Pour ou contre la gpa?

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
Auteur
6761 vues - 161 réponses - 1 j'aime - 13 abonnés

Anipeps

Membre d'honneur
 

Trust : 1176  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1972
Pour ou contre la gpa?
Posté le 17/07/2019 à 16h20

Après avoir regardé un reportage hier sur la GPA car c'est un sujet qui m'a toujours beaucoup interpellée, j'ai lu de ce fait le livre des mennesson. J'avoue qu'il me reste très difficile de dire où j'en suis sur ce sujet de société qui à chaque élection présidentielle revient d'ailleurs sur le tapis.....
Si on regarde les statistiques 55% des français seraient favorable à la GPA, un autre pourcentage se trouve (comme moi) indécis, et les autres sont les anti-GPA.
Sujet qui divise la France.
Ces dernières années cependant, la France bien que refusant la GPA a rendu l'accès aux papiers d'identités beaucoup plus simple pour les bébés nés à l'étranger par GPA (en gros les ambassades disent oui, mais la France dis non) - autant indécise que moi la France.

Vous êtes vous déjà questionnez sur ce sujet? moi j'avoue que j'ai pas mal de temps à tuer en ce moment (étant en arrêt), je souhaite un deuxième enfant (et nous sommes en procédure d'adoption car je suis infertile), et du coup je me documente beaucoup sur ce sujet, allant parfois vers un "au final pourquoi pas", et d'autres jours "oh non quelle horreur" ...Et vous votre position? et s'il vous plait pas de réponse non argumentée en version anti-gpa que par préjugés hein....des réponses étayées de vraies réflexions profondes sont les bienvenues, les histoires de marchandisation du corps de la femme, sans nous expliquer pourquoi vous le voyez pourquoi ne servent pas à grande chose pour faire évoluer les débats, mais le même argument étayer du pourquoi je prends ;)

Anipeps

Membre d'honneur
 

Trust : 1176  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1972
0 j'aime    
Pour ou contre la gpa?
Posté le 21/07/2019 à 21h48

myosotis81 oh que tu as raison!!! A la base j'avais dis que je n'insisterai pas...puis après avoir eut mon fils grâce à un drilling ovarien car je suis OPK et un magnifique miracle car mon mari a aussi un soucis de fertilité, je m'étais dit que vu qu'un drilling avait suffit, que maintenant de mon côté ça roulait mieux, on laisserai faire pour le deuxième...Puis 3 ans après la naissance de mon fils ça venait toujours pas, donc retour dans les bureaux de la PMA, stim, iac...et je m'étais dis je ne veux pas aller jusqu'aux FIV....les traitements sont lourds, j'ai déjà un handicap et d'autres soucis de santé donc niet...
C'est au final la psychologue de la PMA qui a commencé à nous parlez de la solution, la seule, qui s'ouvrait à nous du fait de mon âge, mon problème d'opk, l'obligation de ne pas créer de grossesse gémellaire du fait de mon handicap, et du fait de mes problèmes de santé..cette solution c'est le don d'ovocyte et en Espagne, car je n'ai pas de donneuse à amener et qu'en France sans donneuse le délais me ferais dépasser l'âge limite pour y avoir recours...Sur le moment j'ai été ravie d'avoir une solution, puis depuis quelques temps plein de doutes, de questions sur l'éthique, sur le ressenti que j'aurais pendant la grossesse, sur les questions qu'un jour mon enfant pourra se poser, sur ma place..;est-ce qu'un jour il ne m'enverra pas un "t'es pas ma mère" en pleine tête....Non je confirme c'est loin d'être évident, et je pense que ceux qui ont un véritable désir profond de famille et d'enfant peuvent comprendre les états par lesquels on passe et comprendre qu'on peut à un moment donné accepter ce que sans ce soucis on aurait probablement pas accepté pour d'autres....

Ines01114

Membre ELITE Bronze
  

Trust : 30  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 7177
0 j'aime    
Pour ou contre la gpa?
Posté le 23/07/2019 à 14h33

anipeps
je réponds un peu en retard ^^

pour le "don" d'ovocyte en Espagnol

Anipeps

Membre d'honneur
 

Trust : 1176  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1972
0 j'aime    
Pour ou contre la gpa?
Posté le 24/07/2019 à 08h59

ines01114 certes c'est un coup de pouce 900 euros mais on est bien loin de ce qui se pratique démesurément en Ukraine. car il faut voir le niveau de vie et des prix du pays à côté.
Quand en Ukraine les salaries moyens sont de 200 euros par mois et que les filles gagnent entre 600 et 5000 euros pour aller donner leurs ovocytes on est quand même pas si le même rapport que les 900 euros gagné par les espagnoles, qui certes ça les aidera, mais ne va pas transformer non plus radicalement leur vie du jour au lendemain....En Ukraine elles changent de logement pour un don, en Espagne ça va peut être juste les aider à payer une facture......Pour cela que je trouve le dédommage juste personnellement....ça monte pas non plus dans les tours au niveau dédommagement...
Et je suis pas certaine que 900 euros dans un pays où la vie reste relativement cher (par rapport à l'ukraine ou des pays comme ça), va lui changer son train de vie, d'ailleurs la loi espagnole est très clair, je cite:
" Les dispositions légales pour la donneuse
La loi espagnole 14/2006 sur les Techniques de Procréation Humaine Assistée (LTRHA) définit le don de gamètes (ovocytes et spermatozoïdes) comme un contrat gratuit, formel et confidentiel entre le donneur ou la donneuse et le centre de procréation assistée agréé.

Elle indique également que le don doit être un acte altruiste et anonyme, et limite le nombre de dons en fonction du nombre de nouveau-nés conçus grâce aux ovocytes ou au sperme d’un même donneur(se). Ainsi, le sperme ou les ovocytes d’un même donneur(se) ne pourront plus être utilisés si six enfants, y compris les propres enfants du ou de la donneuse, ont déjà vu le jour en Espagne à partir de ce même matériel.

Les trois grands principes du don d’ovocytes
Le don d’ovocytes en Espagne est régi par plusieurs grands principes, très similaires à ceux établis en France :

Avoir entre 18 et 35 ans pour les femmes. Aucun âge limite n’est établi par la loi mais il s’agit de celui indiqué par la plupart des cliniques de fertilité. Avoir sa pleine capacité juridique.
Être en bonne santé physique et mentale : les donneurs doivent passer avec succès les examens analytiques et psychologiques réalisés afin de confirmer l’absence de maladies génétiques, héréditaires ou infectieuses susceptibles d’être transmises.
Accepter le caractère anonyme et altruiste du don : La loi souligne que le don de sperme et d’ovocytes ne devra jamais revêtir un caractère commercial ou être soumis à une quelconque activité commerciale. Mais la loi prévoit une compensation de la pénibilité du don, des journées de travail perdues et des frais de déplacement. Le législateur espagnol a fixé le montant de cette compensation à une somme d’environ 1 000 euros pour les donneuses d’ovocytes (et à 30-50 euros par échantillon de sperme).
Tout comme en France, le don est donc confidentiel (pas de rapport avec le receveur du don), volontaire et gratuit, même si la compensation financière peut apparaître plus incitative."

En gros une donneuse en Espagne ne peut pas donner beaucoup, des fois avec 2 dons tu as déjà 6 embryons...donc ça risque pas de lui remplacer des revenus bien longtemps....

Cavaliereseule

Expert
   

Trust : 728  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 900
0 j'aime    
Pour ou contre la gpa?
Posté le 30/07/2019 à 14h22

Personnellement je suis contre. On va bientôt être 9 milliards d'humains sur la terre et autant de pollueurs, donc si un couple ne peut pas avoir d'enfants (je serais sûrement dans cette situation plus tard) pour n'importe quelle raison, je ne vois pas pourquoi il ne se tournerait pas vers l'adoption.

Maintenant que mes convictions sont exposées je ne veux pas spécialement débattre dessus mais j'aimerais juste savoir pourquoi vous, les personnes voulant faire une gpa, ne voulez pas adopter ?

Tucky

Apprenti
  

Trust : 18  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 418
2 j'aime    
Pour ou contre la gpa?
Posté le 30/07/2019 à 16h22

cavaliereseule Coucou ! :)
Je suis contre la GPA, mais en cas d'infertilité avec mon mari et donc pas encore assurée de pouvoir avoir nos propres enfants. Tout ça pour te dire que nous cheminons (encore légèrement car avec le parcours PMA difficile, on ne veut pas se mettre trop de choses sur le dos) sur le chemin de l'adoption, et que j'aimerai apporter mon point de vue en un sens : plus je suis confrontée à la réalité des choses, plus je me rends compte que non, l'adoption n'est pas une solution de dernier recours si on ne peut pas avoir d'enfants naturellement. Les enfants adoptés et naturels sont différents, tout comme le chemin de parentalité est à mon sens radicalement différent selon qu'on procréée ou qu'on adopte aussi pour le couple.

Quand tu vis une grossesse et un accouchement, tu accueilles au sein de ton foyer un être issu de tes propres gamètes, qui part de zéro dans la vie, qui aura la chance de connaître une stabilité (dans un cas normal, je ne débats pas ici des familles "à problème") familiale.
Dans un schéma d'adoption, tu acceptes une parentalité "par procuration", d'ouvrir ton foyer à un être qui n'est pas de ton patrimoine génétique, qui a un passé, une histoire à dimension variable. Même un bébé est capable d'expérimenter inconsciemment le sentiment d'abandon, de garder une trace inconsciente des violences qu'il a subis, ou de celles auxquelles il a assistés dans les cas dramatiques. En tant que parents d'adoption, le couple doit accepter ce parcours et "faire avec" le passif de l'enfant, avec les questionnements autour de l'identité qui peuvent dans certaines situations se poser.

Je vais être volontairement un peu haute dans mes propos, mais un enfant adopté n'est pas un enfant que tu as "fait" à ton foyer dès le début. Il n'est pas évident pour tous parents de se projeter dans ce schéma de vie, et tous ne sont pas faits pour ça. Il n'y a aucun jugement à poser là-dessus, c'est une question qui touche presque pour moi à la vocation, à une sorte d'appel pour élever même le terme sur du spirituel. D'ailleurs, il y a certains couples qui ont pu avoir des enfants naturellement qui ont adopté.

On adopte pas un enfant comme on va en SPA adopter un chien. Déjà en premier lieu, parce que l'enfant, on ne le rendra pas même si au final, il ne convient pas à l'idée qu'on s'est fait de la parentalité. (Déjà pour les chiens, sauf souci vital, je trouve ça limite, donc bon... Breeeef, c'est pas la comparaison la plus heureuse qui soit)

Tout ça pour dire, dans notre cheminement personnel, la personne qui nous suit nous a bien incité à ne pas prendre la décision à la légère et de ne pas avoir peur de renoncer à l'adoption pour vivre autrement notre fécondité. Parmi les spécialistes que nous avons rencontré dans notre suivi PMA, combien nous ont dit : "Allez, ne désespérez pas, au pire, vous avez toujours le don de sperme ou l'adoption pour devenir parents !", et combien ont ouvert de grands yeux quand on leur a dit que le don, c'était niet pour nous deux, et que l'adoption n'allait pas de soi avec une infertilité... C'est bien dommage, je trouve, d'assimiler l'adoption à une solution palliative. Je ne soutiens pas pour autant le recours à la GPA qui soulève à mon sens de gros problèmes éthiques et de respect de l'individu, qu'il s'agisse des parents, de la mère porteuse ou de l'enfant à venir, mais combien de couples aussi se tournent en désespoir de cause vers l'adoption et abandonnent en cours de chemin en voyant la complexité du process, ou se retrouvent finalement débordés ? Il y a pour moi un cheminement et une véritable réflexion à faire avant de se tourner vers cette solution.

Cavaliereseule

Expert
   

Trust : 728  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 900
0 j'aime    
Pour ou contre la gpa?
Posté le 30/07/2019 à 16h46

tucky j'entend bien toutes ses raisons, mais elles ont un point commun : " l'individualisme " (le mot est un peu fort je l'accorde).

La situation planétaire et écologique est catastrophique et la surpopulation en est une des causes majeures. Donc dans des situations critiques comme celle là c'est l'intérêt collectif qui doit d'abord primer. Mais je sais que dans notre société, on n'est pas prêt à ça et on ne peut pas forcer les gens à ne plus avoir d'enfants ou à adopter. Mais par contre on peut au moins considérer que si la nature a décidé qu'une personne ne pourrait pas en avoir, inutile de la forcer et autant prendre une solution moins coûteuse (à long therme) pour l'humanité.

Imaginons, tout le monde ou presque boit du coca. Mais si une personne pour une quelconque raison ne peut pas en boire, ce serait contre productif de mettre tout en ?uvre et de repousser les limites de la science pour consommer une boisson détruisant la planète et ses ressources. La comparaison n'est peut-être pas très subtile mais j'espère me faire comprendre

Il y a un argument par contre que je ne comprend pas, celui consistant à dire " ce n'est pas la chaire de ta chaire, ton sang et tes gamètes ". Oui, et alors ? Est ce qu'on a forcément besoin d'avoir un enfant à notre image ? Ne pouvons nous pas aimer de la même manière un enfant qui a des chromosomes différents. Cet argument est encore moins valable à mon sens quand on sait qu'aujourd'hui beaucoup de personnes font des dons de spermes où portent le bébé d'autrui : dans ce cas là non plus, l'enfant ne sera pas complètement biologique mais pourtant ça en dérange beaucoup moins...

Après il y a le passé en effet. La peur de se retrouver face à des complications, que l'enfant soit compliqué etc. Déjà un enfant qu'on a vu sortir de son ventre ne sera pas forcément plus gentil. Et puis l'éducation c'est de l'éducation. Quoi de plus beau que de sacrifier ce qui est censé être l'événement d'une vie pour en offrir une correcte à un enfant ?

Enfin bon, je suis jeune mais pourtant je crois que même si je pouvais avoir des enfants (ce qui est loin d'être sûr à l'heure actuelle) j'adopterai.

Je comprend complètement que mes propose puissent diviser er que tout le monde ne soit pas d'accord, mais ce qui le chagrine encore plus c'est que j'ai l'impression que c'est une solution oubliée. Personne n'en parle dans les medias lors des débats sur le gpa/pma et les démarches pour adopter sont loins d'être simples (pour moi c'est ça qu'il faudrait simplifier en premier avant la gpa/pma).

Et évidemment ça ne doit pas être une solution de dernier recours faite à contre c?ur ! Il faut en avoir envie et c'est pour ça qu'on ne peut obliger personne mais seulement sensibiliser ^^

Édité par cavaliereseule le 30-07-2019 à 16h47



Mil0u78

Membre d'honneur
    

Trust : 106  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3484
4 j'aime    
Pour ou contre la gpa?
Posté le 30/07/2019 à 17h44

Je ne comptais pas intervenir car je n'ai clairement pas d'avis sur la GPA. Je suis partagée et j'entends les arguments d'un côté comme de l'autre (d'ailleurs merci car il y a des aspects que je n'avais pas envisagés qu'ils soient en faveur ou contre).

cavaliereseule Je ne compte pas te juger sur ton âge mais plutôt sur des aspects que tu sembles aussi oublier sur le sujet.
Je vais extrapoler aussi bien volontairement quitte à choquer mais car de mon côté il y a des propos qui m'interpellent. Tu considères, et je te cite, que "si la nature a décidé qu'une personne ne pourrait pas en avoir, inutile de la forcer et autant prendre une solution moins coûteuse (à long therme) pour l'humanité.". Donc dame nature fait une sélection naturelle? Donc, si des gens sont gravement malade, c'est une sélection de la nature. Tu vois où je veux en venir?! Il ne faut pas aller à son encontre et surtout ne pas envisager des traitements qui coûteraient chers à la société et à la Terre. Donc on les laisse mourir car c'est moins coûteux que de les soigner et que la nature l'a voulu comme ça. Amen.

Que penses-tu de la PMA quand de chaque côté du couple les gamètes sont bien mais que, un problème de santé par exemple, ne permettent pas que les gamètes se rencontrent? En soit, d'un côté la nature permet à ces personnes de se reproduire mais d'un autre, il y a un obstacle (aller pour tout exemple, un défaut d'hormone permettant au blastocyste de s'implanter, une trompe bouchée, une infection,...). Alors on fait quoi?

Tu parles beaucoup d'adoption. Je ne sais pas si tu as lu le post en entier à ce sujet mais il y a beaucoup, beaucoup d'informations très intéressantes. Notamment des éclaircissements sur les enfants adoptables, ceux dont les parents ne sont pas capables de s'en occuper et qui donc sont temporairement placés, et bien d'autres. Une mine d'or. Donc en scandant qu'avant d'aider les couples à procréer il faut faciliter les adoptions, es-tu sûre de toi? L'adoption est-elle la seule solution? Est-ce qu'il y a assez d'enfants "adoptables" (que ce terme est hideux...) par rapport aux couples en mal d'enfant? Adopter un enfant en se disant qu'on va lui offrir une vie meilleure, n'est-ce pas égoïste non plus?! Voire même utopique?

Je comprends une partie de ton point de vue mais l'autre soulève des questionnements. Adopter une politique de naissance (comme ça se fait dans certains, notamment la Chine), est-ce la seule solution viable d'un point de vue écologique? Ou du moins cette solution pèse-t-elle assez lourd pour au moins améliorer cette situation catastrophique? La transmission des savoirs et des prises de conscience n'est-elle pas la clef au contraire?

Édité par mil0u78 le 30-07-2019 à 18h06



Tucky

Apprenti
  

Trust : 18  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 418
0 j'aime    
Pour ou contre la gpa?
Posté le 30/07/2019 à 18h09


cavaliereseule a écrit le 30/07/2019 à 16h46:
@tucky j'entend bien toutes ses raisons, mais elles ont un point commun : " l'individualisme " (le mot est un peu fort je l'accorde).

La situation planétaire et écologique est catastrophique et la surpopulation en est une des causes majeures. Donc dans des situations critiques comme celle là c'est l'intérêt collectif qui doit d'abord primer. Mais je sais que dans notre société, on n'est pas prêt à ça et on ne peut pas forcer les gens à ne plus avoir d'enfants ou à adopter. Mais par contre on peut au moins considérer que si la nature a décidé qu'une personne ne pourrait pas en avoir, inutile de la forcer et autant prendre une solution moins coûteuse (à long therme) pour l'humanité.


De ce que je vois, c'est certes la faute à une surpopulation couplée à des méthodes de consommation et de production bien peu responsables. ;)
Pour moi, il n'y a pas de notion de forcer la nature dans tous les cas. Parfois, une infertilité peut être dû à pas grand chose et un simple changement d'hygiène de vie, une réadaptation ou autre peut résoudre le problème. Ce serait dur de ta part, quand on voit le cheminement psychologique par lequel passent les couples qui ont un profond désir d'enfant et qui ne peuvent pas, de leur expliquer qu'elles n'ont qu'à renoncer et se tourner vers l'adoption qui n'est pas faite pour tous les couples. Pour toi, cela va peut-être de soi dans la mesure où tu sembles cheminer vers une vie sans enfants naturels, mais ce n'est pas le cas de tout le monde. On ne prêche pas pour la même paroisse, on n'est pas appelés au même chose, et, c'est mon point de vue, je ne pense pas qu'actuellement, procéder à une semi-extinction de l'humanité sauvera la planète si on ne commence pas déjà par sensibiliser les gens, chacun à leur degré de réception et de sensibilité, au sort qu'on est en train de réserver à notre planète.
Il y a certainement

[quote]Imaginons, tout le monde ou presque boit du coca. Mais si une personne pour une quelconque raison ne peut pas en boire, ce serait contre productif de mettre tout en ?uvre et de repousser les limites de la science pour consommer une boisson détruisant la planète et ses ressources. La comparaison n'est peut-être pas très subtile mais j'espère me faire comprendre [/quote]

Je vais être honnête parce que je pense que mes neurones ne se sont pas tout à fait alignés sur ta comapraison, je n'ai pas tout à fait compris.

[quote]Il y a un argument par contre que je ne comprend pas, celui consistant à dire " ce n'est pas la chaire de ta chaire, ton sang et tes gamètes ". Oui, et alors ? Est ce qu'on a forcément besoin d'avoir un enfant à notre image ? Ne pouvons nous pas aimer de la même manière un enfant qui a des chromosomes différents. Cet argument est encore moins valable à mon sens quand on sait qu'aujourd'hui beaucoup de personnes font des dons de spermes où portent le bébé d'autrui : dans ce cas là non plus, l'enfant ne sera pas complètement biologique mais pourtant ça en dérange beaucoup moins...[/quote]

Ah, alors soit je me suis mal exprimée, soit tu m'as mal comprise, mais je ne remets pas du tout en cause l'implication et l'amour auprès d'un enfant adopté, et je prêche même le fait qu'il est nécessaire, quand on adopte, d'aimer l'enfant adopté comme son propre enfant.
Mais là encore, c'est très subjectif. Bien que désirant avoir mes propres enfants, quand je n'étais pas pris dans ce projet, je ne voyais pas non plus la fatalité dans le fait de ne pas avoir mes propres enfants dans la mesure où je pouvais choisir d'adopter. Je t'assure que maintenant que je suis dans une situation qui va m'inciter à réfléchir à l'adoption, et qui est de plus vicieuse, parce qu'il va falloir passer au-delà de nos soucis présents pour penser SAINEMENT à ce projet d'adoption, je vois les choses bien autrement et je saisis la valeur que peut représenter une adoption.

Concernant le don de sperme, je suis totalement contre me concernant, je ne suis donc pas le meilleur public pour répondre à cet argument. ;)

[quote]Après il y a le passé en effet. La peur de se retrouver face à des complications, que l'enfant soit compliqué etc. Déjà un enfant qu'on a vu sortir de son ventre ne sera pas forcément plus gentil. Et puis l'éducation c'est de l'éducation. Quoi de plus beau que de sacrifier ce qui est censé être l'événement d'une vie pour en offrir une correcte à un enfant ? [/quote]

J'ai envie de te rétorquer : quoi de plus beau que d'accepter de souffrir pour mettre son enfant au monde ? Quoi de plus beau que de sacrifier ses propres envies pour le bonheur de son enfant ? Quoi de plus beau que d'offrir un toit à un enfant à l'adoption ?
Qu'est-ce qui est le plus beau dans ces propositions ? En fait, non, j'ai même envie de te demander : doit-on vraiment hiérarchiser ? Quand on devient parent, que ce soit naturellement ou "par procuration", on se sacrifie toujours, et je ne pense pas qu'il soit sain d'établir une hiérarchie du sacrifice pour valoriser l'un plutôt que l'autre. C'est deux chemins différents auxquels tout le monde n'est pas appelé. Certains s'épanouiront dans une parentalité naturelle et seront de formidables parents pour leurs enfants. Certains adopteront de manière réfléchie, accepteront les aléas et s'en sortiront. Certains n'auront pas envie d'enfants et vivront une vie de la manière qui leur semblera la meilleure. L'essentiel, au fond, est que chacun trouve sa fécondité et la vive, seul, en couple, ...
On ne peut en effet pas estimer la "facilité" d'un enfant, et je pense d'ailleurs que la stabilité et l'implication du foyer comptent beaucoup dans l'équilibre de l'enfant. Mais ce débat mis à part, l'adoption n'est pas un monde rose où l'enfant est empli de reconnaissance envers ses parents adoptifs et où le chemin est un arc-en-ciel d'humanité et d'amour. Certains enfants vivent très bien l'adoption, mais si des enfants sont en adoption, il y a une raison, elle n'est pas glorieuse bien souvent, et il faut avoir les nerfs, la solidité de couple et la conviction qu'on veut affronter et aider l'enfant à passer au-delà de ceci, parce que certains ont vécu des choses (ou même juste expérimenté un sentiment d'abandon) qu'il faut les aider à surmonter.


[quote]Enfin bon, je suis jeune mais pourtant je crois que même si je pouvais avoir des enfants (ce qui est loin d'être sûr à l'heure actuelle) j'adopterai. [/quote]

Tant que tu es en accord avec tes convictions au moment où ton projet parental sera prégnant (ou pas), c'est l'essentiel. :)

[quote]Je comprend complètement que mes propose puissent diviser er que tout le monde ne soit pas d'accord, mais ce qui le chagrine encore plus c'est que j'ai l'impression que c'est une solution oubliée. Personne n'en parle dans les medias lors des débats sur le gpa/pma et les démarches pour adopter sont loins d'être simples (pour moi c'est ça qu'il faudrait simplifier en premier avant la gpa/pma).

Et évidemment ça ne doit pas être une solution de dernier recours faite à contre c?ur ! Il faut en avoir envie et c'est pour ça qu'on ne peut obliger personne mais seulement sensibiliser ^^[/quote]

Je suis d'accord que les démarches d'adoption pourraient dans certaines situations être simplifiées. Après, cela demanderait une organisation gargantuesque de coopération entre les différents pays et je pense qu'à ce degré, uniformiser absolument partout les conditions d'adoption relèvent d'une douce utopie pour le moment. Ce débat a d'ailleurs été plus largement abordé plus tôt dans le post sur la notion de rupture du lien familial et mise à l'adoption, délicate en fonction des situations.

Ce n'est pas tellement d'une décision prise à contre-coeur dont j'ai peur de mon côté, les différentes démarches pré-adoption sont là pour s'assurer de la viabilité d'un projet d'adoption, mais j'ai plus peur d'une décision palliative : "On ne peut pas avoir d'enfants naturellement, alors on n'a pas le choix, il faut qu'on adopte.". Il y a plusieurs raisons derrière cela : les couples qui, dans certaines situations, ne se définissent et ne s'épanouissent que dans la perspective d'une parentalité, la pression sociale, parfois le manque de recul (et je dis ça sans aucun jugement, je passe par des montagnes russes d'émotion et d'inconstance en ce moment)...

On a tous des opinions qui peuvent diviser. Des personnes pourraient aussi se jeter sur moi parce que je suis opposée au don de sperme, à la GPA et que tout ne m'emballe pas dans la PMA. ;) C'est un sujet délicat à traiter surtout parce que cela dépend beaucoup du vécu de la personne.

Édité par tucky le 30-07-2019 à 18h13



Cavaliereseule

Expert
   

Trust : 728  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 900
0 j'aime    
Pour ou contre la gpa?
Posté le 30/07/2019 à 18h34

mil0u78 Je tiens d'abord à te remercier pour ta réponse constructive et intéressante qui m'a offert quelques instants de remise en question

Avoir des enfants n'est pas vital. Pour des personnes déjà existantes, évidemment qu'on ne peut pas jouer la carte du 100% naturel et les regarder mourir en disant " c'est dame nature qui t'en veut ". Une fois que quelqu'un est vivant, il en va de notre devoir de mettre les progrès techniques et scientifiques à son service pour sa santé et ses besoins VITAUX. Là est la nuance, être parent biologique n'est pas vital : donc est ce vraiment la peine de mettre autant de moyens financiers et matériels coûteux pour la planète tout ça pour pouvoir se dire " mon enfant est à moi et rien qu'à moi ". Je trouve cela superficiel, et donc pour moi c'est comme si on me disait qu'on allait mettre en ?uvre énormément de moyens (en polluant par la même occasion) pour de la chirurgie esthétique. Ça peut paraître crus comme propos mais c'est l'effet que ça me fait. Et le superficiel ne peut pas être comparé au vital comme dans ton exemple
Comme je ne sais pas si je me suis bien exprimée, grossièrement ce que je veux dire c'est : une fois que les gens sont là, bah ils sont là et on doit en prendre soin sans faire de sélection même s'il faut contredire la nature. Mais quand ils n'existent pas, pourquoi forcer les choses pour les créer ?

Je n'ai pas envisagé ce cas, ma réponse manquera peut-être un peu de recul par conséquent.
Je pense que ça dépend des parents. Si ils se sentent capables d'adopter, qu'ils le fassent. Sinon, on ne peut pas les blâmer pour avoir fait appel à la science.
Bon, je réalise en écrivant que je me contredis, je vais y réfléchir plus longuement pour me faire une idée là dessus et être cohérente.

Je dirais que le degré " d'adoptabilité " (ewww, oui ce mot est immonde) d'un enfant dépend de ce que les parents recherchent et sont prêts à sacrifier. Dans le monde entier, je pense qu'il y a assez d'enfants à adopter. Mes deux meilleurs amis le sont. L'une vient de Chine et elle a été adoptée bien que ses parents puissent donner naissance. L'autre vient d'Inde, il a eu un début de vie plus que compliqué et pas mal de traumatismes. Concrètement il n'était pas " adoptable " pour tout le monde. Mais ses parents adoptifs on fait de lui un garçon épanoui et bien dans sa peau qui se destine à de grandes études.
C'est certainement moins égoïste d'adopter un enfant dans le besoin que d'imposer à la planète une énième bouche à nourrir, machine à consommer. En effet, ma vision des choses doit sûrement être utopique. C'est mon plus gros défaut, je ne peux m'empêcher de croire un peu trop en un monde idéal.

Par contre je ne suis pas pour une politique de restriction des naissances. Et sur le dernier paragraphe je te rejoins.
Après je pense que pour espérer un avenir meilleur pour la planète, il va falloir attendre une autre génération. Celle qui dirige le monde actuellement est trop corrompu et pas assez sensible. Quand je parle avec les jeunes de mon âge, presque tous sont motivés par l'idée de redresser le navire avant qu'il ne soit trop tard (si ce n'est pas trop tard). Donc je ne peux qu'approuver le fait que l'éducation et la sensibilisation y sont pour beaucoup, car ça se ressent dans ma génération qui a été particulièrement sensibilisée.
Mais je trouve dommage, qu'on s'impose des contraintes (que seraient la pma et la gpa suivant les therme dont j'en parle plus haut) alors que le défit à relever est si grand

Évidemment ce ne sont que les idées d'une petite ado utopiste donc prenez cela comme vous voulez, mais j'espère au moins avoir su me faire comprendre ^^

Anipeps

Membre d'honneur
 

Trust : 1176  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1972
0 j'aime    
Pour ou contre la gpa?
Posté le 30/07/2019 à 21h42


cavaliereseule a écrit le 30/07/2019 à 14h22:
Personnellement je suis contre. On va bientôt être 9 milliards d'humains sur la terre et autant de pollueurs, donc si un couple ne peut pas avoir d'enfants (je serais sûrement dans cette situation plus tard) pour n'importe quelle raison, je ne vois pas pourquoi il ne se tournerait pas vers l'adoption.

Maintenant que mes convictions sont exposées je ne veux pas spécialement débattre dessus mais j'aimerais juste savoir pourquoi vous, les personnes voulant faire une gpa, ne voulez pas adopter ?


Ce n'est pas qu'elles ne veulent pas adopter mais ne peuvent pas...Car aujourd'hui l'adoption c'est un dossier sur 10 qui aboutit, un agrément sur 10 je précise car il y a très peu d'enfants adoptables et plein de pays fermés à l'adoption....voilà pourquoi les gens qui ont se désir cuisant d'enfants, pour certains, préfèrent opter pour la PMA, don d'ovocyte, GPA etc....d'autant qu'aujourd'hui si tu as plus de 35 ans et que tu veux adopter ben tu peux cocher la case enfant de plus de 7 ans ou enfant ayant une particularité lourde (autisme, T21, IMC, enfants avec grosse malformation congénitale et j'en passe)....bref autant de chose qui rend une parentalité adoptive qui est déjà pas la même au niveau du lien d'attachement encore plus difficile....

Anipeps

Membre d'honneur
 

Trust : 1176  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1972
1 j'aime    
Pour ou contre la gpa?
Posté le 30/07/2019 à 22h01

Et je rajouterai qu'on peut aussi vouloir des enfants pour leur transmettre le gout de la vie et faire en sorte qu'il soit meilleur que nous l'avons été demain avec la planète...d'ailleurs on voit pas mal les nouvelles générations avoir des habitudes de consommation bien différente. Après certaines parlent d'égoisme quand on a un enfant, oui clairement, enfin en même temps quel choix faisons nous dans la vie qui n'est pas si égoiste au final??? ceux qui décident de partir à l'autre bout du monde en laissant leurs parents vieillissant sur place c'est pas égoiste? ceux qui décident de faire un métier passion qui leur prend 80H par semaine malgré une vie de couple c'est pas égoiste? ceux qui vivent chevaux du matin au soir avec un enfant ou un conjoint au milieu c'est pas égoiste? etc...Pour le premier enfant j'avoue c'est égoiste. Aujourd'hui perso si j'en veux un deuxième c'est aussi pour mon premier, car justement dans le monde dans lequel on vit j'ai pas envie qu'il se retrouve seul face à cela quand nous on sera tout vieux (et j'ai vu l'exemple avec mon mari, quand son père est tombé malade, sa soeur a beau ne pas être du tout proche de lui, mais alors j'ai une belle soeur totalement absente, a ce moment là ils ont été présent l'un pour l'autre...moi j'ai vécu la maladie de ma mère seule......même si j'avais mon mari et mon fils, mais c'était différent.....et pourtant ils s'entendent pas et ne se voient jamais tous les deux....)

Puis le discours de dire on vit dans un monde horrible, surpeuplé, réchauffement climatique etc...oui c'est certain que c'est la merde....mais honnêtement c'est aussi en offrant des citoyens de demain sensibilisé à cela qu'on aura peut être une chance de sauver notre chère planète.
Puis quand à l'adoption comme l'ont suggéré beaucoup c'est bien plus complexe qu'un report de projet, c'est pas le même projet, pas la même filiation. Moi j'en ai clairement envie, mon mari lui bloque, autant une filiation biologique se construit assez "instinctivement" et encore je mets des guillemets, autant une filiation adoptive si tu te sens pas capable d'être le parent d'un enfant qui n'est pas de toi, ben tu n'y vas pas....
Moi c'est car j'aime la vie que je veux des enfants, car y'a des choses magnifiques à vivre, à voir, à faire, à échanger, à partager...et que c'est une volonté de transmission de tout cela...et du coup une envie de don du bonheur de découvrir la vie....
Page(s) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
Pour ou contre la gpa?
 Répondre au sujet