ceux qui auront pris la peine de s’intéresser à ce sujet, et un énorme merci, à ceux qui y participeront.

Quiebro13

Membre ELITE Or
  

Trust : 339  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 20638
9 j'aime    
Equitation classique : le mors, un indispensable ?
Posté le 11/09/2017 à 06h39

Pour moi a partir d'un certain niveau d'exigeance et de demandes le mors est difficilement remplaçable car la bouche étant une des parties les plus sensibles ça reste quand même le meilleur moyen de communication pour des actions fines et précises.

Et meme des grands cavaliers comme Alizée Froment qui font ensuite de la haute école sans mors on dressé leurs chevaux avec cet outil.

Je vois mal comment on pourrait dresser un cheval finement sans avoir aucune action sur son bout de dedans.
Bien entendu ces actions dépendent de la finesse du cavalier et c'est à lui à prendre la mesure de l'impact de celles ci.

Quand à la ferrure le pied nu se démocratise énormément, Mais n'est pas toujours compatible avec le mode de vie actuel de nos chevaux. Sans oublier que certains ne pourront jamais l'être de part leur "morphologie" je pense notamment au mien qui a les pieds plats et à mis en échec le passage pied nu même Apres 4 ans ...

Elodu25

Membre ELITE Bronze

Trust : 237  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 6114
3 j'aime    
Equitation classique : le mors, un indispensable ?
Posté le 11/09/2017 à 10h16

Je pense que les idées extrémistes n'ont pas leur place dans le monde , et je pense que le 100% sans mors est autant extrémiste que le 100% mors , idem pour le 100% sans fer et 100% fer !

 partir de la : je pratique les 2 : en balade , je n'ai pas besoin de mors , en reprise de Dressage , oui , quand j'ai besoin de finesse !


 la base moi j'avais dit : mon loulou acheté au sevrage , jamais de mors ! J'avais un galop 4 , je voulais un pro pour me le debourré , j'en ai pas trouvé qui faisait sans mors , et au final , j'ai un cheval ultra léger sur le mors , donc pas de douleur à lui infligé ... comme on pourrait penser

Pounki

Membre d'honneur
    

Trust : 152  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3240
0 j'aime    
Equitation classique : le mors, un indispensable ?
Posté le 11/09/2017 à 13h01

ca depend du caractère du cheval :ma percheronne est passée d'un olive brisé ,a un mors d'attelage puis a un pelham ,elle obeit a la voix .Ca a été dur elle est dominante et n'hésite pas a jeter son cavalier.

4 GROSSES CHUTES EN 1 AN (tete dos ,cou et tendons de l'épaule arrachés) m'ont menés au pelham je connaissait j'ais la main très légère et ne l'ai utilisé qu'une seule fois (tout fonctionne a la voix)

mais jamais au grand jamais je ne tenterais de lui enlever son pelham ,c'est une sécurité et une fois lui a permis de savoir ce qu'elle avait dans la bouche

tous les pro qui l'ont vu me l'ont dit c'est son caractère elle ne changera pas ,7 j sans monter ont reprend quasi au debut

Arthesia

Apprenti
  

Trust : 188  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 353
0 j'aime    
Equitation classique : le mors, un indispensable ?
Posté le 11/09/2017 à 17h27


quiebro13 a écrit le 11/09/2017 à 06h39:
Pour moi a partir d'un certain niveau d'exigeance et de demandes le mors est difficilement remplaçable car la bouche étant une des parties les plus sensibles ça reste quand même le meilleur moyen de communication pour des actions fines et précises.

Et meme des grands cavaliers comme Alizée Froment qui font ensuite de la haute école sans mors on dressé leurs chevaux avec cet outil.

Je suis tout à fait d'accord avec cela, c'est d'ailleurs de cette manière que j'ai abordé le mors, comme un outil d'apprentissage. Et ma question était donc la suivante, est-il possible, au final, de s'en passer, une fois l'apprentissage fait avec le mors ?

Je vois mal comment on pourrait dresser un cheval finement sans avoir aucune action sur son bout de dedans.
Bien entendu ces actions dépendent de la finesse du cavalier et c'est à lui à prendre la mesure de l'impact de celles ci.

Pourquoi, pour une raison, physique/mécanique ? Qui fait que certaines choses ne peuvent être demandées qu'avec un mors ?

Quand à la ferrure le pied nu se démocratise énormément, Mais n'est pas toujours compatible avec le mode de vie actuel de nos chevaux. Sans oublier que certains ne pourront jamais l'être de part leur "morphologie" je pense notamment au mien qui a les pieds plats et à mis en échec le passage pied nu même Apres 4 ans ...

Encore, une fois, je suis tout à fait d'accord... Et je n'ai jamais dit le contraire. J'avançais l'exemple des fers pour illustrer le fait qu'on commençait enfin à se poser des questions quant à l'utilisation de certaines choses et qu'on ne se contentait pas de continuer à les utiliser systématiquement, "parce qu'on a toujours fait comme ça". Oui, évidemment, il faut faire au cas par cas, parce que chaque cheval est différent.

Arthesia

Apprenti
  

Trust : 188  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 353
0 j'aime    
Equitation classique : le mors, un indispensable ?
Posté le 11/09/2017 à 18h10


elodu25 a écrit le 11/09/2017 à 10h16:
Je pense que les idées extrémistes n'ont pas leur place dans le monde , et je pense que le 100% sans mors est autant extrémiste que le 100% mors , idem pour le 100% sans fer et 100% fer !

Je suis sur la même longueur d'onde, l'extrémisme n'est bon en rien, il faut savoir nuancer, constamment et faire au cas par cas.

 partir de la : je pratique les 2 : en balade , je n'ai pas besoin de mors , en reprise de Dressage , oui , quand j'ai besoin de finesse !

L'idée est bonne dans la mesure ou en balade, le cheval va naturellement venir se muscler grâce aux dénivelés etc... là où, sur le plat, nous devons nous même travailler le cheval. Je reviens donc à ma question principale, est-il possible de travailler une cheval sans mors aussi bien qu'avec ? A voir ta réponse concernant la finesse, ce serait non. Mais pourquoi ? Parce que la bouche est extrêmement sensible ? Pourtant, la peau aussi, elle, est très sensible, quand on sait qu'un cheval est capable de ressentir une simple mouche se poser dessus


 la base moi j'avais dit : mon loulou acheté au sevrage , jamais de mors ! J'avais un galop 4 , je voulais un pro pour me le debourré , j'en ai pas trouvé qui faisait sans mors , et au final , j'ai un cheval ultra léger sur le mors , donc pas de douleur à lui infligé ... comme on pourrait penser

J'ignore si ça s'adresse à moi, mais je n'ai absolument rien contre le mors. Je l'ai d'ailleurs dit à plusieurs reprises sur un autre post, le mors, si bien adapté (et utilisé), ne doit causer aucune douleur. Il n'empêche que ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de douleur, que ce n'est pas pour autant gênant pour le cheval .

Arthesia

Apprenti
  

Trust : 188  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 353
1 j'aime    
Equitation classique : le mors, un indispensable ?
Posté le 11/09/2017 à 18h19

pounki Merci beaucoup pour ton témoignage, mais là n'était pas ma question C'est certain, monter sans aucun contrôle de la tête, ce n'est pas fait pour tous les chevaux de part leur caractère.

Sauf qu'ici, avant de prendre en compte l'aspect caractère du cheval, je me demandais de manière générale, si c'était possible de travailler correctement un cheval sans mors

Elodu25

Membre ELITE Bronze

Trust : 237  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 6114
0 j'aime    
Equitation classique : le mors, un indispensable ?
Posté le 11/09/2017 à 18h58

Alors voila ma réponse , ce que j'en pense concrètement , il y a peut être des affirmations fausses , mais je suis une petite cavaliere , Avec un petit niveau , Avec un cheval en apprentissage !

Lorsque je suis en mors , je demande l'impulsion de derrière , et ensuite je demande à mon cheval à se décontracter devant , â venir chercher son mors sur des rênes stables !


Stables = rênes ajustées , sans faute de main , qui accompagne !

Voila le premier probleme â la réflexion : peut on demander la même attitude sur un cheval sans mors , donc sur des rênes longues ?
Un cheval tres avancé dans le travail peut être ??? Je ne sais pas !

Je demande à mon cheval en side pull , donc en balade ou trotting , â avoir une attitude correcte , pour le muscler , donc Avec les papattes arrières qui poussent et une attitude plutot basse devant , mais pas en place ... ! Car je ne sais pas le faire en side .


_____

Va falloir deja avoir un cheval "feuille blanche" car il va falloir tout lui apprendre avec des codes différents , et des codes que le cavalier n'a pas l'habitude d'avoir ! Avec personne qui lui enseignera !
Faisable ? Pour mon cas â moi non , pour d'autres peut être ?

Cavalierevendee

Initié
 

Trust : 22  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 93
0 j'aime    
Equitation classique : le mors, un indispensable ?
Posté le 11/09/2017 à 20h07

Je ne vais pas répondre directement à la question mais j'aimerais souligner un point.

Tu dis que les mors n'ont pas évolués depuis 200 ans, je trouve que c'est faux. Les matériaux pour les fabriquer se sont multipliés, ainsi que les formes même si, effectivement, on retrouve des fondamentaux. Je pense par exemple aux mors beris, aux mors meroths qui se veulent venus de l'équitation indienne, les mors en cuir, les "apple mouth" se voulant appétants, les "golden wings" pour protéger les commissures du cheval etc...

Je ne suis pas une pro-mors, au contraire, mais je pense qu'on ne peux nier la grande diversité des mors et l'évolution (autant techniques au niveau de l'objet que l'utilisation qu'en font les cavaliers).

Voilà voilà ^^ sinon c'est la première fois que j'entends l'idée d'instaurer un code avec un mors pour pouvoir obtenir une conduite sans... rien ! Intéressant...

Arthesia

Apprenti
  

Trust : 188  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 353
0 j'aime    
Equitation classique : le mors, un indispensable ?
Posté le 11/09/2017 à 20h57

Pe47Pelodu25 Merci beaucoup pour ta réponse, peu importe que tu ne sois pas, selon tes dires, une cavalière de haut niveau, elle m'est très utile malgré tout et permet de nourrir ma réflexion.

Bien que je ne puisse pas affirmer à cent pour cent que ce soit juste, de par mon niveau (si quelqu'un pouvait confirmer ou infirmer ce que j'avance ) , un cheval mis en place est en fait un cheval en descente d'encolure à qui on a demandé de se redresser, et de placer sa tête plus haute. Le mors, va donc servir de limite, afin d'empêcher le cheval de descendre trop la tête dans son extension d'encolure, raison pour laquelle il s'appuie légèrement sur le mors et qu'il faut donc des rênes stables. Sauf qu'il est possible d'apprendre au cheval à se tenir tout seul, sans prendre appui sur le mors, les rênes ne sont donc plus tendues, un peu plus lâches. Après, que le cheval ait un certain niveau, effectivement.
Dans cette logique là, il devrait être possible de placer ton cheval avec ton sidepull.
Après, peut être que tout ce que je viens de dire est un ramassis de conneries , mais s'il vous plait, me tapez pas sur les doigts si c'est le cas, expliquez-moi gentiment


Il ne faudrait pas obligatoirement un cheval feuille blanche, le début du travail se ferait de la même manière. Une fois le cheval avancé, on pourrait assimiler les codes qu'il a appris avec le mors à d'autres codes.

EDIT : Ce que j'ai avancé sur la mise en place est totalement faux, je l'ai compris grâce à couagga. Mais aussi grâce à petitrot, qui m'a fait remarquer que c'était faux. Merci donc, à eux deux. Et désolée elodu25 pour cette lourde erreur.

Édité par arthesia le 13-09-2017 à 22h21



Elodu25

Membre ELITE Bronze

Trust : 237  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 6114
0 j'aime    
Equitation classique : le mors, un indispensable ?
Posté le 11/09/2017 à 21h02

Bah enfaite oui on peut placer le cheval avec l'énergie qui viendra par derrière et réceptionner cette énergie par la muserole de side , mais ca veut dire un contact constant sur la muserole , donc rênes ajustées sur le side : je vois pas trop l'intérêt et encore moins avec un licol etho ou un bitless

Elodu25

Membre ELITE Bronze

Trust : 237  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 6114
0 j'aime    
Equitation classique : le mors, un indispensable ?
Posté le 11/09/2017 à 21h04

Par contre non , un cheval qui est décontracté que son mors , j'ai pas en appuyé dessus par contre ! Cnest bien different

Arthesia

Apprenti
  

Trust : 188  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 353
0 j'aime    
Equitation classique : le mors, un indispensable ?
Posté le 11/09/2017 à 21h08

cavalierevendee Je dois avouer avoir été un peu dure avec les mors, c'est vrai qu'ils se sont beaucoup diversifiés. En fait, je voulais faire ressortir avant tout le fait que le mors existait depuis extrêmement longtemps et que malgré des changements dans notre utilisation du cheval, on a toujours continué à l'utiliser.
J'ai toutefois eu tord de dire qu'il n'a pas évolué depuis près de 200 ans, désolée . Ce vrai, on a vu apparaître de nouveaux alliages et de nouvelles matières, mais au niveau des formes, il est resté fondamentalement identique, à part pour le Poponcini.


Concernant ton dernier point, ca existe pourtant déjà à l'heure actuelle. Tout ou presque toute personne qui monte en cordelette, a du passer par le mors avant

Arthesia

Apprenti
  

Trust : 188  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 353
0 j'aime    
Equitation classique : le mors, un indispensable ?
Posté le 11/09/2017 à 21h17

elodu25 Sauf s'il se porte tout seule. Le side sert de limite, il n'a pas d'action tant que le cheval se tient placé, il agit si le cheval descend la tête.
Le terme "appuyé" n'est pas le bon en effet, il est plus "posé" sur son mors.

Venice

Membre ELITE Or
  

Trust : 338  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 15069
4 j'aime    
Equitation classique : le mors, un indispensable ?
Posté le 12/09/2017 à 10h07

Coucou,

Alors moi avant je montais mon poney en mors, un poney délicat, susceptible, bref le genre de poney qu'on imagine pas monter sans mors à moins d'être suicidaire ^^

Puis finalement un jour j'ai arrêté le mors pour les balades et le saut, du jour au lendemain. Tout c'est très bien passé et j'ai ainsi réaliser que le mors c'est psychologique. Quoi qu'on mette, le cheval aura toujours plus de force et s'il veut péter un plomb, il le fera. Après le mien était habitué à être monté avec beaucoup de jambes et peu de main, du coup la transition a été simple.

Je gardais au début le mors pour le dressage, car comme beaucoup, mon discours était que sans mors j'avais moins de précision, un cheval plus lourd etc, et je trouvais pas de solution pour améliorer cela sans mors.

Puis un jour j'ai commencé à prendre des cours avec un nouveau mono, ni 100% mors ni 100% sans mors, mais qui a su m'indiquer, me donner des exercices pour avoir plus de légèreté et de précision avec mon side pull... Et ca a été la révélation.

Depuis je suis totalement sans mors, même en dressage. Je peux affirmer que j'ai autant de précision qu'avec mors, et des allures plus légères et plus déliées. Quand on monte mon poney, on ne se rend pas compte qu'il n'y a pas de mors, il est même mieux.

Voila mon constat. : OUI, on peut TOUT faire sans mors... Faut juste apprendre comment le faire correctement... Monter sans mors ne veut pas dire faire de la promenade en carrière, c'est comme tout, ça s'apprend. Encore faut t('il avoir la patience et l'ouverture d'esprit pour ca.

Bonne journée

Édité par venice le 12-09-2017 à 10h08



Poupipou

Membre d'honneur
 

Trust : 76  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1939
2 j'aime    
Equitation classique : le mors, un indispensable ?
Posté le 12/09/2017 à 10h23

Pour moi le mors n'est aucunement indispensable en équitation.

Et nous en avons eu mile fois la preuve, notamment notre célèbre Emeline et son splendide Tatoo...

Mon ancien prof d'équitation tient un petit club équestre où il n'y a que des chevaux montés en side-pull.

A mes yeux, nous pouvons déployer une connexion et un dialogue autre que par celui d'une barre de fer dans la bouche de son cheval. Les mains ont un rôle aussi important que les jambes, mais il y a l'esprit, la respiration, bref ; tout le corps qui joue un rôle primordial pour assembler les bons éléments.

En général, le mors est un fil conducteur simple et si je pousse un peu plus loin dans ma vision de la chose : un leurre qui veille à obtenir les demandes rapidement... Sans forcément mettre en place toutes les bonnes conditions et il entrave une relation plus spirituelle.
Page(s) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9
Equitation classique : le mors, un indispensable ?
 Répondre au sujet