Quitter "l'équitation"

 Répondre au sujet
Page(s) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
Auteur
7253 vues - 162 réponses - 3 j'aime - 19 abonnés

Nippokampe

Initié
 

Trust : 42  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 57
Quitter "l'équitation"
Posté le 02/01/2019 à 11h49

Bonjour, je n'écris pas souvent sur le forum, principalement parce que je n'ai pas grand chose d'intéressant à raconter.
Mais aujourd'hui après avoir traversé une période émotionnellement compliquée, je me dis que ça pourrait être intéressant de partager tout ça au cas où des personnes se poseraient les mêmes questions qui m'ont torturés.

Je monte à cheval depuis que j'ai 7 ans et il y a 3 ans j'ai réalisé mon rêve et j'ai acheté mon cheval. Jusque là tout va bien mais quelques mois après cet achat, je suis devenue végane ce qui a profondément changé mon rapport à l'animal en général. Donc bien sûr s'est posé la question de l'équitation. En tant que néo végane je me tournais vers des youtuber qui avaient des idées bien arrêtées là dessus (l'équitation s'est mal, s'est de l'exploitation et j'en passe) mais s'est personnes n'avaient clairement jamais été en contact avec des chevaux. leurs avis me paraissaient purement philosophiques et un peu faciles. J'ai quand même fait le test, c'était les vacances, j'ai laissé mon cheval au repos (il vivait en petit pré avec abris dans un centre équestre). Au bout d'une semaine, il s'était fauché en faisant l'idiot au pré et s'est retrouvé boiteux. J'ai donc repris le travail comme précédemment, en gardant toutes mes réflexions dans un coin de la tête.
Ces derniers mois ses réflexions sont revenus me turlupiner. Clairement mon cheval ça le faisait chier de bosser monté, il est bien gentil donc il obéit mais il marquait toujours un temps d'arrêt avant d'aller au montoir pour dire qu'il voulait pas. Mais dans un centre équestre où on me répétait systématiquement que mon cheval ne travaillait pas assez et qu'un cheval doit travailler, j'étais un peu perdu. J'avais choisi ce centre car je fais confiance aux personnes qui y travaillent, ils prennent très bien soin des chevaux et de leur santé donc leur avis compte pour moi. Mais entre mon cheval qui me dit que je le fais chier et les personnes qui m'encadrent qui me disent que je dois monter plus, gros dilemme ! Ce dilemme a duré plusieurs mois. Puis de plus en plus je me disais c'est très con, dans la nature un cheval n'a pas besoin de travailler, il a juste besoin d'un grand espace et d'herbe à brouter. Et puis j'ai vu aussi ce qui paraissait normal pour beaucoup, comme taper un cheval avec une étrivière parce qu'il bouge un peu trop à l'attache. Ou que les gens se permette de taper mon cheval parce qu'il à tirer au renard et cassé la ficelle 3 fois pendant que j'étais en train de chercher mes affaires (une petite tappe sur le nez pas un gros coup mais c'est quelque chose que je refuse catégoriquement pour mon cheval, je n'utilise jamais la violence sauf s'il mort de manière volontaire).
Cette banalisation de la violence m'a mis extrêmement mal à l'aise et s'est là où j'ai compris que personne n'avait vraiment la bonne réponse. Les personnes physiques sur qui je me reposais avaient clairement des façons de faire anciennes et pour moi complètement dépassés, et internet ne m'inspire qu'à moitié confiance, donc j'ai décidé de faire confiance à mon instinct et j'ai décidé d'arrêter l'équitation.
J'ai trouvé une nouvelle écurie pour mon poney et j'ai donné mon préavis de départ. (je suis partie en très bon terme avec les gens de mon ancien club donc pas de soucis à ce niveau là.)
Et donc voilà, dimanche mon cheval est arrivé dans sa nouvelle maison, grand pré de 3 hectares où il y a de l'herbe, un grand abris et quelques copains. L'intégration s'est bien déroulé et pour nous s'est le début d'une nouvelle aventure côte à côte puisque que je n'ai pas le projet de remonter. L'idée est de ne plus contraindre mon cheval, de le laisser prendre ses décisions et voir comment ça va évoluer sans être fermée (si je vois qu'il n'est pas bien dans ses sabots ont trouvera une nouvelle solution)

Voilà beaucoup de blabla pour en arriver à cette conclusion, ce n'est pas toujours facile de se défaire des carcans dans lesquels on évolue et d'avoir des idées minoritaires mais que ça n'empêche pas d'aller jusqu'au bout. Donc voilà pour tous les curieux j'essayerai de raconter l'évolution de mon cheval de 8 ans "à la retraite"
Et bien sûr, s'il y a des personnes qui s'occupent déjà de leurs chevaux de cette manière, je suis intéressée par n'importe quel conseil que vous pourriez avoir

Mooxis

Membre d'honneur
    

Trust : 702  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 3022
22 j'aime    
Quitter "l'équitation"
Posté le 02/01/2019 à 12h19

Selon moi les extrêmes ne sont jamais bons et tout est une question d'intention / de bienveillance vis-à-vis de ce qu'on demande à son cheval (et comment on le demande).

J'ai une jument depuis mars (c'est ma seconde jument, la première ayant été ce qu'on pourrait appeler un véritable "maître spirituel" ) et sa première expérience avec l'équitation à proprement parlé (avant qu'elle ne vienne avec moi) n'a pas été idéale car c'était rênes allemandes pour la maintenir figer dans des postures de travail avec une selle bien trop étroite et inadaptée = blocages physiques conséquent = défenses...

Depuis que je l'ai elle est au pré en troupeau sur 6 hectares et je lui ai laissé le temps.
De se remettre droite, de nous laisser nous découvrir, de découvrir que l'équitation dans le respect avec le matériel adapté n'était pas signe de souffrance, ...
Je lui propose beaucoup de variété dans le "travail" (je n'aime pas ce mot qui a une connotation très négative ici, je dirais plutôt "collaboration") en restant à son écoute, en l'encourageant mais en étant ferme et intransigeante si jamais elle a une attitude dangereuse / non adaptée = en bref on apprend à se connaitre et à se faire confiance et j'apprends à parler cheval afin qu'elle me considère comme le leader bienveillant et de confiance du "troupeau" que nous formons toutes les 2

Tout ça pour dire : Il faut trouver le juste milieu.
Rester dans l'écoute de l'autre et la bienveillance sans pour autant partir dans le côté ultra bisounours, savoir agir avec fermeté quand cela est nécessaire sans partir dans la violence et la brutalité.


En espérant que tu trouveras le chemin de vie équestre qui vous convient avec ton loulou !

Cavaliere94

Initié
 

Trust : 41  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 120
0 j'aime    
Quitter "l'équitation"
Posté le 02/01/2019 à 12h36

Bonjour, pour la "tape sur le nez" lorsque le cheval tire au renard, à mon humble avis il se peut que la personne est estimée qu'il valait mieux une tape sur le nez, que risquer une hanche cassée en tombant si la ficelle casse ou bien la nuque brisée par le licol ? Biensur il y a d'autres méthodes et la punition doit venir immédiatement après, et non par énervement de notre part on est bien d'accord.

Quant au fait qu'un cheval est besoin ou non de travailler, ça dépend surtout de ce qu'on en fait. Oui s'il est monté par exemple alors il a besoin de travailler régulièrement pour s'entretenir physiquement tel un sportif, mais bien entendu le cheval peut vivre tout simplement sa vie de cheval et rien d'autre sans être malheureux pour autant. C'est juste une manière qu'on certains d'humaniser les animaux qui desfois devient au final nocive pour eux. C'est ton cheval et si tu souhaites lui offrir une vie pépère, tant mieux pour lui.

Après le problème (pour les chevaux d'une manière générale je ne vise pas le tien^^), l'humain a fait reproduire certaines espèces, à outrance parfois, maintenant elles sont là et en nombre, alors qu'en faire, quand celles-ci ne peuvent plus vivre à l'état sauvage en sécurité ? Le cheval, s'il ne travaille pas, que devient-il ? Certes il y a des gens et des associations qui entretiennent des chevaux "sans rien en échange", mais clairement tout le monde ne fera pas ça, et ça se comprend. Je ne suis pas d'accord avec bon nombre de choses que pratiquent certains centre équestre par exemple, toutefois je préfère savoir les chevaux là-bas qu'à l'abattoir, bien que l'un ne justifie pas l'autre. Je pense qu'il existe des structures qui allient travail du cheval et son bien-être, elles sont rares sûrement car ça demande forcément certaines concessions, dans les objectifs, ou dans la rentabilité.

Je pense et espère qu'une utilisation respectueuse du cheval, tendra a se développer, que ce soit pour la monte loisir, ou peut-être dans un futur proche pour un retour de son utilisation comme moyen de transport (ça semble être dans l'air du temps). Je crois qu'on peut "exploiter" (au sens propre du terme) un animal sans lui nuire, surtout vu le développement de nos connaissances sur leurs besoins, leur biomécanique, leurs comportements, etc... reste à savoir prendre tout ça en considération, et accepter de changer nos manières de faire quand elles ne conviennent pas.

Marie.me.92

Expert
   

Trust : 278  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 767
9 j'aime    
Quitter "l'équitation"
Posté le 02/01/2019 à 12h36

Je suis plus mitigée que ça ;)

Aucun cheval n'a besoin qu'on lui monte dessus, ça c'est certain. Maintenant, il y a des chevaux qui apprécient ça et c'est une évidence, quand on sait les écouter et les respecter.

En revanche, les chevaux ne sont pas non plus faits pour vivre dans de petits espaces clos et manger de l'herbe. Jaime Jackson l'explique bien, les chevaux doivent parcourir des dizaines de kilometres, manger sec, etc. L'herbe est toxique et déclenche de nombreux problèmes : embonpoint, fourbures et j'en passe. Sans parler des problèmes de pieds qui peuvent en découler, ou toutes les autres carences.

Donc pour moi, soit j'ai un cheval dans un espace immense, stabilisé et avec des sols abrasifs, qui reçoit un cmv tous les jours et qui mange du foin exclusivement... soit je le sors !
Ma jument vit dans un pré de 2ha tout a fait classique, avec de l'herbe et du foin. 2ha c'est évidemment trop petit pour les besoins naturels de n'importe quel cheval. Donc il est essentiel de lui apporter de l'exercice quotidien pour la garder en forme physique et qu'elle puisse vieillir dans de bonnes conditions. De l'exercice ça ne veut pas impérativement dire grimper dessus, que ce soit en main ou monté ça ne change pas trop, c'est simplement plus pratique pour moi d'être dessus.

Puisque je ne conçois pas de ne pas complémenter ma jument en minéraux, je dois de toute façon venir quasi tous les jours, et je la sors du pré tous les jours. Sans cela, elle aurait de toute façon des pieds adaptés à son terrain mou, donc pas forts. Parfois on va se promener en main, parfois on fait des jeux à pieds, on apprend des tous inutiles, parfois je monte dessus et je prends même des cours pour la monter avec toujours plus de finesse et de respect.

Donc quitter l'équitation oui, mais arrêter les sorties régulières du cheval, ce n'est pas forcément dans son intérêt :)

Greatuma

Apprenti
  

Trust : 94  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 307
8 j'aime    
Quitter "l'équitation"
Posté le 02/01/2019 à 12h41

Tu fais selon ce que tu crois être juste, et c'est une très bonne démarche...(et ca permet aujord'hui a ton cheval d'avoir une très bonne vie!)
Cependant, se mettre dans des cases peux empêcher un épanouissement personnel
Beaucoup de vegan se rigidifie s'interdissant beaucoup de choses par peur "d'être un monstre" et dans ce cas, les "leaders" de pensée vegan peuvent être des freins culpabilisateurs...
Je connais une vegan "souple" qui s'autorise le lait, le beurre le miel etc de temps en temps quand il est bio et qu'elle connait la provenance, elle s'atorise même parfois un poulet de son fermier voisin
Elle n'est pas très comprise (par les vegan et encore plus les non vegan) mais cette souplesse l'epanouie

Hier quand j'ai longé mon cheval, il n'avait une envie c'était de se barrer loin au galop...j'ai donc essayé de "dialoguer" en passant à allure inférieure, en redemandant et félicitant... il a finit par s'y interressé et il était même "content" d'être là et me montrer des signes d'interêt

C'est ça l'équitation, l'affaire de 10 000 ans d'hommes et de femmes sont restés près des chevaux et les ont fait à notre image de mannière à modifier profondément leur structure psychologie et physique et a ce qu'ils "correspondent" à l'homme
J'ai senti hier toute la domestication qui se jouait: il n'a pas demandé à être là mais il a finit par aimer ma présence et son caractère "curieux" (ce qu'on apelle "intelligence du cheval") à pris le dessus, ce qui fait que, entre espèces différentes, ne parlant pas le même language, on s'est compris et on a aimé ce moment passé ensemble

Il tu décide un jour de remonter ton cheval, ne te juge pas trop fort, les arrières grand parents et les arrières grand parents de celui ci sont restés auprès des humains et nous connaissent
Tu peux essayer des objectifs, comme, essayer de ne plus le monter avec un mors si tu pense que celui ci le contrain, pour aller faire des balades ensemble plus libres...

Alecto

Membre d'honneur

Trust : 108  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1332
5 j'aime    
Quitter "l'équitation"
Posté le 02/01/2019 à 12h47

J'ai arrêté de monter mon cheval il y a deux ans environ pour ces raisons également :)
Il est à quelques centaines de mètres de chez moi, en ce moment je le sors pas mal pour m'occuper de ses fourchettes et comme toi j'essaye de le contraindre au minimum. Il va sur ses 20 ans là, donc ce n'est pas non plus un jeune mais comme il n'a jamais eu une vie trépidante, il était encore largement montable à 17/18 ans.

Par exemple, lorsqu'on sort, je lui laisse souvent la longe sur l'encolure, à l'aller c'est fastoche parce que j'ai bouffe, ensuite je le laisse profiter de l'herbe non piétinée en-dehors du pré sans le tenir et ce pendant longtemps. Il en profite parfois pour trotter un peu, histoire de voir comment je réagis, mais ça reste un cheval, y'a aucune raison pour qu'il pète une pile d'un coup à aller voir à 8 bornes ^^ J'ai de la chance d'être dans un endroit sans route à proximité ni maisons, donc sans être vraiment sécurisé, c'est plutôt zen.
Ce qui est amusant, c'est que du coup il garde toujours un oeil sur moi, quand les chèvres débarque et qu'il sursaute, il me regarde de suite alors que quand je tenais la longe, il cherchait le danger.

Après, c'est un point du véganisme que je ne suis pas certaine de tenir toute ma vie, je ne remontrai jamais Lorida mais il est possible que j'ai un jour envie de monter à nouveau occasionnellement. Je ne sais pas :)


Mais c'est vrai que peu à peu, je me suis sentie mal de le contraindre. Après tout, il n'a jamais rien demandé, il n'est pas né pour être monté (enfin, physiquement j'entends ...) et je n'aime pas devoir le forcer (à me supporter, à me porter, à m'emmener en balade etc). Comme avec mes chats du coup, c'est un être qui fait parti de ma vie, que je soigne, que j'aime mais qui ne m'apporte rien de plus que sa présence (ce qui est déjà beaucoup ).


Edit : pendant plusieurs mois, il est resté au pré avec les copines mais depuis peu, j'ai envie d'aller me balader avec lui donc petit à petit (il est vraiment sur l'oeil), on élargit le cercle et je vois vers quels chemins il m'entraîne, c'est sympa d'inverser les rôles et de le laisser choisir ...
erell29 essaye de ne rien poser comme contrainte sur ses juments, elle y a consacré un post et par exemple à cette page, tu as des photos de balade avec sa jument en liberté. Perso, je suis encore très loin de ce stade, Lorida garde licol et longe

Édité par alecto le 06-01-2019 à 09h34



Elicendi

Membre d'honneur
   

Trust : 34  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 2684
8 j'aime    
Quitter "l'équitation"
Posté le 02/01/2019 à 13h03

Je respecte ton choix et ta démarche, mais c'est quelque chose que je ne pourrais pas faire personnellement puisque je considère que pour son bien être, c'est mieux de travailler mon cheval.

Il vit dans 4ha, avec dénivelé, foin à volonté l'hiver, des abris naturel (et un immense abri où il ne va jamais).

Mais si je ne le travaillais pas régulièrement, il serait raide, et moins musclé. C'est comme chez les humains: le sport entretient la santé.
Et à 18 ans on peut pas dire qu'il fasse des exploits dans son pré, car même s'il doit traverser une partie de la prairie pour aller du foin à l'eau, il stagne beaucoup au même endroit et bouge très peu.

On est loin, très très loin, du mouvement d'un cheval sauvage et nomade.

Donc je le monte, en balade, en dressage beaucoup, pour qu'il soit toujours tonique.

Et dés qu'il entend la voiture, il arrive à la porte... (de toute façon dans 4ha, s'il ne voulait pas venir, je ne pourrais pas l'attraper). Je brosse et selle en liberté (pas de point d'attache) et il reste sagement.

Alors certes, le travail est une contrainte, mais on sent bien quand on connaît son cheval, si ça lui plaît ou pas, et surtout, ce qui lui plait ou pas. "Monter" c'est vague, il a tellement de choses à faire à cheval.
Quand je le vois en balade en forêt sur les pistes de sable, c'est clairement un truc qui l'éclate.

Et je ne crois pas que la contrainte, rende malheureux. Ça me gonfle de me lever pour aller bosser, ou d'aller au sport, ou d'aller parer les sabots de mon cheval sous la pluie. Mais ça ne rend pas malheureux. Et je suis responsable de mes animaux, donc je dois les contraindre, mettre de la bétadine sur une plaie, réduire la ration du chat, etc... c'est mon devoir en tant que propriétaire de ces animaux, les soigner même s'ils ne savent pas que c'est pour leur bien.

Mimidada

Membre VIP
 

Trust : 516  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 4198
1 j'aime    
Quitter "l'équitation"
Posté le 02/01/2019 à 13h27

Je vais être franche mais je trouve ta démarche exagérée, je connais une vegan qui est extrémiste donc j avoue avoir des aprioris et pour moi, on est quand même dans un discours extrémiste et comme tout extrême, je trouve ça dérangeant. Pour moi, tant qu' on respecte les conditions de vie du cheval c est à dire dehors avec des copains sur des grandes surfaces, qu' on respecte sa biomecanique et qu' on ne le travaille pas à outrance, je ne vois pas où est le problème de le monter si lui, y prend aussi du plaisir.
Je pense d ailleurs que si on a une bonne relation avec son cheval, le fait de le monter est aussi un plaisir pour lui surtout si c est pour de la balade. En tout cas, mon cheval me monte clairement qu' il est content.
De plus, ma question est la suivante, prenais tu avant du plaisir à monter ou pas ? Et toi dans tout ça, si tu te recentre sur toi, as tu vraiment plus envie de monter ou est ce que tu suis juste un courant de pensée qui va à l encontre de ce que tu souhaite réellement ?

Meg_13

Expert
   

Trust : 308  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 700
1 j'aime    
Quitter "l'équitation"
Posté le 02/01/2019 à 13h34

Je rejoins l'avis de Mooxis, il faut trouver le juste milieu qui convient pour ton bien être et celui de ton cheval.
En effet les extrêmes ne sont pas toujours les meilleures solutions. Tu dois trouver le bon compromis pour que ton cheval soit épanoui et que toi tu puisses être en harmonie avec tes convictions

Karibou33

Maître
    

Trust : 304  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1179
4 j'aime    
Quitter "l'équitation"
Posté le 02/01/2019 à 13h41

Je suis à 300% d'accord avec les dires de Mooxis plus haut.

Le cheval n'a pas besoin de l'Homme pour être bien, à partir du moment où ses besoins vitaux sont respectés (espace, nourriture, congénères).

Ils se gardent d'ailleurs bien de nous le faire comprendre lorsque nous les côtoyons UNIQUEMENT pour satisfaire nos propres envies et nos objectifs (en mode fuis-moi je te suis au pré quand tu veux l'attraper, je prends racine quand il faut aller "bosser", le montoir qui annonce la couleur de la contrainte et j'en passe).

Quand j'ai acheté ma jument je n'avais ni le niveau, ni les connaissances donc pas confiance en elle ni en moi.

J'avais toujours entendu dire autour de moi que pour avancer il fallait la travailler, régulièrement.
Ne pouvant pas y aller aussi souvent que je voulais, je privilégiais systématiquement mes objectifs sans me préoccuper de son plaisir. Je focalisais sur son physique, muscler le dos, remonter les abdos, quitte à enrêner pour obtenir un semblant de résultat.

Je sentais que je faisais fausse route (la jument n'a pas manqué de me le faire remarquer) mais faute de savoir comment redresser la barre, j'ai persisté dans l'erreur avant de passer par une bonne remise en question.

L'équitation telle qu'on me l'avait enseignée jusque là ne nous convenait pas. L'impression de régresser, de tout faire "en force" et dans la contrainte, en parallèle un relation qui se dégrade, le plaisir qui disparaît, l'envie de tout arrêter.

J'ai même envisagé de vendre ma jument..mais je n'ai pu m'y résoudre donc j'ai décidé de jeter une dernière bouteille à la mer en me penchant sur une équitation + éthique, l'apprentissage de l'équitation dite éthologique. Depuis, ma vision du cheval a complètement changé. Celle de l'équitation aussi.

Je respecte totalement ta vision des choses.

De mon point de vue lorsqu'on collabore avec un animal dans le respect, il y a moyen de faire en sorte que nos objectifs deviennent le sien.

Il y a 2 ans ma jument avait horreur du montoir et j'appréhendais toujours cette étape. Le serpent qui se mode la queue.

Aujourd'hui quand elle le voit elle se place toute seule et je n'ai plus qu'à...elle ne l'associe + à de la contrainte, pour mon + grand plaisir.

J'en conclue que si les chevaux n'ont pas besoin de nous pour être bien, ils peuvent également associer présence de l'Homme à confort (et ce à pieds comme en selle).

Erell29

Membre ELITE Argent
 

Trust : 112  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 8057
5 j'aime    
Quitter "l'équitation"
Posté le 02/01/2019 à 13h49

Coucou ! Très heureuse de voir que tes réflexions veganne t'ont permis d'être à l'écoute de ton cheval et de le faire changer de conditions de vie pour celles qui se rapprochent davantage de sa nature de cheval !

Je suis également veganne et je suis certainement passée par des réflexions similaires aux tiennes il ya 10 ans déjà ! À l'époque j'étais en Master de psychologie et ça était l'objet de mon mémoire: j'avais besoin de comprendre pourquoi nous sommes accros à l'équitation.
Cela m'a permis de comprendre que les sensations ressenties à cheval sont très archaïques et sécurisantes. Elles apportent à notre psychisme une structure identitaire bien particulière et si on additionne cela à l'étayage relationnel offert avec l'animal, cela offre à notre subjectivité la possibilité de panser nos blessures intérieures et bien d'autres choses....

Mais si on prend la vision zoocentrée: que de responsabilités pour l'animal et peu de liberté d'être lui dans son animalité spécifique à son espèce et qui nous échappe quoiqu'il arrive (vegan ou non).
Prendre en compte les choix que fait l'animal est presque jamais observé dans le monde équestre. Sachant qu'en plus, c'est un monde qui propose une éducation coercitive et basée sur la punition, l'animal ne peut pas être lui mais l'objet dont l'humain a besoin pour s'épanouir !

Et puis un jour, on change de paradigme parce qu'un cheval nous a mis le doigt dans l'engrenage... Tu peux remercier ton cheval, un nouveau livre s'offre à vous !

Je t'invite à aller lire le post sur l'éducation positive ! C'est avec plaisir que je lirai tes écrits et répondrai à tes questions si tu en ressens le besoin !

Kaywest

Expert
   

Trust : 132  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 666
1 j'aime    
Quitter "l'équitation"
Posté le 02/01/2019 à 14h03

Salut !

Sujet intéressant avec des visions totalement différentes.
Perso je suis cavalière de concours et de CCE de surcroît lol.

J'ai monté beaucoup de chevaux et en ce qui concerne les miens, je ne pense pas être une tortionnaire même s'ils vivent au boxe (avec sorties au paddock bien sur)
J'ai eu des chevaux au pré, au boxe, de loisir et de compétition...

Il y a quasi 2 an, ma jument qui avait 15 ans nous a dit "merde" pour les compétitions et le travail. Je l'ai confié pour de la balade/ loisir et elle y met beaucoup d'entrain, apprécie les longues sorties en forets et courses avec ses copains. Clairement, c'est une jument qui a toujours été proche de l'homme et ce depuis poulain, elle aime être chouchoutée. Je ne la verrait pas "abandonnée" dans un pré avec qqun qui passe la voir une fois par semaine voire moins, elle serait malheureuse.

Le poney de ma mère vit au pré et fait du loisir, il henni à chaque fois qu'on vient le chercher. il adore partir en balade et galoper dans les plaines.

La jument que j'ai vendu adorait le cross et rentrait dans la boite de départ avec impatience ! le dressage lui donnait aussi une stabilité et un cadre qui lui permettait de ne pas se laisser déborder par ses émotions...

Quand on crosse, il vaut mieux avoir un cheval qui le fait par plaisir que par contrainte sinon on arrive à rien ! :)

Tout ça pour dire que les chevaux sont extrêmement dépendants des hommes, que ça soit sur le plan relationnel, émotionnel ou physique (on nourrit,vaccine, pare, ferre, panse, soigne....). Leur habitat naturel n'existe plus depuis longtemps et on ne peut leur offrir qu'un semblant en les faisant vivre au pré.

Bref, ne plus monter dessus est un choix qui se respecte pour divers raisons (on a pas envie de leur faire mal, de les contraindre etc...) mais à partir du moment où l'on est responsable de l'animal, on a le devoir de s'en occuper.
Donc en soi, l'animal va être contraint à un moment où à un autre : parer les pieds, bosser, soigner en cas de blessure....et on est obligé de garder un contact avec donc de la dépendance. Va soigner un cheval qui essaye de te castagner.. c'est chaud...)

donc pour moi, on en a fait un animal destiné au sport (on les fait naitre et les élève dans ce but) et je ne suis pas sure qu'un cheval abandonné dans un pré avec peu de contact soit plus heureux qu'un cheval qui travaille quotidiennement dans un but de compétition.
Comme il l'a été dit plus haut, le tout est une question de bienveillance et d'écoute pour fonctionner dans le respect du cheval et son intégrité.

Et au cavaliers de respecter les choix de chacun à savoir que si je fais de la compétition avec un cheval en pleine forme et qui apprécie son "travail" je ne suis pas un tortionnaire et si je décide de mettre mon cheval de 8 ans au pré sans monter dessus, je ne suis pas une pauvre tâche qui n'a rien compris à l’équitation.

Pour ce qui est des corrections, j'ai actuellement un 4ans qui teste car immobilisé depuis 2 mois suite à une blessure. il fait presque 1m70 et est imprévisible. Je suis obligée de "punir" quand il se met debout et palette ! il en va de ma sécurité et de la sienne. Parfois on est obligé d'instaurer une dominance/ respect pour des raisons de sécurité et en général quand c'est acquis, on évite de nombreux accidents.

bref chacun fait comme il veut ;)
Après il faut faire attention aux radicalisations qui montrent le pire des choses: mors dur, éperons, cravaches, comportements déviants... etc en stigmatisant et sans montrer le reste et sans explications (Ex: un cheval avec beaucoup de force monté par un cavalier pas trop grand où qui ne fait pas le poids... il vaut mieux un mors adapté en compétition, sinon c'est l'accident!)
sans montrer non plus les milliers de relations hommes/cheval qui sont établies dans le respect mutuel.

Alecto

Membre d'honneur

Trust : 108  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1332
10 j'aime    
Quitter "l'équitation"
Posté le 02/01/2019 à 14h15


kaywest a écrit le 02/01/2019 à 14h03:
Je ne la verrait pas "abandonnée" dans un pré avec qqun qui passe la voir une fois par semaine voire moins, elle serait malheureuse.


C'est marrant comme on associe souvent arrêt de la monte avec moins/pas de visites ^^ c'est certainement valable lorsqu'on arrête par ras-le-bol mais pas pour ce genre de raisons :)

Nippokampe

Initié
 

Trust : 42  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 57
3 j'aime    
Quitter "l'équitation"
Posté le 02/01/2019 à 14h17

Je suis contente, il y a beaucoup de réponses extrêmement intéressantes. Je suis pas sûre d'arriver à répondre à tout le monde individuellement via mon téléphone (Je maîtrise pas bien l'appli).
Mais je vois que beaucoup ont réagi au fait que je sois végane. je voulais donc précisé ce point, je n'arrête pas de monter parce que je suis végane, celà m'a juste amener à me poser de nouvelles questions et à appréhender la relation avec mon cheval sous un autre angle, j'ai d'ailleurs continué à monter pendant 3 ans après ma transition parce que je pensais que c'était ce qu'il y avait de mieux pour mon cheval, aujourd'hui je pense différemment et je ne parle évidemment que de mon cheval, je ne suis pas là pour juger qui que ce soit. Et il est possible que j'ai mal interprété le langage de mon cheval sur ce point c'est quelque chose que je garde à l'esprit.

Sinon en ce qui concerne le futur, l'objectif n'est pas de laisser mon gros dans son pré à se gaver d'herbe bien grasse ^^ pour le moment je pense que l'on fera beaucoup de balades à pieds (on en faisait déjà et il adore) et travail en liberté dans le manège et tout autre activité qui me viendrai à l'esprit. L'idée est d'être toujours plus à l'écoute de mon cheval.
Et bien entendu pour tout ce qui est soins, je me dois de le contraindre (sinon il ne serait plus vacciner ni vermifugé, ce qui n'est pas raisonnable).
Et je ne sais plus qui me posait la question (je m'en excuse) mais j'ai perdu l'envie de monter quand il est devenu clair que mon cheval n'aimait pas cela. J'ai testé de le monter sans mors (c'est mieux mais pas suffisant).

Et bien sûr ce n'est que du ressenti personnel mais comme c'est une opinion peu présente chez les gens que l'ont peut rencontrer, je trouve ça intéressant de pouvoir le partager sur cette plateforme.

Liquescence

Membre d'honneur
 

Trust : 159  (?)


  Mon site internet
  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1998
1 j'aime    
Quitter "l'équitation"
Posté le 02/01/2019 à 14h29

erell29 ton mémoire est disponible à la lecture? Ca m'interesse !

Karibou33

Maître
    

Trust : 304  (?)



  M'écrire un MP

Genre : 
Messages : 1179
0 j'aime    
Quitter "l'équitation"
Posté le 02/01/2019 à 14h41

nippokampe

"mais j'ai perdu l'envie de monter quand il est devenu clair que mon cheval n'aimait pas cela. J'ai testé de le monter sans mors (c'est mieux mais pas suffisant)."

Quels sont les signes qui t'ont démontrée que ton cheval n'aimait pas être monté?
Etait-ce le cas partout et tout le temps? (en carrière, en balade etc..)?
Page(s) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
Quitter "l'équitation"
 Répondre au sujet