La banalisation de la maltraitance en équitation

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9
Auteur
11832 vues - 125 réponses - 4 j'aime - 30 abonnés

Delethologie

Novice

Trust : 74  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 12
La banalisation de la maltraitance en équitation
Posté le 28/08/2023 à 14h47

Bonjour, je me permets de publier ce message pour vous parler de l'IFCE.

Il y a quelques semaines s'est déroulée une table ronde sur le bien-être équin (dans le cadre des Journées sciences & innovations équines de l'institut français du cheval et de l'équitation - IFCE). 

Aucun éthologue n'était invité. Un vétérinaire, des cavaliers et entraîneurs animaient cette table ronde. Des propos aberrants et arriérés ont été dit (c'est okay de cravacher un cheval tant que cela ne laisse pas de marque, de l'enfermer dans un box, c'est impossible de forcer un cheval à faire ce qu'il ne veut pas faire, etc.). Si vous souhaitez entendre leurs propos, c'est ici : https://youtu.be/8jMOauzYnzY?si=cJozAKjmtl-i3H8x

J'ai écrit un article pour dénoncer leurs propos, afin de rétablir la vérité concernant les savoirs actuels sur le bien-être équin ( https://campus-animaliste.fr/2023/08/09/la-banalisation-de-la-maltraitance-en-equitation/ ).

N'hésitez pas à parler de cette table ronde autour de vous pour dénoncer leurs propos d'un autre siècle. En vue des savoirs actuels en éthologie, il est inadmissible que l'IFCE tienne un discours aussi problématique et erroné sur le bien-être animal.

Merci et belle journée.

Gobi

Membre ELITE Argent
  

Trust : 336  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 8992
10 j'aime    
La banalisation de la maltraitance en équitation
Posté le 03/09/2023 à 12h59

Je crois qu'on ne doit pas oublier que l'objectivité n'existe pas, que vu comment des scientifiques reconnus spécialistes dans leur domaine ont des lectures divergentes, ja science n'est pas objective. Elle est hyper intéressante et nécessaire mais c'est je pense un danger de la penser objective.

Pour ce qui est desmides de vie adaptés, y'a des généralités et y'a les individus. Oui les chevaux ont besoin de marcher de contacts de manger au long du jour de l'herbe ( et pas dufoin en vrai), maigrir l'hiver et faire du stock l'été) Comme l'humain est fait pour vivre dehors, avoir des activités physiques (et pas faire du sport en salle), se lever avec la lumière, se coucher pareil, avoirfrpid l'hiver.... qui le fait? Est ce souhaitable ? A mon avis bien plus qu'aujourd'hui mais jusqu'où ?

Pour les chevaux et vu la sélection, la vie 24/24 en troupeau dehors est plus ou moins facile suivant leclimat, l'âge les modes de vie precedents ..

Ardennesacheval

Membre ELITE Or
  

Trust : 1121  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 13162
17 j'aime    
La banalisation de la maltraitance en équitation
Posté le 03/09/2023 à 13h33


Citation :
j'ai de la chance d'être dans une pension où les prés sont fournis, mais il est rond comme un ballon actuellement et n'est qu'à l'herbe...

mais parce qu'il mange encore de l'herbe et a suffisamment de dents pour ça, et l'assimile.
Les chevaux dont je parle mourraient de faim sans leur bouillie quotidienne, même avec de l'herbe jusqu'aux genoux.

Et pour moi un cheval trop maigre peut être couvert, si cela peut l'aider à supporter l'humidité, la pluie, ou garder des calories lorsqu'il fait froid.

Un hiver j'ai couvert le mien : son coloc dormait en box et il passait ses nuits devant la porte du box (car le mien n'aime pas entrer dans le sien de box !) les nuits froides et humides il était complètement raidi par l'arthrose : allez, hop couverture. Ca lui gardait les reins au chaud et il ressemblait moins à robocop. L'année suivante j'ai réussi à convaincre la propriétaire du coloc de ne plus l'enfermer la nuit ! Du coup les chevaux bougent et plus de courbatures, plus de couverture.

Si on m'avait dit, il y a 10 ans "un jour tu lui mettras une couverture" j'aurais bien rigolé.

Maintenant au contact de différentes sortes de propriétaires notamment qui gèrent le 4è âge de différentes sortes de chevaux avec chacun leur particularité, j'ai mis de l'eau dans mon vin et je me suis rendue compte qu'on ne peut pas dire "jamais" ou "toujours". Chacun cheval est unique de par sa personnalité, son physique, ses besoins et on doit s'y adapter. Il y a différents moyens de gérer l'hébergement, la nourriture, etc. et chaque proprio tente de faire au mieux même si ce "mieux" n'est pas "parfait".

Astorio

Expert
   

Trust : 294  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 857
3 j'aime    
La banalisation de la maltraitance en équitation
Posté le 03/09/2023 à 13h35

gobi

J'ai même envie de dire que le mode de vie H24 au pré dépend du cheval, mais également de la région dans laquelle il se trouve.

On le sait, beaucoup de centres équestres et pensions se sont développés autours d'écuries et proposaient de la mise au box principalement (plus simple en gestion, plus de chevaux au mètre carré etc).C'était le schéma le plus représenté il y a quelques décennies/ années. Le pré H24 était plutôt retrouvé chez le particulier.

Mais maintenant, avec l'évolution des mentalités et la volonté pour les cavaliers/propriétaire de proposer un mode de vie au plus proche des besoins de leur cheval, beaucoup d'écuries se retrouvent embêtées. Comment répondre à la demande ? Comment proposer un mode de vie au pré ou au paddock si l'établissement n'en possède pas ou peu? Qui peut dire aujourd'hui qu'il est facile de trouver des terrains pour en faire des pâtures ?

Par exemple, je vie dans l'Yonne, qui est pourtant un département agricole +++. Et bien pour trouver une écurie qui propose du pré intégrale, été comme hiver, c'est la croix et la bannière, sinon chez un particulier ou faire de la route ++. À l'heure actuelle, en tant que propriétaire, on est amené à faire le choix du "moins pire", de prendre l'écurie qui se rapproche au plus de ce que l'on souhaite pour notre cheval et à faire des concessions sur d'autres sujets.

Alors en effet, nous pourrions nous demander dans ce cas, si nous ne sommes pas en capacité d'offrir une vie optimale au cheval, de ne simplement pas l'acquérir ou de monter dessus. Mais ce serait tout un système qui s'effondrerait. Et ce serait certainement les chevaux qui en souffriraient les premiers....

Ardennesacheval

Membre ELITE Or
  

Trust : 1121  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 13162
6 j'aime    
La banalisation de la maltraitance en équitation
Posté le 03/09/2023 à 13h37

Puis qu'est-ce qu'une "vie optimale" ?
Si c'est pré H24 sans restriction le mien crèverait de fourbure en quelques mois.

Astorio

Expert
   

Trust : 294  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 857
3 j'aime    
La banalisation de la maltraitance en équitation
Posté le 03/09/2023 à 13h43

ardennesacheval

Sinon tu te dois de déménager dans une région où les terrains sont hyper pauvres avec rien a manger... Franchement tu fais aucun effort

Ardennesacheval

Membre ELITE Or
  

Trust : 1121  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 13162
3 j'aime    
La banalisation de la maltraitance en équitation
Posté le 03/09/2023 à 13h57

Chez mes copines c'est la mapad équine ; l'une gère :
1 hongre tendance fourbu, surveillance drastique de l'herbe, plus de dents devant, au foin et paille
1 jument sans aucune dent, à l'herbe elle fait des "boules" et s'étouffe donc attention à la longueur de l'herbe, elle peut grappiller des brins, nourrie à la bouillie (bassines matin et soir, elle mange la grosse bassine la nuit, séparée de son coloc sinon il lui pique.
Ne supporte plus les insectes, elle fait immédiatement des croûtes à chaque piqûre, cette année la proprio a dû acheter chemise anti-mouche intégrale et guêtres aussi...

l'autre :
K* hongre plus de dents, allergique aux poussières de foin, fait des allergies en été à l'herbe (il se couvre de gros boutons voire de plaques), il a de l'enrubanné coupé en brins. Perd bcp l'hiver mais si on lui met une couverture, il ne sait plus se relever quand il se roule.

K** jument à tendance fourbue, surveillance drastique de l'herbe, foin pesé car elle prend très vite, morfale elle vole les rations des autres.

M* hongre, on soupçonne un KPU il fait des diarrhée à la mise à l'herbe, mange du foin mais dominé par la jument et dominant le plus vieux, il maigrit s'il est avec elle et fait maigrir le vieux s'il est avec lui... Tendance à maigrir vite donc couvert par temps froid et humide.

Dans ces 2 configurations les chevaux sont ensemble la journée mais la nuit les proprios rééquilibrent les rations, chacun chez soi (avec box, paddock et pistes parallèles) Et ils ont bcp de manutention (faut venir 2/jour, quand on part en vacances/ WE faut tout préparer, donner des instructions, quoi donner, à qui, combien de kilos, quelle porte ouvrir le matin et quelles portes fermer le soir, avec une épée de damoclès au-dessus de la tête car la moindre erreur peut devenir grave pour la santé du cheval.

a part ça tous ces vieux sont en bonne santé, vadrouillent à leur rythme sur leur territoire, sont heureux et choyés :)

Elicendi

Membre ELITE Or
  

Trust : 282  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 10195
2 j'aime    
La banalisation de la maltraitance en équitation
Posté le 03/09/2023 à 15h09

alexsansdraps rentrer les chevaux le soir permet de les mettre au sec une partie de la journée (pour les problèmes de peau et de pieds) et de leur donner une ration individuelle, ce qui est difficile d'individualiser quand on a 20 chevaux à nourrir en même

Gobi

Membre ELITE Argent
  

Trust : 336  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 8992
3 j'aime    
La banalisation de la maltraitance en équitation
Posté le 03/09/2023 à 17h13

astorio

Après ça soulève la question de qu'est ce qui est possible sous prétexte que tout le monde doit pouvoir avoir un cheval quelques soient les compromis... je ne sais pas où il est souhaitable de placer une limite mais pour moi il est important de le questionner.

Je ne vois pas en quoi ce serait au detriment des chevaux si les choses se font progressivement. Certainement moins de pensions c'est sur et donc moins de gens a en (sur)vivre mais peut être ne serait ce pas un mal.

Édité par gobi le 03-09-2023 à 18h39



Agentmulder

Membre VIP
   

Trust : 168  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 5696
9 j'aime    
La banalisation de la maltraitance en équitation
Posté le 05/09/2023 à 09h38


gobi a écrit le 03/09/2023 à 12h59:
Je crois qu'on ne doit pas oublier que l'objectivité n'existe pas, que vu comment des scientifiques reconnus spécialistes dans leur domaine ont des lectures divergentes, ja science n'est pas objective. Elle est hyper intéressante et nécessaire mais c'est je pense un danger de la penser objective.


Ce sont les scientifiques dont le discours ou la pensée peuvent dévier vers la conviction (et la tentation est très forte de chercher à valider une hypothèse à laquelle on croit et on tient, les exemples sont nombreux: disparition des dinosaures, bipédie des hominidés par exemple).
Par contre la science elle-même, la démarche scientifique est bel et bien objective dans le sens où elle repose sur la reproductibilité des protocoles expérimentaux qui permet d'infirmer une hypothèse. C'est d'ailleurs ainsi que les connaissances évoluent et progressent.

Agentmulder

Membre VIP
   

Trust : 168  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 5696
2 j'aime    
La banalisation de la maltraitance en équitation
Posté le 05/09/2023 à 09h42


ardennesacheval a écrit le 03/09/2023 à 13h57:
Chez mes copines c'est la mapad équine ; l'une gère :
1 hongre tendance fourbu, surveillance drastique de l'herbe, plus de dents devant, au foin et paille
1 jument sans aucune dent, à l'herbe elle fait des "boules" et s'étouffe donc attention à la longueur de l'herbe, elle peut grappiller des brins, nourrie à la bouillie (bassines matin et soir, elle mange la grosse bassine la nuit, séparée de son coloc sinon il lui pique.
Ne supporte plus les insectes, elle fait immédiatement des croûtes à chaque piqûre, cette année la proprio a dû acheter chemise anti-mouche intégrale et guêtres aussi...

l'autre :
K* hongre plus de dents, allergique aux poussières de foin, fait des allergies en été à l'herbe (il se couvre de gros boutons voire de plaques), il a de l'enrubanné coupé en brins. Perd bcp l'hiver mais si on lui met une couverture, il ne sait plus se relever quand il se roule.

K** jument à tendance fourbue, surveillance drastique de l'herbe, foin pesé car elle prend très vite, morfale elle vole les rations des autres.

M* hongre, on soupçonne un KPU il fait des diarrhée à la mise à l'herbe, mange du foin mais dominé par la jument et dominant le plus vieux, il maigrit s'il est avec elle et fait maigrir le vieux s'il est avec lui... Tendance à maigrir vite donc couvert par temps froid et humide.

Dans ces 2 configurations les chevaux sont ensemble la journée mais la nuit les proprios rééquilibrent les rations, chacun chez soi (avec box, paddock et pistes parallèles) Et ils ont bcp de manutention (faut venir 2/jour, quand on part en vacances/ WE faut tout préparer, donner des instructions, quoi donner, à qui, combien de kilos, quelle porte ouvrir le matin et quelles portes fermer le soir, avec une épée de damoclès au-dessus de la tête car la moindre erreur peut devenir grave pour la santé du cheval.

a part ça tous ces vieux sont en bonne santé, vadrouillent à leur rythme sur leur territoire, sont heureux et choyés :)


Franchement ils ont tout compris. Et particulièrement que chevaux domestiques, d'âge ou non c'est différent de chevaux sauvages.

Expar

Membre ELITE Or
  

Trust : 262  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 11634
4 j'aime    
La banalisation de la maltraitance en équitation
Posté le 05/09/2023 à 13h09


alexsansdraps a écrit le 02/09/2023 à 21h29:


Si tu regardais ma fiche, tu verrais que j'ai un cheval de 30 ans et il a quasi plus de dents. Il reste en pâture à l'année, sans couverture même à des températures négatives et il s'en porte bien, je trouve que ce que tu cites est un poil de l'anthropomorphisme enfin bref. Alors certes, j'ai de la chance d'être dans une pension où les prés sont fournis, mais il est rond comme un ballon actuellement et n'est qu'à l'herbe... L'hiver herbe + compléments.


alexsansdraps
J'ai aussi eu un vieux en pâture en groupe pour sa retraite.
Déjà quand j'ai décidé de le mettre en retraite, je me suis payée une pension "intermédiaire" pendant 1.5 ans pour l'habituer à sortir tous les jours au paddock.
Dans sa pension précédente : beaucoup de contact entre équins à l'écurie car murs assez bas pour les contacts (chamailleries ou gratouillis), mais les sorties tous les jours, en été par exemple, il était "pénible" pour les gérants à vouloir rentrer dans sa boite. Contact avec les autres au paddock à la demi-journée.
D'où ma décision de faire une pension "transitoire" avant de le mettre au pré intégral.
Ca a bien marché, la transition s'est faite sans problème, même s'il semblait un peu fatigué au début, vu qu'au pré, tout le monde bouge beaucoup plus.
Par contre, j'ai essayé de ne pas le couvrir, alors qu'il avait été mis au pré début Mai, il avait donc eu le temps de faire ses poils. Début Novembre, vu le squelette ambulant (à 20 ans) qu'il était en train de devenir, j'ai juste mis une imper 0 b et là, en 1 semaine, il a regrossit de façon spectaculaire.
Au fil du temps, j'ai compris qu'il n'aimait pas le froid, si je me loupais sur le grammage (pas assez), hop, petit perte d'état. Je me suis fait une raison, il a eu des couvrantes jusqu'à sa belle mort, tous les hivers. Certains chevaux ont besoin d'aide au début et ensuite, ça roule. Lui, impossible. Et il était bien nourri : quantité de complément selon ses besoins sur 2 repas + foin vraiment à volonté (round de 250 kg renouvelé sans attendre)
Donc il faut s'adapter à son cheval.
Il était dans une pension à 95% de retraité, certains étaient très bien sans couvrantes, et avec du foin seulement jusqu'au bout. Beaucoup avaient besoin du complément l'hiver ou 365 jr/365, le gérant s'adaptait et s'organisait, avec des sas dans chaque pré, qui lui permettait d'isoler celui à nourrir... ou ne pas nourrir.

Perso, j'ai vu une proprio qui ne voyait pas l'intérêt de couvrir son vieux. Ok, elle est bien sûr libre de trouver que son vieux est mieux sans couvrante. Sauf que moi, je l'ai vu plusieurs fois, son vieux essayer de pousser un de ses compagnons pour aller avec lui dans l'abri par temps bien pluvieux. Un jour, où je suis resté pour m'assurer qu'une couvrante neuve était bien étanche sur le mien, je l'ai vu faire quelques allers-retours avec henissement dans l'abri, avant de renoncer et de rejoindre le groupe qui était au foin. Et cheval perclu d'arthrose + cushing. A ses 26/27 ans, il a enfin eu droit à une couvrante et s'en est trouvé mieux.

Gobi

Membre ELITE Argent
  

Trust : 336  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 8992
1 j'aime    
La banalisation de la maltraitance en équitation
Posté le 05/09/2023 à 19h03

agentmulder

Dans ce cas il faut s'entendre sur ce qu'on entend par science et par objectivité.
Des théories scientifiques ont été dénoncées oar des recherches ultérieures, toute science nécessitant une part d'interprétation est donc sujette à la subjectivité. Les protocoles étant décidés par des humains à un instant donné des connaissances et des recherches (et donc des aspirations)sont eux-même sujets à subjectivité.

La démarche scientifique et la "reproductibilité des protocoles expérimentaux qui permet d'infirmer une hypothèse" serait incomplète sans interprétation qui en est une composante à part entière d'ailleurs. Elle est composée de normes et de codes communs aux scientifiques, elle est en mesure d'évoluer en fonction de l'évolution des connaissances, des attentes ...

Je ne vois comment la science pourrait exister en dehors de l'humain, Or je pense sincèrement qu'aucun humain n'est capable d'être objectif. Prêter cette capacoté à un humain (ou à un ensemble d’humains) me parait dangereux.

Peechy

Membre VIP

Trust : 287  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3558
0 j'aime    
La banalisation de la maltraitance en équitation
Posté le 05/09/2023 à 19h17

gobi

Pourquoi un humain ne serait pas capable d'être objectif ? Et en quoi l'objectivité serait-elle dangereuse ?

Gobi

Membre ELITE Argent
  

Trust : 336  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 8992
6 j'aime    
La banalisation de la maltraitance en équitation
Posté le 05/09/2023 à 19h30

peechy

Je ne pense pas que l'objectivité soit dangereuse. Je pense que penser qu'un humain puisse l'être est dangereux parce que le risque serait de rendre ses interprétations intouchables. je pense qu'un humain ne peut pas être objectif car il ne peut pas s'extraire complètement de lui même pour penser. Notre éducation, notre culture, nos expériences construisent et influencent notre regard sur le monde. C'est un filtre.

Je pense qu'il peut y avoir des données objectives (il fait 30 degré, ça mesure tant de cm) mais que toute pensée complexe est emprunte de subjectivité.

Édité par gobi le 05-09-2023 à 19h40



West95

Membre d'honneur
  

Trust : 342  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 2217
9 j'aime    
La banalisation de la maltraitance en équitation
Posté le 05/09/2023 à 20h39


gobi a écrit le 03/09/2023 à 12h59:
Je crois qu'on ne doit pas oublier que l'objectivité n'existe pas, que vu comment des scientifiques reconnus spécialistes dans leur domaine ont des lectures divergentes, ja science n'est pas objective. Elle est hyper intéressante et nécessaire mais c'est je pense un danger de la penser objective.


Enfin... La science ce n'est pas l'avis d'un expert, c'est un consensus de la communauté scientifique qui s'appuie sur les connaissances actuelles; on est très loin de la notion de base de la subjectivité (et notamment c'est pour ça que sortir une étude du chapeau qui va dans notre sens est ridicule, il manque le regard qu'en a la communauté scientifique dessus). Si l'humain est intrinsèquement subjectif, la collégialité l'est beaucoup moins. Bref, dans le cadre qui nous intéresse, il n'y a pas photo niveau subjectivité entre des connaissances issues de la science et l'avis de telle ou telle personne parce que son cheval "ceci ou cela".

A mes yeux, dans les sciences équines ce qui nécessite beaucoup plus de contrôle et de réflexion, c'est la pauvreté des échantillons statistiques des protocoles et le manque de répétition des expériences des études (par d'autres chercheurs); d'un point de vue purement de recherche, ça fragilise la validation des hypothèses (bien plus que l'influence d'une subjectivité individuelle)

Là où je peux te rejoindre un peu sur la subjectivité spécialement sur des sciences équines, c'est qu'il y a à mes yeux une culture positive voire militante dans le milieu, qui forcément risque de survalidater les hypothèses satisfaisantes. Néanmoins je dois avouer que c'est surtout chez les "vulgarisateurs" et "éthologues" mais non chercheur, que je lis le plus d'articles grand public plein d'affirmations qui ne sont pas totalement supportées (ou pas avec le même aplomb) par les articles cités quand on se donne la peine de les lire et décortiquer - ces personnes je les surnomme les "éthologues d'internet", plus militants qu'éthologues.
Page(s) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9
La banalisation de la maltraitance en équitation
 Répondre au sujet